Forum général.général Peinture, photo, et droit d'auteur

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
4
17
juil.
2016

Bonjour,

J'ai besoin d'aide pour la compréhension des licences libres dans un cas particulier: la peinture.
Ma belle-sœur fait des tableaux à partir de photos. Elle fait attention à ne pas recopier trait pour trait les photos pour ne pas être accusée de plagiat, à part certaines photos qu'elle a reçu d'une connaissance qui lui autorise la copie.

Je lui ai parlé des photos sous licence libre, qui autorisent explicitement la copie, et faciliterait son travail.
Ma première interrogation est : comment créditer l'auteur original? Un crédit au dos de la peinture, avec mention de la licence, serait suffisant?
Pour les licences utilisées, je pense aux CC-by, CC-by-sa, et Art Libre.

Les peintures qu'elle fait sont principalement des animaux et des paysages. Je m’interroge à propos de l'application du droit d'auteur sur des photos de tels sujet : les critère d'originalité et d'empreinte de l'auteur seraient-ils remplis pour que ces photos soient protégées? Pour moi cela est différent d'une peinture, où le peintre choisit le format, le type de peinture, ses couleurs… et quand le peintre travaille à partir d'une photo, ce n'est pas comme une simple photocopie "mécanique".

  • # C'est pour ça que le droit d'auteur sur une photo n'a pas de sens

    Posté par . Évalué à 2.

    Le photographe ne fait que reproduire l'existant. Ca pourrait se comprendre si la photo est une mise en scène originale (ou dans ce cas ce n'est pas la reproduction qui a de la valeur mais la scène en elle-même).

    et quand le peintre travaille à partir d'une photo, ce n'est pas comme une simple photocopie "mécanique".

    Effectivement dans ce cas, il y a une interprétation de l'image par le peintre, contrairement à la photographie.

    • [^] # Re: C'est pour ça que le droit d'auteur sur une photo n'a pas de sens

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Le photographe ne fait que reproduire l'existant.

      Il faut voir aussi qu'une photo est prise à travers un objectif, ce qui déforme l'image. Rien qu'en ce sens, purement fonctionnel et technique plutôt qu'artistique, on ne peut pas totalement dire qu'une photo est une simple reproduction de l'existant. Toute photo est déjà une déformation au niveau optique. D'ailleurs les peintres aguerris peuvent parfois voir la différence entre une peinture reproduite à partir d'une photo et celle reproduite à partir du réel à cause de la déformation optique.

      La seconde déformation est dans l'intention, qui peut être fonctionnelle ou artistique aussi. Ainsi par exemple le choix du cadre, c'est à dire ce qu'on mettra dans la photo (autrement appelé la composition), va donner une photo différente. Si vous êtes dans un endroit super bordélique mais prenez une photo de la seule partie un peu ordonnée, vous pouvez donner l'impression que le lieu est un endroit très propre: vous avez modifié la perception de l'existant.
      La question de savoir si une photo est neutre et ne fait que "reproduire l'existant" est donc beaucoup plus difficile qu'il n'y parait.

      C'est pour ça que le droit d'auteur sur une photo n'a pas de sens

      Quand tu dis que cela n'a pas de sens, je ne sais pas si tu entends qu'il ne faut pas s'en préoccuper (répondant ainsi à la question de manière très dangereuse), ou juste que dans ton idéal, on ne devrait pas avoir à s'en préoccuper, mais comme on n'est pas dans un monde idéal…

      Dans l'état, je dirais que c'est potentiellement dangereux de l'ignorer totalement. De notre côté, nous partons du principe que le droit d'auteur s'applique aussi sur la reproduction d'une photo et donc on évite les copies directes de photos dont nous n'avons pas le droit d'auteur, ni n'avons eu l'autorisation expresse pour l'utiliser.
      Le problème n'est pas de savoir si c'est juste ou si on trouve que le droit d'auteur a du sens pour les photos ou non, mais uniquement de savoir que c'est considéré ainsi par la loi et donc que si vous voulez éviter les problèmes (qui se traduisent financièrement!), c'est assez mal venu de conseiller à quelqu'un de passer outre.

      D'après l'Article L113-2 du code de la propriété intellectuelle:

      Est dite composite l'oeuvre nouvelle à laquelle est incorporée une oeuvre préexistante sans la collaboration de l'auteur de cette dernière.

      Bien sûr, on peut se demander si on peut vraiment considérer une photo comme "incorporée" dans une peinture. Mais il y a par exemple ce type de jurisprudence sur le web, qui confirme le droit d'auteur du photographe et donc je conseille de ne pas faire le malin (surtout si votre belle-sœur est professionnelle et compte vendre ou diffuser ses peintures).

      Par contre je me demande vraiment jusqu'où va ce droit d'auteur. Pour des exemples comme dans l'article en lien, où la peinture est une reproduction complète de la photo, et juste ça, la copie est évidente. Sérieux le peintre n'y a pas mis beaucoup du sien en copiant ces photos.
      Par contre qu'en est-il d'une inspiration plus subtile à une œuvre? S'inspirer d'un fond, changer plein de détails, ajouter des personnages et objets… s'inspirer de positions de personnes mais sans que cela ne soit le sujet principal, avec des changements importants, et avec des visages totalement différents. Par exemple, pour reprendre les exemples de cet article: supposons que je fasse une BD et que mon perso fasse un tango dans une ou 2 cases. Je vais m'inspirer de photos pour les positions mais avec le visage de mon héros, et en l'intégrant dans un autre décor, avec d'autres vêtements, une autre lumière… Est-ce légalement toujours une œuvre composite? Jusqu'à quel moment s'inspirer d'autrui n'est plus considéré comme une œuvre composite selon la loi?

      Notons encore que je pose le problème du point de vue juridique et non "raisonnable". Encore une fois le but est de ne pas avoir de problème aux yeux de la loi. D'ailleurs sur le blog que j'ai cité, beaucoup de gens dans les nombreux commentaires ont un problème avec cette façon de voir l'art et les réponses de la photographe sont par endroit d'extrême mauvaise foi (genre quand un gars demande ce qu'il en est quand il s'inspire de petits bouts de plusieurs photos pour un dessin, donc avec une composition totalement différente, et qu'elle compare cela avec copier-coller des dessins tels quels pour une affiche ou avec prendre des photos de peinture pour vendre des posters de ceux-ci). Quand on lit ça, on se rend compte qu'il y a vraiment un gros problème dans le monde business de l'art. Pour changer cela, on fait de l'art libre dans notre projet (ZeMarmot donc) mais en attendant que le monde change — est-ce même possible? — on est soumis à ces règles et lois et on sera les seuls victimes si on les enfreint car on trouve que cela "n'a pas de sens" unilatéralement.

      J'avais discuté du sujet sur la liste de discussion "copyleft attitude" gérée par l'APRIL, mais je n'ai toujours pas trouvé la réponse légale à "où se trouve la limite entre simple inspiration et œuvre composite" (donc la limite entre devoir payer/demander le droit d'auteur ou non)?

      Idéalement il faudrait trouver une jurisprudence sur ce point précis (inspiration à partir de photos sans copie trop poussée) car je crois que ce sera l'une des meilleures réponse que l'on trouverait.

      Film d'animation libre en CC by-sa/Art Libre, fait avec GIMP et autre logiciels libres: ZeMarmot [ http://film.zemarmot.net ]

    • [^] # Re: C'est pour ça que le droit d'auteur sur une photo n'a pas de sens

      Posté par . Évalué à 3.

      Le photographe ne fait que reproduire l'existant.

      Oulah… je t'invite à t'intéresser un poil plus à cet art. Ta vision de la photographie est, je pense, irréfléchie. Je suis certain que même dans une simple prise de selfie tu t'es déjà dit "non, cette photo n'est pas jolie, je la refais", cette simple démarche est artistique, et mérite la reconnaissance du photographe.

      Prends un jour un sujet quelconque (n'importe quoi : un vélo garé contre un mur, une statue de quartier que tu connais par coeur et que t'as jamais vraiment regardé, une boite de conserve sous un banc public) et demande à 3 ou 4 de tes copains de prendre une photo. Tu verras 3 ou 4 points de vue différents, avec des idées originales.

      Chacun a bien reproduit l'existant, mais à sa manière, avec ses propres idées, sa sensibilité, sa créativité etc.
      Il est là l'auteur. Et pas dans la boite de conserve.

      • [^] # Re: C'est pour ça que le droit d'auteur sur une photo n'a pas de sens

        Posté par . Évalué à 1.

        C'est comme tout, la photographie c'est une technologie, il peut y avoir une démarche artistique dans son utilisation, ou pas.

        L'opérateur qui contrôle la caméra d'un drone de combat n'a aucune démarche artistique, pas plus que mon radiologue quand il a fait une radio de mon genoux.
        Et le photographe qui fait la copie la plus fidèle possible d'une peinture par exemple, il est comme mon radiologue, s'il y a une démarche artistique, c'est qu'il fait mal son boulot.

        • [^] # Re: C'est pour ça que le droit d'auteur sur une photo n'a pas de sens

          Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 18/07/16 à 19:50.

          Je ne pense pas que à partir de ces cas purement techniques on puisse tirer des généralités du droit d'auteur. Le cas général de la photographie est bien un mec qui dit "tiens, je vais faire une jolie photo de ce que je vois" et pas un radar de bord de route (tu l'avais oublié ce cas, pourtant il représente pas mal de clichés quotidiens ;) ).

          Ensuite ton radiologue, il a bossé pas mal pour en arriver là, je pense pas qu'il apprécie que tu dises que la photo vient du labo machin, alors qu'il vient du labo truc. Si le cliché est réussi (techniquement donc), il sera fier de son boulot, ça n'empêche pas un minimum de reconnaissance.

  • # licence

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Merci pour vos retours!
    @Jehan: c'est le genre d'avis qui m'intéresse, car tu es toi aussi confronté à ce problème. Effectivement elle espère vendre ses toiles, et débuter professionnellement.

    Il me reste encore une interrogation: comment faire pour respecter les licences libres dans ce cas? J'imagine mal mettre un texte ou un logo devant le tableau… Dans le monde numérique c'est plus facile: crédits dans la page, données exif, voire sur l'image…

    Pour les exemples de cas mêlant la propriété intellectuelle et la photographie, j'avais déjà lu les cas des photos culinaires pompées par M6* (car pas originales…), et une histoire de photo de Lune reprise par un magazine* (l'auteur a du prouver le travail effectué sur le cliché pour réclamer une propriété intellectuelle sur celui-ci, chose faite), mais cela ne concerne pas la peinture.

    Lien Numerama, désolé….
    *
    Je ne retrouve plus le lien…

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.