Forum général.hors-sujets Emploi à l'étranger

Posté par . Licence CC by-sa
Tags :
6
30
sept.
2013

Bonjour à tous,
Si je viens vers vous c’est que je me sens un peu perdu et que j’ai visiblement besoin d’aide au sujet de ma carrière professionnelle, je pense que ça s'étend même à ma vie en générale, mais je vais essayer de pas trop vous ennuyer avec ça…

Je suis actuellement salarié d’une SSII en développement web (PHP / Symfony2). Si j’ai ce boulot c’est que c’est le premier qui me soit tombé sur la tête, j’ai jamais vraiment été attiré par le développement web, mais bon, sur mon CV c’est tout ce qu’il y avait, donc c’est ce qui est arrivé. Et comme mon expérience continu à se faire là dedans ça ne va pas changer.

Dans mes études ce qui m’intéressait le plus c’était l’algorithmique et trouver des solutions à des sujets un peu plus «complexe» (ça n’allait pour autant jamais très loin). Mais on ne le retrouve que très rarement en prog… d’ailleurs, maintenant quand je croise un truc un peu plus complexe, je n’y arrive plus, ou je met trop de temps, sûrement parce que je ne l’ai plus travaillé.

Je ne m’épanoui pas dans mon travail, je n’ai aucun plaisir à réaliser ce que je fais, j’ai l’impression d’être inutile, et que cela ne m’apporte rien.

Je ressens réellement le besoin de changer d’air, changer de pays, découvrir autre chose, et ce métier semble adéquat à un tel projet, il y a du travail partout, mais encore faut-il pouvoir se démarquer. Je ne pense pas avoir beaucoup d’argument en ma faveur, je ne suis pas le petit génie passionné qui se tient à jours continuellement, qui continue de coder en rentrant chez lui, c’est un métier pour moi, un gagne pain, rien de plus… je sais que ce n’est pas l’esprit de ce métier, mais l’informatique n’est plus vraiment une passion pour moi. J’ose espérer que c’est dû aux projets que j’ai rencontrés.

Mon cursus n’est pas extraordinaire non plus, BTS informatique suivie d’une licence pro, je n’y ait pas appris grand chose parce que je ne me suis jamais vraiment investis, je sais développer, je me débrouille quand il le faut, mais comme je l’ai déjà dit, je ne suis pas un génie.

Vous avez maintenant un petit aperçu sur mon caractère et mes compétences, ce sera peut-être utile pour apporter une réponse. Peut-être un dernier point, j’ai 25 ans.

Donc voilà je cherche à changer de pays, de préférence anglophone, ou alors un pays ou l’anglais pourrait suffire (allemagne / suisse ?). Une autre langue je ne pourrais pas m’en sortir, déjà que mon anglais est presque limite, je le lis facilement, les docs techniques ne me font pas peur, mais je ne le parle pas très bien. J’ai pu le constater à force de rencontrer des personnes venant d’europe, pour leur thèse.

Je me suis un peu renseigner, je suis évidemment tombé sur le VIE (Volontariat Internationale en Entreprise) mais j’ai tout de suite pu constater que cela s’adressait essentiellement à des ingénieurs, ce que je ne suis pas, et comme de toute façon il y a trop peu d’offre pour beaucoup de demande je n’ai pas vraiment de chance d’obtenir un tel contrat.

Comme l’idée était surtout de bouger, j’ai aussi pensé à d’autres solutions, comme le SVE ou le bénévolat, mais je ne peux pas me permettre une période non rémunérée.

Et là je bloque, déjà pour commencer, est-ce réellement une bonne idée de vouloir partir à un moment dans sa vie où, visiblement, on ne va pas bien ? Est-ce un moyen justement d’aller mieux ou au contraire est-ce un risque de se retrouver encore plus isolé ? Il y a forcement parmis vous des personnes expatriés qui pourraient m’apporter des conseils, un avis ?

Voilà, je crois que c’est tout pour le moment, c’est déjà beaucoup pour pas grand chose en fait.

Pour ceux qui sont arrivé jusqu’ici je suis désolé… c’est certainement confus (et probablement bourré de fautes), mais c’est foutu comme ça dans mon cerveau, c’est un peu le bordel, genre NTFS, avec plein de secteurs défectueux. Et même la façon de rédiger a dû être dur à supporter, en me relisant j'ai pu le constater (oui, parce que je me suis relu en plus). Vous avez du mérite ! Ou beaucoup de temps à perdre ?

Je pense que n'importe quelle réponse pourra m'apporter de l'aide.
Merci :)

  • # tiens c'est marrant

    Posté par . Évalué à 2.

    enfin pas trop, mais il y a 2/3 postes dans les forum qui sont EXACTEMENT comme le tien, j'ai cru a un probleme de cache au début …

    j'arrive pas a remette la main dessus, mais pas mal de réponse y ont été apporté. Par rapport a ton age (j'ai bientot le double /o) je pense que c'est quand même un avantage de mon point de vue, un autre est que tu n'as pas de famille a nourrir.
    Pour la langue, c'est facile quand tu DOIS parler, ca viens assez rapidement, enfin chez moi du moins, cela ne doit pas te poser un frein, amha.

    et pour répondre a ta question si c'est une bonne idée, je dirais, oui car plus tard tu aura plus de mal a le faire et a justifier ce trou dans le CV. Tu aura peut être une femme et des enfants.
    j'y pense, avant 26 ans tu peux t'engager dans la marine nationale (armée), tu voyage, tu vis une expérience hors du commun, tu découvre un autre métier, c'est pas mal payé, c'est la durée d'un CDD de 5/3/8 ans au choix ca a du evoluer depuis …

    Ca me rappel un film ou un gars en a marre de son pote qui veut partir, le force a partir et PAF il se tue en descendant de l'avion :), donc tu fais comme tu veux.

  • # Témoignage + conseils

    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 01/10/13 à 07:14.

    Bon, dans mon cas je vais rester vague sur mon age et sur les pays où je suis allé. (Parceque je ne pense pas qu'il y ai beaucoup de français ayant mon cursus.)

    Bref, moi je voulais voir du pays, très jeune. J'ai fait une école d'ingénieur moyenne après un DUT moyen. J'avais fait mon stage de fin de DUT en Écosse, puis mon stage technique dans un pays nordique, on apprend la langue assez vite grâce à l'immersion. (En scandinavie, la motivation d'aprendre la langue locale est pas super grande vu que tout le monde parle anglais et aime pratiquer.) J'ai fait un VIE en asie comme stage de fin d'étude/premier emploi, après un détour dans l'hémisphère sud et puis en europe non anglophone, me voilà en Amérique du Nord anglophone.

    Je ne connaissait ni le SVE ni le bénévolat avant que tu les mentionnes. Donc je ne peux pas juger.

    Personnellement, j'ai un goût amer du VIE. J'ai des amis qui ont fait des VIE dans des pays riches hors europe: États-Unis, Canada, Japon, Corée du Sud, Hong Kong, et j'en passe. Et pour la majorité, c'était le même cas que pour moi:

    • sous payé: à la fin du mois quand t'as fait tes courses, payé ton loyer et que tu veux sortir. Tu regardes ton porte-feuilles et tu dis « ouais… en fait non… »
    • tu te retrouves, dans certains cas, (c'est au petit bonheur la chance) avec 3 ou 4 autres français, et donc tu parles français au boulot, donc tu pratiques pas. Et crois moi, pour en avoir fréquenté pas mal, la majorité des français à l'étranger sont des connards (moi y compris) : mauvais comportement, ils se croient tout permis, …

    Après tu peux tomber sur un bon VIE. Mais quand je vois des VIE à San Fransisco à 3150 € net par mois, ça me fait juste marrer.

    Après mavie.fr voici mes conseils:

    • Je déconseille le VIE, car le plus souvent c'est juste de l'esclavage et tu ne profite pas du pays.
    • Grâce à l'europe tu peux te déplacer facilement. Si tu veux aller bosser en allemagne, en italie du nord (voir en pologne ou en république tchèque) ya plein de boulot. (Relativement bien payés) Et souvent on te demande pas de parler la langue du pays mais juste anglais. Tu prends ta voiture, pas de visa rien, tu payes juste l'autoroute, passe un entretien d'embauche, puis t'es embauché le lundi suivant. (J'adore l'europe comme vous pouvez le voir :-) )
    • Pour les pays hors europe, c'est pareil, juste un entretien par skype, et t'envoie ton passeport à l'embassade, et un mois plus tard tu prend l'avion.
    • Pour les pays anglo-saxon (Royaume Uni, Amérique du Nord, Australie) de mon expérience une très grande technicité est demandé. (Contrairement à en France ou on te demande des diagramme UML et tout cette merde.) Presque à te faire oublier ton école d'ingénieur. Je pense personnellement que j'aurai pu passer la majorité des entretiens juste avec mon DUT. L'article de fabien pensio est d'ailleurs très vrai et regorge de bons conseils.
    • Pour les pays asiatiques, je pense pas qu'il y ai un autre moyen de trouver un job, que de passer par une entreprise française qui a une branche locale ou faire un VIE.
    • Contribue à des projet libres, ça fait de la publicité. Et ça fait beau sur ton CV.

    Peut être que mes conseils ne sont pas en accord avec ton cursus. J'espère t'avoir aidé.

    Ruby est le résultat d'un gamin qui apprend le Java, puis jette un œil à Perl et se dit « je peux le réparer! »

    • [^] # Re: Témoignage + conseils

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Pour ma part je me suis récemment expatrié à Dublin. J'ai simplement signé un contrat avec une entreprise, pas de VIE ni autre.

      Dublin est une ville assez chouette, et tous les grands acteurs de l'IT sont là (Amazon, Google, Facebook, Linkedin, Apple, Groupon, HP, Dell, …) et il y a plein de postes ouverts.

      Je trouve que c'est une bonne opportunité de travailler sur des choses un peu différentes, s'améliorer en anglais et découvrir un autre pays, tout en étant relativement simple à faire puisque c'est dans l'UE (par contre il faut prendre l'avion).

      À tenter pourquoi pas, à ton (ou mon) âge c'est le moment !

  • # Quand partir ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    est-ce réellement une bonne idée de vouloir partir à un moment dans sa vie où, visiblement, on ne va pas bien ?

    Comme dit plus haut, à 25 ans, en supposant que tu n'as ni famille à charge ni emprunt immobilier, c'est beaucoup plus facile de bouger que dans 10 ans ou tu auras peut-être plus envie de te stabiliser quelque part.
    Par contre je suis beaucoup moins convaincu que cela soit une solution au "je ne vais pas bien". Si le malaise est plus profond que ce que tu laisses transparaitre, se retrouver en situation d'isolement dans un pays dont tu ne parles pas la langue et dans une culture trop différente peut-être vraiment déstabilisant. En visant l'Europe, cela limite déjà une partie des problèmes, peut-être à tu déjà un pays avec lequel tu as des affinités ?

    • [^] # Re: Quand partir ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Fajt voir si pour toi partir est "fuir la situation actuelle" ou "découvrir des gens/pays/culturr que tu as envie de découvrir". Faire un break de 1 ou 2 mois quand tu es sur le point d'exploser, c'est souvent bénéfique, mais partir "vraiment" c'est une autre démarche, d'autres enjeux.

      En plus, au début tu dis que ton boulot, tu n'aimes pas, et ensuite tu dis que tu pourrais l'exercer à l'étranger (c'est ce que j'ai compris).

      Moi ce que je ferais c'est déjà d'identifier ce qui te gonfle (si tu n'es pas arrivé au stade où tout te gonfle). A partir de là tu as des pistes sur "ce qu'il te faut changer". C'est ton taf ? la France ? Le coin où tu habites ?

      Ensuite identifie les trucs que tu kiffes vraiment. Quel que soit l'endroit où tu iras (ou n'ira pas), il faut que tu puisses kiffer ces trucs là (ou quelques uns).
      Etre entouré quand ça va pas fort comne une envie de roquefort, c'est important aussi - ça va à l'encontre de partir… sauf si le mal qui te ronge est d'avoir enfin la paix, ou de voir du pays. Et en général quand tu pars, tes vrais amis gardent contact et tu ne te retrouve pas aussi seul que tu pourrais l'imaginer… mais c'est du temps aussi de garder contact.

      Le problème de la langue, ce n'est une barrière que dans ta tête. Comme dit dans un autre message : quand tu dois, ça se fait.

      La question c'est est ce que tu as envie de vivre une expérience ailleurs ou est ce que tu veux ne plus vivre l'expérience actuelle ?

      Tu as déjà voyagé ? Beaucoup ? Dans quel contexte ?

  • # 25 ans

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    25 ans, c'est l'age ou j'ai commencé mes études (dans un domaine qui n'a rien à voir avec l'informatique). C'est tout bénéfice:

    • J'ai rencontré plein de jeunes gens sympathiques qui m'ont rafraîchis l'esprit.
    • J'ai fait toutes mes études avec une longueur d'avance due à ma petite expérience, culture et maturité acquise après le bac.
    • Si la première année fut très difficile financièrement, j'ai finalement trouvé un petit réseau d'employeurs: la journée pendant les vacances, le soir le reste du temps, et ça a roulé tranquille ainsi pendant cinq ans. Mes employeurs reconnaissaient mes efforts consistant à bosser tout en étudiant, et m'aidaient à leur façon en me filant des heures sup et en renouvelant mes contrats.
    • Maintenant j'ai un diplôme, des connaissances, une expérience de vie valorisable, et des perspectives d'emploi bien plus enthousiasmantes qu'avant.
    • Et je me suis tellement bien amusé que je serais presque prêt a recommencer.

    Pour avoir rencontré d'autres personnes dans le même cas que moi, je ne peux que conseiller de laisser tomber l'emploi actuel pour se concentrer sur des petits boulots (et ses études), car autour de moi, tout ceux qui ont essayé de tenir un vrai emploi ont abandonné leurs études.

    Si j'avais été plus téméraire, j'aurais fait la même chose à l'étranger, quitte à ajouter une année d'apprentissage de la langue.

    Enfin, je crois qu'il ne faut pas hésiter à recommencer sa vie quant on sent que ça ne va pas, même après 30 ans. Les études et l'expatriation, sont des moyens de le faire, il y en a probablement d'autres à inventer.

  • # Continuer les études ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Tu es limité à ta licence maintenant. Si jamais tu veux revenir en France ce sera considéré comme un boulet par des RH je pense (à vrai dire, ce sont eux les boulets).

    Pourquoi ne pas faire un erasmus dans un pays étranger ? Ou une possibilité d'étude en alternance à l'étranger (je ne pense pas que ça se fasse par contre…)
    Avec un bac +5, on te cassera moins les noix pour le salaire et le : vous n'avez pas le niveau, blablabla. Et du coup, ça te permettra de tester si voir du pays est vraiment une solution à ton problème.

    Pour que tu t'investisses sur des projets le soir, un conseil, ne te défonce pas au boulot sur de la merde et garde ton énérgie pour des choses qui te semblent plus intéressantes chez toi. Des projets libres intéressants avec besoin d'aide, il y'en a a foison.
    Ou alors, concentre toi sur autre chose carrément (sport, culture, danse, musique) si jamais tu ne fais pas ce genre de choses en dehors du boulot.
    Peut-être que tu n'as pas un bon équilibre entre ton temps perso et boulot ?

  • # Royaume Uni

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Je vais parler brièvement de ce que je sais, Londres.

    Je suis venu au royaume uni un peu par hasard il y a six ans, et j'ai finalement décidé d'y rester. Les raisons ne manquent pas: plus d'emploi, moins d'impôts, etc.

    La mentalité est différente et peux surprendre quelquefois, mais rien d'insurmontable. Notamment, l'expérience est plus valorisée que les diplômes.

    Concernant le développement web, il tends actuellement à se complexifier, et il est utile de connaître toutes les technologies afférentes: administration système, programmation réseau, multi-threading, etc.

    Enfin, concernant ton niveau d'anglais, je ne pense pas que ce soit un problème, surtout à ton âge. Londres est très cosmopolite, et le niveau d'anglais des personnes avec qui tu vas travailler est extrêmement varié, tout comme les nationalités que tu vas rencontrer.

    Au bout de quelques mois, ton niveau va s'améliorer considérablement.

    Bonne chance.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.