Forum général.petites-annonces Offre d'emploi pour faire évoluer les forges (gforge, ...)

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
5
8
août
2009
Offre d'emploi : Ingénieur R&D

Profil du poste
Dans le cadre du projet Coclico labellisé par les pôles de compétitivité System@tic et Mine@logic, le SED (service de support au développement logiciel) de l'INRIA Rennes recherche un ingénieur de développement logiciel en CDD. Ce projet vise à redynamiser les communautés françaises de forges logicielles et travaillera autour de plusieurs axes : échange d'informations entre les forges, confidentialité et intégrité des informations, support de méthodes d'ingéniérie logicielle,...
Tous les résultats seront disponibles en open source et reversés dans la communauté GForge.org pour maximiser l'impact international des travaux.

Missions :
Au sein de l'équipe transversale en charge de la forge INRIA et en interaction avec les autres membres du projet Coclico (Institut Telecom Paris, Bearstech), le candidat aura pour mission principale le développement d'un outil permettant le transfert de projets entre différentes forges logicielles ainsi que l'archivage de projets.
Pour cela, il sera nécessaire de définir un format d'échange standardisé, ouvert, capable de représenter l'ensemble des données d'un projet. Le candidat procèdera ensuite à son intégration dans différentes forges logicielles. D'autres évolutions fonctionnelles pourront être proposées. Ce projet sera étroitement associé au contexte de production de la forge INRIA hébergeant actuellement 1800 projets pour 6600 utilisateurs.

Formation requise
Le candidat sera titulaire d'un Master en informatique ou d'un diplôme d'ingénieur spécialisé en informatique.

Compétences requises
Des connaissances en SQL (Postgres), Perl, PHP, Subversion, GNU/Linux et administration sont attendues. Une première expérience dans l'utilisation ou l'administration d'outils et de plateforme de développement collaborative serait appréciée. Enfin, le poste requiert également une maîtrise rigoureuse des processus de production.

Qualités souhaitées
Aptitudes à la communication, aisance relationnelle et goût pour le travail en équipe dans un contexte de production. Rigueur, autonomie et sens de l’organisation.

Salaire brut mensuel (Euros)
Entre 2287€ et 3014€ Brut mensuel selon expérience et diplôme.

Durée du contrat :
1 an renouvelable 1 fois.

Lieu de travail :
INRIA/IRISA Rennes
Equipe d'accueil : SED
Responsable technique: Sébastien Campion/patricia Bournai

Candidature à adresser par e-mail à :
Sebastien.Campion AT inria.fr
avec copie à :
Patricia.Bournai AT inria.fr
Guillermo.Andrade-barroso AT inria.fr
  • # à mettre sur lolix

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    http://fr.lolix.org

    If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

  • # Qui peut le plus, peut le moins

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    L'offre a l'air intéressante mais comme beaucoup d'offre d'emploi elle correspond à un profil bancal.
    Des connaissances en SQL (Postgres), Perl, PHP, Subversion, GNU/Linux et administration sont attendues

    Il faut choisir, soit c'est un administrateur, soit un développeur que vous chercher mais pas les deux. Il y a quelques années j'avais fais la remarque à un recruteur lors d'un entretien la réponse a été :
    C'est pas le même poste ? Pourtant de l'informatique.

    Avec des profils "bâtards" vous prenez le risque d'avoir un employé qui a effectivement les connaissances requises mais soit il les connaît de nom, soit juste la surface. C'est un peu dans le genre : "Je prends un Range Rover, il arrivera bien à monter les trottoirs."

    Born to Kill EndUser !

    • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je ne suis pas d'accord. On trouve sur le marché des développeurs qui ont des connaissances en admin sys et d'ailleurs cela devrait être la règle. Cela me désespère quand un développeur web n’est pas capable d'administrer son serveur web (création de vhost, installation de module...).

      Dans une PME il n'y a parfois pas le budget pour un admin sys du coup il faut que les devs s'en occupent et je parle même pas des vacances de l'admin.
      • [^] # Commentaire supprimé

        Posté par . Évalué à 10.

        Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

        • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Le problème, ce n'est pas les compétences - tout développeur est généralement capable d'administrer -, c'est que le boulot d'admin (ou dans l'opérationnel pour faire plus général) n'est pas compatible avec le boulot de développeur.

          Si je suis ton raisonnement un développeur peut faire de l'administration système et un administrateur système peut faire du développement ? Ce sont quand même deux métiers différents avec chacun leurs compétences particulières.

          Born to Kill EndUser !

          • [^] # Commentaire supprimé

            Posté par . Évalué à 7.

            Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

          • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

            Posté par . Évalué à 7.

            Tu peux avoir des compétences dans les deux.

            Je fais l'administration à 60% du temps, 20% de gestion projet et paperasse diverse et les 20% qui reste je fais du dev.

            L'hyper-spécialisation est une erreur. Il faut savoir avoir plusieurs casquettes:
            1) pour pouvoir se préparer un avenir ou une reconversion.
            2) pour pouvoir s'adapter au mieux aux besoins réels de l'entreprise qui peut être problématique ponctuel.

            Après la qualité du travail dépend de l'objectif que je me fixe et du temps que j'y consacre ou que je peux y consacrer.
            Si jamais, une des taches devient trop consommatrice en temps. Je la délègue à une société externe, j'achète ou je m'arrange pour faire embaucher...
            • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Ok je suis d'accord avec toi, mais ton employeur est au courant alors que tu n'est pas un développeur. Le problème avec ces postes ambigu est qu'un recruteur/employeur ne fera pas forcement la différente entre un administrateur qui dev un peu et un dev qui administre un peu, il lui demandera d'être au top dans les deux disciplines ce qui est à mon avis impossible en terme de connaissance et en terme de temps de réalisation.

              Born to Kill EndUser !

              • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

                Posté par . Évalué à 2.

                En l'occurrence, c'est quand même un responsable technique de l'INRIA. Ce n'est pas une annonce posté par le DRH d'une boite qui n'a rien avoir avec l'informatique.

                çà serait le DRH de Loreal, on pourrait douter un peu...
        • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

          Posté par . Évalué à 4.

          Dans ce genre de formulation d'annonce je vois plutôt un moyen de faire un peu de filtrage sur les candidats potentiels. D'une part il permet de filtrer rapidement les candidats ne connaissant pas les systèmes libres. Également, ça fait probablement référence à l'environnement de travail qui devrait donc nécessiter que le candidat ai une certaine ouverture intellectuels sur ces sujets autour de son projet sans en être pourtant expert ni avoir à y travailler à proprement parler. Une connaissance même théorique de ces domaines peut l'aider à comprendre les attentes des admins.
      • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Il y a une différence énorme entre avoir la connaissance et avoir la compétence.

        Je suis plutôt du côté administrateur système (le "scripting" shell fait partie des compétences d'un administrateur et c'est pas du développement), mais j'ai des connaissances en php, mais en aucun cas je postulerais pour un emploie de développeur php car je sais très bien que je ferais un piètre développeur.

        Tout dépend de comment interpréter "connaissances" car dans le titre du paragraphe de l'annonce c'est "Compétences requises".

        Born to Kill EndUser !

        • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          C'est un profil développeur. Les forges font intervenir beaucoup de connaissances systèmes (gestion des comptes, DNS, SQL,...). Par exemple, l'export de projet va demander de bien connaître SVN, de trouver un format d'archivage qui ne perde pas les informations d'historique de SVN,...
          A priori, il n'y aura pas d'administration système opérationnelle à faire mais il faudra peut-être installer sa forge dans son coin (machine virtuelle) pour faire du développement.

          Christophe

          • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            Par exemple, l'export de projet va demander de bien connaître SVN, de trouver un format d'archivage qui ne perde pas les informations d'historique de SVN,...
            Ce que tu explique ne relève pas de l'administration système mais de l'utilisation logiciel tout simplement. Pour un poste de secrétaire commercial on demande pas à un administrateur système de taper les courriers pour elle ?

            Born to Kill EndUser !

            • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Dans une forge, ce n'est pas l'utilisateur qui initialise un dépôt par exemple. De plus, les utilisateurs ont parfois besoin d'assistance et c'est souvent l'administrateur qui est censé tout savoir sur les outils qu'il installe. (google est son ami)
              De toute façon, un administrateur système doit savoir utiliser SVN et bientôt sera obligé de connaître SVN ou équivalent. Le métier commence à se transformer en "développeur d'infrastructure" (suivi de version de la configuration des serveurs (svn, git), déploiement de configuration (cfengine, puppet)).

              Christophe

    • [^] # Re: Qui peut le plus, peut le moins

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Les compétences demandées ne me semblent pas incohérentes les unes avec les autres. En gros, on a un profil de développeur travaillant dans un environnement gnu/linux et sachant administrer sa machine.
      Après qu'il ait des connaissances sql et qu'il connaisse subversion (ou autre (d)vcs) semblent assez normal.
  • # GForge → FusionForge

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    La version libre de GForge a été renommée en FusionForge ( http://www.fusionforge.org ) pour éviter les amalgames avec la version propriétaire GForge AS.

    https://fusionforge.org/forum/forum.php?forum_id=7
    • [^] # Re: GForge → FusionForge

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Justement, ici l'INRIA semble utiliser GForge® Advanced Server, d'après le lien en bas du site…
      • [^] # Re: GForge → FusionForge

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Les dernières version de GForge AS ont un code source offusqué.
        • [^] # Re: GForge → FusionForge

          Posté par . Évalué à 2.

          s/offusqué/obscurci/ (ou je ne sais pas quoi qui convient, y a de quoi lancer un troll)

          Avant que d'autres ne s'en offusquent :-)
          • [^] # Re: GForge → FusionForge

            Posté par . Évalué à 3.

            Sans troller, j'ai un peu envie de rebondir sur ton post

            N'ayant jamais ni lu ni entendu "obscurci" j'ai demandé à notre ami Google.
            En cherchant obfuscation sur google, j'ai trouvé ça :
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Code_impénétrable

            (
            Sur cette page ils parlent de "preuve de concept" que j'aurai traduit par "démonstration d'un concept", proof ayant les deux sens. et POC.
            )

            Ça ma toujours désespéré toutes les difficultés (quelques fois justifiées) que l'on avait à traduire en français de l'anglais.

            Assombrissement semble ainsi proposé par wikipédia.

            Je crois que je préfère obfuscation car c'est une pratique assez particulière et que l'utilisation d'un nouveau mot (fut-il étranger) pour décrire quelque chose de si particulier (au développement) ne me choque pas.
      • [^] # Re: GForge → FusionForge

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Non, c'est un vieux GForge donc encore avec le lien GForge et le logo GForge.

        GForge AS ressemble à ça : http://gforge.org/gf/ et le logo est spécifique (voir en bas de page).
    • [^] # Re: GForge → FusionForge

      Posté par . Évalué à 2.

      C'est "marrant" quand même ces projets qui arrêtent pas de devenir proprio : SourceForge a donné GForge, puis GForge FusionForge ... a quand le prochain fork ?
      • [^] # Re: GForge → FusionForge

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Ouais "marrant", comme tu dis.

        Le changement de nom de GForge vers FusionForge n'est pas un fork. Toute l'équipe qui bossait encore sur GForge old school a basculé vers le nouveau projet FusionForge. Le problème était plus un problème de différenciation de nom entre GForge 5 AS, GForge 5 Community Edition... et le GForge libre original. Ca devenait difficile de suivre.

        L'histoire de GForge est assez amusante car la création du projet vient de la fermeture du code de sf.net par VA Linux. Et finir par redevenir un projet proprio est une belle ironie de l'histoire.

        Pour avoir fait partie du projet à l'époque, c'était assez simple : il fallait vraiment refondre entièrement le code et l'architecture (car c'est vraiment vraiment très très moche) et on n'arrivait pas à le financer malgré les clients assez prestigieux qui l'utilisent. Tim Perdue a alors pris la décision de faire cette réécriture en proprio. Perso, j'ai arrêté à ce moment-là car je ne voyais plus trop comment on allait arriver à refondre globalement le truc sans les ressources de sa boîte (refondre ce genre d'appli de fond en comble juste sur du temps perso avec un vrai boulot prenant à côté est assez illusoire).

        GForge est un exemple typique de projet sur lequel on arrive à financer le service (installation, développements spécifiques - certains contribués mais ça ne suffit pas) mais où il est vraiment difficile de financer une évolution globale.
        Le service prend vraiment du temps et demande des personnes assez compétentes (comme certains le disaient plus haut, c'est assez difficile de trouver des profils appli + système) et au delà du financement, le facteur temps des personnes compétentes devient vite très limitant.

        De notre côté, on utilise maintenant une forge qui est vraiment très différente de ce qui se fait actuellement sur le marché : il s'agit vraiment d'un orchestrateur de droits et de services pour les projets et il n'y a plus vraiment de services hébergés en propre (on n'a pas redéveloppé un bugtracker, un gestionnaire de tâches, un browser de sources...).

        Typiquement, ça crée des repos CVS, SVN, Git, des Trac, des espaces web où poser des fichiers, des sites Alfresco Share, le tout en quasi temps réel via une file d'attente (plus de symptômes cron qui est passé il y a 5 minutes et qui repassera dans une heure).
        Les droits sont gérés via Spring Security, CAS et des modules Perl Apache qui font appel à des services REST qui vérifient les droits sur les projets pour les trucs type ViewVC ou Trac.

        On a pu aussi prendre en compte toutes les règles métier de la boîte (ex : tous les développeurs de la boîte ont accès à tous les projets non confidentiels en lecture). Et si on souhaite ajouter un type de service, il suffit d'implémenter la petite couche qui va bien pour le créer, ce qui se fait en général assez rapidement, maintenant qu'on a pas mal d'exemples différents d'intégration.

        Après, ça ne convient pas à tout le monde loin de là de ne pas avoir tout intégré dans une même application mais, pour l'instant, je trouve ça beaucoup mieux ainsi que ce qu'on avait avant, compte tenu de notre mode de fonctionnement en interne.
        • [^] # Re: GForge → FusionForge

          Posté par . Évalué à 2.

          De notre côté, on utilise maintenant une forge qui est vraiment très différente de ce qui se fait actuellement sur le marché
          Et comment elle s'appelle ?
          • [^] # Re: GForge → FusionForge

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Elle s'appelle Wombat.

            Pour répondre à la question qui ne tardera pas, ce sera libre (en Apache 2 a priori) si un jour on décide de distribuer l'engin.

            Pour l'instant, il n'y a qu'une seule installation et elle est à la maison. Comme je le disais, on a vraiment fait des choix adaptés à notre manière de faire notre métier, je ne sais pas si c'est généralisable sans qu'on rende le truc plus complexe que je ne le voudrais.

            Et pour avoir passé plusieurs années de ma vie à développer GForge et à devoir faire du support à l'installation (car ce n'est jamais simple à installer des bestioles comme ça car très lié à l'environnement externe), je ne suis pas sûr d'avoir envie de remettre le couvert sur cet aspect.

            Accessoirement, le meilleur acronyme que j'ai pu trouver, c'est Wombat Organizes the Management of Bevelopment And Teaming. Tu comprendras que c'est difficile de distribuer quelque chose dans ces conditions.

            L'archi de la bête est grossièrement décrite dans une présentation interne que j'avais faite en mars : http://people.openwide.fr/~gsmet/linuxfr/20090327-Anatomie_d(...) . Il n'y a pas de capture vu que c'était interne mais ça donne une idée de comment c'est fait.

            Ca a beaucoup évolué depuis mais, à mon sens, ce sont surtout les principes qui sont intéressants.
            J'en avais pas mal discuté avec Christian Bayle qui est chez FT avec qui j'avais travaillé sur GForge et qui fait partie du projet européen Coclico dont on parle ici (auquel nous n'avons pas été conviés pour des raisons qui m'échappent vu notre historique d'activité sur le sujet des forges libres mais c'est une autre histoire :)).
  • # question

    Posté par . Évalué à 1.

    Quelle est la date prévue de prise de poste ?
  • # Cadre confirmé

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    il sera nécessaire de définir un format d'échange standardisé, ouvert, capable de représenter l'ensemble des données d'un projet. Le candidat procèdera ensuite à son intégration dans différentes forges logicielles.
    puis le poste requiert également une maîtrise rigoureuse des processus de production.
    On en rajoute un peu Aptitudes à la communication, aisance relationnelle

    et le coup de grâce Entre 2287€ et 3014€ Brut mensuel
    Ah, c'est un mi-temps ?

    La description des compétences est celle d'un cadre confirmé.
    2200€ brut c'est ce que gagne mon subordonné qui a 21 ans et un CAP en électricité.
    • [^] # Commentaire supprimé

      Posté par . Évalué à 5.

      Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

      • [^] # Re: Cadre confirmé

        Posté par . Évalué à 4.

        > [...]INRIA[...]

        Étant donné le nombre de jour de congés, on pourrait presque dire que c'est un mi-temps en effet :-)
        • [^] # Re: Cadre confirmé

          Posté par . Évalué à 2.

          Pour indication, pas mal de monde que je connais ont 7 semaines de CP ...
        • [^] # Commentaire supprimé

          Posté par . Évalué à 2.

          Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

          • [^] # Re: Cadre confirmé

            Posté par . Évalué à 3.

            > Comme je disais (Le smiley ne change pas la lourdeur de la chose - ça devient vite lassant) :
            Si je me permets la remarque c'est que j'y ai bossé. Quitte a être mal payé autant avoir une bonne qualité de vie, il n'y a que toi pour y voir une critique.

            Pour répondre au commentaire d'au dessus; 49 jours de congés (CP + RTT), hormis ne pas dépendre du syntec et bosser pour air france ou probtp, tu auras du mal à trouver plus... C'est exactement le double de ce que j'ai actuellement.

            > Dans la recherche c'est généralement 7j/7 avec des horaires assez importants chaque jour.

            Déjà, tu es complètement hors sujet. On parle ici d'un poste d'ingénieur en tant que contractuel de la fonction publique. Si les chercheurs se laissent volontairement exploiter en bossant 7j/7 pour des clopinettes; en expliquant qu'ils font ca pour l'amour de la recherche mais passent 70% de leur temps à faire de l'administratif, c'est leur soucis et pas le sujet ici...

            Pour un junior, c'est intéressant; le boulot est souvent bien, tu rencontres des gens compétents, et ca ouvre beaucoup de possibilité. Pour un premier boulot la grille INRIA reste acceptable. Et tu as une très bonne qualité de vie: congé + horaire très souple + "personne te demande rien".

            Si c'est pas ton premier taff ,soit tu tiens vraiment à ta qualité de vie et tu acceptes un salaire pourri (ne pas oublier que c'est un CDD sans prime de fin de contrat etc.). Soit tu fais comme tout le monde, tu vas voir ailleurs...

            > car les horaires sont libres et que parfois quand tu as bossé une semaine jusqu'à 3h du mat, tu as envie de faire la grasse mat un jour)

            Tu devrais relire ton contrat de travail. Tu as un volume horaire et des heures de travail. Tout le monde s'en fou de les respecter ou non, mais évite de te faire mal sur ton lieu de travail à 3h du matin...
            • [^] # Re: Cadre confirmé

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              En meme temps, 49 jours, c'est les 25 jours de congé légaux + les 25 jours de RTT lié aux 35 heures, soit l'application de la loi dans sa généralité, c'est loin d'être une durée exceptionnelle.

              Si tu n'appliques pas la loi, pourquoi tu te plains de travailler plus et reproche en même temps à un chercheur de le faire ? Vous êtes tenus aux mêmes lois, il n'est pas absurde, à mon avis, de comparer les montants que vous touchez à la fin du mois.
              • [^] # Re: Cadre confirmé

                Posté par . Évalué à 2.

                > c'est loin d'être une durée exceptionnelle.

                Dans la branche dont on parle, ca ne me semble pas très courant. Dans le BTP ou la métallurgie c'est autre chose.
                Et pour information c'est 35 jours de CP + 10 jours de RTT + recup. Les contrats ne sont pas aux 39h.

                > Si tu n'appliques pas la loi, pourquoi tu te plains de travailler plus et reproche en même temps à un chercheur de le faire ?

                Je ne reproche pas aux chercheurs de le faire. Je reproche de mélanger ce que certains décident de faire et leur contrat de travail.

                Néanmoins, je suis d'accord avec leurs revendications; tant sur le boulot que sur la rémunération (personnellement j'aurais répondu "LOL" aux RH en voyant le contrat).

                > Vous êtes tenus aux mêmes lois

                La loi dit 35 heures, et 25 jours de CP. Tu peux même bosser 37h30 sans RTT grâce aux heures sup.
                Y'a plus de boites qui ont lu la loi dans ce sens là, que dans le sens "je touche pas à ton salaire, je déclare 39h et je te donne 35 jours de CP + 25 jours de RTT"...

                > comparer les montants que vous touchez à la fin du mois.

                C'est pour cela que je faisais remarquer le volume de congé et la qualité de vie, en rebondissant sur le commentaire initial.
                Si je voulais prendre le même volume de repos via des congés sans solde actuellement, tu peux retirer entre 300 et 400 euros sur le net par mois. C'était le sens de ma remarque initiale.

                Cela dit, même en retirant ce montant, je perdrais encore pour passer d'un CDI vers un CDD (et sans prime de fin de précarité)... Après chacun défini l'équilibre qui lui plait, pour moi c'était une bonne expérience.
                Mais si tu as bossé à l'INRIA, tu comprends beaucoup de choses en constatant leur politique de RH. Dommage...
                • [^] # Re: Cadre confirmé

                  Posté par . Évalué à 2.

                  >> Si tu n'appliques pas la loi, pourquoi tu te plains de travailler plus et reproche en même temps à un chercheur de le faire ?

                  >Je ne reproche pas aux chercheurs de le faire. Je reproche de mélanger ce que certains décident de faire et leur contrat de travail.

                  La nature même du travail de chercheur fait que, quel que soit le volume horaire déclaré sur ton contrat, si tu veux satisfaire au tristement célèbre « publish or perish » (qui est une connerie monumentale à mon avis...), tu n'as pas d'autre choix. Comme les idées ne viennent pas forcément en continu, les journées de recherche sont très irrégulières. Une fois une idée trouvée, sa mise en application peut prendre pas mal de temps (et dans beaucoup de cas, ça se rapproche de l'ingénierie).

                  Soit dit en passant, comme nous sommes en août, il y a officiellement fermeture administrative de la fac où je bosse (avec exception pour ceux qui ont demandé à pouvoir venir de 9h à 17h ...), mais le reste de l'année, oui, je suis couvert jour & nuit. Si si. Tant mieux, parce que les nuits blanches passée à finir la rédaction d'un article sont rares, mais arrivent régulièrement.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.