Forum Linux.debian/ubuntu kexec ne démonte pas correctement les systèmes de fichiers ?

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags : aucun
1
6
mai
2015

Sur une Debian Jessie 8.0 je viens de m'apercevoir que suite à redémarrage avec kexec le journal systemd contient ça :
systemd-fsck[xxx]: /dev/sda1 n'a pas été démonté proprement, vérification forcée

Re-redémarrage, idem.

À noter qu'il n'y a aucune erreur détectée.

J'utilise très rarement kexec, donc je ne sais pas si ça le fait depuis longtemps ou pas, ni si ça le fait sur d'autres machines.
Google ne me donne pas d'infos à ce sujet, donc j'ai l'impression que ce n'est pas courant.

Vous en pensez quoi ?

  • # Un démontage manuel ?

    Posté par . Évalué à 1.

    Et si tu démontes manuellement les systèmes de fichiers, puis que tu redémarres avec kexec ? Le message d'erreur au redémarrage persiste-t-il ?

  • # que c'est normal ?

    Posté par . Évalué à 2.

    apres tout, le principe de KEXEC, c'est de redemarrer la machine (le noyau etc) sans repasser par le bios, la detection des partitions et le MBR/grub

    donc il a besoin de la partition pour pouvoir charger les fichiers dont il a besoin, non ?

    • [^] # Re: que c'est normal ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Le futur noyau est chargé lors de la procédure d'extinction, par un des scripts d'arrêt.
      Ensuite (ou avant ? Je ne sais plus) le système de fichier est remonté en lecture seule.
      Puis le redémarrage se fait.

      J'imagine que la partie « le système de fichier est remonté en lecture seule » a un problème sur l'ordinateur sur lequel j'ai vu le problème. Mais c'est peut-être carrément un bug Debian.
      Je vais tester prochainement sur une autre machine, à l'occasion.

  • # Autant que je me rappelle

    Posté par . Évalué à 2.

    il ne faut pas exécuter kexec -e soi-même, qui relancerait directement le nouveau noyau sans appeler les scripts d'arrêt.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.