Les petits Suisses aussi aiment le logiciel libre

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
Tags : aucun
13
10
sept.
2010
Communauté
On parle beaucoup de la défense des logiciels libre en France sur LinuxFr.org, sûrement parce que le site est français j'imagine... C'est pourquoi je vous propose un tour de la situation en Suisse.

On a notamment parlé du renouvellement des licences Microsoft par le gouvernement Suisse pour un montant de 42 millions de francs (à peu près 32.2 millions d'euros) et de la mobilisation des entreprises proposant du logiciel libre mais peu de l'engagement politique et associatif de ce pays. Situation politique vis-à-vis du Logiciel Libre:

Il y a un peu plus d'un an (le 27 avril 2009 pour être précis) a été créé un groupe parlementaire pour l'utilisation des logiciels libres (de son vrai nom "Groupe parlementaire pour une informatique durable") dans l'administration Suisse (ce qui inclut aussi l'éducation), à l'initiative de l'association /ch/open (dont je reparlerai). Ce groupe parlementaire est constitué de :
  • Co-présidence : Christian Wasserfallen, Edith Graf-Litscher ;
  • Membres fondateurs : Alec von Graffenried, Kathy Riklin, Thomas Weibel, Walter Donzé ;
  • Membres : Barbara Schmid-Federer, Brigitte Häberli-Koller, Claude Janiak, Evi Allemann, Felix Gutzwiller, Francine John-Calame, Geri Müller, Hans Altherr, Ignazio Cassis, Liliane Maury Pasquier, Louis Schelbert, Luc Recordon, Marianne Kleiner, Peter Malama, Raphaël Comte, Roger Nordmann, Ruedi Aeschbacher, Sep Cathomas, Simonetta Sommaruga ;
  • Organisations de soutien : /ch/open, Free Software Foundation Europe, Le GULL, Swisslinux.org, Wilhelm Tux.
Pour donner une idée, en Suisse qu'un groupe parlementaire soit formé pour le soutien du logiciel libre est assez important. Ceci augure bien des discussions autour du logiciel libre.

Par ailleurs, la ville d'Yverdon-les-Bains est aussi intéressée par les logiciels libres (la gestion de l'informatique est cantonale en Suisse) dans plusieurs projets, notamment la gestion de la consommation d'énergie ainsi que le remplacement des navigateurs (pour ceux qui le désirent) par Firefox.

Il y a aussi une demande de plus en plus pressante pour passer à des formats de fichiers ouverts (textes, tableurs, etc.). Il y a notamment eu un projet pilote d'utilisation de la suite bureautique StarOffice (OpenOffice commercial de Sun, pardon, Oracle) ainsi que du format ODF. Ce même établissement est aussi passé à Alfresco, système libre de gestion de documents, sous licence GPL.

Par ailleurs le Canton de Vaud a choisi d'utiliser Typo3 comme CMS et une bonne partie des serveurs du gouvernement tournent sous GNU/Linux (sous Suse en fait).

Pour ce qui est de la libre utilisation des données, il y a plusieurs projet qui pointent timidement le bout de leur nez. La mise à disposition des données du cadastre géologique centralisé du canton de Vaud et le système d'information du territoire Genevois. Toutefois ces données ne sont pas vraiment en libre accès.

Situation associative : Les associations les plus actives sont :
  • /ch/open, une association qui a notamment organisé une conférence de Richard Stallman sur le Copyright (lors des négociations de l'ACTA à Berne, avec une manifestation après, c'est très drôle de voire RMS distribuer des tracts...) et organise chaque année les CH Open Source Awards qui récompensent des projets ou des personnes pour leur engagement dans le logiciel libre ;
  • Le GULL, une association proposant des conférences, des cours et permettant à des personnes ou des organismes de se rencontrer autours des logiciels libres ;
  • Swisslinux.org, à la fois une association ayant pour but de réunir les utilisateurs de GNU/Linux et un site qui se veut, je cite, « Le carrefour GNU/Linux en Suisse » avec de la documentation, un forum, un wiki, un canal IRC ainsi qu'un salon Jabber ;
    Wilhelm Tux (Guillaume Tux en français en hommage à Guillaume Tell), une association de défense et promotion du logiciel libre en Suisse. Le site est malheureusement en allemand. Elle est depuis 2004 associée à la FSFE (Free Software Foundation Europe).
Pour conclure on peut dire que la Suisse n'est pas en avance dans son utilisation des logiciels libres, mais il y a plein de personnes prêtes à faire bouger les choses. Bien sûr on est en Suisse, ça ira donc lentement...
  • # Question de taille

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    On parle beaucoup de la défense des logiciels libre en France sur LinuxFr.org, sûrement parce que le site est français j'imagine...

    France : 65 millions de personnes parlant français
    Québec : 7 millions de personnes parlant français
    Suisse : 1,6 millions de personnes parlant français
    La différence de traitement doit sans doute venir des "petits" suisses, tout simplement, et non de la nationalité du site.

    Ah ces Suisses dans les montagnes!
  • # LA question qui nous intéresse vraiment sur la Suisse

    Posté par . Évalué à 5.

    C'est pourquoi on appelle les petits Suisses des petits Suisses alors qu'ils ont été inventé en Normandie!?

    Bon, je viens de trouver la réponse sur Wikipedia.
    Vraiment inutile ce journal du coup.

    Au fait, de quoi on parlait??
  • # en avance sur la France?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    J'ai l'impression de la manière dont est décrite la situation en Suisse, qu'elle est plus avancée qu'en France. Parce que j'ai franchement le sentiment qu'en France, ça avance tout de même assez timidement non?
  • # Correcteur !

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Il y a un peut plus d'un an
    s/peut/peu

    Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

  • # informations erronées

    Posté par . Évalué à 3.

    et une bonne partie des serveurs du gouvernement tournent sous GNU/Linux (sous Suse en fait).

    S'il y'a bien des serveurs linux à l'État de Vaud, ils ne tournent pas sous Suse.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.