Les pilotes pour imprimante, SpliX, sortent en version 2.0.0

Posté par (page perso) . Modéré par Bruno Michel.
Tags :
9
7
fév.
2009
Matériel
Après plus d'une année de réécriture intégrale et de tests, les pilotes proposés par le projet SpliX, pour les imprimantes Samsung, Dell et Xerox utilisant le format de données QPDL (Quick Page Description Language), sont enfin disponibles en version 2.0.0.

Avec près de 50 imprimantes supportées, cette nouvelle mouture apporte : le support du recto-verso manuel, du recto-verso inversé, de nouveaux formats et types de papiers, une amélioration des impressions couleurs ainsi que des corrections de bugs. Pour ce qui concerne le détail des améliorations, cette nouvelle version apporte :
  • La gestion du recto-verso manuel
    Pour les imprimantes ne possédant pas de véritable système d'impression recto-verso, elles permettent, en outre, une impression assistée en recto-verso. Alors que l'utilisateur demande l'impression complète de son document en recto-verso, celle-ci imprime en premier les pages paires par ordre décroissant, attend que l'utilisateur replace les feuilles imprimées dans le chargeur manuel puis appuie sur le bouton de l'imprimante, démarrant ainsi la fin de l'impression des pages impaires par ordre croissant.

  • La gestion du recto-verso inversé

  • Une meilleure gestion des couleurs
    L'utilisation des profils de couleurs fournis par les fabricants de ces imprimantes couleurs permet d'optimiser le rendu de ces impressions. De plus, des algorithmes de correction de couleurs ont été ajoutés afin d'optimiser le résultat de la conversion du document (d'un format vectoriel à une carte de points (bitmap)) effectué par Ghostscript.

  • De nouveaux algorithmes de compression et une optimisation des existants
    Les algorithmes connus sous les numéros 0xD et 0xE ont été ajoutés afin de pouvoir utiliser d'anciennes imprimantes de la firme Samsung tandis que l'algorithme 0x11 a été optimisé afin d'augmenter très légèrement la capacité de compression, réduisant ainsi le temps et la quantité de données à transmettre à l'imprimante.

  • Une compression accélérée
    Par l'utilisation de threads parallélisant la compression des différentes pages du document ; très apprécié dans l'impression d'un très gros document (plusieurs centaines de pages) en mode recto-verso manuel

  • La gestion de certaines capacités de l'imprimante
    Il est par exemple possible de modifier la pression de l'air utilisée

  • Le support de nouveaux formats de papiers
    En particulier les formats Oficio, Size6 et enveloppe N°5

  • La correction de certains bugs
    L'un des principaux bugs concernant le mauvais calcul des marges a été résolu.

Et pour finir, voici la liste des imprimantes actuellement supportées (malheureusement, cette liste n'est pas exhaustive et il est certain que d'autres imprimantes peuvent fonctionner avec SpliX. N'hésitez pas à m'en faire part) :

  • Dell
    • 1100, 1110

  • Samsung
    • CLP : 200, 300, 500, 510, 550, 600, 610
    • CLX : 216x, 2170, 3160
    • ML : 1510, 1520, 1610, 1630, 1640, 1710, 1740, 1750, 2010, 2150, 2250, 2251, 2510, 2550, 3050, 3060
    • SCX : 4200, 4500

  • Xerox
    • Phaser : 3130, 3150, 3160, 3420, 3425, 5500, 6100, 6110
    • WorkCentre : 3119

  • Ricoh
    • (certaines de leurs imprimantes sont censées être supportées)

  • # drivers ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Pour ce qui concerne le détail des améliorations, cette nouvelle version apporte :

    * La gestion du recto-verso manuel
    * La gestion du recto-verso inversé
    * Une meilleure gestion des couleurs

    C'est vraiment au driver de faire tout ça ?
    Cups n'est pas capable de gérer ça de manière générique ?
    • [^] # Re: drivers ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Cups est un serveur d'impression : la gestion du matériel est confiée au driver. Si tu prends le drivers cups "generic" dans le cas d'imprimantes postscript, tu auras moins de possibilités de configuaration que le driver spécifique développé pour l'imprimante.

      Et dans le cas de Splix, ce sont des imprimantes GDI, donc la présence de drivers spécifiques est bienvenue !
      • [^] # Re: drivers ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Je ne suis pas sûr que tu ais compris la question (ou je n'ai pas compris ta réponse :-)).

        En quoi a-t'on besoin d'un pilote spécifique pour imprimer les pages impaire, attendre que l'utilisateur les retourne et imprimer les pages pair? C'est une fonctionnalité toute bête qu'il y avait avec le pilote HP pour Windows que j'avais et que je n'ai pas retrouver sous Linux.

        On peut le faire manuellement mais il faut beaucoup réfléchir (en tout cas moi) pour ne pas imprimer la page 48 de l'autre côté de la page 1 ou le bas de la page 2 en haut de la page 1.

        Pour décrire le comportement auquel je m'attend (je me base sur ce pilote HP) quand on clique sur recto-verso manuel:
        1- l'imprimante imprime les pages pair (ou impair, je m'en fout)
        2- un pop-up apparaît me disant d'attendre la fin de l'impression puis de faire la manipulation inscrite en 3 schémas (prendre les feuilles, les retourner, les remettre dans le sens correcte (avec des dessins explicites)
        3- l'imprimante imprime les pages impair dans l'ordre inversé par rapport à la première impression.

        Je n'ai jamais fait de recherche approfondie sur le sujet mais je n'ai jamais vu que ça existait sous Linux (à part en lisant cette dépêche)

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: drivers ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          En l'occurrence ici, c'est une fonctionnalité (certes simple mais une fonctionnalité tout de même) de l'imprimante. Comme j'ai tenté de l'expliquer dans la dépêche, ce n'est pas une fenêtre qui apparaît à l'écran mais c'est l'imprimante qui clignote pour dire "il est temps de placer les feuilles dans l'entrée manuelle et d'appuyer sur le bouton une fois en place que je puisse poursuivre l'impression). Il y a des informations à donner à l'imprimante lors de l'envoie des pages afin qu'elle puisse se caler et savoir où prendre les feuilles, où attendre les manipulations de l'utilisateurs etc.
          Ce n'est donc pas si facile de généraliser ce procédé..
          • [^] # Re: drivers ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Il pourrait peut-être y avoir 2 comportements, si le pilote gère le recto-verso manuel, Cups le laisse s'en charger, sinon il utilise ce que j'ai expliqué plus haut (je tiens à mon idée).

            « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: drivers ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Va fouiller dans les filtre kprinter, tu trouvera ton bonheur...
              Ça doit être utilisable avec d'autres gestionnaires voir avec lpr directement (kprinter me permet de créer des "sous" imprimantes avec des filtres préparamétrés accessibles depuis toutes mes applis (iceweasel, OOo etc)
  • # Je n'ai pas d'imprimante mais ...

    Posté par . Évalué à 1.

    Bien joué Titou !
  • # participation constructeurs ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Dans quelle mesure les constructeurs participent-ils ? (entre samsung, dell, xerox, ricoh il devrait y avoir de quoi faire)
    - fourniture de doc' ?
    - fourniture de matériels ?
    - tests de leur côté ?
    Avez-vous réussi à avoir des contacts ? (au moins qu'ils s'inscrivent aux ML de dév')

    bravo pour le boulot en tout cas !
    • [^] # Re: participation constructeurs ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Ah, les constructeurs d'imprimantes !

      Pour autant que j'ai pu en juger, parmi tous les fabricants de matériel, ce sont ceux qui font les pire pilotes. Exemple, ma Lexmark E120 :
      - comme c'est une imprimante PostScript, elle peut fonctionner avec un simple PPD de 40 ko ;
      - elle est fournie avec un CD de « pilotes » pour Windows, MacOS X et GNU/Linux ;
      - le « pilote » GNU/Linux n'est pas un PPD, mais un serveur d'impression entier, binaire x86, de plusieurs centaines de Mo ;
      - le pilote PPD fonctionne à merveille, mais doit être récupéré chez des contributeurs particuliers ;
      - ce pilote PPD, léger et universel, a été proposé à Lexmark : ils ne veulent pas en entendre parler.

      Après ça, pas la peine de s'étonner : une imprimante, ça ne marche pas bien parce que le fabricant fournit des pilotes, puisque dans ce cas, ce seraient des pilotes de très basse qualité. Non, ça marche bien quand les spécifications sont ouvertes et que des gens sérieux peuvent coder des pilotes tierce partie.
    • [^] # Re: participation constructeurs ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Seul Samsung a été contacté puisque le développement de ces pilotes a été décidé après l'achat d'une de leurs imprimantes censées être supportées sous Linux via un pilote propriétaire fourni avec mais qui était non fonctionnel.
      Comme il fallait s'y attendre, Samsung, avec un certain manque de tact, m'a fait comprendre qu'il était hors de question d'obtenir une quelconque aide de leur part et que si l'imprimante devait fonctionner sous Linux, il fallait acheter l'émulateur Postscript (coût : plus de 100€) à rajouter à l'imprimante.
      Ces pilotes ont donc été développés sans documentation. Les tests ont été effectués sur cette fameuse imprimante ainsi que sur les imprimantes de Linuxiens désireux d'aider à l'évolution des pilotes. Il n'a donc été fait aucune fourniture de matériel.
      Et le dernier point ne surprendra personne : aucun constructeur n'a, à ma connaissance, officiellement effectué des tests de SpliX ni même cherché à être tenu informé des évolutions des pilotes.

      Le seul point qui me semble positif, malgré la publicité mensongère, est de voir le petit logo de Linux sur la boîte de l'imprimante et de voir GNU/Linux dans la liste des systèmes d'exploitations supportés.

      Les mentalités changent un tout petit peu et c'est un bon point. Il faudra cependant beaucoup de temps pour que les constructeurs ne négligent vraiment plus ces systèmes d'exploitation et fournissent des pilotes de qualité.

      À titre d'anecdote, en plus de fournir un pilote (propriétaire) pour Linux non fonctionnel, ils ont toujours clamé qu'il n'était pas possible d'effectuer des impressions avec une résolution de 1200 par 1200 PPP sous Linux. La réalité est que CUPS effectue (via ghostscript) la conversion du fichier postscript en une carte de points dans cette résolution sans aucune difficulté et qu'il n'est nécessaire que de changer un octet (en plus du nombre de points par lignes et par colonnes...) dans les données envoyées à l'imprimante afin d'effectuer une impression dans cette résolution.
      Serait-ce donc si important de rendre les pilotes pour Linux moins performant que ceux de Windows ? Y aurait-t-il une quelconque pression ?

      Aurélien

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.