Open Mail Archive : archivage de messagerie en open source

Posté par . Modéré par Florent Zara.
Tags :
1
15
déc.
2006
Sécurité
La nouvelle version opensource du logiciel d'archivage de messagerie d'OCTANT, Open Mail Archive (OMA2), est en ligne.

La messagerie est devenue un véritable outil de production au sein des collectivités. Pour apporter la sécurité, OCTANT a développé le logiciel Open Mail Archive, qui permet l'archivage des courriels, mais aussi leur restauration avec des outils qui facilitent la tâche des administrateurs système.

La version 2, publiée en licence GNU/GPL, vient d'être mise en ligne sur le site d'OCTANT.

OMA est un système d'archivage de messagerie en PHP basé sur une architecture Postfix/Mysql/Apache/PHP. Il archive tous les flux provenant d'architectures hétérogènes basés sur le standard SMTP.

Voir la suite de l'article pour le détail des fonctionnalités Fonctionnalités :
  • Opérations d'archivage automatiques et manuelles
  • Configuration Full Web
  • Visualisation et gestion des courriels archivés
  • Visualisation et gestion des utilisateurs
  • Visualisation et gestion des greffons (ie UDO, DVD...)
  • Recherche et restauration des courriels par filtres (date, expéditeur, taille...)
  • Règles (et exceptions) pour filtrer les courriels archivés
  • Visualisation des logs (événements, archives, opérations de restaurations, erreurs...)
  • Restauration des courriels par la messagerie ou méthode de restauration dans un répertoire et plus encore
  • # SLO

    Posté par . Évalué à 1.

    Bien dommage que la solution d'archivage soit sur le chemin des mails entrants comme sortants... Cela oblige à donner à cette plate-forme le même niveau de service que le reste de la plate-forme messagerie. Ce qui es bien luxueux pour une plate-forme d'archivage.
    • [^] # Re: SLO

      Posté par . Évalué à 1.

      En même temops, c'est tout à fait dans l'optique si le but est de répondre à cette débil^wstup^wheu.... cette loi de la plus pure sagesse américaine votée après le scandal Enron qui impose désormait aux sociétés (au moins celle cotées en bourse) la conservation de la totalité des échanges électroniques et qui exige presque une qualité de service pour la chaine d'archivage supérieure à la voie "normale" (puisque si un message délivré est perdu, c'est une faute pénale)

      Enfin, c'est le principe tiré à très gros trais, le texte exact étant, comme souvant, indémerdable sans avoir un doctorat de droit (faudrait pas que les avocats perdent leur emprise)...
      • [^] # Re: SLO

        Posté par . Évalué à 1.

        Exactement.

        Je faisait semblant, de ne pas me souvenir que j'ai à proposer une solution, pour répondre à cette "loi" dans mon entreprise. :)

        Ce produit a l'air taillé sur mesure dans cette optique. Merci qui? :)

        Enfin, comme précisé plus haut il faudra du HA sur ce noeud. Je vais essayer de voir ce que ça donne dans une infra virtuelle :)
    • [^] # Re: SLO

      Posté par . Évalué à 1.

      La criticité de l'archivage dépend essentiellement de l'architecture dans laquelle il a été mis en place.

      Le produit vient se greffer sur l'architecture actuellement en place, on peut par exemple n'archiver que le flux sortant, tout comme choisir d'archiver que le flux entrant. Tout dépend de l'implémentation.

      On peut intercaller la solution entre deux smtp serveurs, dans ce cas on est sur qu'aucun mails ne sortent (ou entrent) si la solution ne fonctionne pas.

      On peut également greffer la solution sans l'intercaler dans le flux smtp, ce qui la rend moins critique.

      Concernant le HA, différentes méthodes peuvent être envisagées. A titre d'exemple, on peut utiliser des MX backup en jouant sur le transport tout en assurant une disponibilité de la base de données sur heatbeat et drbd.

      La partie consultation étant à mon avis moins critique que le reste, on peut se passer de haute disponibilité sur cette partie là.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.