Sortie de Pardus 2009.1 (Anthropoides virgo)

Posté par (page perso) . Modéré par baud123.
22
18
jan.
2010
Linux
Pardus Linux est une distribution basée sur KDE4, Python et Qt, incluant tous les codecs multimédia, Flash, Java, DVD ainsi que les pilotes propriétaires Nvidia et ATI de manière à être immédiatement opérationnelle pour l'utilisateur de base, qui représente sa cible privilégiée.
Tous les développements du projet Pardus sont placés sous licence GPL.

Pardus 2009.1 présente des caractéristiques uniques qui en font une distribution Linux véritablement originale, capable à la fois de couvrir l'ensemble des besoins informatiques de "l'utilisateur Lambda" tout en dissimulant dans ses entrailles de quoi allécher les férus de programmation système. POURQUOI UNIQUE ?

Développée sur fonds publics (turcs) par l’Institut de Recherche en Électronique et Cryptologie du Conseil de Recherche Scientifique et Technologique (TUBITAK/UEKAE) dans un but d'indépendance technologique nationale.
Les développeurs sont partis d'une feuille blanche et ont créé une distribution moderne et novatrice. Ils ont écrit un gestionnaire d'initialisation (Mùdur), un gestionnaire de paquets (PiSi), un gestionnaire de configuration (ÇOMAR), de nombreux assistants graphiques destinés à faciliter la vie de l'utilisateur.
La plupart de ces outils sont écrits en python afin de rendre l’ensemble du système cohérent et élégant.


POURQUOI ORIGINALE ?

ZORG

Zorg représente un ensemble de scripts python et de modules permettant la configuration automatique du serveur graphique X.org.

ÇOMAR

ÇOMAR, qui signifie "Configuration MAnageR", est, comme son nom l’indique, le gestionnaire de configuration de Pardus. Il est écrit en C et propose une API en python. Il fournit, sous forme de scripts Python intégrés aux paquets, l’ensemble des services de configuration du système (réseau, utilisateurs, affichage, etc.).
Ces services sont connectés, grâce à D-Bus, à des clients graphiques écrits en langage Qt. Ces clients graphiques sont les gestionnaires graphiques de l'ancien centre de contrôle Tasma de Pardus 2008 qui sont intégrés au centre de contrôle de KDE 4 dans Pardus 2009.
ÇOMAR n’est donc pas directement visible par l’utilisateur. Il travaille dans l’ombre pour l’utilisateur, et propose au développeur une interface de configuration du système de bas-niveau, unifiée et cohérente, pour créer de nouveaux assistants graphiques en Python et Qt.

PolicyKit est également intégré à ÇOMAR ce qui permet une gestion des droits utilisateurs simplifiée dans les clients graphiques. Lancer et arrêter des services ou bien mettre à jour son système en deux clics sont enfin possible sans avoir à taper à chaque fois son mot de passe utilisateur.

MUDUR

Mùdur, qui signifie "directeur" en turc, est la réécriture en langage Python du système Init d’initialisation au démarrage de Linux. Mùdur fait partie du système ÇOMAR.
Mùdur gère le montage des systèmes de fichier, le chargement des pilotes de périphériques, le démarrage des services système et d’autres tâches pendant les séquences de démarrage et d’arrêt de Pardus.
Le script /sbin/mudur.py est lancé par /sbin/init (cf. /etc/inittab) pendant les changements de niveau de fonctionnement (les runlevels 1, puis 2, 3, 4, 5), et prend en charge le démarrage et l’arrêt des tâches.
Au démarrage, mudur.py appelle un autre script, /sbin/muavin.py, qui détecte le matériel présent au démarrage et charge les éventuels pilotes nécessaires dans le noyau (coldplug). Lors des branchements "à chaud" de périphériques, Muavin4 est appelé par udev. Il s’occupe de charger modules et firmwares.

PISI

PiSi, qui signifie " Packages Installed Successfully, as Intended" est le gestionnaire de paquets. Il est implémenté en python et conçu comme un framework afin qu’il soit facile de l’utiliser pour en réaliser des clients. Deux clients existent actuellement, pisi, en ligne de commande, simple, pratique et puissant et Package Manager, le client graphique.
Les paquets sources PiSi sont décrits en XML et la partie compilation utilise une API en python qui simplifie grandement la création et la maintenance des paquets PiSi.
PiSi gère les paquets de type .delta. Ainsi, lorsqu’une nouvelle version d’un logiciel / bibliothèque est disponible, les paquets delta ne contiennent que ce qui a changé depuis la dernière version installée, réduisant ainsi la taille des mises à jour de l’ordre 40 à 98%.
L’architecture de PiSi se différencie nettement de celles des systèmes de gestion de paquets de Debian (.deb) et Redhat (.rpm) et de leurs distributions dérivées (Ubuntu, Mandriva Linux, etc.). Ces distributions font en effet appel à de multiples outils annexes pour la résolution des dépendances entre paquets, la construction, le téléchargement, la validation, l’installation, la gestion des dépôts, alors que toutes ces fonctionnalités sont codées de manière intégrée dans PiSi et que les scripts shell sont remplacés par l’appel à des fonctions python disponibles dans une API cohérente, maintenable et évolutive.
Une autre différence vient du profit qui est tiré de l’existence du système ÇOMAR : la configuration des paquets logiciels est strictement séparée du système de gestion des paquets. Ainsi, le système de configuration des paquets ne se limite pas à des scripts de pré-suppression ou de de post-installation ; c’est un système plus perfectionné qui permet un mode de configuration intégré de l’ensemble des paquets installés par le recours à l’unique API de ÇOMAR. Dans ce système, un paquet peut fournir un script de configuration de service et s’en servir d’interface de configuration pour lui-même. Un autre bénéfice est que la configuration des paquets peut se faire aussi bien à distance que localement.

En résumé :
  • Écrit en Python de manière efficace et concise
  • Paquets sources écrits en XML et Python, compressés par LZMA
  • Accès rapide à la base de données des paquets grâce à Berkeley DB
  • Intègre les opérations de gestion de paquets de bas et de haut niveau (résolution des dépendances)
  • Approche orientée framework pour construire les applications et les outils
  • Interface en ligne de commande simple et interface graphique intuitive en Qt (distribuées séparément)
  • Construction de paquets extrêmement simple et rapide

ASPECT VISUEL

Un thème original soigné et plaisant, un jeu complet d'icônes (Milky), des fonds d'écrans.

DES ASSISTANTS ERGONOMIQUES INTÉGRÉS À KDE
  • YALI - installateur graphique simple à utiliser
  • Kaptan - assistant de configuratin du bureau et de la connexion à Internet en quelques clics.
  • Package Manager - gestionnaire de paquets
  • Network Manager - configuration des connexions réseaux
  • Firewall Manager - paramétrage du pare-feu
  • User Manager - configuration des utilisateurs
  • Display Settings - configuration de la carte graphique
  • Disk Manager - configuration des partitions
  • Service Manager - gestionnaire de service
  • History Manager - permet de défaire les opérations sur les paquets (installations, suppressions, mises à jour) et de revenir en arrière en cas de problème.
  • Boot Manager - configuration de GRUB
  • System Manager - configuration globale
Pardus 2009.1 est disponible en version installable ou live. Une même image ISO de Pardus a la faculté d'être gravée sur tout support (CD, DVD, clef USB).
  • # Versions

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    On pourrait avoir une liste des versions principales des logiciel (noyau, DE, ...) ?

    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Versions

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Il semble que le site officiel, en anglais, ne soit pas très à jour, ils parlent toujours de la 2009.0...

      Mais sur le site francophone on peut lire :
      Pardus 2009.1 propose la dernière édition stable de KDE, une meilleure gestion du matériel et, bien sûr, de nombreuses mises à jour logicielles dont vous trouverez un aperçu ci-dessous :

      - KDE 4.3.4
      - Noyau linux 2.6.31.11
      - OpenOffice.Org 3.1.1.5
      - Mozilla Firefox 3.5.7
      - Gimp 2.6.8
      - Xorg 1.6.5
      - Python 2.6.4

      « Un animal d'une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus » (H2G2)

      • [^] # Re: Versions

        Posté par . Évalué à 6.

        C'est quoi OpenOffice.org 3.1.1.5 ? Les seules versions 3.1 qui existent sont 3.1.0 et 3.1.1. Ensuite nous aurons très bientôt 3.2.

        De plus le lien pour OpenOffice.org sur le site francophone de Pardus pointe vers un site commercial bien connu qui abuse de la marque et du logo OpenOffice.org qui sont propriété de Sun. Le nom correct du logiciel est OpenOffice.org, ni OpenOffice, ni Open Office, ni OOo. Ce site vend une version, MS-Windows uniquement, de OpenOffice.org contre 2 sms surtaxés qu'il faut envoyer une fois l'installeur lancé pour pouvoir obtenir un code d'installation. Des utilisateurs très en colère m'ont aussi signalé que cette version avait tenté d'installer un malware sur leur PC.

        Je n'ai pas trouvé d'adresse contact sur le site francophone de Pardus pour émettre une protestation. Au besoin je m'abonnerai au forum Pardus.

        Jean-Baptiste Faure
        Responsable de la Communauté Francophone OpenOffice.org
        • [^] # Re: Versions

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Il me semble qu'OpenOffice 3.1.1.5 c'est en fait go-oo (en tout cas sous Arch, c'est go-oo et le paquet est en version 3.1.1.5).

          « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

        • [^] # Re: Versions

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Bonjour,

          voici le descriptif affiché lorsque l'on clique sur la rubrique à propos d'OpenOffice.org :

          OpenOffice.org 3.1.1
          OOO310m19 (Build:9420)
          Copyright .....
          ........html
          Build 3.1.1.5

          En ce qui concerne le lien, il ne pointait effectivement pas vers la bonne destination. Je vous présente, de la part de la communauté francophone de Pardus, nos plus sincères excuses pour le désagrément occasionné.

          Cordialement,

          Linuxcomics.
          • [^] # Re: Versions

            Posté par . Évalué à 1.

            J'ai vu que le lien erroné a très vite été corrigé. Merci pour cette réactivité.

            Mais pourquoi utiliser go-oo plutôt que la version officielle ? Est-ce qu'il y a une raison technique ou bien est-ce autre chose ?

            JBF
            • [^] # Re: Versions

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              De mémoire Mandriva s'appuie également sur go-oo. Si je me souviens bien les raisons il y a des fonctionnalités en plus (par exemple les filtres d'importation), démarrage plus rapide, etc. du fait que l'ajout de code est plus rapide / facile dans go-oo que dans OOo
              • [^] # Re: Versions

                Posté par . Évalué à 2.

                Également, et c'est ce qui m'a fait obligatoirement installé go-openoffice sur arch (ce qui est moins simple que d'installer openoffice, du moins en français), c'est le filtre « vide / non vide » sous le tableur.
                C'est un outil très pratique qui manque beaucoup à la version officiel (et je n'ai jamais réussi à trouver un module ou autre pour le faire sous OpenOffice).
                Il y a eu aussi le support du SVG dans Draw, et d'autres choses qui sont sur cette page (en anglais) :

                http://go-oo.org/discover/
              • [^] # Re: Versions

                Posté par . Évalué à 1.

                Oui c'est la raison avancée ordinairement. Si l'ajout de code est plus facile, l'ajout de bugs aussi. En plus Go-oo ne passe pas par le processus d'assurance qualité de OpenOffice.org ce qui est quand même gênant si les distributions Linux veulent se défaire de cette réputation d'OS fait seulement pour les geeks.
                • [^] # Re: Versions

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Personnellement, j'ai vu au moins un bug dans OpenOffice, non présent dans go-openoffice (je ne sais plus lequel, mais j'avais testé sur windows, linux, avec openoffice et go-openoffice).
                  Je ne cherche pas à dénigrer OpenOffice qui font du très bon boulot, mais sans doute faute de personnel, elle n'est pas non plus exempt de bugs (et pour les rapports de bugs, désolé, je n'ai pas le niveau en anglais).
                  • [^] # Re: Versions

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Je ne dis bien sûr pas que la version officielle est exempte de bugs, je suis assez bien placé pour le savoir. Ce que je remarque cependant, par exemple sur le forum ubuntu-fr, c'est que bien des bugs avec la version fournies par la distribution disparaissent quand on la remplace par la version officielle. Et je ne me souviens pas d'exemple d'utilisateur ayant remplacé go-oo par OpenOffice.org qui a du réinstaller go-oo.

                    Pour les rapports de bugs, il n'est pas nécessaire de maîtriser l'anglais, il suffit de venir en parler sur la liste de discussion qa-test@fr.openoffice.org (donc en français) et d'autres se chargeront de reproduire et, s'il y a lieu, d'enregistrer le bug.
                    • [^] # Re: Versions

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Ubuntu, est un cas particulier, qui n'utilise pas Go-openoffice, mais une version repatché, ce qui fait donc une version modifiée de la version modifiée de l'original.
                      En effet, le bug dont je parlais était aussi présent (sous une forme différente) sous ubuntu, mais pas sous go-openoffice.
                      Je crois que la version d'Ubuntu, est sans vouloir « casser de l'ubuntu » la plus buggé que j'ai vu.

                      Merci pour le lien de la liste de discussion, je m'en servirai sans doute.
                      • [^] # Re: Versions

                        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                        En fait, Ubuntu, ils aiment bien créer des bugs en plus pour faire déborder les bugtracker des projets avec des problèmes qui n'existe pas. J'aimerais bien connaître la raison de ce choix et si ça vaut la peine d'introduire plus de bugs.

                        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

            • [^] # Re: Versions

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Je ne comprends pas cette polémique autour de Go-oo. La majorité des distributions l'utilisent (sous le nom d'openoffice.org) à commencer par Debian en passant par Ubuntu, Gentoo, Mandriva, ... Ça n'a franchement rien d'exotique d'utiliser Go-oo qui est également maintenu par une grosse boîte pour ceux que ça rassure (Novell pour ne pas la citer).
              • [^] # Re: Versions

                Posté par . Évalué à 1.

                Qui trouve un intérêt à la dispersion des efforts de développement ? Certainement pas l'utilisateur final.
                Pourquoi installe-t-on des versions expérimentales sur des distributions qui ont vocation à être utilisées dans un cadre professionnel ? Ce n'est peut-être pas le meilleur moyen pour donner confiance.
                • [^] # Re: Versions

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Qui trouve un intérêt à la dispersion des efforts de développement ?

                  Si j'ai bien compris le problème, c'est justement parce qu'on ne tenait pas compte des efforts de développement externes que Go-oo a été créé.

                  « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

                • [^] # Re: Versions

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Je resors ce commentaire d'octobre 2008 qui résume bien la situation de Go-oo selon moi :

                  Posté par Michel Loiseleur (envoyer un message privé) le 15/10/2008 à 10:15. (lien). Évalué à 10.
                  En tant que contributeur à Go-OO et non employé par Novell, je crois que je vais sauter à pied joints dans le troll.

                  Go-OO n'est pas un "produit" Novell, contrairement à la "vrai" suite made in Sun, tout le monde peut y contribuer.

                  Les distros intègrent tout (Mandriva, Ubuntu, Debian, Suse, Ark, Pardus, Gentoo) ou partie (Fedora, Red Hat) de Go-OO. Elles ont chacune des raisons qui leur sont propres, mais le fait que l'ensemble de ces développeurs sont sous Linux ne doit pas y être étranger. C'est la seule version ou dans le ./configure on peut sélectionner sa distribution, et les autres paramètres se remplissent tout seul en fonction.

                  C'est la seule version d'OpenOffice.org développée par des linuxiens pour des linuxiens avec des technologies liées. Certains de mes patchs sur l'intégration kde ou gnomevfs ne peuvent ainsi pas être reversé chez Sun : ce code n'existe pas du tout dans la version vanilla.

                  Enfin, si Go-OO est si peu promu, si personne n'en entend parler, c'est aussi parce que c'est une volonté des initiateurs du projet. L'idée est essentiellement de montrer par l'exemple comment un projet libre peut et doit se dérouler pour qu'il marche. Ce n'est pas de forker la version vanilla, il y en a déjà bien assez comme ça (OxygenOffice, NeoOffice, BrOffice, Symphony, Red Flag Office, ...).


                  http://linuxfr.org/comments/973330.html#973330
            • [^] # Re: Versions

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Bonsoir !

              J'ai posé votre question sur la liste de diffusion pardus-devel (http://lists.pardus.org.tr/pardus-devel/2010-January/001546.(...)

              Go-oo semble plus facile à packager et offre apparemment un meilleur support des technologies propriétaires d'autres suites bureautiques, comme OpenXML et VBA.

              Cordialement,

              Linuxcomics.
  • # Intéressant sur le papier

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    La description est intéressante. Tout d'abord les distributions basées sur KDE se font rares. Et puis, c'est assez innovants d'introduire autant de nouveaux outils. Ça me donne envie d'essayer (je n'ai pas essayé de nouvelle distrib depuis 5 ans) …
    Et puis, c'est pas souvent qu'on entend parler de la Turquie.
    • [^] # Re: Intéressant sur le papier

      Posté par . Évalué à 1.

      Entièrement d'accord cette distrubution sort de l'ordinaire et a l'air d'innover sur pas mal de points(en tout cas ca nous change des descriptifs des ubuntu/fedora/mandriva/suse).
      Des que je m'achète mon nouveau disque dur je pense que je vais l'installer et tester tout ca.
  • # POURQUOI UNIQUE ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    POURQUOI UNIQUE ?
    Déjà appeler une distribution 2009.1 alors qu'elle sort en janvier 2010 c'est assez unique comme idée.
    • [^] # Re: POURQUOI UNIQUE ?

      Posté par . Évalué à 3.

      ça change des distributions qui nomme 2010.0 une distribution qui sort fin 2009...
      • [^] # Re: POURQUOI UNIQUE ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        C'est plus logique, vu qu'elle sera utilisée en 2010. (c'est comme le dictionnaire)

        « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: POURQUOI UNIQUE ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Bonsoir,

      Anthropoides Virgo a été numérotée de la sorte car il s'agit d'une mise à jour de la branche majeure de Pardus parue en 2009.

      Cordialement,

      Linuxcomics.
  • # "Madame Michu" et "les férus de programmation"

    Posté par . Évalué à 1.

    Était-il vraiment nécessaire de dire "capable à la fois de couvrir l'ensemble des besoins informatiques de "madame Michu" tout en dissimulant dans ses entrailles de quoi allécher les férus de programmation système." ?

    Que penseriez-vous si la phrase était rédigée ainsi à la place :

    "capable à la fois de couvrir l'ensemble des besoins informatiques de "monsieur Biteu" tout en dissimulant dans ses entrailles de quoi allécher les férues de programmation système." ?

    N.B.: Ni le site officiel, ni le site français, ne font référence à "madame Michu".
    • [^] # Re: "Madame Michu" et "les férus de programmation"

      Posté par . Évalué à 0.

      A défaut d'être omniscients, Monsieur et Mme Michu sont omniprésents. Nul besoin de faire référence à, cela va de soi. Chuck Norris lui même à pris des cours de enlarge-notoriété auprès de Michu. Facebook utilise mmemichu comme bypass pour la gestion administrative
    • [^] # Re: "Madame Michu" et "les férus de programmation"

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Je suis d'accord avec toi. Le machisme n'a pas sa place dans LinuxFR.
      Je comprends la colère d'une férue de programmation comme toi.

      GNU's Not Unix / LINUX Is Not Unix Xernel

      • [^] # Re: "Madame Michu" et "les férus de programmation"

        Posté par . Évalué à 5.

        En même temps, il n'y avait aucun machisme dans le mot "férus". En francais, un féru + une férue = deux férus (sans 'e' donc). Par contre la proposition de dark_line, 'férues', exclue les 'férus'.

        Je vous propose "capable à la fois de couvrir l'ensemble des besoins informatiques de 'Mme et M. Michu' tout en dissimulant dans ses entrailles de quoi allécher les 'férus' de programmation système" !
  • # Live CD non installable

    Posté par . Évalué à 2.

    Bonjour,

    Distribution très intéressante, je teste dès que j'ai un moment. Je cherchais justement une distribution avec une bonne intégration de KDE.
    Actuellement sous fedora, ce n'est pas très bon, il reste certaines applications GTK dont on peut difficilement se passer.
    Lorsque plusieurs distributions de qualité (mettez-y ce que vous voulez) intégreront KDE de manière correcte (mettez-y ce que vous voulez), KDE passera devant Gnome (ou pas).


    Par contre, qu'est-ce qui justifie que le live cd ne soit pas installable ? Le programme d'installation prends-il trop de place ?

    Du coup, j'ai téléchargé les deux isos, toujours enthousiaste et optimiste que je suis lorsque j'essaye une nouvelle distribution.
    • [^] # Re: Live CD non installable

      Posté par . Évalué à 1.

      "Actuellement sous fedora, ce n'est pas très bon, il reste certaines applications GTK dont on peut difficilement se passer."
      Ces quoi ces applications dont tu ne peut pas te passer sur fedora mais dont tu pourrais te passer sous pardus ?
      • [^] # Re: Live CD non installable

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        NetworkManager ? Il existe en Qt, mais Fedora utilise la version GTK.

        Le programme d'installation est en GTK aussi je crois. Mais sinon, Fedora s'en sort encore bien niveau intégration.
        • [^] # Re: Live CD non installable

          Posté par . Évalué à 1.

          la version Qt est comment dire... amusante mais elle ne fontionne pas avec le WEP par exemple et meme si c'est pas bien d'utiliser ce protocole, c'est tout de meme encore tres utilise.
        • [^] # Re: Live CD non installable

          Posté par . Évalué à 3.

          > NetworkManager ? Il existe en Qt, mais Fedora utilise la version GTK.
          Prévu pour Fedora 13 si ce n'est pas (encore) repoussé.
          La raison principale est que Fedora utilise une version *très* récente de NetworkManager, et que kNetworkManager a du mal à suivre.
          L'intégration de KDE dans Fedora est dirigé par le sémillant KDE SIG qui fait des comptes-rendu hebdomadaires (m-l fedora-devel et fedora-kde) et ils font un très bon boulot avec des contraintes difficiles (une distribution en permanence sur le vif du tranchant et très orienté GNOME :o) )
          http://lists.fedoraproject.org/pipermail/fedora-kde/2009-Oct(...)
    • [^] # Re: Live CD non installable

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Bonsoir,

      je me permets d'apporter quelques précisions aux différents commentaires.

      En premier lieu, Pardus propose effectivement un Live CD non installable pour des raisons pratiques. Le CD d'installation est déjà garni de programmes et il ne serait malheureusement pas possible d'en faire en plus un média Live. Le projet Pardus a donc préféré dissocier cette dernière version (appelée Calisan en turc) du CD d'installation (identifié par le nom Kurulan).

      Deuxième point : le gestionnaire de connection. Pardus possède son propre Network Manager. Celui-ci est écrit en Python et s'appuie sur les technologies développées par le projet Pardus comme par exemple COMAR. Il est donc à distinguer des autres possibilités logicielles aux noms similaires.

      A titre de complément, il est possible de suivre ce lien : http://svn.pardus.org.tr/uludag/trunk/kde/network-manager/

      Cordialement,

      Linuxcomics.
  • # PISI

    Posté par . Évalué à 3.

    Ca, c'est cool : "PiSi gère les paquets de type .delta. Ainsi, lorsqu’une nouvelle version d’un logiciel / bibliothèque est disponible, les paquets delta ne contiennent que ce qui a changé depuis la dernière version installée, réduisant ainsi la taille des mises à jour de l’ordre 40 à 98%."

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.