Symbiose parle de « Salut à Toi »

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco. Modéré par Christophe Guilloux. Licence CC by-sa
Tags :
20
22
avr.
2013
Communauté

L'émission de radio « Symbiose » qui parle de logiciel et de culture libre (diffusée sur le web et sur divergence-FM) m'a récemment invité pour parler du projet « Salut à Toi » déjà mentionné plusieurs fois ici.

L'émission vient d'être mise en ligne, un grand merci à Luc et Emmanuel pour l'invitation, et pour la soirée et les discussions intéressantes.

Vous pouvez en profiter pour écouter les précédentes émissions, sur la vente liée et les jeux vidéo libres, et n'hésitez pas à donner des liens en commentaire vers d'autres émissions de radio qui parlent de culture libre (à ma connaissance il y a - ou a eu car certaines semblent au point mort - divergence numérique, do you hack me, et random).

D'autre part, comme mentionné dans l'émission, on parle d'organiser un débat à Paris sur les outils de communication (et les réseaux dit « sociaux »), leurs implications sociales, leur utilité, la vie privée, temps passé dessus, utilisation en milieu militant, etc. N'hésitez pas à me contacter si le sujet vous intéresse.

Enfin, quelques nouvelles rapides du projet qui avance bien ces derniers temps :

  • des paquets Debian sont disponibles, et en attendant leur incorporation dans la distribution (il reste quelques bogues à corriger avant de le faire) un dépôt temporaire a été mis en place. Je ne mets pas le lien ici car il n'est que temporaire, je peux donner les détails en commentaire. Un grand merci à Naha et Robotux pour ces paquets.
  • les commentaires sont en cours d'implémentation. Devraient suivre l'organisation d'événements, et probablement une version 0.4 intermédiaire avant la version grand public nommée « la Commune » annoncée dans une précédente dépêche.
  • la démo en ligne est mise à jour en continu afin de tester les nouveautés. N'hésitez pas à consulter le blog pour les suivre.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.