Vidéo: Les politiques publiques en matière de logiciel libre -Alix Cazenave April

Posté par (page perso) . Modéré par patrick_g.
Tags :
7
22
oct.
2009
Communauté
Lors de l'Open World Forum 2009, l'April a organisé une rencontre autour des politiques publiques en matière de logiciel libre. Cette table ronde a été animée par Alix Cazenave, responsable des affaires publiques au sein de l'association.

Dans cette vidéo (en creative commons BY-SA) d'environ huit minutes, on comprend que l'enjeu publique autour des logiciels libres est double.
D'abord en terme d'usage, en effet les études montrent que les administrations françaises et les collectivités territoriales sont des utilisatrices importantes de logiciels libres. Elles sont à l'origine de la forte dynamique du secteur et elles sont souvent précurseurs en matière d'utilisation de ces technologies qu'elles intègrent au sein de leur système d'information.
Alix Cazenave constate par ailleurs, à partir du témoignage des structures publiques, que l'utilisation des solutions open source monte progressivement vers le poste de travail, l'infrastructure étant souvent le premier maillon.

Ensuite, le deuxième enjeu est plus politique notamment avec les problématiques de l'interopérabilité et l'usage des standards. L'April est particulièrement engagé dans ce combat qui consiste à convaincre les responsables politiques de l'intérêt de définir des standards "neutres" afin d'éviter les monopoles de fait, considérés comme un frein sur certains marchés mais aussi plus largement à la diffusion des technologies au plus grand nombre. Rappelons-nous de la bataille autour des formats ODF et OOXML qui est révélatrice du conflit entre d'un côté le besoin d'ouvrir le marché à travers la création d'un standard et de l'autre les enjeux financiers d'une telle régulation pour certaines (une ?) entreprises.
Ainsi pour faire simple, L'interopérabilité est l'objectif et le standard, le moyen.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.