StreetComplete : jouez à compléter OpenStreetMap

Posté par . Édité par ZeroHeure, Davy Defaud, Benoît Sibaud et palm123. Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa
86
25
avr.
2017
Android

StreetComplete est un logiciel libre (licence GNU GPL v3) pour Android (et dérivés) en cours de développement mais déjà fonctionnel et disponible depuis F-Droid. Cette application permet de contribuer à OpenStreetMap de manière ludique en remplissant des quêtes en se promenant dans la rue ; les contributeurs du Libre ayant le droit d’être aussi ridicules que les chasseurs de Pokémons en regardant leur écran de téléphone plutôt que leur environnement.

Plus de 1000 applications dans F-Droid !

Posté par (page perso) . Édité par BAud, Florent Zara, palm123 et Benoît Sibaud. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
80
26
fév.
2014
Android

F-Droid est un magasin d’application libres pour Android. Le nombre total d’applications disponibles à l’installation a récemment dépassé le millier ! F-Droid est, depuis ses premiers jours en 2010, une des briques essentielles à l’utilisation d’un ordiphone totalement libre avec Android, ou au moins un outil pour se libérer de l’emprise de Google.

Logo de F-droid

En effet, s’il est facile de se passer de l’application Youtube ou Google+ pour utiliser le site web (ou ne pas utiliser ces services du tout…), utiliser un téléphone qui peut valoir plusieurs centaines d’euros uniquement pour ses applications de base, c’est un peu triste. ;)

Note : on peut télécharger les applications depuis le logiciel évidemment, mais aussi depuis le site web.

Naissance du projet Halium

65
6
mai
2017
Android

Halium est un projet libre qui cherche à créer une base commune pour les systèmes d’exploitation voulant réutiliser les pilotes Android. Il a pour but d’unifier les différentes abstractions du matériel via libhybris.

Halium

F-Droid 0.100 : près de 2000 applications libres

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud et Nils Ratusznik. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
55
4
juil.
2016
Android

F-Droid est un magasin d'applications libres pour les systèmes Android et Replicant. Les applications (au nombre d'environ 2000 actuellement) peuvent être téléchargés librement depuis l'application dédiée sans qu'il soit nécessaire de s'inscrire (ou également depuis le site web du magasin).

L'équipe de F-Droid a annoncé le 14 juin 2016 la version 0.100 de son logiciel client avec notamment des améliorations concernant les mises à jour et une meilleure prise en charge d'Android 6 (Marshmallow).

Get It On F-Droid

L'application F-Droid permet aussi d'activer d'autres dépôts comme celui de Guardian Project ainsi que d'en ajouter d'autres manuellement.

GPlayCli et GPlayWeb : profiter de Google Play Store sans installer les Google Apps

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco, Yvan Munoz, ZeroHeure, Nils Ratusznik, Xavier Teyssier et palm123. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
54
20
août
2015
Android

Lorsqu'on utilise une distribution Android (« ROM custom «) sur son téléphone Android, le premier dilemme auquel en général nous devons faire face est celui d'installer ou non les Google Apps. Les Google Apps, c'est l'ensemble des applications et des services qui sont installés par défaut lors qu'on achète un téléphone Android. Elles regroupent Gmail, le Play Store, Hangouts, Maps, PlayGames, Youtube et bien d'autres.

Cependant, même si l'on choisit de ne pas installer ces applications (car il faut le savoir, techniquement et légalement c'est tout ou rien, il n'est pas possible d'installer seulement quelques Google Apps) on aimerait quand même pouvoir aller chercher des apps du Play Store. Il existe F-Droid, qui est un market alternatif au Play Store ne proposant que des applications sous licence libre, qui pourtant est bien fourni mais n'offre pas toutes les alternatives (FDroid est complètement légal et n'a pas pour but de proposer des apps piratées).

Il existe des outils en ligne pour télécharger des paquets APK, mais aussi en version graphique tel que GooglePlayDownloader. On peut donc récupérer les apks sans avoir à installer les Google Apps. Mais un problème persiste : quid des mises à jour des applications ? Cela contraint à vérifier manuellement si une MàJ est disponible pour chaque application, ce qui est très vite fastidieux.

Avant toutes choses, il faut avoir en tête le cadre légal du téléchargement des APKs du Play Store via un outil tiers, en lisant ce charabia juridique. D'après mon interprétation, il n'est pas illégal d'utiliser ce genre d'outils, mais cela ne reste pas clair. Bien évidement, je me décharge de toute responsabilité concernant une éventuelle infraction à ce règlement.

Sortie de Replicant 6.0

Posté par (page perso) . Édité par Nils Ratusznik, Nÿco, BAud, Benoît Sibaud, Davy Defaud et palm123. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
52
2
juil.
2017
Android

Replicant est un système d’exploitation entièrement libre pour mobiles/tablettes, pilotes et micro‐logiciels compris. Puisqu’il y a une claire volonté de faire du 100 % libre, il y a peu d’appareils pris en charge. De plus, pour ceux qui le sont, ils ne le sont que partiellement et tous les périphériques ne fonctionnent pas (à moins d’installer du logiciel privateur). Cette pureté éthique en fait un système que la FSF (Free Software Foundation) apprécie et que la FSFE (Free Software Foundation Europe) recommande dans sa campagne Libérez votre Android !.

Logo de Replicant

Android presque partout

50
27
déc.
2013
Android

Quand on parle d'Android (pas androïde), smartphones et tablettes viennent à l'esprit en premier, mais aussi télévisions, autoradios, consoles de jeux, montres, satellites, et (bientôt) lunettes et autre « informatique vestimentaire », l'environnement de Google est sur tous les fronts. Mais qu'en est-il de faire tourner Android sur nos bonnes vieilles machines de bureau (Linux, Mac OS X, Windows), ou bien d'autres systèmes d'exploitations (Tizen, BlackBerry, Sailfish, webOS) ?

Voici donc un petit panorama de ce qui existe à l'heure actuelle, avec plus ou moins de maturité et de liberté.

Cyanogen Inc. est né

Posté par . Édité par Nÿco, Xavier Teyssier, Nils Ratusznik, ZeroHeure, Christophe Guilloux et palm123. Modéré par NeoX. Licence CC by-sa
Tags : aucun
47
21
sept.
2013
Android

En 2009, Steve Kondik publie sur le site XDA une première version de "Cyanogenmod", qui deviendra une des distributions Android les plus utilisées en dehors de celles fournies par les constructeurs. Cyanogenmod se base sur la version AOSP (Android Open Source Project), la version Open Source d'Android distribuée par Google. À l'origine créée pour le smartphone HTC G1, la distribution a vite été adaptée pour de nombreux modèles de smartphone et est devenue la référence et point de départ pour de nombreuses alternatives aux "ROM" fournies par les fabricants/opérateurs. Le terme "ROM" est utilisé ici parce que c'est celui utilisé généralement par les personnes qui les produisent, il n'y a pourtant rien de "Read Only".

Depuis 2009, le nombre de modèles compatibles avec cette distribution n'a cessé d'augmenter et les contributions ont permis d'ajouter un réel intérêt par rapport à la version "brute" AOSP et aux versions voulues par les opérateurs et les fabricants.

Le 18 septembre, l'équipe de Cyanogenmod a annoncé que Cyanogenmod, passait d'une équipe de bénévoles à celle d'entrepreneurs, le projet ayant suffisamment intéressé Benchmark Capital et Redpoint Ventures, deux fonds d'investissement qui injectent sept millions de dollars dans la nouvelle structure. À ce jour, plus de huit millions d'appareils seraient équipés de cette version d'Android. Une des premières étapes de la nouvelle entreprise serait de fournir une façon simple d'installer la distribution, via des utilitaires pour les systèmes Windows, Mac OS X et Linux. L'autre étape, très récemment dévoilée est celle du partenariat avec les constructeurs, le premier étant le chinois Oppo.

Depuis, au moins un contributeur a refusé de voir une de ses contributions associées à la distribution (cas de l'application d'appareil photo "focal").

Ubuntu pour Android

Posté par (page perso) . Modéré par j. Licence CC by-sa
Tags :
45
22
fév.
2012
Android

Canonical a annoncé « Ubuntu pour Android ». C'est une distribution logicielle de Unity tournant sur un noyau Android : elle est active lorsque l'appareil est branché à un dock et une télévision. Un environnement de bureau est donc disponible entièrement sur l'appareil de poche portable, avec tous les fichiers qui vous suivent.

Smartphone, dock, écran, clavier

Héberger ses données avec Android

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Olivier Esver, rahan, baud123, Benoît, Nÿco et Xavier Teyssier. Modéré par baud123. Licence CC by-sa
Tags :
44
1
oct.
2012
Android

Voici une présentation d’outils (clients et serveurs) pour héberger soi‐même ses données et services sur Android. La présentation inclut les logiciels pour le desktop, puisque la plupart des utilisateurs désirent synchroniser les trois (serveur, smartphone, desktop).

NdA : Merci à rahan, baud123, olivier esver et Benoît pour leur aide lors de la rédaction de cette dépêche

GooglePlayDownloader : télécharger les APK sans rien demander à Google

42
20
août
2013
Android

Comme vous le savez, en ce moment, plus personne ne peut continuer à croire le slogan "don't be evil" de Google alors qu'il est l'instrument principal du fichage des citoyens du monde entier ! Et la NSA avoue l'utiliser bien volontiers.

Peut-on s'affranchir de cette surveillance abusive sans perdre de fonctionnalités ? Il semble bien que oui.
Voici le témoignage d'un utilisateur de logiciels libres sur son téléphone Android (merci Cyanogenmod).

NdM: voir aussi À quand les smartphones et tablettes libres ?

SMSSecure : les SMS et MMS chiffrés sur Android, ce n'est pas fini !

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, ZeroHeure et palm123. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa
42
22
mar.
2015
Android

Le 6 mars 2015, Open Whisper Systems annonçait que la version 2.7 de TextSecure ne supportera plus le chiffrement des SMS pourtant recommandé par l'EFF, TextSecure fait marche arrière. De nombreux utilisateurs se sont plaints de cette décision dont le raisonnement n'a pas fait unanimité, et un fork de TextSecure a été créé.

(anciennement SecuredText) SMSSecure était né !

Replicant : distribution Android 100 % libre

Posté par (page perso) . Édité par baud123. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa
40
27
oct.
2011
Android

Replicant est un distribution 100 % libre d’Android : on prend les mêmes recettes que pour les ordis classiques, et on recommence sur mobiles et tablettes. L’initiative a été lancée par Bradley M. Kuhn, Aaron Williamson, Graziano Sorbaioli, Denis ‘GNUtoo’ Carikli. C’est plus, à ce jour, un effort communautaire d’enthousiastes, plutôt qu’un remplacement complet, fonctionnel et optimal.

En effet, rien (ou presque) n’empêche de le faire : le noyau Linux est sous licence GPL v2, la plupart des logiciels en espace utilisateur sont sous licence Apache 2.0. Le problème se pose avec les pilotes propriétaires, ainsi que l’ensemble d’applications Google (Gmail, Gtalk, Agenda, Android Market, YouTube, Maps, Lattitude, Recherche, Recherche vocale, etc.). CyanogenMod y a d’ailleurs été confronté par le passé, quand Google a refusé l’intégration par défaut de ces logiciels sus‐cités dans la distribution.

Pour l’instant, les smartphones pris en charges sont les HTC Dream/G1 et Magic/G2, ainsi que le Nexus One (le Nexus S sera sans doute le prochain). Replicant utilise par défaut F-Droid, un dépôt de logiciels libres pour Android, dont le client lui‐même est sous licence GPL v2.

Pour la petite histoire, un « répliquant » (mauvaise traduction de « replicant » en anglais), est « un robot androïde possédant des fonctions biologiques identiques à celles des humains », tiré du roman de Philip K. Dick Les androïdes rêvent‐ils de moutons électriques ? (Do Androids Dream of Electric Sheep?, 1966), plus connu sous le titre de l’adaptation cinématographique Blade Runner, de Ridley Scott (1982).

Le dual‐boot sur Galaxy S2, c’est possible !

Posté par . Édité par Davy Defaud, Nÿco, Benoît Sibaud, Xavier Claude, Christophe Turbout et Nils Ratusznik. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
Tags :
39
2
sept.
2012
Android

L’installation de multiples systèmes d’exploitation sur PC est possible depuis de nombreuses années. Aujourd’hui, à l’ère des smartphones et autres tablettes, cette pratique commence à peine à se populariser, notamment grâce au noyau alternatif Siyah Kernel (depuis la version 3.1) disponible pour le Samsung Galaxy S2. Malheureusement, la bonne documentation se fait rare, surtout pour les anglophobes… Il est grand temps de s’y mettre !

Sortie de la version 0.88 de F-Droid

Posté par (page perso) . Édité par Florent Zara et BAud. Modéré par Yvan Munoz. Licence CC by-sa
Tags :
38
8
mai
2015
Android

La version 0.88 de F-Droid est disponible depuis ce 29 avril.

Elle permet d'installer des logiciels libres sur votre ordiphone, sans nécessiter un compte google.

logo Fdroid

F-Droid est un gestionnaire de dépôts d'applications pour Android. Il est libre sous licence GPLv3 et les sources sont sur GitLab depuis la mort de Gitorious. Il propose un logiciel client sous Android et un logiciel serveur (pour lequel Debian fournit un paquet). Par défaut, le client utilise le dépôt F-Droid qui ne contient que des logiciels libres, pour l'instant le seul autre dépôt avec un peu d'importance semble être celui du Guardian Project. Il n'y a bien entendu aucune dépendance aux Google Play Services, il peut donc remplacer le Google Play Store ou être installé à côté.

Les changements depuis la 0.83 (la dernière version stable) sont disponibles dans la suite de la dépêche.

Silence : XMPP, chiffrement et méta‐données

37
9
déc.
2016
Android

Silence est une application libre (GPL v3) pour Android de SMS et MMS, permettant de chiffrer les communications avec les autres utilisateurs de Silence. Silence vous permet donc d’envoyer du texte et des images en toute sécurité, mais le texte et les images passeront en clair par les réseaux vers les utilisateurs classiques. Cette application est disponible sous forme de code source sur GitHub et binaire sur F-Droid et le Play Store de Google.

logo de Silence

Silence est le nouveau nom de SMSSecure, divergence (fork) de Signal (anciennement TextSecure) d’Open Whisper Systems. On avait déjà parlé de l’abandon du chiffrement des SMS et MMS de Signal, à cause des limites des API d’iOS, d’une expérience utilisateur compliquée en ce qui concerne l’échange de clefs et aussi des méta‐données des SMS et MMS qui transitent forcément en clair. Silence/SMSSecure était né de ce constat, ainsi que de la volonté de se débarrasser des dépendances aux services de Google.

Un transport XMPP est actuellement en cours d’ajout dans Silence.

Android : dérivées, fragmentation, applications

Posté par (page perso) . Édité par baud123 et B16F4RV4RD1N. Modéré par Pierre Jarillon. Licence CC by-sa
36
30
juin
2012
Android

Au Google I/O, événement phare annuel du OTT (« Over the Top » comme disent les telcos), beaucoup d'annonces et de sorties de produits ont été effectives : Android 4.1 Jelly Bean (la mascotte Jelly Bean a donc fait son apparition devant le Googleplex), la tablette Nexus 7 pouces à bas prix, la boule multimédia Nexus Q, et le plein de nouvelles version d'applications.

Mais l'actualité Android libre/opensource hors Google a été riche ces dernières semaines : CyanogenMod, Baidu Cloud, XobotOS, OpenMobile Application Compatibility Layer, BlueStacks App Player, F-Droid, fragmentation selon OpenSignalMaps, Linaro.

CyanogenMod 9.0, XBMC, Ouya

Posté par (page perso) . Édité par Florent Zara, Olivier Esver, eMerzh et Xavier Claude. Modéré par NeoX. Licence CC by-sa
36
16
août
2012
Android

CyanogenMod 9.0

Ça y est : CyanogenMod 9.0 est sorti en version stable. À la base, il s'agit de Android AOSP (Android Open Source Project) en version 4.0.x aka Ice Cream Sandwich. Publié en premier pour le Galaxy Nexus de Google, les versions pour les autres terminaux ont rapidement suivi. À noter que les appareils de la génération des Nexus One et HTC Desire ne seront eux pas couverts et que l'équipe de CyanogenMod à indiqué que cette version serait la dernière pour toute une série de terminaux, à savoir ceux basés sur le processeurs SnapDragon S1

La version 9.0 devrait également être la dernière version de ICS supportée pour pouvoir laisser les développeurs se consacrer au portage vers Jelly Bean, la version 4.1.x. L'équipe se concentre désormais sur CyanogenMod 10.0 qui correspond à Jelly Bean, c'est à dire Android 4.1.x.

XBMC sur Android…

XBMC, le média player de salon, est disponible en qualité alpha sur Android. Le développement a lieu sur un Pivos XIOS DS. Seul le décodage logiciel fonctionne à ce jour. Notez que l'interface est plutôt prévue pour des grands écrans.

…Android sur la console Ouya…

Oula, après "Yahoo", c'est "Ouya" qui choisit un nom pourrave. Quand elle sera disponible, on pourra dire : « Ouya, ça y est, hourra ! ».

Ouya est une console de jeu bas prix sous Android qui fait beaucoup parler d'elle car le financement est géré sur Kickstarter, donc au vu et au su de tous (et de l'argent de certains). Elle sortira probablement au printemps 2013 aux alentours de 100 euros. Une manette avec poignées analogiques accompagenra la bête, ainsi qu'un kit de développement.

Le processeur sera un quad-core (Tegra 3), accompagné de 1 Go mémoire et de 8 Go de stockage, ainsi qu'un connecteur HDMI pour la télévision HD en 1080p. Ensuite, c'est Wi-Fi 802.11 b/g/n, Bluetooth LE 4.0, un port USB 2.0 et un Ethernet RJ45. C'est Android 4.0 qui sera implantée dans la créature.

…donc XBMC sur Ouya

Un tiers des membres de XBMC sont des supporters de Ouya, et l'équipe Ouya supporte XBMC, il est donc logique que les deux équipes annoncent conjointement qu'ils vont bosser ensemble pour que les deux produits fonctionnent bien.

Nokia (donc Microsoft) lance des téléphones sous Android o_O

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, Xavier Teyssier, Florent Zara et palm123. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
36
27
fév.
2014
Android

Microsoft et Nokia, un couple qui laisse perplexe. Hier, Nokia a annoncé lors du Mobile World Congress à Barcelone, le lancement de trois smartphones Android d'entrée de gamme. C'est une surprise car le rachat du fabricant finlandais par Microsoft vient juste d'être finalisé.

Logos MS + Nokia

Textsecure : les SMS et MMS chiffrés, c'est fini

Posté par (page perso) . Édité par Benoît Sibaud et palm123. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
34
7
mar.
2015
Android

C'est une mauvaise nouvelle qui vient à nous ce soir concernant TextSecure, l'application Android permettant d'échanger des SMS et MMS de façon chiffrée. Il faut savoir que TextSecure permet trois choses : envoyer des SMS/MMS non chiffrés comme le ferait une autre application classique, envoyer des SMS/MMS chiffrés en passant par le réseau mobile et envoyer des messages chiffrés en passant par le réseau Internet.

Textsecure

Aujourd'hui, les développeurs annoncent qu'ils arrêtent le support de la partie SMS/MMS chiffrés à partir de la prochaine version (2.7.0) .

Gestion de la vie privée sur Android : CyanogenMod vs Kapuer

Posté par . Édité par palm123, Benoît Sibaud, Ontologia et Nils Ratusznik. Modéré par tuiu pol. Licence CC by-sa
34
5
mai
2015
Android

Gestion de la vie privée sur Android : Comment se protéger ?

Les applications que nous installons sur nos smartphones demandent de plus en plus à avoir accès à nos informations privée. De base, il n'est pas possible de gérer les permissions que demandent les applications. Soit on accepte tout ce qu'elles demandent et on peut les installer, soit ça ne nous plait pas et il faut se passer de l'application.

Peu d'outils nous permettent de gérer les permissions des applications. Aujourd'hui nous allons en comparer 2 : Le Privacy Guard Manager embarqué sur la distribution CyanogenMod et Kapuer, une application (NdM: non-libre) basée sur le framework Xposed.

Xposed, framework opensource pour modifier les ROM

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, NeoX, Sclarckone, Florent Zara, Xavier Claude, Benoît, netchaiev et hermenegilde. Modéré par ZeroHeure. Licence CC by-sa
Tags : aucun
32
11
fév.
2014
Android

Xposed fait fureur ces temps‐ci ! Et pour cause, il s’agit d’un framework qui permet de modifier les distributions Android (ou abusivement « ROM »), sans avoir à modifier les applications par du développement ou bien « flasher » l’appareil. Bien évidemment, ce n’est pas disponible sur le Play Store. Cela présente certains risques que seuls les plus aguerris prendront. En général, il est de bon aloi de faire des sauvegardes. Il est également bon de noter que les mises à jour opérateur (OTA) ne seront plus utilisables, sous peine de revenir à une « stock ROM ».

logo xposed

L’installateur Xposed est le cœur du framework. Il nécessite un accès root, s’installe simplement via un paquet APK et nécessite un redémarrage. Après cela, une foultitude de modules existe déjà. Il s’agit d’installer un APK par module et d’activer chacun de ces modules dans l’installateur Xposed (généralement suivi d’un redémarrage). Chaque module installé va alors pouvoir modifier certaines interfaces de programation (API) des applications pour modifier une apparence, un fonctionnement particulier.

MIUI est publiée (enfin) en open source

Posté par (page perso) . Édité par Florent Zara, NeoX et Christophe Turbout. Modéré par patrick_g. Licence CC by-sa
Tags : aucun
30
4
fév.
2012
Android

Avec CyanogenMod et Replicant, MIUI est une des distributions alternatives pour mobiles basées sur Android les plus célèbres. Hélas, son plus gros handicap était sa fermeture. C'est désormais bientôt une chose du passé avec l'ouverture du code source, que l'éditeur chinois Xiaomi a commencé à publier. Pour l'instant, ce sont des applications qui sont libérées : PatchRom, FileExplorer, Notes, SoundRecorder et Compass. La licence retenue pour le moment est Apache 2.0 pour l'ensemble des applications sauf FileExplorer qui est sous AGPLv3. La ROM complète sera libérée plus tard. Pour info, MIUI est basée sur Android v2.3.7 et CyanogenMod v7.

MIUI se distingue par une interface utilisateur soignée, malgré des couleurs un peu vives. Chacun s'en fera toutefois son opinion, car il est une chose indéniable, c'est sa popularité… qui devrait s'en trouver augmentée par cette ouverture.

Portage de Wine en cours sur Android

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco, Nils Ratusznik et Xavier Claude. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
Tags :
30
5
fév.
2013
Android

C'est l'information du moment remontée par Phoronix depuis le FOSDEM. Wine, (Wine Is Not an Emulator, littéralement « Wine n'est pas un émulateur » en français), implémentation libre de l'API Windows pour X/Unix, est en cours de portage pour les plate-formes ARM/Android. Une démonstration a été réalisée par le principal développeur Alexandre Juliard (employé à temps plein par CodeWeavers pour travailler sur Wine).

Selon les premiers retours, la démonstration était convaincante, mais horriblement lente. Il faut dire que Wine tournait sur l'environnement de développement, à savoir un émulateur Android (peu réputé pour sa vélocité), lui même fonctionnant sur Linux sur un MacBook !

Logo Wine

Cela reste encore au stade de travaux et de la démonstration de faisabilité, mais l'arrivée d'applications Windows compilées pour ARM (avec Windows RT) permettrait donc de les faire fonctionner sur des tablettes Android, ou tout autre engin mobile suffisamment puissant. D'ailleurs, si on en croit l'article, CodeWeavers semble particulièrement regarder du côté d'Intel et de ses futurs processeurs x86 Atom pour tablettes, ouvrant alors un vaste champ d’opportunités pour des applications Windows spécifiques sur tablettes Android.

CyanogenMod 10.1, basé sur Jelly Bean 4.2

Posté par (page perso) . Édité par Nils Ratusznik, kadalka, Florent Zara, palm123, Xavier Teyssier, NeoX et Xavier Claude. Modéré par Nils Ratusznik. Licence CC by-sa
28
4
juil.
2013
Android

CyanogenMod, la distribution Android communautaire, installée sur plus de cinq millions de terminaux, est sortie en version 10.1.0, après un mois et demi de Release Candidates (RC1 à 5), et sept mois après la version 10.0. Cette CyanogenMod 10.1 est basée sur AOSP 4.2.2, le code source complet de Android sous licence Apache 2.0, sans les logiciels propriétaires Google Apps. La version précédente, CyanogenMod 10.0, était basé elle sur Android 4.1.

Cid

CyanogenMod 10.1 prend en charge plus d'une cinquantaine d'appareils parmi les plus populaires, d'autres à venir, d'autres non-officiels. À noter, les Tegra 2 ne font pas partie de la fête, ainsi qu'un bon nombre d'appareils Samsung basés sur Exynos, qui ne seront pris en charge que sur les compilations nocturnes.