Journal Nous sommes des "totalitaristes" et même pire...

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
17
9
sept.
2009
Christophe Lameignère, PDG de Sony Music France nous apprend que : Les "donneurs de leçon" anti-Hadopi. "Ce sont des voleurs à la petite semaine planqués derrière leur ordinateur qui n'ont jamais rien fait pour la création", affirme-t-il, allant jusqu'à parler de "totalitarisme".

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/medias/20090909.OB(...)

(Désolé, Flash inside)

Alors je ne peux qu'être d'accord avec lui sur un point :
Par rapport à son salaire et au bénéfices de Sony Musique, c'est sur que la majorité des "anti-HADOPI" ne sont que des petits joueurs lorsqu'ils piratent. Le monsieur et sa boite sont des voleurs bien plus expérimentés et efficaces que les petits pirates français.

Ceci dit, mais normalement sur LinuxFR il est inutile de le rappeler, tous les anti-HADOPI ne sont pas des pirates.

Et le monsieur d'oublier ou d'ignorer l'existence des licences libres !

Mon avis pour conclure ce journal, c'est que le monsieur vient de faire une grosse boulettasse de communication.

Mais bon, je m'inquiète pas pour lui, lorsqu'il sera au chaumdu il pourra en profiter pour retaper la charmante villa avec vu sur la mer qu'il a repéré cet été à Ibiza, et qu'il pourra se payer sur son parachute doré.
  • # Sony...

    Posté par . Évalué à 10.

    Ce ne serait pas Sony justement qui exploiterai des œuvres sans en avoir le droit ?

    http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/09/08/les-bu(...)

    Pour résumer l'article du Monde :
    Un artiste mexicain avait signé un contrat de 7 albums avec Sony. Le contrat s'est terminé et Sony a sorti un nouvel album avec des titres inédits de ce chanteur sans son accord. La police mexicaine a fait une perquisition aux bureaux de Sony Music Mexique et a saisit les enregistrements originaux et 6000 CDs.
  • # Hmmm ..

    Posté par . Évalué à 7.

    Sauf erreur de ma part, mais Christophe Lameignère n'a rien fait non plus pour la création. Ou alors poser de l'argent sur une table pour produire un artiste c'est "faire quelque chose pour la création" ...
    • [^] # Re: Hmmm ..

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Faut arrêter de poser le méchant argent comme rien.
      L'argent est nécessaire à la création, poser de l'argent sur une table pour produire un artiste c'est "faire quelque chose pour la création" est une aide.
      Après, c'est comment est utilisé cet argent et quel "artiste" qui peut être débattu.
      Mais dire que poser de l'argent c'est ne rien faire est insultant pour ceux qui mettent de l'argent pour produire un album de quelqu'un qui le mérite.

      Le problème d'incompréhension est en partie la : les "libristes" rejettent en partie (ceux qu'on entend le plus) le comemrcial, l'argent, les sociétés commerciales tout ça... Mais elles sont nécessaire (au libre y compris, sans Redhat le libre en serait-il la? Et les actionnaires de RedHat mettent de l'argent, et c'est grâce à eux que RedHat peux payer les développeurs. Pareil pour la musique)

      Du coup, hop dans le même sac que les pirates qui veulent pas acheter mais consommer gratuitement, si l'incompréhension est la ce n'est pas que la faute des majors, aussi des libristes/défenseurs des protections qui font le jeux des vrais voleurs.
      • [^] # Re: Hmmm ..

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Je ne suis pas d'accord.

        Les libristes dont tu parles ne rejettent généralement pas l'aspect commercial de la distribution d'une œuvre libre.
        Les libristes cherchent à ce que les œuvres restent libres. L'aspect commercial est peut être nécessaire au fonctionnement de quelques structures mais pas indispensable, comme le montre l'exemple de Debian.

        Nous savons tous très bien que la liberté et la gratuité sont deux notions différentes, parfois complémentaires, mais que la plus importante des deux c'est la liberté.
      • [^] # Re: Hmmm ..

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        Bof, avec l'argent, tout est plus facile... du coup, ça enlève pas mal de mérite.
        Quand t'as plein de fric, largement plus que ce qu'il ne te faut pour assurer ta subsistance et les quelques menus plaisirs de l'existence, poser un paquet de fric n'est pas un réel effort en soi. La prise de risque est dans ce cas franchement limitée et je pense (mais peut-être à tord) que les maisons de disques sont dans ce cas.

        A mon sens, des artistes tels que Brad Sucks fait plus pour la création musicale que celui qui «finance»: le créateur, c'est lui ! Celui qui construit, qui mouille la chemise et le cerveau, c'est lui ! A lui tous les honneurs !

        Quand à dire que l'argent est nécessaire à la création, je n'irais vraiment pas jusque là. Dans nos sociétés occidentales, l'argent semble nécessaire pour assurer son existence, certes, c'est presque un fait; je veux bien l'admettre. Mais, l'acte de création en soi n'est absolument pas lié à cette masse financière: une fois que tu as de quoi vivre, rien ne t'empêche de créer, de construire, d'élaborer de tes propres mains ce que tu veux !
        Par exemple, des fois, je fais des court-métrages avec les moyens dont je dispose. Pour ça, je n'ai absolument pas besoin de $. Mais le faire, ça me fait très plaisir. Et c'est assez pénible à réaliser: il faut se creuser les méninges pour trouver un bon scénario, faire les prises, faire le montage , gérer la bande son et mettre tout ça dans le bon format (et le tout avec que des logiciels libres). Pour moi, c'est de la création (voir de l'art pour les plus Marcel Duchampiens d'entre nous) !

        D'ailleurs, heureusement que l'argent ne conditionne pas la création: t'imagines si on avait dû attendre qu'un généreux mécène nous dise: «allez, je pose pleins de $ sur la table pour que vous me sortiez un kernel libre... ».

        Les gens «bien » du libre (ceux qui ont une certaine notoriété) sont finalement ceux qui «font» (Linus Torvalds, RMS,Alan Cox, bubulle, il y a même un anesthésiste: Con Kolivas); pas forcément ceux qui payent (à part M.Shuttleworth, existe-t-il d'autres personnes physiques mécènes du libre ?) .
        Certes on pourrait dire que ces personnes sont payées pour travailler dans le libre. C'est vrai aujourd'hui mais ça ne l'était pas au début (1992 étudiant, toussa ou 1983 MIT toussa). Les modèles dits économiques du logiciel libre sont arrivés après et ont finalement réussi à percer grâce à la «capitalisation» du travail initialement élaboré. C'est d'ailleurs bien qu'elles participent à leur tour à cet effort collectif...

        Pour résumer, nous sommes tous libres de créer. Il n'y a pas de limites à cette volonté, encore moins des limites financières !
        Le logiciel libre a avant tout besoin d'êtres humains, pas nécessairement d'argent.
        • [^] # Re: Hmmm ..

          Posté par . Évalué à 1.

          D'accord, à un bémol prêt: il n'y a que 24H dans une journée, et créer (que ce soit du libre ou pas du libre) prend du temps.

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Hmmm ..

          Posté par . Évalué à 2.

          Tu fais des cours métrages et tu aimes ça, c'est cool. Après imagine ce que tu pouvais faire si tu pouvais te consacrer à ça à temps plein ...
          • [^] # Re: Hmmm ..

            Posté par . Évalué à 8.

            Tu joues à WoW et tu aimes ça. Après, imagine ce que tu pourrais faire si tu pouvais te consacrer à ça à plein temps?
            • [^] # Re: Hmmm ..

              Posté par . Évalué à 0.

              Ça intéresserait pas forcément d'autres gens de te voir jouer à Wow ... Ça doit être particulièrement chiant de regarder quelqu'un jouer à Wow. À part se faire financer par un sponsor pour faire de la pub je vois pas.

              Cela dit on pourrait dire la même chose pour les sportifs professionnels par exemple.
              • [^] # Re: Hmmm ..

                Posté par . Évalué à 5.

                On peut tout de même noter qu'il y a bien des gens qui se font payer pour jouer à WoW, par exemple pour faire progresser ton personnage pendant que tu travailles.

                Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

                • [^] # Re: Hmmm ..

                  Posté par . Évalué à 6.

                  Oui, et je trouve ça quand même hallucinant de voir qu'on peut payer des gens pour *jouer* à sa place. Autant je peux comprendre le ménage et autres corvées, autant un jeu c'est censé être un loisir, c'est censé être ludique, normalement on prend du plaisir en jouant. J'ai l'impression qu'avec le farming sur WoW, on atteint les limites du travail totalement inutile et de la recherche de nouveaux marchés pour faire de l'argent avec du vent.
                  • [^] # Re: Hmmm ..

                    Posté par . Évalué à 2.

                    On n'atteint pas les limites, on les repousse, bientôt on fera encore mieux. (d'ailleurs je ne sais plus qui a dit qu'il doutait de l'infinité de l'univers mais pas de l'infinité de la bêtise)
                    • [^] # Re: Hmmm ..

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Einstein.
                      Il a dit quelque chose du genre :
                      « Je ne connais que deux choses qui soient infinies, l'univers et la bêtise humaine, et encore pour la première, je ne suis pas sûr. »

                      Yth.
          • [^] # Re: Hmmm ..

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Peut être trouverait-il ça suprêmement chiant s'il s'y mettait a plein temps. Un loisir a l'avantage de couper la monotonie du travail-qui-paye-les-mouilles. Si ce loisir devient le-travail-qui-paye-les-nouilles, que te reste-t-il?
            • [^] # Re: Hmmm ..

              Posté par . Évalué à 2.

              Peut être, j'en sais rien. Ce que je sais c'est que des gens font des cours métrage plutôt suffisament intéressants pour espérer intéresser assez de gens pour en vivre. Et qu'ils aiment ça.
          • [^] # Re: Hmmm ..

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            Hello,

            on pourrait croire que faire ça à temps plein changerait la donne mais, essayons de pousser un peu plus loin.

            Faire ça à temps plein implique que mes contraintes de survie soient réglées. Deux situations sont possibles:
            - soit j'ai suffisamment d'argent pour ne pas travailler et faire du court-métrage à temps plein.
            - soit ,faire du court-métrage devient une activité rémunératrice qui me permet de manger (et plus).

            Dans le premier cas, comme je disais au début: avec l'argent, tout est plus facile ! Je deviens mon propre mécène... et je garde une grande liberté tout en ayant finalement moins de mérite (c'est mon opinion).

            Dans le deuxième cas, tout est perverti: le fait de vivre d'une activité modifie complètement la manière de l'effectuer. En gros, si je veux vivre du court-métrage, je vais devoir faire des trucs qui se vendent, pas forcément des trucs qui me plaisent !

            Au final, seul le premier cas me convient et si je considère ma situation actuelle, je n'en suis pas loin. En effet, je suis mon propre mécène mais au juste niveau de mes moyens: ils ne me permettent de faire du court-métrage qu'à temps partiel.

            Pour revenir au logiciel libre, je vois que même en 2009, le kernel linux est construit avec 16% d'auto-mécènes (cf la dépêche sur le noyau 2.6.31) ce qui est loin d'être négligeable vu la maturité des business plans des sociétés comme RedHat, Novell, IBM, etc...
            • [^] # Re: Hmmm ..

              Posté par . Évalué à 1.

              Dans le deuxième cas, tout est perverti: le fait de vivre d'une activité modifie complètement la manière de l'effectuer. En gros, si je veux vivre du court-métrage, je vais devoir faire des trucs qui se vendent, pas forcément des trucs qui me plaisent !

              Ben oui, tu passes d'une activité ou tu fais ça pour ton plaisir, sans pression. D'un autre côté ça ne te pousse pas forcément non plus à révéler ton talent. Tu n'as pas forcément le temps d'explorer les possibilités, ton talent, a rencontrer d'autres artistes, toussa.

              Dans le deuxième cas, tout est perverti: le fait de vivre d'une activité modifie complètement la manière de l'effectuer. En gros, si je veux vivre du court-métrage, je vais devoir faire des trucs qui se vendent, pas forcément des trucs qui me plaisent !

              Je connais des auteurs qui font les deux en même temps ... Enfin, c'est mon impression, ça se ressent dans la qualité d'un travail artistique ...

              Pour revenir au logiciel libre, je vois que même en 2009, le kernel linux est construit avec 16% d'auto-mécènes (cf la dépêche sur le noyau 2.6.31) ce qui est loin d'être négligeable vu la maturité des business plans des sociétés comme RedHat, Novell, IBM, etc...

              Il y a des chances pour qu'une bonne partie de ces gens soient déja informaticiens de formation et de métier, ce qui biaise un peu les choses amha. Et puis, peut être qu'ils espèrent que leurs contributions seront remarquées et qu'ils vont pouvoir vivre un jour de leur code libre ... (et qu'en attendant ils bossent dans une boite qui fait du proprio)
              • [^] # Re: Hmmm ..

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.


                Dans le deuxième cas, tout est perverti: le fait de vivre d'une activité modifie complètement la manière de l'effectuer. En gros, si je veux vivre du court-métrage, je vais devoir faire des trucs qui se vendent, pas forcément des trucs qui me plaisent !

                Je connais des auteurs qui font les deux en même temp
                On pourrais penser que les auters qui font les deux en même temps sont ceux qui, par chance, ont des goûts qui correspondent à ce qui peut se vendre.
                Ceux qui n'ont pas cette "chance" restent amateurs (au sens mélioratif)... ou font en sorte de coller à ce qui se vend.
                • [^] # Re: Hmmm ..

                  Posté par . Évalué à 3.

                  T'as aussi des artistes qui sont tellement bon qu'ils rentrer le public dans leur univers. Et que le public en redemande.

                  Bon certe ça reste toujours une alchimie entre l'artiste et son public, mais pour les bons artistes qui marchent bien, je pense que ce n'est pas que de la chance si ils font des trucs qui se vendent. Et qu'ils ne le font pas (iuniquement/principalement) parce que ça se vend bien, mais aussi parce que ça leur plait.
        • [^] # Re: Hmmm ..

          Posté par . Évalué à 4.

          surtout qu'habituellement, les "majors" n'interviennent pas à la création (ou découverte) d'un artiste en lui même (sauf boys/girls band), mais bien en deça, une fois que l'artiste a galérer et fait ses preuves envers les "petits" labels pendant des années, eux arrivent et leur pognons ne servent QU'A assurer une plus grosse distribution et couverture médiatique du dit artiste. En gros, RIEN par rapport à la création.

          Les majors devraient subventionner les "petits" labels au lieu de leur voler leur meilleurs éléments.
          • [^] # Re: Hmmm ..

            Posté par . Évalué à 2.

            Sauf quand ils montent un groupe ou un chanteur à partir de rien, juste pour les gros sous (c'est le cas de la Star Ac'/Nouvelle Star).

            Les majors devraient subventionner les "petits" labels au lieu de leur voler leur meilleurs éléments.

            J'ai pas l'impression qu'ils prennent les meilleurs, à moins que par "meilleur", on entendes "les plus rentables".
            • [^] # Re: Hmmm ..

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              Sauf quand ils montent un groupe ou un chanteur à partir de rien, juste pour les gros sous (c'est le cas de la Star Ac'/Nouvelle Star).

              La, ça devient un jugement de valeur.
              La Star Ac'/Nouvelle Star sont des créations artistiques. Ca ne plait pas à tout le monde, certains disent que c'est pourri, mais c'est de la création.

              Ensuite, c'est aux acheteurs de filtrer pour que celui qui met le fric n'ai plus envie de recommencer si c'est mauvais.

              Ce n'est pas parce que vous vous trouvez que c'est de la merde que les autres pensent la même chose.

              Laissons aux gens la liberté de décider ce qui est bien ou pas, on n'a pas le droit d'imposer "ce qui est bon pour ton bien" aux gens.

              Car pour d'autres, ce que vous aimez est de la merde qu'on ne devrait pas produire...
              • [^] # Re: Hmmm ..

                Posté par (page perso) . Évalué à 7.

                Non ce n'est clairement pas produit dans un but artistique. Aucune démarche artistique derrière, ce n'est pas un jugement de valeur. C'est juste mercantile. Ça peut à la limite servir de divertissement.

                Eh ouais, même dans l'art je n'aime pas le relativisme. Et les « En quoi le dernier Crazy Frog ne serait pas plus abouti artistiquement qu'un morceau de Bach ? T'es qui pour juger ? » me filent la gerbe.
              • [^] # Re: Hmmm ..

                Posté par . Évalué à 4.

                Je ne me souviens pas avoir dit que la Star Ac était de la merde (même si je le pense profondément), mais que c'était une fabrication montée de toute pièce par une major (et une chaîne de télé) pour faire de l'argent rapidement, par opposition aux artistes qui sont grimpés via des petits labels puis récupérés par des majors, dont il était question dans le post précédent.
                • [^] # Re: Hmmm ..

                  Posté par . Évalué à 3.

                  Oui, il ne faut pas voir uniquement la StarAc comme une production musicale, il y a aussi les à-côtés (espaces de pub, sms surtaxés, les abonnements au programme télé,...) qui ont fait que la StarAc a été (est ?) un produit lucratif qui s'est, à mon avis, très largement autofinancé sans la vente de disques.

                  Après 9 ans de « création » d'artistes chanteurs, on peut faire le bilan de ce qu'il en est réellement sorti.

                  The capacity of the human mind for swallowing nonsense and spewing it forth in violent and repressive action has never yet been plumbed. -- Robert A. Heinlein

                  • [^] # Re: Hmmm ..

                    Posté par . Évalué à 0.

                    C'est pas tant la question "la starac est il de la merde ou pas" qui m'intéresse, mais que derriere eux il y a tout le support marketing de grandes majors (qui sont des entreprises, ie, qui veulent gagner de l'argent, et pas augmenter le domaine artistique de création fabuleuse).

                    Un artiste n'a pas a être désintéressé Et si quelqu'un (qui est qualifié pour décerner le label "artiste", d'ailleurs?) a le droit d'être payer pour ce qu'il fait. Et s'il fait quelque chose que la moitier de la population traite de "non artistique, mercantile, nulle..." mais que l'autre moitier achete avec plaisir, qu'il le fasse (je ferais pareil).
                    Une maison de disque a le droit aussi d'être payer pour ce qu'elle fait (distribution, pub, etc). Comme souvent c'est la dose qui fait le poison, les majors sont trop "major", ont tous les pouvoirs, tous les accès dans les radios, ... résultat le rapport est déséquilibré.

                    Elles prennent des risques en lançant un artistes. En pub, marketing, et surtout en image. Soit. Néanmoins, le fait qu'elles se concentre quasiment exclusivement sur les artistes les plus "vendeurs" est préjusdiciable.

                    Attention, je ne parle pas de qui est artiste de qui n'est pas artiste (c'est un débat sans fin, un bon vieux troll). Mais le FAIT est que les majors vont :
                    1) soit promouvoir leur "artistes" issues d'un formatage médiatique (starac, boysband, ...) => toujours le meme format de chanson, les mêmes recettes, etc. Tant mieux pour eux si ca se vent.
                    2) soit piquer les petits artistes qui ont percé grace à telle ou telle maison de disque indépendant qui l'a réellement "découvert".

                    Un artiste c'est quelqu'un qui met ses connaissances et sa maitrise de certaines techniques a l'oeuvre dans le but de provoquer de l'émotion, sentiments, réflexion, .... Aucun artiste au monde n'est capable de produire une oeuvre qui va chanbouler tout le monde, juste une partie de la population plus ou moindre grande. Les 2b3 fesaient chanbouler le coeur (et les cordes vocales) d'une certaines population féminie prépubères. En un sens, ce sont des artistes, même s'ils n'ont pas duré longtemps (souvenirs souvenirs, ma soeur en était fan... terrible enfance traumatisée qu'était la mienne...)

                    Et quand on écrit un poème pour sa chérie, on est artiste.
              • [^] # Re: Hmmm ..

                Posté par . Évalué à 2.

                Tout à fait.

                Ça me fait pensait qu'il y a quelque temps, j'ai lu qu'une vente aux enchères était organisée je ne sais plus où en Allemagne pour des tableaux d'Hitler. Faut-il les brûler sous le prétexe que c'est Hitler qui les a peints ?

                (hé oué, j'ai envie de donner dans le Godwin aujourd'hui)

                Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: Hmmm ..

        Posté par . Évalué à 5.

        > Mais dire que poser de l'argent c'est ne rien faire est insultant
        > pour ceux qui mettent de l'argent pour produire un album de
        > quelqu'un qui le mérite.

        Autant le dire de suite, à une époque (révolu), j'ai financé des artistes pour se produire (financement studio, pub, etc..)
        Et pourtant, à aucun moment, je me considère comme "quelqu'un ayant participé à la création [artistique]".

        Au mieux, je suis un financier. Au pire, je peux être considéré comme "un vampire utilisant les pauvres artistes sur leurs dos"


        > Le problème d'incompréhension est en partie la : les "libristes"
        > rejettent en partie (ceux qu'on entend le plus) le comemrcial,
        > l'argent, les sociétés commerciales tout ça..

        Probablement certains, j'espère que tu ne met pas dans le même bateau.
        Je suis pas à ma première société de créée et je considère pas l'argent comme un mal en soit.

        Ce qui me dérange, c'est le mec qui vient poser ses couilles sur la table en disant "moi! je fais des trucs pour la création [artistique]" alors que c'est qu'un pôv gars qui a juste un chéquier dans son slibard. Là, ça me dérange !
        • [^] # Re: Hmmm ..

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Au mieux, je suis un financier.

          Mais c'est sous-estimer l'argent.
          Oui, tu es dans ce cas un financier.
          Et le financement est une très grande partie d'un projet.
          Donc si, tu es "quelqu'un ayant participé à la création [artistique]", car tu as apporté une partie de ce qui fait un album.

          Ce qui me dérange, c'est le mec qui vient poser ses couilles sur la table en disant "moi! je fais des trucs pour la création [artistique]" alors que c'est qu'un pôv gars qui a juste un chéquier dans son slibard. Là, ça me dérange !

          Il y a manière de faire et manière de faire : un mec avec un gros chéquier qui paye pour plein d'artistes, des vrais, participe à la création (tout comme les actionnaire de RedHat participent au libre)

          Je ne vois pas en quoi ça te dérange : ce fric, il aurait pu le mettre ailleurs, et la création en serait appauvrie (après, les gouts de chacun dans les produits est une autre histoire).
          Minimiser le poids de l'apport financier, traiter les "actionnaires" (que ce soit entreprise ou artistique) comme des merdes inférieures c'est perdre ce qu'ils peuvent apporter, et ils peuvent apporter beaucoup : sans eux, il n'y a souvent rien de produit.

          Et donc on en revient au début : le monde n'est pas binaire, les gentils artistes d'un côté et les méchant avec leurs sous de l'autre, il faut communiquer. C'est cette communication qui manque souvent chez les gens, qui voient seulement les mecs comme des gens qui vont décider de ce qu'ils veulent faire (si il pose le fric, normal qu'il donne son avis! Si on veut le fric, il faut accepter les idées des autres)
          • [^] # Re: Hmmm ..

            Posté par . Évalué à 2.

            Et le financement est une très grande partie d'un projet.
            Je connais des tas d'artistes qui ont toujours été pauvres et qui pourtant sont reconnues comme des sommités mondiales.
            Je t'aide, le Louvre a certaines toiles de ces artistes (par ex).

            Comme quoi...

            (tout comme les actionnaire de RedHat participent au libre)
            ou pas.

            et la création en serait appauvrie
            ou au contraire enrichie, car ca aurait poussés les artistes dans une autre inspiration artistique.

            Si on veut le fric, il faut accepter les idées des autres
            Et tu dis que ca aide au developpement artistique. On est plus dans le mecenat mais dans le salariat là!
          • [^] # Re: Hmmm ..

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            A propos du fric, parce que cela revient souvent dans tes posts, et souvent dans ceux avec qui, par ailleurs, j'ai tendance à me friter.

            Le monde du libre ne considère pas que l'argent c'est pas bien et que c'est le mal réincarné, pour plusieurs raisons :

            1 - ils paient un pc + une connexion internet + une prise de courant alimentée derrière les 2 trucs.

            2 - De temps en temps, ils paient d'une manière ou d'une autre, alors que ce n'est pas une obligation, soit par des goodies, soit par des dons, soit par des bounties etc....

            3 - Pour faire cela, il faut qu'ils travaillent pour gagner cet argent.

            Maintenant, on peut regarder d'ou vient cet argent et comment il se place dans le processus global.
            Il y a alors une grande différence entre Mr michu qui donne 100 euros au dev d'un obscur soft qu'il utilise et aime bien et IBM qui donne 10 000 euros à une distribution tartempion pour faire un livecd qui utilise des produits ibm ou les met en valeurs. C'est la parabole du pharisien et du pauvre qui donne à l'église, la piécette du pauvre, représentant bien plus (pas en valeur) que les pièces d'or du pharisien. Je peux comprendre que pragmatiquement il est plus 'rentable' d'avoir 5 pharisiens que 1000 pauvres. Maintenant, si on regarde plus loin, si les pharisiens n'avaient pas tout cet argent, est-ce que les pauvres seraient aussi pauvre ? je ne sais pas, c'est une question !

            Ensuite, il faut regarder ce que chaque don implique, demande, représente, et la contrepartie attendue ou non. Ainsi, je trouve le don de M. michu plus désintéressé que celui d'ibm. Je sais bien que si ibm ne donnait pas 10 000, il faudrait 100 M. Michu. Et que globalement il est fort probable que les M. Michu n'arriveraient pas à compenser les IBM.

            Mais c'est juste un choix de modèle de société, et le noeud Gordien du problème est bien là : avant d'être un choix technique, le logiciel libre (et le libriste) est un choix politique de modèle de société. Dans ce choix politique, les gens sont plus important que les sociétés et le bonheur des gens plus important que les résultats boursiers des sociétés.

            La grande réponse que l'on sort à ce moment est : sans les sociétés, les gens ne pourraient pas manger, dormir, se loger car ils n'auraient pas de travail etc....

            Rien n'est moins sur du tout, c'est un axiome choisi dans un univers de possible, mais ce n'est pas un théorème démontré dans l'absolu. Et les libristes, en général, pensent que cet axiome est un leurre sinon un mensonge.

            Pour rester sur le cas de sony. L'argent qu'ils gagnent et qu'ils redistribuent à des actionnaires, ils le prennent bien quelque part non ? je dirais moitié dans la poche de l'acheteur de CD, qui peut donc en acheter moins (à prix constants) et moitié dans la poche de l'artiste qui doit donc 'produire plus' pour pouvoir vivre de son art. OK, ils font de la promo, de la distribution du truc du chose. Mais avec quelles marges ?

            Voila le pourquoi de ce qui te semble être un "rejet" de l'argent, mais qui n'est, en fait, qu'un rejet du modèle ou l'argent est central et un but (et plus un moyen)

            Et en passant, j'aimerais savoir combien le pdg de sony (et sa famille) a _dépensé_ en CD, dans un magasin, sur toute l'année 2008
            • [^] # Re: Hmmm ..

              Posté par (page perso) . Évalué à 4.

              avant d'être un choix technique, le logiciel libre (et le libriste) est un choix politique de modèle de société.

              C'est un choix politique de modèle de société pour certains seulement.

              Allez, je prend un exemple du plus gros projet libre (je pourrais prendre moi en exemple, mais c'est pas un gros projet...) : Linux. Linus T. a toujours bien précisé qu'il n'avait rien à foutre du choix politique. La GPL est un choix technique (celui d'avoir un max de contributeurs), rien de plus. L'idéologie politique derrière lui passe au dessus. Moins affiché, mais du même style pour MySQL, Qt, PHP (clairement contre la FSF et ses licences avec une belle incompatibilité!), OpenSolaris (idem)...

              Certains libristes en font un choix politique, et se plaisent à penser que tous ceux qui font du libre ont la même idéologie qu'eux, ce qui est totalement faux (à commencer par les plus gros projets libres donc...)

              Il serait temps d'arrêter d'imaginer ce que les gens pensent. Le libre est neutre politiquement, et n'a aucune vocation à changer de modèle de société, seuls les gens derrières par leur utilisation de l'outil peuvent décider de changer de modèle de société (ou non).

              Voila le pourquoi de ce qui te semble être un "rejet" de l'argent, mais qui n'est, en fait, qu'un rejet du modèle ou l'argent est central et un but (et plus un moyen)

              Beaucoup d'actionnaires de Redhat mettent du fric dans RedHat pour avoir plus de fric plus tard, ils voient juste RedHat comme une bonne machine à fric. Faire du libre ou pas, mettre de l'argent dans le libre ou pas, ne change rien aux gens, qui pensent et font toujours la même chose. Le libre ne rejette absolument pas le modèle sociétal actuel, il est neutre philosophiquement, et permet tout.

              Faudra faire avec, parce que ça existe : le libre est un moyen, comme l'argent, et seulement un moyen, pour pas mal de monde. Et le libre n'interdit pas aux gens pensant pas comme "les libristes" (sic) de faire du libre.
              • [^] # Re: Hmmm ..

                Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                Certains libristes en font un choix politique, et se plaisent à penser que tous ceux qui font du libre ont la même idéologie qu'eux, ce qui est totalement faux (à commencer par les plus gros projets libres donc...)

                Non. C'est un choix idéologique qui a amené le logiciel Libre. Ceux qui choisissent le logiciel Libre comme une solution "technique", ils doivent se plier aux us et coutumes du mouvement.

                Ensuite au niveau de "la solution technique". De nouveau Linus a eu le choix : faire un noyau, le garder en propriétaire et rester un inconnu ou alors libérer le code et devenir une personne reconnue.
                C'est pas une solution technique, c'est un choix entre exister ou disparaître. À moins que tu ne révolutionnes l'informatique, tu n'as aucune chance d'apporter ta solution dans l'informatique d'aujourd'hui sans passer par le logiciel Libre. Le reste du marché étant étouffé par des géants comme Microsoft, Apple ou Adobe.

                Le libre est neutre politiquement

                aucune vocation à changer de modèle de société

                Ben non, il l'a déjà fait. Le modèle "créer un logiciel, libérer son code et faire du business avec les services autour du logiciel" est un nouveau modèle qui existe grâce au logiciel Libre. De plus c'est un modèle tellement ultra-libéral que même les extrêmes droites économiques n'oseraient le proposer.
                Dans le cas du service sur un logiciel Libre, on est dans un cas de concurrence parfait. Tous les acteurs ont exactement la même donnée, c'est leurs compétences qui font la différence, c'est mieux que l'économie de marché a brevet qui biaise la concurrence. C'est, dans un sens, l'absolu du capitalisme.
                Et d'un autre côté le logiciel Libre est la collaboration ouverte entre personnes, chacun tire à la même corde et reçoit exactement la même chose. Tu reçois la même chose que Linus de la part du logiciel Libre. C'est donc du communisme. C'est les masses laborieuses qui décident de l'évolution, ce n'est pas une poignée de nantis. Regarde le projet Debian.

                Donc oui, le logiciel ne veut pas changer de modèle de société puisque c'est un modèle unique et nouveau qui allie le communisme et le capitalisme.

                Sérieux plus j'y penses, plus je me dis que celui qui a inventé ça est un génie.

                "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

                • [^] # Re: Hmmm ..

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Ceux qui choisissent le logiciel Libre comme une solution "technique", ils doivent se plier aux us et coutumes du mouvement.

                  De quels us et coutume tu parles? Tu penses qu'il y a un modèle de société derrière, mais tout le monde ne le pense pas, il n'y a pas d'us et coutume au niveau sociétal. C'est que dans la tête de ceux qui voudraient voir le libre comme un modèle sociétal. Les 4 libertés du libre, qui il me semble sont la base du libre, n'apportent aucune contrainte sur le modèle sociétal, au contraire (par exemple les CC -NC ne sont pas libre, car elles imposent un modèle arbitraire).

                  À moins que tu ne révolutionnes l'informatique, tu n'as aucune chance d'apporter ta solution dans l'informatique d'aujourd'hui sans passer par le logiciel Libre. Le reste du marché étant étouffé par des géants comme Microsoft, Apple ou Adobe.

                  Tu montres que c'est un choix de business model : comment être meilleur que les concurrents en place.
                  Rien à voir avec un modèle sociétal.
                  Tout ce que tu montres, c'est que le libre apporte un modèle de développement différent. Rien n'est apporté dans tes arguments sur le modèle de société. C'est assez logique, vu qu'il n'y en a pas ;-).

                  Sérieux plus j'y penses, plus je me dis que celui qui a inventé ça est un génie.

                  Sur ça, on est d'accord! Les pires libéraux ne peuvent pas dire grand chose vu que le libre libère beaucoup (trop au gout de certains, bizarre pour des libéraux ;-) ), les pires communistes ne peuvent rien dire car c'est mis dans le "pot commun". Fallait le faire.

                  Sérieux plus j'y penses, plus je me dis que celui qui a inventé ça est un génie.

                  La, j'ai plus de doute : je ne pense pas que "l'inventeur" du libre avait en tête ce que le libre donne aujourd'hui.
                  • [^] # Re: Hmmm ..

                    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                    De quels us et coutume tu parles? Tu penses qu'il y a un modèle de société ... [snip] ...
                    Une société n'est pas une idée, c'est un fait. Une société c'est des gens qui tendent vers le même objectif. À partir du moment où il y a des gens, il y a des coutumes.

                    Le logiciel Libre est une société composée de gens qui ont deux objectifs principaux :
                    - Faire du code source libre
                    - En vivre
                    Il y a des habitudes qui se sont créées, des coutumes, dans cette société. Et il est important de les respecter. Celui qui ne veux pas vivre selon ces coutumes, il peut créer une société différente, si des gens le suivent.

                    Tu montres que c'est un choix de business model : comment être meilleur que les concurrents en place.
                    Rien à voir avec un modèle sociétal.


                    Oui dans cette société il y a au moins un modèle économique. Mais un modèle économique est dépendant d'une société, car pour avoir une économie, il faut une société. Un modèle économique est un sous ensemble d'une société, les coutumes aussi.

                    C'est assez logique, vu qu'il n'y en a pas ;-).

                    Non. Dès qu'il y a des gens (qui vont dans le même sens), il y a société. C'est toi qui n'en veut pas, parce que ça t'arrange. Mais effectivement il y a une société.

                    "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

                    • [^] # Re: Hmmm ..

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Tu vas un peux vite je trouve

                      Le logiciel Libre est une société composée de gens qui ont deux objectifs principaux :
                      Voir la "communauté du libre" comme un groupe ayant des objectifs communs me semble un peu rapide pour les raisons suivantes :

                      Faire du code source libre
                      Ce n'est pas nécessairement un objectif. Pour certains c'est juste un moyen (survivre, améliorer le développement...) et pour d'autres c'est carrément un truc qu'ils n'ont même pas pris en compte : on peut faire du libre par défaut, juste parce qu'on se contrefout des problèmes de licences et qu'on a rien contre la diffusion de son travail dans la nature.
                      Bref on peut faire du libre sans motivation politique ou sociétale particulière.

                      En vivre
                      Je ne crois pas que ce soit le but pour une grande majorité de développeurs hobbyistes. Un anesthésiste qui fait du libre n'a peut-être pas en tête de manger avec sa production libre.

                      c'est un choix de business model
                      Même pas, tu peux faire du libre sans même te préoccuper de business model, justement parce que tu ne compte ni en vivre ni révolutionner le monde. Exemple : tu fais un petit soft sympa et tu as juste envie de ne pas t'emmerder avec la diffusion mais tu veux diffuser parce que plus d'utilisateurs t'amènent de nouveaux défi a relever.

                      En bref, les motivations qui amènent à faire du libre sont nombreuses et ne sont pas nécessairement liées a une idéologie politique. Pour moi justement le génie du concept c'est qu'un projet libre est totalement déconnecté des motivations de ses contributeurs. Dit autrement, un projet libre ne sert qu'à satisfaire les besoins (pratiques, d'argent, de défi, de notoriété, politiques...) de ses contributeurs ou utilisateurs. C'est justement ce qui fait sa force et qui fait qu'a mes yeux, c'est la seule manière intelligente de produire du logiciel répondant uniquement à des besoins concrets : tu n'es pas parasité par les motivations des autres.

                      pour avoir une économie, il faut une société
                      Et réciproquement. La société et le modèle économique sont intimement liés et souvent les deux s'entretiennent.

                      En soi, je pense que le libre en soi n'a rien à voir avec une grande cause politique, économique ou autre vu que ce n'est qu'un outil de plus, une manière de faire. Amalgamer les gens qui y en font et leur coller une étiquette quelconque, c'est une grossière erreur d'appréciation.
                      • [^] # Re: Hmmm ..

                        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                        bon c'est lundi et a la nieme relecture je m'aperçois que c'est plein de photes, désolé pour les piqures aux yeux.
          • [^] # Re: Hmmm ..

            Posté par . Évalué à 2.

            Houla, j'ai un léger lag dans la réponse.

            > Je ne vois pas en quoi ça te dérange : ce fric, il aurait pu le
            > mettre ailleurs, et la création en serait appauvrie (après,
            > les gouts de chacun dans les produits est une autre histoire).
            > Minimiser le poids de l'apport financier, traiter les "actionnaires"
            > (que ce soit entreprise ou artistique) comme des merdes inférieures
            > c'est perdre ce qu'ils peuvent apporter, et ils peuvent apporter
            > beaucoup : sans eux, il n'y a souvent rien de produit.

            Heu houla, tu présupposes déjà des trucs.
            50% des boites que j'ai monté ont été effectués sur des fonds d'investisseurs et financiers; et le reste étant sur fond propre.

            Donc ne me range pas dans la catégorie "je déteste les actionnaires", mes nombreux posts précédent sur linuxfr te prouveront le contraire.

            En ce qui concerne les investisseurs/financiers qui m'ont aider, je leur serai toujours reconnaissant; Mais j'oublie pas un truc: ce n'est pas eu qui ont eu la matière grise pour monter le bizness-plan; En tant que "créateurs" (ou jeunes louveteaux) mes "compagnons d'infortunes" et moi-même sommes "la matière grise" et je considère pas qu'un financiers est participé à la "création [artistique/bizplan]".

            Et en connaissant quelques-uns, personne ne se considéra comme ayant était le "créateur/maitre d'oeuvre d'un bizness plan" et ils seront toujours très clair la dessus: « nous sommes des financiers/investisseurs/mécènes/etc. point-barre. ».

            Du haut de ma lucarne, Christophe Lameignère n'a pas participé à la création "artistique" d'un album (et si c'était le cas, bah merde, l'artiste aurait des soucis à se faire ... )
  • # Point Godwin ?

    Posté par . Évalué à 2.

    Je me demande : le totalitarisme n'est-il pas très fortement associé au nazisme (dans l'inconscient collectif).
  • # Imbécile

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    Ce que Monsieur l'idiot du village oublie.

    C'est qu'on est aussi des clients. Et franchement, je vais me fendre d'une lettre postale pour le lui rappeler.

    Sony Music Entertainment France
    20/26 rue Morel 92111 Clichy Cedex

    C'est la bonne adresse ?
    • [^] # Re: Imbécile

      Posté par . Évalué à 2.

      Tu penses vraiment que ça va lui faire quelque chose ? ou qu'il n'est pas déjà au courant ? sérieusement ?
      • [^] # Re: Imbécile

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Bah, ca ne me coûte pas grand chose. Et puis, ca lui remettra le sujet en mémoire pendant 1 seconde de plus. Peut-être qu'Il évitera la prochaine fois les provocs à 0,2 roubles.... ou pas;

        Et sinon, il faut faire quoi ? L'attendre à la sortie et lui casser les tibias ?
        • [^] # Re: Imbécile

          Posté par . Évalué à 1.

          Bah, ca ne me coûte pas grand chose. Et puis, ca lui remettra le sujet en mémoire pendant 1 seconde de plus. Peut-être qu'Il évitera la prochaine fois les provocs à 0,2 roubles.... ou pas;

          Je doute en plus que ça arrive jusqu'à lui, au pire, ça va occuper ses secrétaires et le service relations publiques... qui n'en a pas plus à faire amha

          Et sinon, il faut faire quoi ? L'attendre à la sortie et lui casser les tibias ?

          ??
          tu t'es cru dans un mauvais polar ?
          • [^] # Re: Imbécile

            Posté par (page perso) . Évalué à 4.

            >>> tu t'es cru dans un mauvais polar ?

            C'est triste, maintenant, il faut systématiquement mettre des émoticones pour que les gens décèlent les bribes d'humour. :-(
            • [^] # Re: Imbécile

              Posté par . Évalué à 1.

              J'allais le dire :
              - dans un mauvais polar, on pète les jambes à celui qui nous plait pas,
              - dans un bon, on kidappe sa femme et ses enfants pour lui faire du chantage et qu'il dise que partager sa musique c'est bien et que d'ailleurs il place tout le catalogue Sony-Music sous licence CC.

              un peu d'imagination que diable... et surtout ne pas penser qu'on est le seul à (ab)user du 3° degrés..
    • [^] # Re: Imbécile

      Posté par . Évalué à 4.

      moi je ne suis pas client de Sony Music, je peux vous l'assurer ;)

      Ni même "pirate" d'ailleurs.

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

    • [^] # Re: Imbécile

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Je sais pas si c'est la bonne adresse, je vais vérifier, et j'avoue que j'ai eu aussi une grosse envie de lui écrire une petite lettre.

      Je ne suis plus depuis longtemps client des majors, un seul CD acheté en 3 ans, mais j'avais envie de lui exprimer ma gratitude car il vient, brillamment, de m'offrir un sujet de rigolade mondaine, tant il affiche de façon si désinvolte son inculture. Sisi ! Un mec qui parle de création artistique et qui est a ce point dénué de culture je suis sur que ça va faire marrer...mais surtout le coup des "voleur à la petite semaine"...

      Après je suis d'accord, ça lui fera surement plaisir de savoir que dire des conneries pareils lui fait perdre des clients fidèles ou potentiels.
  • # Totalitarisme.

    Posté par . Évalué à 10.

    Totalitarisme artistique dicté par les majors: les seuls artistes connus et reconnus sont ceux qui ont "signé" (qui se sont vendu, en clair). Tu n'es pas à la SACEM, tu n'as pas de maison de disque? Alors tu n'existes pas.
    Les majors sont le TOTALITARISME de la musique.

    Totalitarisme économique: l'argent volé sur chaque CD vierge ou chaque disque dur va dans les poches des majors. Combien pour le gars qui a posé son oeuvre sur Jamendo et n'a signé nulle part? Rien.
    Les majors ont un pouvoir économique TOTALITAIRE.

    Totalitarisme politique: les lois votés contre le téléchargement illégales sont écrites par et pour les majors. Aucune autre voix (artistes indépendants, défenseurs de la liberté sur Internet) n'est écoutée sérieusement.
    Les majors ont un pouvoir politique TOTALITAIRE.

    Totalitarisme technologique: les DRM, encore utilisées, imposent UN SEUL logiciel afin de lire le fichier acquis.
    Les majors ont une approche TOTALITAIRE de l'informatique.

    Et après, ils osent donner des leçons?

    THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

    • [^] # Re: Totalitarisme.

      Posté par . Évalué à 9.

      Plussois a trois main :)

      Il y a encore le totalitaire médiatique , la concentration des médias (sauf internet , mais ils sont en guerre contre - hadopie, net neutralité - ) au main de quelque uns a pour effet le lavage de cerveaux de la majorité à la pensé unique (publi-reportage, clip vidéo jouant sur la peur , assimilation d'internet à une zone de non droit soit disant , foret infesté de nazi et pédophile ) . On essaye d'essayer d'écraser les voix alternatives par un bombardement médiatique via la répétition a outrance . Pouvoir médiatique Totalitaire .
      • [^] # Re: Totalitarisme.

        Posté par . Évalué à 6.

        on notera que le site du journal Les Echos :

        http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/0(...)

        cite, lui : « Les gens qui téléchargent illégalement sont des couards planqués derrière leur ordinateur. Ce sont des terroristes », s'emporte Christophe Lameignere, président du SNEP.
        • [^] # Re: Totalitarisme.

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          J'aime bien aussi :
          ***
          « En 2004, on nous faisait le reproche que l'offre en ligne n'était pas exhaustive. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Ensuite, on nous a reproché la mise en place de verrous sur les fichiers musicaux. Nous les avons enlevés en début d'année. Et malgré tous ces efforts le marché de la musique en ligne n'est toujours pas là », souligne Christophe Lameignere.
          ***

          Ben oui, mais en 5 ans, les gens ont pris des habitudes, et maintenant il faut ramer pour les enlever, il faut faire plus d'efforts pour rattraper les 5 années de retard dues à des choix stratégiques pourris.
          Ca s'appelle le "Time To Market" dans d'autres secteurs... Mais pour lui, le mot a l'air de lui être inconnu... Et le mal est fait. Ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes.
          • [^] # Re: Totalitarisme.

            Posté par . Évalué à 6.

            Et surtout, il a beau dire que l'offre légale est aujourd'hui exhaustive, elle le reste bien moins que « l'offre » piratée; un exemple tout bête : pas moyen d'acquérir le moindre album des Beatles en téléchargement légal, alors que l'intégrale se trouve sur tous les réseaux de partage, et en FLAC s'il vous plait.

            Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: Totalitarisme.

        Posté par . Évalué à 2.

        Plussois a trois main :)

        ... sous Emacs ?

        Moi il me suffit de Firefox et une main qui utilise la souris ..... J'économise deux mains ....
        • [^] # Re: Totalitarisme.

          Posté par . Évalué à 3.

          J'économise deux mains
          On ne veut pas savoir ce que tu en fais.

          THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

          • [^] # Re: Totalitarisme.

            Posté par . Évalué à 2.

            Ah, j'ai compris alors l'utilité d'Emacs ..... Occuper les mains qui ne servent pas ...
  • # Y'en a vraiment

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Les libristes font sûrement plus que Sony pour la culture. Les artistes peuvent créer de la musique (ou film, ou autre) avec des logiciels Libres. Les artistes peuvent faire la promotion de leur oeuvre avec des logiciels Libres (site web avec des CMS).
    Le seul problème c'est que les artistes qui passent par ces méthodes n'a pas forcément besoin d'une maison de disque, et donc ils vont pas gagner d'argent dessus.

    Les tueurs de la musique sont bien les maisons de disques. Ma collection de CDs ressemble plus à une bibliothèque d'articles de lois sur le piratage qu'une collection de CDs.
    J'achète une réédition pour les 40 ans des Pink Floyd (réédition du premier CD avec des trucs en plus), le coffret contient un bon paragraphe sur le piratage.
    J'achète un CD des Animals, un gros logo "FBI Anti-Piracy" sur +50% de la surface du CD.
    J'achète un DVD, je dois attendre que la partie légale défile sur l'écran avant de pouvoir regarder mon film.
    Je vais voir John Fogerty au Montreux Jazz, avant le concert dix minutes d'explication que pirater c'est mal.
    Je mets mon CD de Roger Waters dans l'ordi pour le convertir en OGG afin de le mettre sur mon lecteur audio portable, y'a des protections a contourner.
    Et la liste peut s'étendre encore longtemps.

    Les seules personnes avec qui je discutent de ces problèmes sont mes amis qui, comme moi, continuent à acheter leurs CDs sur le marché (et comme moi sont dégoutés la même chose). Tous ceux qui piratent n'ont jamais entendu parler de ces problèmes.

    Donc oui, en 2009, j'ai diminué mes achats de CDs et j'ai commencé à télécharger sur Pirate Bay et Co. Le jour où l'offre pour les CDs légaux deviendra à nouveau honnête je recommencerais à commander 3 à 5 CDs par mois.

    "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

  • # NouvelObs impartial sur HADOPI ?

    Posté par . Évalué à 4.

    Ca fait longtemps que j'ai arreté de considerer le NouvelObs comme étant une source d'information (surtout sur un sujet touchant à HADOPI) :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Olivennes
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvel_Observateur
    • [^] # Re: NouvelObs impartial sur HADOPI ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Surement, mais en l'occurrence l'interview parle d'elle même et l'article n'a que le mérite de donner le lien vers la vidéo.

      C'est fou ce qu'on peut récupérer dans la presse, y compris dans celle qu'on sait être du mauvais coté (de la force), suffit souvent de lire entre les lignes, pour avoir l'information brute, épuré des commentaires subjectifs des journalistes, orientés par leur rédaction, contrôlée par les actionnaires.
  • # Oh le beau point Godwin...

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Cité dans un article de Metro ce matin, Christophe Lamiegnière, président du SNEP, à propos des pirates luttant contre HADOPI, vient de faire un beau point Godwin.

    Ces gens-là, ils auraient vendu du beurre aux allemands pendant la guerre !

    Faire un aussi beau point Godwin, après celui de Mme Albanel, c'est bel et bien le signe que le débat sur HADOPI doit être clos. Et que l'on doit passer à autre chose... Comme la SARD, non?

    En réactions autres éléments de l'article, comme Le marché des singles souffre beaucoup, dégringolant de 50% par rapport à 2008 et de 96% par rapport à 2002, je rappellerai le point suivant : en 2002, je n'avais pas de portable (45 euros), pas d'abonnement Internet (30 euros), une carte orange mois cher (combien d'euros d'augmentation chaque année?), pas de lecteur DVD (donc j'achetais des cds), je ne payais ma place de cinéma 10 euros... Tout cet argent, je le consacrais au CD... Et je suis loin d'être le seul dans ce cas. Non?
    • [^] # Re: Oh le beau point Godwin...

      Posté par . Évalué à 5.

      Ouais mais c'est pas juste, ils veulent que tu dépenses toujours 100€/an dans la musique comme avant. Les dvd et les téléphones portables, ils s'en foutent !

      D'ailleurs, il suffit d'écouter des émissions radio sur BFM pour voir qu'il y a un gros plan de communication média, car cette fois-ci, ils donnent encore moins la parole aux anti-hadopi et leur font dire n'importe quoi.

      "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Oh le beau point Godwin...

      Posté par . Évalué à 2.

      "Ces gens là, ils auraient placé des kapos dans toutes les chaumières et auraient obligé les familles d'accueil à les nourrir en ces temps de marché noir"
  • # moi aussi, je peux jouer ?

    Posté par . Évalué à 10.

    "en produisant ou en ayant à son catalogue des artistes comme Mickael Jackson, monsieur Christophe Lameignère promeut et encourage la pédophilie."

    voili voilou, pas mieux pas pire.
  • # Un peu d'humour facile...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Y'a la façon de le dire et Lameignère de le penser...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.