Journal Openjustitia

27
26
sept.
2011

Bonjour à tous,

Je vous écris pour vous faire part d'une nouvelle que je viens d'apprendre (et que je n'ai pas vu passer dans le coin) :

Le 9 septembre le tribunal fédéral suisse a publié une partie des sources d'Openjustitia, une suite de logiciels sous GPL V3 développé par et pour le tribunal fédéral.

J'aurais bien du mal à vous décrire précisément les fonctionnalités de ces logiciels, venant jute de les découvrir et ne parlant pas suisse-allemand (la doc semble un mélange d'anglais, de français et de suisse-allemand).
Quelques mots malgré tout : c'est du Java, basé sur Tomcat et développé sous Eclipse. Pour un avis plus éclairé, j'ai trouvé cette documentation.

Mais le plus important, pour moi, c'est tout d'abord la réaction de certains éditeurs portant plainte pour « concurrence déloyale » (Cross-subsidization, je ne sais pas trop comment traduire cela). Mais surtout, la réponse du tribunal fédéral qui vaut, à mon humble avis, son pesant de cacahuète. Quelques morceaux choisis :

Le logiciel du Tribunal fédéral financé par des deniers publics peut ainsi être réutilisé par les tribunaux cantonaux ainsi que d'autres tribunaux.

[Dans le cadre du cybergouvernement,] les investissements [doivent être] utilisés de manière optimale grâce à l'application du principe de développement unique et l'utilisation multiple, à l'utilisation de normes ouvertes et aux échanges réciproques.

Les tribunaux cantonaux et les autres participants au projet OpenJustitia sont tenus de publier leurs propres développements sur la plateforme commune. Le Tribunal fédéral quant à lui espère ainsi pouvoir profiter des développements des autres participants.

Bref, une belles bande de bolcheviks, ces suisses \o/

À vous les studios...

  • # On commence...

    Posté par . Évalué à 3.

    ces suisses

    Désolé pour les fautes, je rembourse l'oculiste aux personnes incommodés...

  • # Darwin n'a pas déposé de brevets ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Mais le plus important, pour moi, c'est tout d'abord la réaction de certains éditeurs portant plainte pour « concurrence déloyale »

    Cela veut juste dire qu'ils étaient trop mauvais/chers pour que des gens dont ce n'est pas ni le métier ni la vocation (l'état) se sentent obligés de payer le développement de logiciels.

    C'est le job des éditeurs de faire en sorte que la marche soit trop haute pour développer soi-même une solution.
    Comment régler la hauteur de la marche ? En augmentant la qualité de service, et en baissant le prix d'acquisition.
    Si tu as une très bonne qualité de service à un prix raisonnable, personne n'ira s'emmerder à risquer son poste pour coder un logiciel.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.