Journal Les "geeks" & la langue française

Posté par .
Tags : aucun
27
15
sept.
2008
Cher Journal,

moi qui lit linuxfr depuis quelques années, je me décide enfin à écrire quelques lignes sur un sujet universel qui est l'orthographe, la conjugaison et la grammaire, ou plus généralement la langue française !

J'ai de plus en plus de mal à lire certains messages, articles, ici et là avec de nombreuses fautes d'accords, de temps, des mots écorchés... et plus ça va, plus ça me bousille les yeux, à devoir aller chez l'ophtalmo ! Quelques diminutifs et abréviations ça va , mais là, j'ai l'impression que ça ne va pas en s'arrangeant.

Entre l'effervescence des blogs et le langage kikoolol, les tutoriels faits à la va-vite par des geeks dont la qualité de coder est inversement proportionnelle à leur qualité de rédaction, j'en peux plus !

Cette remarque est valable également (surtout) pour les "ingénieurs" ou "cadres" techniques, censés pouvoir rédiger des documents techniques (ou pas), s'échanger des e-mails décisionnels, etc etc....

Pourquoi, mais pourquoi ces gens ne font pas d'effort de rédaction ? Ok, on peut tous faire quelques fautes (moi le premier, je suis persuadé que quelques coquilles se sont glissées dans ce journal), mais il existe aujourd'hui de bons correcteurs d'orthographe, des dictionnaires en ligne, et au pire, il y a toujours un bon Bescherelle qui traîne au fond de l'armoire non ?

Alors, dites-moi, messieurs & mesdames qui écrivez comme vos pieds, pourquoi négligez-vous autant vos lecteurs ?
  • # Pourquoi ?

    Posté par . Évalué à 10.

    Je ne pense pas que ce soit de la négligence, mais plus du "je m'en foutisme". Et puis, le cerveau humain a l'admirable capacité à compiler des textes avec de nombreuses erreurs de syntaxe alors les gens exploitent cette capacité. Parfois, je dois quand même avouer que mon cerveau segfaulte à la lecture d'un texte skybloguesque, mais c'est parce que comme toi, ça m'énerve et puisqu'ils s'en foutent de moi, je m'en fous d'eux et tout le monde le vit bien.
    • [^] # Re: Pourquoi ?

      Posté par . Évalué à 10.

      Effectivement, je penche aussi plutôt pour du "j'm'en foutisme", la preuve, tous ceux à qui on le fait remarquer disent "mais on s'en fout, c'est pas super important". La plupart du temps, les fautes sont de "l'oralisation" (ça existe comme mot ?), c'est à dire que les gens écrivent un truc qui se prononce pareil, même si l'orthographe est incorrecte.

      Quant à l'augmentation avec le temps, je trouve aussi que ça va de pire en pire. Certes, on trouve encore des commentaires corrigeant les fautes de certains journaux ici, mais beaucoup moins qu'avant. Pourtant, je pourrais en faire une dizaine par jour ...

      En tous cas, j'ai remarqué que lire des textes avec de plus en plus de fautes m'en fait faire de plus en plus, et c'est ça qui me fait peur. (voilà, j'avais mis "remarquer", je me suis relu, et je me suis maudit ...)
      • [^] # Re: Pourquoi ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        "L'oralisation" n'existe peut-être pas comme mot, mais le "ça s'écrit comme ça se prononce", oui, et ça montre bien la tendance.

        Je fais aujourd'hui le rapport entre ça et l'apprentissage de la lecture : quand j'étais jeune/petit/tcho/minot (rayez suivant votre région), mes maitresses de CP/CE1/CE2... insistaient sur le "lire dans sa tête", i.e. sans prononcer les mots, fut-ce à volume nul. Effectivement, je comprends que sans s'être entrainé à cela, le chemin de moindre contrainte est de lire à voix haute, pour se ramener à un cas déjà maitrisé à ces âges,"comprendre ce que l'on dit". Tout ça pour ne pas faire le chemin plus compliqué du "comprendre ce qu'on lit".

        Du coup, certains croient en effet inutile de respecter l'orthographe pourvu que ça se prononce pareil (sans parler de certaines dyslexies qui sont bel et bien pathologiques)

        Et vous ? Est-ce que vos maitresses vous ont appris ça ?
        • [^] # Re: Pourquoi ?

          Posté par . Évalué à 10.

          Mes maîtresses ne m'ont pas appris l'orthographe :)
          Par contre, j'ai fréquenté quand j'étais jeune une école à l'ancienne dans le très petit village de mon enfance. Tout le monde dans la même classe avec un seul instituteur.
          Eh ben, le cochon m'a fait bouffer de la grammaire chaque jour qui passait. Je n'en garde pas un si mauvais souvenir même si, malheureusement, ça me donne également des douleurs oculaires lorsque je lis des textes bâclés. Surtout à l'époque des correcteurs orthographiques.
          Dans le même genre, il y a aussi les fautes qu'on peut entendre tous les jours à la télé, mais c'est une autre histoire.
        • [^] # Re: Pourquoi ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          C'est exactement ça.
          Lorsque je lis un texte mal écrit je dois prononcer la phrase dans ma tête pour la comprendre.
          Je lis bien moins vite qu'avant, et suis moins bon en orthographe. Il en est de même pour la syntaxe :(
        • [^] # Re: Pourquoi ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          J'ai appris avant d'entrer au CP tout seul sur un bouquin qui était à un ami de mes parents d'origine étrangère (j'ai oublié d'où :#) et qui utilisait la méthode syllabique au lieu de la globale.
          J'adorais lire et je me suis toujours tapé des 19 en dictée jusqu'à ce que le sms passe par là ... :$
          En tout cas la méthode est meilleure parait-il, donnez à vos enfants le goût de la lecture et un bouquin de ce style, ils n'auront plus besoin d'instit ^_^
          • [^] # Re: Pourquoi ?

            Posté par . Évalué à 4.

            Merci d'arrêter de sous-entendre que la méthode globale est encore utilisée à fond les ballons partout. Ce qui est préconisé de nos jours est une méthode que je qualifierais de « semi-globale ». En pratique, il s'agit de faire un numéro d'équilibriste entre méthode syllabique et méthode globale. Mes neveux (des jumeaux) en ont fait l'expérience, et savent lire correctement pour des enfants de 7 ans.

            Maintenant, de même qu'il existe encore des instituteurs - pardon, des professeurs des écoles - qui utilisent la méthode syllabique, il y en a qui continuent avec la méthode globale (et là, c'est la catastrophe).
            • [^] # Re: Pourquoi ?

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              /o\ je n'ai jamais sous entendu que la méthode globale était utilisée de partout, je n'ai fait que l'opposer à la méthode syllabique pour ceux qui ne savent pas (dont je faisais partie il n'y a pas si longtemps)

              Je ne savais pas qu'il y avait une "semi-globale", j'ai encore appris quelque chose (mais n'ai jamais prétendu tout savoir à ce sujet non plus, ça fait un moment que je suis plus dans les écoles)

              Merci de lire ou relire avec une grande respiration entre chaque commentaire ..
              • [^] # Re: Pourquoi ?

                Posté par . Évalué à 1.

                En fait, et je le dis de manière pas méchante, ça a été l'objet d'un gros troll général à l'époque ou des bouquins qui ventaient les méthodes "à l'ancienne" sont sorties, sous entendant que les méthodes modernes, dont la globale, étaient catastrophiques et responsables d'une orthographe désastreuse ...


                Débat dont il est ressorti que la méthode globale pure était "has-been" et peu utilisée de nos jours, et que donc tout ça c'était plus ou moins de la désinformation ...


                En d'autre terme, quand tu remets ça sur le tapis, tu fais sans le savoir de la propagation de désinformation, ce qui peut être assimilé à une provocation éventuellement.

                En résumé, et toujours pas méchamment, tu as perdu "une bonne occasion de fermer ta gueule" :)
                • [^] # Re: Pourquoi ?

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Je crois qu'on ne s'est pas compris.. tant pis \o/
                  (et j'étais pas au courant du troll .. )
      • [^] # Re: Pourquoi ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        L'oralisation encore, ça passe, mais le pire c'est qu'à force d'entendre ces horribles "si j'aurais..." et "ils croivent..." (et c'est souvent) j'ai peur de finir par commettre les mêmes erreurs.
        • [^] # Re: Pourquoi ?

          Posté par . Évalué à 3.

          Si j'aurais su, j'aurai pas venu...

          Chic, des gens qui pensent comme moi !

          Maître Ythello, qui a perdu un peu de sa verve anti j'm'en-fout-d''mal-écrire aussi, par fatigue...
          • [^] # Re: Pourquoi ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Des erreurs de ce type sont très variables selon les regions.
            "J'ai allé" est beaucoup plus fréquent dans le nord de la France
            "je suis allais" dans le sud de la France (Albert en avait fait une similaire ici même)
            • [^] # Re: Pourquoi ?

              Posté par . Évalué à -2.

              "Je suis allé" : http://www.leconjugueur.com/php5/index.php?v=aller
              (mais j'ai peut-être mal compris ton message !)
          • [^] # Re: Pourquoi ?

            Posté par . Évalué à 4.

            Dans le genre, il y a aussi l'horrible « après qu'ils soient partis » au lieu de « après qu'ils sont partis ».
            • [^] # Re: Pourquoi ?

              Posté par . Évalué à -1.

              Excuses moi de te demander pardon, mais dans ta phrase :
              après qu'ils être partis. Le que impose l'usage du subjonctif. Sauf erreur de ma part.
              • [^] # Re: Pourquoi ?

                Posté par . Évalué à 5.

                Le que n'impose rien du tout :-)

                Le subjonctif est là après avant que pour indiquer une éventualité, une possibilité.

                La conjonction introduite par après que est du domaine du réel ; après que suppose par essence que l'action s'est produite, et impose donc l'indicatif.

                ­La faculté de citer est un substitut commode à l'intelligence -- Somerset Maugham

                • [^] # Re: Pourquoi ?

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Toujours est-il que j'aurais écrit : après qu'ils soient partis.

                  Mais bon, ça c'est parce que je l'aurais dit de cette manière.
              • [^] # Re: Pourquoi ?

                Posté par . Évalué à 2.

                Alors...
                Après que je rentra à la maison, j'ai demandé à ma femme, qui a répondu comme moi héhé, pour finalement dire : "Je crois qu'il y a une exception", après vérification, j'ai dit une énorme bétise.
                Toutes mes excuses, comme quoi, savoir ou croire savoir n'est pas simple.

                Après que + "indicatif"

                J'avais tord, j'avais tord, ...
                • [^] # Re: Pourquoi ?

                  Posté par . Évalué à 8.

                  Non, tort, plutôt. :-p
                • [^] # Re: Pourquoi ?

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Il faut aussi faire attention à la concordance des temps. L'action de rentrer à la maison précède l'action de demander, il faut utiliser une forme antérieure. À l'écrit, on aurait utilisé le passé simple antérieur (je crois que ça s'appelle comme ça) et le passé simple :

                  Après que je fus rentré à la maison, je demandai à ma femme.

                  Juste pour l'exemple, si tu mets tout au futur, ça aurait donné :

                  Après que je serai rentré à la maison, je demanderai à ma femme.

                  À l'oral, avec l'usage du passé composé, je ne sais pas trop comment il faut dire...
                • [^] # Re: Pourquoi ?

                  Posté par . Évalué à 3.

                  "Après que je rentra à la maison"
                  Elle me pique les yeux, celle-là !
                  C'est comme "c'est moi qui a": ça me fait saigner du sang par les yeux ou les oreilles si je la lis ou l'entends.


                  Mais bon, j'ai tendance à être super-chiant sur l'orthographe, la grammaire, la conjugaison... Mon cerveau doit sans doute être en mode "validateur W3C", alors quand je vois des textes écrits façon "site Web IE6-only", forcément ça ne fait pas bon ménage :-D
        • [^] # Re: Pourquoi ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          le pire c'est qu'à force d'entendre ces horribles "si j'aurais..." et "ils croivent..."

          Ou le plus actuel mais néanmoins horrible "comme même". Je ne comprend pas comment on peut faire cette erreur, car même phonétiquement c'est très différent de "quand même".
          Il faut croire que c'est devenu la mode branchée de prendre des libertés avec la langue française. Si tu relèves les fautes, tu es taxé de "coincé" voire "d'élitiste".

          /me à de plus en plus l'impression que le film "Idiocracy" n'est pas une fiction mais un film d'anticipation.
          • [^] # Re: Pourquoi ?

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            Ben, c'est un film d'anticipation, non ? Pour ceux qui ne l'on pas vu, je recommande, ça faisait longtemps que je n'avais pas autant rigolé pendant un film.
        • [^] # Re: Pourquoi ?

          Posté par . Évalué à 2.

          ... dans le genre également il y a "ils voyent " ...
  • # Mouai...

    Posté par . Évalué à -7.

    Pour les messages/articles ici et là : Ça a moyennement d'importance. Quelques fautes ça ne tue personne (à part quelques psychorigides).
    Les documents techniques : Ils sont rédigé en anglais.
    Les blog kikoulol : bah oui, je suis d'accord, c'est chiant alors je les lis pas.

    De toute façon, chacun a ces exigences envers les autres qui resteront a jamais insatisfaites non ?
    • [^] # Re: Mouai...

      Posté par . Évalué à 10.

      "Pour les messages/articles ici et là : Ça a moyennement d'importance. Quelques fautes ça ne tue personne (à part quelques psychorigides)."

      En effet, les fautes ne tuent personne. Par contre elles gênent la compréhension et ralentissent la lecture.
      • [^] # Re: Mouai...

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Et font mal aux yeux, surtout.
        • [^] # Re: Mouai...

          Posté par . Évalué à 1.

          autant que rester fixe devant ton écran toute une nuit ?
          • [^] # Re: Mouai...

            Posté par (page perso) . Évalué à 1.

            Rester fixe devant mon ecran toute une nuit ne me donne pas envie d'arracher mes yeux de leurs orbites.
            • [^] # Re: Mouai...

              Posté par (page perso) . Évalué à 0.

              Cela te fait cela avec les fautes ?

              Tu as pensé sérieusement à consulter ? Le désir d'auto-mutilation est suffisemment grave pour être pris au sérieux dès le début.
    • [^] # Re: Mouai...

      Posté par . Évalué à 10.

      On ne parle plus de « quelques fautes par-ci par-là », mais de tas de fautes un peu partout, souvent récurrentes, signe d'une incompréhension de ce qui est écrit, et parfois pire avec de vrais messages atroces qui lacèrent sauvagement les yeux.

      C'est plus important qu'il n'y parait de bien écrire, et la raison est simple : quand on écrit un article, un journal, ou même un simple commentaire, l'objectif est d'être lu et compris correctement, non ? Ca ne sert à rien d'écrire un message sans être compris par personne, à part si on est un robot spammeur.
      Si on écrit de travers, on risque d'être compris de travers, un mot à la place d'un autre, même s'ils se prononcent de la même manière, ou une ponctuation mal fichue voire inexistante, font qu'on peut comprendre complètement autre chose que ce que l'auteur voulait dire, voire carrément l'inverse.
      Et là, le sens que cherchait à faire passer l'auteur n'est pas passé, personne ne l'a compris... Tout ça parce qu'il n'a pas fait l'effort d'écrire correctement.

      Et bien sûr, on ne parle pas ici de quelques fautes à droite à gauche, des coquilles ou même des fautes de frappe, mais bien souvent d'erreurs grossières de construction de phrase, de ponctuation inexistante, voire pire...
      En fait, simplement se relire avant de poster arrange souvent le plus gros des problèmes. D'où le bouton « vérifier » ici sur linuxfr...

      Et puis bien écrire c'est aussi une marque de respect envers ceux qui nous lisent, parce qu'un texte écrit correctement est plus aisé à lire, on y prend plus de plaisir (ou moins de déplaisir c'est selon), bref, la communication se passe mieux. Et le but d'un site comme linuxfr est quand même la communication entre personnes partageant un même intérêt pour les logiciels libres.


      Yth.
      • [^] # Re: Mouai...

        Posté par . Évalué à 10.

        'objectif est d'être lu et compris correctement, non ?

        Non, sai 2 ressevoar des kom
  • # Au contraire

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    J'ai plutôt l'impression que le peuple geek est plus à cheval sur l'orthographe, la grammaire et autre geekerie de langage que tu ne le penses.

    La preuve, on a des énergumène de la tribune qui connaisse les numéro de leçon HFR par coeur...
    Autre preuve: la majorité des journaux contiennent une section de réponses uniquement orientées sur l'orthographe et la sémantique de telle ou telle expression utilisée par l'auteur dans le-dit journal. (ca en devient même casse pieds à force)

    Bref, je pense qu'il faut jeter des pierres à ceux qui écorchent notre belle langue, mais je pense que tu te trompe de cible en visant le peuple geek (et surtout celui de DLFP)
    • [^] # Re: Au contraire

      Posté par . Évalué à 1.

      "Bref, je pense qu'il faut jeter des pierres à ceux qui écorchent notre belle langue, mais je pense que tu te trompe de cible en visant le peuple geek (et surtout celui de DLFP)"

      La qualité des dépèches sur DLFP est quand même bonne, c'est sur. Ce journal est plus un coup de gueule qu'autre chose, et ne vise pas spécialement les rédacteurs de ce site.

      Puis c'est dimanche, demain faut retourner au boulot, alors avec le blues de fin de week-end, j'ai pas résisté..
      • [^] # Re: Au contraire

        Posté par (page perso) . Évalué à 8.

        « il faut retourner »

        « je n'ai pas résisté. »

        L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

        • [^] # Re: Au contraire

          Posté par . Évalué à 8.

          dans le journal :

          j'en peux plus -> je n'en peux plus

          Je trouve aussi que même si les "informaticiens" n'ont pas toujours une grammaire et une orthographe "tip top", ce n'est pas pire qu'ailleurs, c'est même parfois mieux, surtout sur linuxfr.

          Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

          • [^] # Re: Au contraire

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Dans le journal, on trouve aussi :
            - faits à la va-vite par des geeks dont la qualité de coder -> ?
            - messieurs & mesdames -> et
            - pourquoi ces gens ne font pas d'effort -> ne font-ils pas
            • [^] # Re: Au contraire

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Et aussi "etc..." (il faut choisir, soit "etc.", soit "...", mais pas les deux ensemble).
              • [^] # Re: Au contraire

                Posté par . Évalué à 0.

                (mode typo-pédant)

                tu voulais dire :
                Et aussi "etc..." (il faut choisir, soit "etc.", soit "…", mais pas les deux ensemble).

                (/mode)

                ­La faculté de citer est un substitut commode à l'intelligence -- Somerset Maugham

            • [^] # Re: Au contraire

              Posté par . Évalué à 1.

              - messieurs & mesdames -> et

              Qu'as-tu contre l'esperluette ? Nonobstant ce qu'en dit l'article de Wikipédia que je viens pourtant de citer, l'ex-27e lettre de notre alphabet est toujours utilisée par certains auteurs contemporains, par exemple Hubert-Félix Thiéfaine.
              • [^] # Re: Au contraire

                Posté par . Évalué à 1.

                Ce qui me choque personnellement le plus n'est pas l'esperluette mais l'ordre des mots.
                Mesdames et Messieurs n'est-il pas plus "galant" ?
                • [^] # Re: Au contraire

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  Il faut vivre avec son temps, aujourd'hui c'est l'égalité des sexes. De plus il faut rester politiquement correct. Aussi, afin de ne faire aucun jaloux, aurez-vous l'amabilité d'utiliser la courtoise formule à l'image de cette phrase :

                  «Très aimable et respectée bande de moules, auriez vous l'amabilité de m'exposer les raisons qui vous poussent à transcrire vos pensées par l'écrit à la manière de vos extrémité distale ? »

                  Ce message ne bénéficie pas du soutien de l'académie française.
              • [^] # Re: Au contraire

                Posté par . Évalué à 3.

                par certains auteurs contemporains, par exemple Hubert-Félix Thiéfaine.

                désolé, je n'ai jamais vu cela dans aucun de ses livres...

                Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

                • [^] # Re: Au contraire

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Le terme auteur n'est pas limité aux livres, HFT est auteur-compositeur-interprète. Et ses chansons, bien que fort inégales, sont largement plus intéressantes que leur poids de livres hautement dispensables.
                  • [^] # Re: Au contraire

                    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                    En même temps, on ne lit pas non plus ses chansons et il est difficile de savoir qu'il écrit '&' ce qu'il prononce "et"...
                    • [^] # Re: Au contraire

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Dans ce cas, je conseille à tous ceux qui se sont rassemblés pour écrire ce message sous la direction d'Ernest de s'y mettre, car il y a plein de choses à trouver dans les livrets accompagnant les albums. Pas seulement ceux de Thiéfaine, je pense aussi à Manset, Burger, Fersen, &c.
                • [^] # Re: Au contraire

                  Posté par . Évalué à 2.

                  désolé, je n'ai jamais vu cela dans aucun de ses livres...
                  Houla, la double négation :
                  je n'ai jamais lu ça dans ses livres
                  ou
                  je n'ai lu ça dans aucun de ses livres
                  non ?
              • [^] # Re: Au contraire

                Posté par . Évalué à 4.

                Moi jaime bien l'esperlette parske sais plus cour a ecrir sais comme la ponctuation sa ser a rien tous le monde comprent facilement sans

                -->[]
              • [^] # Re: Au contraire

                Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                >Qu'as-tu contre l'esperluette ?

                Elle n'est plus d'usage si ce n'est dans un contexte commercial ou technique.
    • [^] # Re: Au contraire

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      (ca en devient même casse pieds à force)

      Ah, ça permet d'apprendre des choses, des tournures, l'histoire de certaines expressions... casse pied, mais éducatif. Tant que ça ne tourne pas à l'affrontement stérile.

      Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

      • [^] # Re: Au contraire

        Posté par . Évalué à -2.

        La plus part du temps, on s'en fout.

        Le fait de donner plus d'importante à la forme qu'au fond m'est bien plus ulcérant que la difficulté de lecture d'un texte bourré d'erreurs. Certe une belle forme aide à faire passer un message mais passer plus de temps sur l'orthographe que le sens du message, c'est absurde.

        "La première sécurité est la liberté"

        • [^] # Re: Au contraire

          Posté par . Évalué à 7.

          Ben non, on s'en fout pas.
          Il ne faut pas donner plus d'importance à la forme qu'au fond, mais autant.
          C'est vrai pour un peu tout: un jeu moche, même s'il est très bien aura moins de succès qu'un jeu joli même sans grand intérêt...
          Un logiciel avec une IHM daubée sera moins bien qu'un autre qui sait faire bien moins de chose, mais avec une interface pensée.
          Un texte mal écrit aura nettement moins d'impact et de portée que le même texte écrit correctement.

          Donc non, on ne s'en fout pas, ou alors tu t'en fous d'être lu et compris, ce qui est possible.
          Il faut du temps pour tout, tu écris ton message, tu y mets le fond, et ensuite tu le relis et tu y mets la forme. A la mode de LaTeX :)


          Yth.
        • [^] # Re: Au contraire

          Posté par . Évalué à 6.

          "la forme c'est le fond qui remonte à la surface" - Victor Hugo
          • [^] # Re: Au contraire

            Posté par . Évalué à -1.

            Un argument d'autorité... Cela fait bien avancé le débat.

            "La première sécurité est la liberté"

            • [^] # Re: Au contraire

              Posté par . Évalué à 4.

              « avancer », puisqu'on en parle...

              Maître Ythello...
    • [^] # Re: Au contraire

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Et bien moi je dis merci aux personnes corrigeant les autres sur LinuxFr. Même si lire 15000 messages de corrections est un peu lassant, c'est en lisant régulièrement les articles et leurs commentaires et en me rendant compte que certaines personnes ne supportaient pas ça que j'ai fait de plus en plus attention à mon orthographe. Effectivement, un mail ou commentaire bien écrit est vraiment bien plus accrocheur et agréable à lire.

      Ancien "SMSeux", je faisé, a une époq, plu du tt attention au subtilité de la langue française. Tant que la sonorité était correcte et cohérente, cela me suffisait (tout du moins pour un message sur un forum).

      Ceci dit, je trouve la langue française loin d'être belle et simple (surtout simple), et je suis sûr qu'il est facile de trouver des fautes dans mon propre commentaire. Etrangement, je manie bien moins bien la langue anglaise, mais j'ai vraiment l'impression que l'anglais permet de faire beaucoup moins de fautes stupides d'accords, de temps...

      Après, je trouve également que certaines personnes chipotent pour très peu...
      • [^] # Re: Au contraire

        Posté par . Évalué à 2.

        Etrangement > Étrangement !! ;)

        (oui je chipote)

        En tout cas pour un ancien SMSeux repenti, tu me sembles très bien écrire, c'est donc pas un mal si les gens sur linuxfr sont assez exigeants à ce niveau !

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: Au contraire

          Posté par . Évalué à 4.

          Alors les accents sur les majuscules c'est un truc qui a la dent dure !
          Beaucoup (moi y compris) ont appris qu'il ne fallait pas en mettre...je ne sais pas d'où cela vient car l'académie française en préconise l'usage.
          À chaque fois j'explique que INTERNE et INTERNÉ dans un hôpital psychiatrique c'est pas tout à fait la même chose ...
          • [^] # Re: Au contraire

            Posté par . Évalué à 5.

            c'est simple, cela vient des anciens systèmes d'écritures maintenant obsolètes qui ne permettaient pas du tout ou pas facilement d'utiliser des majuscules accentuées (citons par exemple et au hasard des vieilleries comme : les anciennes machines à écrire, windows etc)
            Du coup cela peut expliquer que la non-accentuation des majuscules ait été longtemps tolérée, mais il faut reconnaître que c'est bien moins lisible ainsi.

            Bien vu ton exemple avec l'INTERNÉ.

            Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

            • [^] # Re: Au contraire

              Posté par (page perso) . Évalué à 3.

              À ce sujet, il est intéressant de voir que dans certains pays anglophones comme les États-Unis, on place le plus d'accents possibles sur les mots français (souvent trop d'ailleurs), pour faire classe !
              On peut ainsi acheter des PETITS ÉCOLIERS (écrit en majuscules avec l'accent !).
              • [^] # Re: Au contraire

                Posté par . Évalué à 2.

                http://www.academie-francaise.fr/langue/questions.html#accen(...)

                " Il en va de même dans les textes dactylographiés, en raison notamment des possibilités limitées qu’offrent les machines traditionnelles. "

                Je vois également que VISTA ne permet toujours pas d'entrer facilement les majuscules sur les accents. Encore une bonne raison de soutenir la déclaration pour le Logiciel Libre pour le parlement européen !

                C'est prévu pour Windows HEIGHT ?


                - ça vaut combien ???
                -C'est quoi comme Système Informatique... c'est français ???
                (réponse : non c'est américain)
                - Ah ben, oui, ça à l'air costaud. Et puis ça doit pas être cher.
                - Ah quand même.
                - Ben y s'emmerdent pas.
                - Remarquez, s'ils trouvent des couillons pour payer.



                Il tousse plusieurs fois de dégoût...
                - Ils le vendent ça ???
                - Ils ont le droit ???
                - J'croyais qu'ils l'offraient avec l'ordinateur.

                Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # Ça commence bien

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Désolé, mais la première réflexion qui a traversé mon esprit en lisant ton message, c'est "encore un Kévin qui écrit avec ses pieds" :

    Cher Journal,

    moi qui liS linuxfr depuis quelques années


    (Je précise que je n'ai rien contre les Kévin, sauf ceux qui s'appellent "Brandon" car c'est beaucoup trop laid).
    • [^] # Re: Ça commence bien

      Posté par . Évalué à 1.

      Arff, forcément, il en fallait au moins une, et dès la deuxième ligne en plus !
    • [^] # Re: Ça commence bien

      Posté par (page perso) . Évalué à -4.

      Perdu :-) On écrit bel et bien "c'est moi qui faiT" ou "moi qui liT".

      Par contre il y a des erreurs de ponctuation, des abréviations et des anglicismes. Ca ne fait pas très propre au sein d'un message anti-tout-ça-justement.

      Il y a même une erreur de logique: "dont la qualité de coder est inversement proportionnelle à leur qualité de rédaction". Ca devrait être "directement proportionnelle".

      Il y a également une erreur de jugement dans la question finale: ceux qui écrivent comme leurs pieds ne négligent pas forcément leurs lecteurs. Parler argot avec des gens du cru n'est pas négliger son interlocuteur. Ecrire kikoulol avec d'autres kikoulol n'est pas négliger son interlocuteur. Et puis écrire correctement nécessite probablement des ressources intellectuelles spécifiques qui n'ont (peut-être) rien à voir avec les autres aptitudes. On peut être un peintre d'exception et être nul lorsqu'il s'agit d'écrire. Et même pourquoi pas un écrivain obligé de recourrir à un correcteur tellement il écrit mal (techniquement) malgré qu'il écrive bien (littérairement) ? De toutes manières, les romans sont en principe relus et corrigés :-)
      • [^] # Re: Ça commence bien

        Posté par . Évalué à 6.

        1. D'après un cours de CE2 trouvé sur le net : "c'est moi qui" = "je"
        (http://www.francaisfacile.com/exercices/exercice-francais-2/(...) )

        2. D'après des restes de conjugaison : "je" + "lire" (indicatif présent) = "je lis"

        Donc d'après les hypothèses 1 et 2, "c'est moi qui" + "lire" = "c'est moi qui lis"

        J'ai toujours préféré les maths :P
        • [^] # Re: Ça commence bien

          Posté par . Évalué à 4.

          À partir du moment où l'on dit "c'est vous qui lisez" je vois pas comment on peut confondre dans le cas du "je"
          • [^] # Re: Ça commence bien

            Posté par . Évalué à 2.

            comme quoi, l'oralisation a du bon :P
            • [^] # Re: Ça commence bien

              Posté par . Évalué à 1.

              Mouais, c’est juste une béquille. Mais ça peut dépanner parfois.
              Encore faut-il avoir d’une part l’intention de corriger ses fautes et d’autre part la tournure intellectuelle permettant d’inférer un modèle grammatical à partir d’observations phonétiques. Or ce n’est visiblement pas à portée tout le monde quand on voit toutes les fautes é/er qui pourraient être évitées en remplaçant par vendu/vendre.
        • [^] # Re: Ça commence bien

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Je confirme mon erreur :-)

          http://francite.net/education/cyberprof/page71.html

          J'étais resté sur une vieille règle érigée par mon prof de cm2. Il avait encore plus de défauts que moi, un record.
      • [^] # Re: Ça commence bien

        Posté par . Évalué à 5.

        "Il y a même une erreur de logique: "dont la qualité de coder est inversement proportionnelle à leur qualité de rédaction". Ca devrait être "directement proportionnelle"."

        Non, pas s'il veut dire que les tutoriels sont faits par des gens qui sont de très bon codeurs, mais de piètres redacteurs.
        • [^] # Re: Ça commence bien

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          :-) effectivement, je n'avais pas pensé que les tutoriels mals écrits puissent être utiles. Ca existe probablement.
      • [^] # Re: Ça commence bien

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        "malgré qu'il écrive bien" ????

        /me fait une double vrille sur son fauteil.
  • # oui, pourquoi ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je suis persuadé que dans le cerveau de nombreuses personnes les règles élémentaires de la langue française ont été écrasées par des sur-doses de TV bien lobotomisante.
    Je ne jette la pierre à personne, je me suis aperçu moi même que lorsque je m'abstiens de lire des romans pendant de longs mois mon orthographe a tendance à en pâtir.

    Un cas que je rencontre souvent dans les applications intranet que je développe :
    lorsque dans une colonne j'écris "Clôturer" j'ai toujours des appels et des remarques de personnes qui pensent que le cas est "Clôturé" à tort, et bien entendu, lorsque j'écris "Clôturé", certains s'étonnent de ne pouvoir cliquer pour "Clôturer"...

    La première fois c'est amusant de se moquer (gentiment) de son voisin de clavier, mais lorsque je réalise que le cas est loin d'être isolé il devient triste et inquiétant de devoir expliquer à des collègues instruits la différence entre un infinitif et un participe passé, surtout pour des verbes du premier groupe.
    Tout le monde connait ce texte qui circule périodiquement dans nos messageries électronique, ce texte dans lequel seules les première et dernière lettres de chaque mot sont à leur place (le reste des lettres étant mélangé) ?
    Ce texte reste compréhensible et donne comme explication que seuls le début et la fin de chaque mot sont important pour nos centres de décodage du langage.
    Je ne sais pas si cette explication est appuyée par une étude scientifique, mais j'ai pour ma part des difficulté de compréhension des articles/news/commentaires dans lesquels les "é" et les "er" finaux sont inversés, ce qui a pour effet de changer le sens, l'erreur provoque à coup sûr une interruption et je suis obligé de relire la phrase et de l'analyser dans son contexte, ça augmente de beaucoup ma charge cpu !

    Envoyé depuis mon Archlinux

    • [^] # Re: oui, pourquoi ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Cloturer/cloturé tu pousses un peu :-)
      "à cloturer" serait nettement plus propre. Et "terminé" pour l'autre. Par exemple.
      Utiliser deux mots très proche l'un de l'autre (tellement proche que c'est le même verbe conjugé ou pas) ce n'est pas malin non plus. Tu reproches aux autres de ne pas être suffisament fins pour détecter la différence. On pourrait te reprocher de ne pas être suffisament fin pour ne pas te rendre compte qu'une seule lettre d'écart ce n'est pas du tout ergonomique.
    • [^] # Re: oui, pourquoi ?

      Posté par . Évalué à 5.

      lorsque j'écris "Clôturé", certains s'étonnent de ne pouvoir cliquer pour "Clôturer (...)

      C'est pourtant simple, il suffit d'utiliser "Clore" pour que personne n'ait envie de cliquer sur "Clos"... c'est sympa les verbes du 3ème groupe ;)
      Personnellement je suis plus irrité par les "sa va ?" ou les "s'est l'heure" qui ne peuvent (à mon sens) pas relever d'une simple étourderie, mais le principe reste le même. Je ne sais pas si ça tient plus à une "génération SMS" qu'à la méthode d'apprentissage sans arrêt remise en cause... à moins que ce ne soit simplement dû à un gigantesque laxisme ambiant !

      Dire que des ingénieurs s'embêtent depuis des années à faire de la reconnaissance vocale complexe... alors que maintenant l'écriture phonétique suffirait presque ! :P
    • [^] # Re: oui, pourquoi ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Je réponds pour le texte avec les lettres inversées. Ca marche uniquement parce que la forme du mot est conservée. C'est à dire mettre une lettre montante à place d'une autre, etc. Pour avoir passé ce même texte dans une moulinette maison qui mettait toutes les lettres dans l'ordre alphabétique sauf la première et la dernière, je te rassure, c'est incompréhensible. Mais avec la forme du mot, quand on lit régulièrement, on attache pas vraiment d'importance à une ou deux lettres incorrectent ou mal placée.
      Pour ma part, j'ai toujours eu zéro en dictée :-(. Aujourd'hui, je trouve que ça va mieux. A vous de me dire.
      • [^] # Re: oui, pourquoi ?

        Posté par . Évalué à 4.

        Effectivemenent.

        Ton commentaire, passé dans ce genre de moulinette, donne ça :

        Je rpdnoés puor le ttxee aevc les leetrts ienésvesr. Ca mcarhe uunnqeiemt prcae que la fmroe du mot est ceroeénsv. Ce'st à drie mrtete une lttere mnnattoe à pcale d'nue aerut, ect. Puor avoir pssaé ce mmêe txete dnas une mnutloeite miason qui mttaeit tutoes les ltetres dnas l'odrre ataéblihuqpe suaf la pèrrmeie et la drèneier, je te reasrus, c'est ihceésolrmbenipn. Mias aevc la fmroe du mto, qunad on lit rngtélruèemie, on aattche pas vmaenirt dopmcratni'e à une ou duex ltetres ieoctcernnrt ou mal paélce.


        Le code pour obtenir ce genre de chose :
        http://anamnese.online.fr/site2/unix/chamboule.py (faudrait que je le refasse en uft8...)

        Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

        • [^] # Re: oui, pourquoi ?

          Posté par . Évalué à 5.

          On voit très bien que certains mots restent compréhensibles, c'est le cas de mcarhe car le h est bien placé, ce qui permet d'avoir la forme du mot. C'est moins vrai avec : ieoctcernnrt.
          Mais si tu m'as bien lu, je parlais de mettre les lettres au centre par ordre alphabétique. Repasse la moulinette en mettant le centre non pas aléatoirement, mais par ordre alphabétique. C'est encore moins compréhensible. Ensuite, on peut faire une moulinette qui note les lettres haute (h, l, t, etc.) et basse (g, q, j). En plaçant ces lettres à une distance proche de la place d'origine d'une lettre de même type, le texte redevient compréhensible grace à l'envelloppe du mot.
          Pour ajouter encoire de la clareté, on peut mettre des règles du type consonne puis voyelle, faire un tableau de lettres pas trop proche graphiquement. Ensuite avec une bonne moulinette, on peut obtenir des mots compréhensible malgrès l'ordre des lettres.
    • [^] # Re: oui, pourquoi ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Un cas que je rencontre souvent dans les applications intranet que je développe :
      lorsque dans une colonne j'écris "Clôturer" j'ai toujours des appels et des remarques de personnes qui pensent que le cas est "Clôturé" à tort, et bien entendu, lorsque j'écris "Clôturé", certains s'étonnent de ne pouvoir cliquer pour "Clôturer"...


      D'un autre côté, le verbe exact est "clore" même si on utilise parfois clôturer, en particulier pour la Bourse ou une année comptable (choses pour lesquelles il y a une clôture), l'Académie est très claire sur ce point, même si certains dictionnaire l'acceptent.
  • # Les geeks et l'orthographe

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    L'orthographe, ce n'est pas nos ognons !

    L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

    • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

      Posté par . Évalué à -1.

      J'avoue que je lis plus rien.
      Et qu'à force de lire de l'anglais technique, je n'ai plus de vocabulaire en français.
      Je pense que c'est un danger un peu que je ne lise plus, ça me transforme peut-être en je ne sais quoi de pas cool.
      De plus, prendre le temps d'imaginer des choses différentes du... technique, c'est sympa.

      Ca me fait penser à Fahrenheit 451 tout ça où il y a une police anti-bouquins (qui ressemble à des genres de pompiers) qui brûle tous les bouquins qu'elle trouve ... et le héros cache des livres chez lui parce qu'il est curieux. Et donc la femme du héros regarde la téloche et croit que la dame de l'émission lui parle à elle en particulier, et les journaux sont des BDs avec un peu de texte mais pas plus loin que ça... Et les gens dans le train de touchent les cheveux parce qu'ils sont super leurs cheveux...
    • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

      Posté par . Évalué à 3.

      oIgnons ca prend un i après le premier o.
      C'était sympa si c'était une blague en tout cas.
      • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Perdu !

        L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

        • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

          Posté par . Évalué à 3.

          Ok j'ai vu ! je savais pas.
          http://fr.wiktionary.org/wiki/ognon
          • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            Je suis un geek. Je me dois de respecter les dernières spécifications :)

            L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

            • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

              Posté par (page perso) . Évalué à 10.

              As-tu participé à leur élaboration ? Non, sérieusement, cette orthographe de 1990 ne reflète que l'apport des cancres.
              J'ai encore appris dans l'ancienne orthographe, qui fonctionne très bien (surtout si on a fait un peu de latin, de grec et de français ancien, c'est vrai), et la nouvelle est très perturbante psychologiquement.
              Cette orthographe est subversive, voilà ce qu'elle est, et la subversion perd tout son intérêt quand on la rend légale.

              Moi j'adore la transgression, les fautes d'orthographe créatives, la transcription du langage parlé ou des patois, mais le plaisir est grand comme la transgression : conservons nos dures règles.
              • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

                Posté par . Évalué à 1.

                Attention , la brigade des stupéfiants lit peut être les commentaires ici. J'espère que tu as un alibi
              • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

                Posté par . Évalué à 8.

                As-tu participé à leur élaboration ? Non, sérieusement, cette orthographe de 1990 ne reflète que l'apport des cancres.

                Le pire, selon moi, c'est l'affaire des trémas. Avec l'orthographe 1990, on n'écrit plus "ambiguë" mais "ambigüe" (pour éviter de se prendre les pieds avec le masculin "ambigu" qui devient du coup "ambigü"). Le seul hic, c'est que les trémas avaient un sens bien précis : modifier le 'e' terminal pour le rendre encore plus "muet" que d'habitude. Ainsi, au lieu de prononcer "ambigue" qui rime avec "gigue", on le prononce comme le masculin.

                Avec la version 1990, cette signification des trémas disparaît pour faire place à une signification totalement différente (forcer un "u" à se prononcer, même s'il se prononcerait déjà sans ça). Je trouve le principe un peu pervers quand même.
                • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Le tréma ne sert pas (et ne servait pas) à rendre un e plus muet, mais à indiquer que l'enchaînement de 2 voyelles ne doit pas être pris comme un digramme. Les deux voyelles indiquées par le tréma doivent être prononcées.
                  La réforme de 90 indique la voyelle qui doit être prononcée (par exemple dans ambigüe), contrairement à avant où le tréma indiquait seulement que les deux voyelles ne formaient pas un digramme.

                  Autre exemple : la réforme de 90 indique qu'il faut mettre un tréma sur le u de argüer, qui indique alors sa vraie prononciation (arg/u/er avec le u et non arguer qui rime avec narguer). Finalement, ce n'est peut être pas si mal de mettre un peu de logique...
                  • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

                    Posté par . Évalué à 4.

                    Oui elle est vraiment bien cette modification d'orthographe...

                    Notamment la correction de pas mal d'accents aigu/grave qui sont enfin logiques par rapport à la prononciation.

                    La disparition de l'accent circonflexe sur le i et le u aussi (comme avec "boite" au lieu de "boîte"). Rien ne le justifiait. Ni l'étymologie ni la phonétique.

                    Et aussi les numéros composés. Désormais il n'est plus possible de confondre vingt-et-un tiers (21/3) et vingt et un tiers (20 + 1/3)
              • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

                Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                "surtout si on a fait un peu de latin, de grec et de français ancien, c'est vrai"

                La langue française ne doit pas être réservée à une élite. Sous prétexte que quelques "vieux" vont être perturbés par cette réforme on préfère conserver des aspects illogiques de notre langue ? Les jeunes ont du mal mais on va garder une complexité inutile de la langue ?

                Que je sache la réforme de 1990 n'est pas une révolution. La majorité de la langue française n'est pas impactée. Et cette réforme n'est pas une obligation. Si au bac tu écris oignon tu ne seras pas sanctionné.

                Une langue est avant tout faite pour échanger et pas pour servir de vitrine à son savoir.

                < / troll>

                L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

                • [^] # Re: Les geeks et l'orthographe

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Je suis entièrement d'accord avec toi.

                  Cela dit, tout le monde n'a pas toujours pensé comme ça, voir par exemple le paragraphe 3.2 de http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/Francophonie/HIST_FR_s4_Moyen-(...) (extrait de l'"Histoire de la langue française" ( http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/Francophonie/histlngfrn.htm ) publiée sur le site de l'Université de Laval... au Québec, bien sûr : Laval en France n'a pas d'université et je ne suis pas sûr que l'on s'intéresse autant à notre langue que des francophones d'autres pays...).

                  Ça peut expliquer des choses...

                  Quant à la réforme de 1990, même si je trouve qu'elle contient plutôt des points positifs, je me rappelle que certains m'avaient paru moins satisfaisants quand je l'avais lue en détail : quand le résultat est à peine plus logique que l'ancienne orthographe, c'est à mon avis que les auteurs de la réforme auraient aussi bien fait de s'abstenir ou d'aller plus loin (mais c'est peut-être ce qu'ils auraient souhaité).

                  Théorie du pot-au-feu : « Tout milieu où existe une notion de hauteur (notamment les milieux économique, politique, professionnels) se comporte comme un pot-au-feu : les mauvaises graisses remontent. »

  • # Mouais

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Je n'aime pas trop le français négligé et la mode SMS, mais je fais des fautes comme tout le monde et en voir de temps en temps de me choque pas plus que ça. Je pense même que linuxfr a un assez bon niveau.

    Vraiment, ce qui me pique les yeux, ce sont surtout les termes anglais qui sont de plus en plus fréquents. Presque plus personne ici ne parle de « noyau » ou de « pilote », on voit également disparaître « matériel » et « logicel »... et ne parlons pas de « feature », « compliant », « device » et autre « appliance ». Je préfère arrêter la liste ici. Et dire qu'on se moquait de Jean-Claude Van Damme ! Autant utiliser un terme anglais quand il n'y a pas d'équivalent français est concevable, autant remplacer au fur et a mesure des termes français très utilisés pour leur traduction anglaise me chagrine.
    • [^] # Re: Mouais

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Moi c'est «mockup» qui me sort par les trous de nez en ce moment. Le terme de maquette me paraît pourtant tout à fait explicite et parfaitement adéquate.
      • [^] # Re: Mouais

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Moi c'est "supporter" au lieu de "gérer"...
        • [^] # Re: Mouais

          Posté par . Évalué à 4.

          Moi c'est publique à la place de public !

          http://linuxfr.org/~plic/14026.html

          (2004 déjà…)

          ­La faculté de citer est un substitut commode à l'intelligence -- Somerset Maugham

          • [^] # Re: Mouais

            Posté par . Évalué à 4.

            Moi, j'adore "délivrer" les patchs!

            Tous à leur secours, les pauvres applications sont emprisonnées par de vilains insectes. Il faut immédiatement les faire sortir de cette prison de médiocrité...

            Nan mais sérieusement, chers décideurs... Ça veut vraiment rien dire et ça vous choque pas? En tout cas, moi, je rêve de pouvoir renvoyer dans leurs pénates les personnes parlant comme ça. Quelques années à attendre encore :(
          • [^] # Re: Mouais

            Posté par . Évalué à 2.

            Idem pour diagnostic.

            Sans oublier connexion et réflexion, trop souvent orthographiés "à l'anglaise".
            Et je ne parle même pas de l'horrible "digital" utilisé à la place de "numérique" :(
          • [^] # Re: Mouais

            Posté par . Évalué à 2.

            Et que dire de language ?
        • [^] # Re: Mouais

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Moi c'est "fixer" un bogue, qui pour le coup a même pas le sens que l'auteur veut en général.
    • [^] # Commentaire supprimé

      Posté par . Évalué à 4.

      Ce commentaire a été supprimé par l'équipe de modération.

    • [^] # Re: Mouais

      Posté par . Évalué à 1.

      - "hors de la boite"
      - "Les bugs ont été fixé"
      - " l'OS de Redmond"
      - "c'est une release candidate"
      etc.
    • [^] # Re: Mouais

      Posté par . Évalué à 1.

      A part certaine invention markéting, le mot anglais a une signification plus précise que la traduction française (version/release,...)

      "La première sécurité est la liberté"

      • [^] # Re: Mouais

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Je ne parle pas de traduire, juste de parler français. Le français n'est pas simplement une traduction de l'anglais qui est la langue originelle et universelle. Quand je lis sur ce site « useless » à la place d'« inutile », cela me laisse perplexe. Personnellement, quand je m'exprime en français, je ne commence pas par me dire comment ça se dit en anglais puis comment le traduire en français. Non, je parle naturellement français.
        • [^] # Re: Mouais

          Posté par . Évalué à 2.

          Je ne parle pas de traduction mais quand il manque un mot pour définir un concept on en créé un ou on pique dans la langue d'à coté. Cela s'est toujours fait ainsi.

          "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Mouais

      Posté par . Évalué à 3.

      D'un côté, oui. Entre les failleurewôles, les eubes et les souitches, on peut avoir l'impression que l'abus d'anglais va de peer en peer.

      Et pourtant, sur les blogues et les sites les plus "sérieux" en particulier, les efforts sont visibles. Tout récemment, j'ai vu le pavé tactile remplacer le teutchepade, le jeu de composants régler son compte au tchipsette, le canal supplanter le channel, etc. Alors certes, on trouvera certainement encore longtemps des clavardoirs consacrés aux netbooks dual core fanless, mais tout de même, il ne faut pas désespérer.
    • [^] # Re: Mouais

      Posté par . Évalué à 0.

      Ça me fait pense à encrypter que tous le monde utilise à la place de crypter, même chose pour encoder alors que coder est très bien.
  • # Pas particulièrement geek

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Ce n'est pas un problème spécifiquement « geek » ou « LinuxFr », j'aurais même tendance à dire que dans ces deux cas, le niveau est plutôt bon, voire très bon. Ceux qui pensent autrement devraient sortir de leur petit univers cloîtré et se frotter au monde réel. ;-)

    Ceci dit, il me semble qu'il y a un réel affaiblissement de la qualité de la langue. On en arrive à avoir des livres de français (niveau élémentaire ou collège) qui contiennent des fautes grossières, parce que les étudiants de fac de Lettres traditionnellement embauchés pour les corriger n'ont plus le niveau pour les détecter ! Autre exemple au niveau collège, les professeurs n'ont pas le droit d'enlever trop de points pour cause de mauvaise orthographe (perte maximum 2 points sur 20, typiquement). Que ne ferait-on pas pour que tout le monde réussisse ses études ?

    Pour moi, le fond du problème c'est que les gens, et en particulier les enfants, ne lisent plus assez de livres. Leur univers écrit est confiné aux argots kikoolol et SMS, et ils doivent faire un effort pour écrire cette langue presque étrangère qu'est le français. C'est particulièrement frappant quand on voit les efforts réels et sincères de certains pour participer à des forums stricts sur ce sujet : ils auraient presque moins de mal à participer à un forum en anglais.

    Le français étant une langue quelque peu retorse et difficile, on ne devient instinctivement bon et capable de détecter une faute au premier coup d'œil qu'en ayant lu quelques milliers de pages sans fautes. On peut tenter d'apprendre toutes les règles et les appliquer scrupuleusement, et au delà des lectures c'est une bonne chose à connaître, mais ça ne remplacera jamais l'instinct visuel acquis au terme de centaines d'heures de lecture.

    J'ai retrouvé d'ailleurs des exemples d'orthographe terrifiante dans des lettres et cartes postales plus ou moins centenaires. Leur point commun est d'avoir été écrites par des personnes qui n'avaient très probablement presque pas lu en dehors de l'école.

    Les problèmes actuels sont donc que les gens ne lisent plus assez de textes orthographiquement corrects, et que le système éducatif a quasiment abandonné ce combat.
    • [^] # Re: Pas particulièrement geek

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Hum,

      La lecture enrichit le vocabulaire et améliore la syntaxe (entre autre bien sûr) mais elle ne produit pas forcément une bonne orthographe car le lecteur assidu passe de l'image au sens sans prendre le temps d'épeler.

      Par contre, les correcteurs orthographiques qui soulignent en rouge automatiquement les faute font progresser le rédacteur qui y est attentif car il ne laissent rien passer.
      • [^] # Re: Pas particulièrement geek

        Posté par . Évalué à 3.

        Par contre, les correcteurs orthographiques qui soulignent en rouge automatiquement les faute font progresser le rédacteur qui y est attentif car il ne laissent rien passer.

        Moi :
        — Attention, tu as fait une faute là… et puis là aussi !
        Elle :
        — Ce n'est pas grave, je ne fais pas attention !
        — Arghh
        — Mais non, après le texte, il se corrige tout seul !
        — Gasp…

        ­La faculté de citer est un substitut commode à l'intelligence -- Somerset Maugham

      • [^] # Re: Pas particulièrement geek

        Posté par . Évalué à 6.

        Au contraire, il suffit que l’image change très peu pour obliger le lecteur assidu à épeler le mot, d’où le ralentissement de la lecture d’un texte truffé de fautes. Petite anecdote : au primaire je lisais beaucoup, pour les dictées il me suffisait d’écrire le mot avec les différentes orthographes qui me passaient par la tête, simplement en les lisant je savais lequel était le bon.

        Ne plus lire de textes corrects nous habitue à voir les fautes les plus fréquentes, et à réapprendre l’image globale du mot… pour le reproduire. Le gros problème reste selon moi la construction des phrases, pour l’orthographe, mis à part quelque rares cas, le sens n’est pas changé. Par contre la construction des phrases et l’agencement des idées par écrit se perd beaucoup plus vite à mon humble avis, et je ne vois rien d’autre que la lecture qui puisse apporter ceci. L’exemple le plus frappant et ta première phrase, ce n’est typiquement pas une phrase parlée, mais écrite, et c’est essentiellement ce qui est perdu lorsqu’on « écrit comme on parle », alors que l’orthographe n’est qu’une règle, modifiable.
        • [^] # Re: Pas particulièrement geek

          Posté par . Évalué à 1.

          Ca m'arrive encore parfois quand j'hésite sur l'orthographe d'un mot de l'écrire de plusieurs manière et de retrouver la bonne comme ça.
          Parce que la graphie du mot est quelque part dans le cerveau, alors même que son orthographe s'est perdue entre deux synapses...

          Yth.
        • [^] # Re: Pas particulièrement geek

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Oui, on s'habitue aux fautes courantes, c'est pour ça que le talent dont j'étais très fier qui consistait à trouver des fautes dans un texte sans même le lire est en train de disparaître. Cela dit, dans le cas des documents rédigés par trois quarts de mes élèves, j'y arrive encore, il suffit de prendre cinq mots aux hasard pour trouver une faute avec probabilité supérieure à 1/2.
        • [^] # Re: Pas particulièrement geek

          Posté par . Évalué à 2.

          L’exemple le plus frappant et ta première phrase
          J'ai bloqué plusieurs fois, là ... C'est vraiment bizarre comme le cerveau marche, avec une phrase un peu longue, si un mot n'est pas bon, ça ne passe pas chez moi, même si "à l'oral" c'est bon ...
      • [^] # Re: Pas particulièrement geek

        Posté par . Évalué à 4.

        Je me sens au contraire beaucoup moins attentif quand j'utilise un correcteur orthographique. Pour moi c'est un peu « au pire le mot sera souligné en rouge, inutile que je réfléchisse en deux clics je l'aurais changé ».

        Les seuls fois ou je réfléchis c'est quand le correcteur ne trouve même plus le mot d'origine, mais autant dire que là le problème est assez important...
    • [^] # Re: Pas particulièrement geek

      Posté par . Évalué à -5.

      Propose un patch....
      Et l'éducation nationale se mettra en grève général juste avant les examens (au hasard: le bac comme il y a quelques années)

      Je pense que tout ceci explique le succès des écoles privées laïques ou non. Il est clair qu'un enfant sortant du privé aura plus de suivi de la part du professeur (qui n'en a pas "rien à foutre" de ses élèves les plus faibles comme dans le public) dans des classes parfois aussi bondées.
      • [^] # Re: Pas particulièrement geek

        Posté par . Évalué à 5.

        Public ou privé, ce sont les mêmes livres utilisés. Public ou privé, les enseignants ont suivis globalement la même formation. Reste la motivation, argument discutable et qui n'engage que ceux qui y croient. L'avantage dans le privé c'est qu'un enseignant peut camoufler un manque de motivation par un manque complet de pédagogie, « après tout on enseignait comme ça avant ».

        Oups j'ai marché dedans.
        • [^] # Re: Pas particulièrement geek

          Posté par . Évalué à 2.

          Pour avoir largement fréquenté les deux univers, je peux t'assurer que non, public et privé sont très loin d'être équivalents.

          Je n'ai jamais eu un professeur absent dans le privé qui ne soit remplacé (soit par un remplaçant, soit par une réorganisation des cours), par exemple. Dans le même registre, dans le privé les cours commençaient exactement à l'heure, et on ne passait pas 5 ou 10 minutes à se demander où était le professeur. Mieux, j'ai connu un établissement où les élèves étaient dans une classe fixe, et c'était les professeurs qui se déplaçaient de classe en classe, ce qui occasionnait une perte de temps beaucoup moins importante entre les cours. Et jamais une grève dans le privé, alors que dans le public... Hum !

          Pareil au niveau de l'enseignement, dans le privé, j'ai eu l'impression que le niveau de la classe était nettement tiré vers le haut, alors que c'était l'inverse dans le public avec un nivellement par le bas assez marqué. De même, les méthodes d'apprentissage utilisées étaient celles qui avaient fait leurs preuves, avec un travail très important de la mémoire (ben oui, l'apprentissage « par cœur » ça ne sert qu'à ça finalement, et quand on arrive après un peu d'entraînement à apprendre 200 mots de vocabulaire d'anglais inconnu en moins de 7 minutes, on apprécie d'avoir développé sa mémoire, surtout que ça sert à tout : dans une discussion retenir un numéro de téléphone à peine entendu, se souvenir de tout ce qui a été dit ou demandé, etc.).

          Mais bon, tant qu'en France on continuera à encenser notre modèle éducatif, qu'on n'est plus que les les seuls à croire le meilleur du monde sans en voir les défauts flagrants, les choses ne bougeront pas. Il y a des choses biens, d'autres beaucoup moins.
      • [^] # Re: Pas particulièrement geek

        Posté par . Évalué à 2.

        Allez, je marche dedans :

        Il est clair qu'un enfant sortant du privé aura plus de suivi de la part du professeur (qui n'en a pas "rien à foutre" de ses élèves les plus faibles comme dans le public)

        Donc les profs dans le public en ont rien à foutre de leurs élèves les plus faibles ? Je suis certain que de nombreux professeurs travaillant dans le public seront heureux de l'apprendre !

        De plus, tu m'expliqueras en quoi le fait de travailler dans le privé fait que tu te préoccupe plus de tes eleves que si tu étais dans le public ?

        Sache, pour ta gouverne, qu'en general les profs du privé ont besoin de moins bonnes notes pour être acceptés que dans le public.

        Par contre, ce qui est sur, c'est qu'une école privée a beaucoup plus de moyens financiers qu'une ecole publique (elle touche autant de la part de l'etat, plus ce que les parents payent...).
        • [^] # Re: Pas particulièrement geek

          Posté par . Évalué à 2.

          Il me semblait que dans le privé (le privé sous contrat, du moins, sinon ça n'a tout simplement pas d'objet) seuls les salaires des professeurs étaient payés par l'état - en échange d'un droit de regard (au minimum) de l'EN sur les programmes, et de sa quasi-souveraineté en termes de gestion de cette partie du personnel. J'ai des souvenirs de profs dramatiques (détails à l'appui si ça intéresse quelqu'un) dans le privé qui étaient conservés pour cause de refus de l'académie de s'en défaire.

          Le reste (frais de fonctionnement, salaires du personnel d'encadrement, etc.) étant à la charge de l'école (via les frais de scolarité, des dons, etc.).

          Après, je veux bien croire que la notion de "privé sous contrat" englobe différents contrats, et que certains d'entre eux prévoient un soutien intégral de l'état. Mais, faute d'informations plus étayées, ça me paraît tout de même très curieux.
        • [^] # Ecole privée, école publique

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          J'ai fait la cruelle et amère expérience pour mon fils de ce que pouvait être une école publique (pas envie de généraliser, même si ... )

          C'est un enfant HPI (avant on disait surdoué, peu importe le terme), son année de moyenne section de maternelle fut épouvantable pour lui. Après des hésitations, on est allé voir du côté du privé et le discours fut totalement différent de celui qu'on pouvait avoir dans l'école où il était. On a vraiment senti que l'enfant était au cœur des préoccupations, au cœur du discours, que son développement était le point essentiel et important. Bref loin du discours de son école précédente qui était "il est doué il s'en sortira tout seul !" (ben voyons !!)

          Je ne sais pas si les profs du privé ont besoin de moins bonnes notes, ce que j'ai vécu c'est qu'ils sont plus attentifs aux enfants, qu'il y a un projet pédagogique. Je ne sais s'il y a plus de moyens, j'ai l'impression que le discours demandant toujours plus de moyens n'est que le reflet d'un manque de projets.

          Bref, je suis peut être tombé sur une mauvaise école publique...
          • [^] # Re: Ecole privée, école publique

            Posté par (page perso) . Évalué à 3.

            A noter toutefois que les écoles publiques ont malheureusement obligation d'accepter les élèves expulsés des écoles privés. Dans mon collège on avait un paquet d'élèves très difficiles à gérer pour les profs qui pendant ce temps là ne pouvaient pas s'occuper des autres élèves comme ils le souhaitaient.

            L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

            • [^] # Re: Ecole privée, école publique

              Posté par . Évalué à 2.

              Ouais, ça faut voir, car après avoir fait ma quatrième dans un établissement privé (mon père était muté à l'étranger, et il n'y avait pas d'enseignement public), je ne te raconte pas l'horreur que ça a été pour pouvoir me réinscrire dans en troisième un établissement public à mon retour à France.

              Le public nourrissait une véritable haine à l'égard du privé (j'ai l'impression que c'est toujours un peu le cas), et tout à été fait pour que je ne puisse pas me réinscrire dans l'établissement près de chez moi, où l'on me proposait au mieux de redoubler alors que j'avais été deuxième de ma classe de quatrième.

              Finalement, avec quelques matières secondaires bien choisies et des recours auprès de la hiérarchie, ils n'ont pas eu d'autre choix que de m'accepter en troisième, où j'ai fait une excellente scolarité et ai réussi mon concours d'entrée dans un lycée public renommé.
              • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                Posté par . Évalué à 2.

                Il est arrivé la même histoire a ma soeur qui après un collège privé a voulu continuer dans un lycée public, le lycée de la circonscription, même pas de dérogations à la carte scolaire ou quoi que ce soit.

                Et bien le lycée a refusé son inscription en pretextant qu'il n'y avait plus de places ! Même après les différends coups de gueule de plus en plus agacés de mes parents.

                Elle a donc continué dans le privé...

                Vive l'école publique accessible à tous.
              • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                Posté par . Évalué à 6.

                Pour ou contre l'école publique ou privé ?
                J'ai fait six ans en école privé (6° ->1er) contraint et forcé. Mon père étant professeur, et ayant été nommé à Barcelone, le lycée français était un établissement privé, même pour les français, et très renommé. Pourtant, les prof. y enseignant étaient issus du public.
                Quand à mon retour dans le public, je n'ai eu aucun problème.

                Quand aux méthodes de travail, apprendre par cœur 200 mots en 5 minutes, magnifique, bravo, grande victoire. C'est bien de savoir retenir, mais c'est à mon avis mieux de savoir analyser. Je me souviens pendant ma scolarité en Espagne, les espagnols apprennent par cœur. Donc au niveau bac, ils savent faire plus de choses, mais ils n'ont pas démontré pourquoi ça fonctionne, ... Une fois à l'université, ils ont les connaissance et doivent apprendre à réfléchir, en France c'est l'inverse, une fois à la F.A.C., on estime que vous savez réfléchir, donc on vous bourre le crane.
                Les deux méthodes doivent convenir à différentes personnes, personnellement, je pense qu'on devrait apprendre à trouver l'information, et savoir l'utiliser. La savoir ne sert qu'à frimer en société.

                [politique]La volonté politique actuelle est de détruire l'école publique. Certains disent que l'école publique est nulle, que les prof. ne sont pas remplacés. C'est certe parfois vrai, mais ça va l'être encore plus cette année vu le nombre de suppression de poste qu'il y a eu. Alors, si un prof. est malade, genre grosse gastro, doit-il venir en cours ? Mais il ne sera pas remplacé. Est-ce de la faute de se fainéant ? Ou la faute des moyens mis en œuvre par notre gouvernement ? Doit-t'on taper sur les prof.. ou sur les suppressions de poste ?[/politique]

                Certains se pleignent que l'accueil de leur enfants super méga balèze dans le public est déplorable. Mais, n'ont-t'ils pas pris de haut le prof. ?
                Il y a aujourd'hui, beaucoup de parents qui estiment que tout leur est dû. Si le prof. dit : « Votre enfant n'a pas été sage. », c'est de sa faute, pas de celle de votre enfant.
                J'ai entendu un collègue me dire une fois : « Mon fils est un peu turbulent, mais il apprendra la dicipline à l'école. ». Je trouve ça stupide. Oui, c'est vrai que ça s'appelle l'éducation nationnale, mais ce devrait-être l'instruction nationnale.
                Les écoles privés et publiques devraient être sur un pied d'égalité, ce n'est malheureusement pas le cas :-(, en effet, un élève, quel qu'il soit est subventionné de la même manière. Mais en plus les établissements privés reçoivent des sous des parents... Je suis d'accord pour privatiser l'école, mais que cela soit privé et seulement privé. Car faire du privé avec l'argent du public, c'est facile.

                [coup de gueule]Aujourd'hui l'école publique est menacée, renseignez vous auprès des enseignants de vos enfants, eux vont faire grève, s'investir pour vos enfants. Et vous ?

                Le saviez-vous ? Aujourd'hui on nous dit que l'école maternelle ne sert à rien. Donc bientôt vous allez payer la crèche jusqu'à l'entrée en C.P. La différence entre des enfants de différents milieux n'en sera que renforcée. Car ceux qui ont les moyens offrirons à leur chérubin une crèche éducative, là où une famille modeste aura déjà du mal à payer la crèche municipale. Alors, ça fera du bien au chomage puisque une partie des femmes ou des hommes seront obligés d'abandonner leur travail pour s'occuper des enfants.
                Autre chose, demain les nouveaux prof. auront bac+5, c'est bien, mais ils n'auront aucune formation de pédagogie, c'est moins bien.
                [/coup de gueule]
                • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                  Posté par . Évalué à 1.

                  Peut-être que le fait d'être fils de prof t'as ouvert des portes auxquels le reste des citoyens n'ont pas accès ? Si tel était le cas, ça n'en serait que plus choquant, non ? Et pourtant, dans toute ma scolarité, je ne compte plus les enfants de profs qui se retrouvaient dans les « meilleures classes », parce que oui, il y a des classes favorisées.

                  Pour le reste, la mémoire est un outil, la travailler c'est la moindre des choses quand tu fais ta scolarité et est censé apprendre des choses donc. Après, je n'ai pas dit qu'on ne faisait que ça, mais le fait d'avoir travaillé cet outil faisait qu'au lieu de passer des heures à faire des choses, on y passait que quelques minutes, et qu'on avait donc davantage de temps pour l'essentiel (comprendre) que le superflu (apprendre). Au fait, c'était la méthode également employée dans le grand lycée public que j'ai également fréquente, donc tu peux la remettre en question autant que tu veux...

                  Je passe ta propagande engagée sur l'école publique en danger, on a droit aux mêmes couplets à chaque réforme. J'ai déjà donné ici même mon opinion sur le coût de l'Éducation Nationale (budget annuel divisé par le nombre de scolarisés/étudiants, etc.), ainsi que sur certaines pratiques. Tu m'annonces une nouvelle grève, j'aurais presque envie de répondre « et encore une... » un peu comme la SNCF quoi, qui a elle seule représente plus de la moitié des jours de grève annuels en France il me semble.

                  Et les profs malades, ça va une fois, mais quand c'est quinze jours sans arrêt, voire plus, et à répétition, sans jamais être remplacé, c'est du flan, et il devrait être viré à moins d'une véritable raison médicale confirmée par une contre-expertise. Si l'Éducation Nationale était plus exigeante vis à vis de son personnel, que les brebis galeuses étaient dégagées, peut-être que les bons profs auraient moins de problèmes et de facilité à convaincre, mais là, ce n'est pas le cas.

                  Pour la pédagogie, permets moi de te dire que les profs que j'ai eu jusqu'à présent, à de rares exceptions près (qui eux étaient vraiment très pédagogues), étaient pas vraiment à côté de leurs pompes. N'importe quel bac+5 doit pouvoir faire aussi bien en effet. Et permets moi de mettre sérieusement en doute ton affirmation selon laquelle les établissements privés seraient financièrement avantagés par rapport aux lycées publics. Je sais que le salaire des profs est tout ou partie pris en charge par l'État, mais pour le reste, c'est à la charge de l'établissement, et donc sur les frais de scolarité payés par les parents (et qui financent en effet un cadre souvent meilleur que dans le public).
                  • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                    Posté par . Évalué à 3.

                    ah la la la la la...

                    Si je résume, les profs dans le public :

                    -se foutent des élèves faibles : http://linuxfr.org/comments/964668.html#964668

                    -se foutent également des élèves doués :
                    http://linuxfr.org/comments/964906.html#964906

                    Note : ils doivent préférer les élèves moyens, étant eux-mêmes assez moyens ?

                    En plus de ça :

                    -sont des fainéants ou des hypocondriaques qui se mettent en congés maladie de façon injustifiée, pour des périodes longues et de façon répétée :
                    http://linuxfr.org/comments/965149,1.html

                    -sont toujours en grève sans aucune raison, sans doute parce qu'ils aiment ça, qu'ils sont trop payés et qu'ils n'ont pas assez de vacances... :
                    http://linuxfr.org/comments/964987.html#964987
                    http://linuxfr.org/comments/965149.html#965149

                    (Vous vous dites pas que si les profs font grève c'est parce que c'est leur SEUL moyen d'améliorer leurs conditions de travail ET CELLES DE VOS ENFANTS - ah non, vous les mettez dans le privé).

                    Pas un prof travaillant dans le public pour réagir ? Trop blasés de voir toujours rabachés les mêmes clichés et les mêmes âneries ?

                    PS : je ne dis pas que ce qui a été dit dans les commentaires cités plus haut n'est que de la connerie, je dis juste que pour certains ils font une généralité de cas particuliers, et que d'autres ne poussent pas très loin la réflexion.
                    • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Si je résume, les profs dans le public : (...)
                      -se foutent également des élèves doués :
                      http://linuxfr.org/comments/964906.html#964906


                      S'il y a un truc que je déteste c'est qu'on déforme mes propos. C'est minable.

                      J'ai, je le redis puisque certains semblent aveugle, parlé de mon expérience et je ne veux pas en tirer de conclusions générales
                      • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                        Posté par . Évalué à 2.

                        En effet, excuse moi, j'ai légerement déformé tes propos par extrapolation.

                        Je te présente mes plus plates excuses.

                        Cela dit j'ai vu tellement d'absurdités,de bétises et de lieu-communs insultants pour une profession dits en quelques commentaires sur ce journal qu'il fallait que j'en fasse une compil', ne serait-ce que pour provoquer une réaction de la part des intéressés (les profs dans le public).
                    • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                      Posté par . Évalué à 3.

                      Il y a deux ans, j'aurais ardemment défendu la profession de professeur. Maintenant, après avoir passé deux ans comme Assistant Pédagogique dans un LP, je dois admettre que ma position est plutôt mitigée.

                      Car même si dans leur majorité, les profs sont «bien intentionnés», il y en a qui ont l'autorité d'une crevette à la dérive (j'ai failli dire moule, mais ici, ce serait ambigu), certains qui ne savent pas transmettre et d'autres qui ne savent pas gérer le stress et qui vont finir l'année à coup d'antidépresseurs (s'ils arrivent à finir l'année [bon, là en fait, dans l'établissement en question, j'en voie qu'une, mais c'est pour dire]).

                      Et le problème qu'il faut bien voir, c'est qu'il y a une entité «Classe» et que cette classe, bien que pas forcement unie va faire front commun contre l'entité «Établissement». Et donc toute l'administration et le corps enseignant fait front commun pour ne pas «exploser» sous la pression.
                      J'ai l'air d'exagérer comme ça mais j'ai vu un établissement voisin où le proviseur ne soutenait plus profs, le collège est parti rapidement en miette.

                      On en vient donc à un systeme où les bon profs couvrent les mauvais en publique car ils voudraient qu'il en soit de même pour eux tout en admettant que ce prof est nocif.

                      Pour ce qui est des greves chez les profs, soyons honnête, prenons le bac pro en 3 ans. qu'est ce que sa va changer pour le prof de suivre ses eleves 3 ans au lieu de 4 ? Fondamentalement, pas grand chose. Les suppression de poste se faisant certainement sur le non renouvellement des départ en retraite, ceux qui bossent n'ont pas de souci à se faire.
                      Par contre, des bacs pro qui sont déjà tres juste pour faire directement quelque chose en sortie (bac pro Comptable par exemple), ça va être une cata avec cette année en moins, et le mouvement de protestation n'a certainement pas ete pour l'interet direct des profs.

                      Donc certes, tout n'est pas rose, mais ils s'en prennent quand même bien plein la gueule pour quelques brebis galeuses...
                  • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Peut-être que le fait d'être fils de prof t'as ouvert des portes auxquels le reste des citoyens n'ont pas accès ?
                    A part le fait que le lycée n'était pas en France, et que sinon je ne serais pas allé dans le même lycée que mon papa. Je ne pense pas avoir été privilégier, mais il est vrai que le lycée avait la côte à Barcelone et que la plupart de mes camarades était fils d'avocat, etc.
                    A mon retour en France j'ai été dans un établissement public, un lycée technique alors que j'ai fait une filiaire scientifique. Peut-être que d'avoir connu mes prof. venir dîner à la maison et raconter des blagues salaces, m'a fait considérer mes prof., qui ne connaissait pas ma famille, comme des humains normaux, et que j'ai toujours réussi à discuter avec eux.

                    Pour le reste, la mémoire est un outil, la travailler ...
                    Ok, j'avais eu l'impression que tu faisais l'éloge de l'apprentissage par cœur.

                    Je passe ta propagande engagée sur l'école publique en danger
                    Certe, mais parfois il faut regarder vraiment les choses, par ce que oui, certain prof., ou autre, cri au loup. Mais se dire que toute façon ils sont jamais content sans chercher, fait qu'ils sont marginalisés, et voilà.
                    Le problème avec les réformes multiples, c'est que on attend jamais de voir si une réforme marche pour passer à la suivante. Cette année, ma femme, à réécrit toutes ses programmations, simplement parce que 85% du programme est le même que l'année dernière mais formulé différemment. Elle aurait préférer travailler ces deux soirées sur les fiches, exercices, etc. pour ces élèves plutôt que pour du vent.

                    Et les profs malades, ça va une fois, mais quand c'est quinze jours sans arrêt,
                    Dans les entreprises privés il y a pas mal de gens qui sont malade pour dépression, etc. Et là, c'est aussi l'état qui paye. Ce n'est pas le cas de tous. Après je suis d'accord sur le fait qu'il faudrait pouvoir virer des prof. c'est le cas partout, public ou privé. Dans le privé, à part la faute grave, on ne vire pas. Dans certaines société, les boulets sont bien noté, comme ça, d'autre chef de département les demandes...

                    Pour la pédagogie, [...]étaient pas vraiment à côté de leurs pompes.
                    Par apport à quoi ? Un ado. débile qui se croit le centre du monde ? Oui, je crois avoir eu le même sentiment pour certains de mes prof. aujourd'hui, j'ai réhabilité la plupart dans mon cœur. Et être bon pédagogue pour qui ? Certains élèves seront sencibles d'autre non. Je crois que la plupart font de leur mieux, mais dire que la profession est pourrie à cause de quelques uns... L'accepterais-tu pour ton boulot ?
                • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                  Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                  Certains se pleignent que l'accueil de leur enfants super méga balèze dans le public est déplorable. Mais, n'ont-t'ils pas pris de haut le prof. ?

                  Je ne sais pas si je dois le prendre pour moi, mais comme j'ai amené le sujet je pense que oui, je vais me permettre de répondre.

                  Cependant avant j'aimerai juste te faire part d'une remarque, j'ai évité de généraliser parce que justement ce n'est que mon expérience, je te serais gré d'en faire autant. De même je n'apprécie pas du tout le ton que tu peux employer.

                  Je n'ai pas demandé à avoir un enfant HPI mais je dois faire avec, mais je ne le traite pas de super méga balèze. Je n'ai pas pris l'instit de haut, par contre je n'ai pas apprécié du tout sa manière de faire. Elle a constaté des difficultés pour gérer mon fils et au lieu de nous en faire part à ma femme et moi même, elle a tenté de nous imposer qu'il passe du temps au sein du RASED (je te laisse chercher ce que c'est). Nous avons été intrigués et nous avons pris du temps pour la réflexion, nous avons fait part de la difficulté auprès de notre pédiatre qui nous a conseillé de consulter un psychologue ce que nous avons fait. C'est à la suite de ça que nous avons appris que notre enfant était HPI. Nous en avons fait part à l'institutrice qui n'a pas vraiment apprécié notre démarche (on se demande bien pourquoi !!) et qui n'a pas voulu entendre notre message. Au final notre enfant est allé passer du temps au RASED, au moins ça le sortait de la classe. Ensuite nous nous sommes interrogés sur ce qui était le mieux pour lui et nous sommes allés voir du côté du privé. Lors de nos différentes rencontres avec les responsables d'écoles privés nous avons eu affaire avec des gens compétents (de notre point de vue) qui à l'énoncé du comportement de notre enfant ont rapidement demandé s'il était "surdoué" parce qu'il en avait tout l'air, et au fil de la discussion nous nous sommes rendu compte qu'il y avait une habitude pour gérer ce type d'enfant sans les exclure, bref un projet pédagogique. Après du temps de réflexion nous l'avons changé du public (avec pourtant l'école à 50m) au privé et il nous apparaît que ce fut le bon choix.

                  Je ne m'étalerai pas sur le fait que ma femme étant au conseil de l'école (publique, faut suivre :-) ) en tant que parent délégué elle a pu assister à quelques réunions avec le corps enseignant, réunions peu flatteuses pour ce dernier.

                  Peut être était-ce une "mauvaise" école, ou une "mauvaise" instit, quoi qu'il en soit, je suis persuadé que nous ne sommes pas un cas isolé mais que notre enfant a eu la chance que nous nous interrogions et nous prîmes des avis extérieurs. J'ai la triste impression que l'école publique n'est faite que pour les élèves moyens, pas pour les plus faibles ou les plus "intelligents", une école égalitariste où tout le monde doit être pareil et ne pas sortir du moule. (avis personnel)
                  • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                    Posté par . Évalué à 2.

                    Je ne sais pas si je dois le prendre pour moi,
                    En fait, oui c'est ton commentaire qui m'a fait réagir. Et non, je ne parle pas de ton cas que je ne connais pas, mais bien de cas concrets rencontrés par ma famille proche.

                    [...]au sein du RASED (je te laisse chercher ce que c'est). Nous avons été intrigués et nous avons pris du temps pour la réflexion, nous avons fait part de la difficulté auprès de notre pédiatre qui nous a conseillé de consulter un psychologue ce que nous avons fait.
                    Oui, je sais ce qu'est le R.A.S.E.D.
                    Savais-tu que l'instit n'a pas le droit de diagnostiqué un cas de H.P.I. ?
                    Savais-tu que seul le psychologue scolaire à la possibilité de déclarer un H.P.I. ?
                    Peut-être n'a elle pas aprécié votre démarche, parce qu'elle voulait la même chose en vous demandant de consulter, mais qu'il a fallu l'avis de votre pédiatre parce que vous ne faites pas confiance à l'enseignant ?
                    Finalement, je crois que le fin mot de l'histoire est là, sur la ligne au dessus. Vous (les français) n'avez plus confiance dans les enseignants. Quand j'étais enfants, je ne disais pas chez moi que j'avais été punis. Aujourd'hui, si vous punissez (je ne parle pas de frapper) vous vous faites incendier par les parents.
                    Ex: un cas concret survenu l'année dernière.
                    Un enfant qui faisait l'imbecil a fini par manger seul à une table de la cantine. Et bien le soir, la mère engueule l'A.T.S.E.M. devant le dit gamin, que la punission était trop lourde, etc. Comment voulez-vous que le gamin soit pas infect à l'école ?
                    • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                      Peut être faudrait-il que tu apprennes la modération avant de juger !!!

                      Je suis terriblement énervé (là c'est du politiquement correct) parce tu te permets de juger sans rien connaître des faits. Je me permettrais de te dire que les cas concrets rencontrés par ta famille proche ne sont que des cas rapportés avec la vision de ta famille (de celui qui a rapporté le cas), ce qui veut dire déformé par sa vision (tout comme ce que je rapporte est déformé par ma vision)

                      Savais-tu que l'instit n'a pas le droit de diagnostiqué un cas de H.P.I. ?
                      Et alors ? Quel rapport ? A aucune moment l'instit n'a évoqué ce sujet là, faire part d'éventuels soupçons

                      Savais-tu que seul le psychologue scolaire à la possibilité de déclarer un H.P.I. ?
                      Et un psychologue pas scolaire n'aurait donc pas le droit ? Quoi qu'il en soit, le psychologue scolaire on ne l'a pas vu (je ne juge pas les raisons, je constate)

                      Peut-être n'a elle pas aprécié votre démarche, parce qu'elle voulait la même chose en vous demandant de consulter, mais qu'il a fallu l'avis de votre pédiatre parce que vous ne faites pas confiance à l'enseignant ?
                      Apprécier quelle démarche ? La démarche de nous quasiment nous imposer le RASED sans aucune concertation ? Que sais-tu de la relation que nous pouvions avoir avec l'enseignante ? Ta vision est totalement déformée, tu ne peux pas admettre que la situation ne fut pas à l'avantage de l'enseignant, il faut que tu stigmatises les parents, ils ne peuvent être que coupable ! Je suis terriblement navré de t'apprendre que c'est plutôt l'instit qui ne voulait pas nous croire quand nous avons présenté les résultats des tests.

                      Finalement, je crois que le fin mot de l'histoire est là, sur la ligne au dessus. Vous (les français) n'avez plus confiance dans les enseignants. Quand j'étais enfants, je ne disais pas chez moi que j'avais été punis. Aujourd'hui, si vous punissez (je ne parle pas de frapper) vous vous faites incendier par les parents.
                      Tu sais, ce genre de réflexion ne fait qu'augmenter mon énervement (là encore je reste poli). Qui es-tu pour te permettre de me juger ? Que sais-tu de l'éducation que nous donnons à notre enfant ? Pour qui te prends-tu pour te penser supérieur ?
                      Une relation de confiance entre parents et enseignants se travaille. Je suis toujours navré de voir que l'on ne sépare pas clairement instruction (rôle de l'école) et éducation (rôle des parents), je suis navré quand une hiérarchie ne défend pas ses enseignants quand ils ont raison mais je déplore également ce corporatisme totalement contreproductif de la part du corps enseignant auquel j'ai l'impression que tu participes.

                      Au final, je crois que tu t'égares totalement et que tu ferais mieux de revoir ton jugement à l'emporte pièce.
                      • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                        Posté par . Évalué à 2.

                        Tu t'énerves, et je le comprends. C'est un problème de communication. J'essaye de décrire comment se passe les choses du point de vu de l'enseignant en me basant sur ce que tu écris sans vouloir le juger, ni te prendre à parti. Je me rends compte qu'en utilisant tes arguments et en les replaçant dans d'autres situations, tu as l'impression que je te juges. Ce n'est pas volontaire, et je te prie d'accepter mes excuse pour cela. Ce sera ma dernière intervention. Si tu le souhaites, tu pourras m'envoyer un message en privé, pour que nous discution calmement des obligations des enseignants dans les cas d'élèves difficiles. Car un élève HPI qui s'ennuie empêche la classe de travaillé car il fait souvent l'âne (c'est tout à fait normale). Donc c'est un élève difficile car pas dans la norme.

                        Ce que je pense, et je peux me tromper. C'est que l'instit voulait faire un signalement au RASED, car c'est la procédure normal. Là, l'enfant voit le psycologue scolaire et est déclarer HPI. La dessus l'équipe enseignante avec les parents cherchent et trouvent une solution (c'est une équipe éducative, plus souvent utilisé pour les élève en vrai difficultés).

                        Par la suite, la réaction de l'instit qui a probablement mal expliqué la démarche, c'est butté, car elle n'a peut-être pas compris pourquoi vous étiez passé par un psy extérieure alors qu'elle avait l'impression de vous l'avoir proposé.

                        Je me rends compte que j'essaye d'arrondir les angles de cet enseignant, j'espère ne pas t'avoir énervé plus.

                        Pour revenir au débat initial, c'est là que c'est important de pouvoir écrire (a peu près) correctement, car l'oral, on cris sans écouter la fin, ici au moins même énervé on lit tout ;-)

                        * le "a peu près" mets bien entendu destiné.
                      • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                        Posté par . Évalué à 4.

                        Bon, je te donne l'avis d'un autre fils d'enseignant, ça va pas aider : oui, peut-être que l'enseignante a géré votre cas un petit peu à la légère, mais il y a un truc dont ne se rendent pas souvent compte les parents : leur enfant n'est pas le seul à l'école, et chaque parent demande la même chose ! Alors comment faire pour satisfaire tout le monde ? Ce n'est pas facile, surtout quand chaque année on supprime encore un paquet de postes. Comment peut-on améliorer la situation ainsi ?

                        Bref, je ne sais pas trop ce qu'implique le fait d'être HPI, mais je pense que quand elle vous disait "il est doué il s'en sortira tout seul !", c'était une manière de dire qu'elle a des cas encore pires dans sa classe, et qu'elle ne peut pas être partout tout le temps à la fois.
              • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                Posté par . Évalué à 2.

                De mon temps (pas si vieux que ca - j'ai eu le bac en 2000), les lycée n'avaient pas de concours d'entrée. C'est vraiment le cas aujourd'hui ?

                PS : c'est une vraie question, la dernière ligne de ce commentaire m'a fait douter.
                • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                  Posté par . Évalué à 2.

                  Je te rassure, il n'y a pas de concours d'entrée dans un lycée...
                  • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                    Posté par . Évalué à 0.

                    C'est beau les gens qui sont persuadés de tout savoir...

                    http://www.defense.gouv.fr/terre/votre_espace/jeunes/lycees_(...)

                    Mais je pourrais aussi te parler de ces lycées (Henri IV, Louis le Grand, etc.) qui pratiquent quand à eux une sélection sur dossier.
                    • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                      Posté par . Évalué à 3.

                      C'est marqué où qu'il y a un concours pour entrer dans le lycée militaire dans ton lien ? Le mot concours n'apparaît que pour parler des écoles militaires (d'officier).
                      Il n'est aucunement parlé des critères de recrutement dans ton lien. Le seul dont on peut préjuger c'est que ces lycées sont réservés en priorité aux enfants de militaires.

                      Quand au dossier, tous les lycées en demandent un pour s'y inscrire, et ont toute latitude pour le refuser s'il n'est pas pour un élève du secteur. Donc il y a une sélection bien évidemment. Les critères sont propres au chef d'établissement/à la commission qui gère le tout, sous contrôle des académies qui auraient vite fait de mettre au pas un lycée si il ne suivait pas les consignes données (qui proviennent elles-même du ministère).

                      Par ailleurs, tous ceux qui sont passés par un établissement privé hors contrat savent que pour réintégrer le public ou le privé sous contrat, il faut passer un contrôle de connaissances.
                    • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                      Posté par . Évalué à 0.

                      Je ne vois pas de concours, mais un examen de dossier.

                      Pour la forme, je t'invite à consulter la page http://www.education.gouv.fr/cid120/index.html qui, j'imagine, est vraisemblablement une référence fiable. Mais tu auras très certainement un superbe contre argument concernant deux élèves à nous présenter.
                      • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                        Posté par . Évalué à 1.

                        Ah, tu traînes sur Linuxfr et t'es pas foutu de faire un minimum de recherche autour du sujet par toi même ?

                        Allez, en trente secondes, je suis tombé sur http://www.defense.gouv.fr/defense/content/download/48004/47(...) où le concours d'entrée est évoqué par un « contrôle de connaissance ».

                        Mais bon, je dois être un menteur, je ne l'ai ni passé, ni réussi, d'ailleurs j'ai disparu de la surface de la terre pendant mes 3 années de lycée.

                        Sur ce, j'arrête là cette discussion stérile et te laisse continuer à croire que tu détiens la vérité.
                    • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Concernant Henri IV, Louis Legrand & co :

                      - si tu es sectorisé, ils n'ont pas le droit de t'empêcher d'aller dans le lycée de ton choix;
                      - sinon, effectivement, ils ont le droit de sélectionner les élèves situés hors-secteur.

                      Bien entendu, avec la suppression de la carte scolaire, la donne est un peu changée (mais pas vraiment en ce qui concerne les élèves faisant une demande dans leur secteur). Ce qui change beaucoup de choses par contre, c'est le fait que Henri IV / Louis Legrand se trouvent en plein quartier latin à Paris, et que de fait, la population y est plus aisée et donc peut plus facilement pourvoir à l'éducation de ses enfants. Il y a donc une « pré-sélection » de fait (un prof de prépa de mon lycée appelait cette population « ceux de la rive gauche »).

                      Comme il a été dit, le passage du public au privé implique nécessairement une évaluation des connaissances de l'élève. De plus, tu donnes le cas d'un lycée militaire, ce qui d'emblée te place dans une position à part. Les « grands » lycées parisiens (et leur équivalent ailleurs) pratiquent (pratiquaient ? après tout maintenant c'est « légal ») une sélection officieuse. Les profs savent parfaitement lorsqu'un élève habite le secteur pour de faux. S'il est assez bon cependant, ils vont bien se garder de l'empêcher de rester. Par contre, si son niveau ne convient pas, alors ils vont tout faire pour lui pourrir la vie (une fois un élève accepté, il est difficile de le virer sans bonne raison).
            • [^] # Re: Ecole privée, école publique

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Merde je dis que des conneries. J'étais dans un collège privé /o\
              Faut que j'arrête la drogue moi :)

              L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

              • [^] # Re: Ecole privée, école publique

                Posté par . Évalué à 1.

                Je ne vois pas en quoi ce que j'ai dit à propos de « A noter toutefois que les écoles publiques ont malheureusement obligation d'accepter les élèves expulsés des écoles privés » n'en est pas moins vrai. Il y a obligation et obligation visiblement, et l'administration sait parfaitement écœurer les administrés afin d'arriver à ses fins sans avoir à assurer ses obligations visiblement. Genre t'as jamais eu un problème avec les impôts par exemple, où on te ballade de service en service pour ne pas avoir à te rembourser sur une erreur de leur part, alors qu'ils en ont l'obligation j'imagine...
        • [^] # Re: Pas particulièrement geek

          Posté par . Évalué à 2.

          Sache, pour ta gouverne, qu'en general les profs du privé ont besoin de moins bonnes notes pour être acceptés que dans le public.

          Totalement faux. Les profs du public comme du privé sous contrat passe le même concours CAPES/CAFEP dans la même salle et sont corrigés par les mêmes correcteurs. A ceci près qu'on conseille au candidat pour le privé de mettre CAPES sur leur copie et non CAFEP pour éviter la discrimination des correcteurs qui sont tous du public...

          Globalement, les moyens du privé sont je pense similaires au moyen du public.

          Une des différences de motivation peut cependant s'expliquer ainsi :
          - un prof titulaire du CAPES dans le public sera payé à temps plein même si il n'a finalement pas assez d'heure.
          - un prof titulaire dans le privé sera payé au pro-rata du nombre d'heures qu'il effectue.

          Du coup, dans le privé, les profs n'ont pas intérêts à ce que la réputation de l'établissement se ternisse, car si il n'y plus assez d'élèves, ils y perdraient en salaire. Évidemment, ça peut aussi avoir un côté vicieux clientéliste.
          • [^] # Re: Pas particulièrement geek

            Posté par . Évalué à 2.

            Possible qu'on m'ait dit des conneries, mais c'est un prof qui me disait cela, que pour je-ne-sais-plus quelle épreuve (orale je crois), les profs du privé passaient avec des notes 2 points en dessous de celle du public (je m'explique : s'il fallait 10 a un prof public pour passer, le privé passait avec une note de 8).

            M'enfin effectivement, je n'en sais rien, je ne suis pas prof ni inspecteur d'académie, et je ne fait que restituer ce que mes amis profs m'ont dit.
            • [^] # Re: Pas particulièrement geek

              Posté par . Évalué à 1.

              je ne fait que restituer ce que mes amis profs m'ont dit.

              Tes amis profs, ils sont dans le public ou le privé ?
            • [^] # Re: Pas particulièrement geek

              Posté par . Évalué à 3.

              Moi on m'a dit que les fonctionnaires étaient des planqués surpayés grévistes et fainéants, d'ailleurs je n'en sais rien, je ne fais que restituer ce qu'on m'a dit, je ne suis pas fonctionnaire.

              Désolé du commentaire, mais j'en ai marre des réactions cons de ce genre.

              Ah oui, je ne suis pas fonctionnaire, mais la moitié de ma famille doit l'être, et j'ai goûté pour ma part aux joies d'être contractuel, donc voilà voilà.
              • [^] # Re: Pas particulièrement geek

                Posté par . Évalué à 2.

                Relis mon commentaire, j'ai bien dit ca pour expliquer le fait que c'etait peut-être une bétise que j'avais dit plus haut.

                Moi au moins quand je ne fais que répéter les bétises des autres (qui ne sont pas des betises pour le coup, cf commentaire plus bas http://linuxfr.org/comments/965223.html#965223), je précise que c'est sujet à caution du fait que "je n'en sais rien, je ne suis pas prof ni inspecteur d'académie, et je ne fait que restituer ce que mes amis profs m'ont dit"
            • [^] # Re: Pas particulièrement geek

              Posté par . Évalué à 4.

              si c'est un concours, comme il s'agit de deux concours différents (bien que partageant toutes les épreuves) ça peut s'expliquer. Dans tous les cas, que le premier ait 6 dans un cas et 20 dans l'autre, il reste le premier de son concours et le réussit.
              • [^] # Re: Pas particulièrement geek

                Posté par . Évalué à 2.

                Je pense en effet qu'il devait s'agir de cela : même épreuve, mais pas le même concours, ce qui fait qu'un prof 'publique' devait avoir 10 pour être reçu, alors qu'un prof 'privé' devait avoir 8 pour être reçu.
    • [^] # Re: Pas particulièrement geek

      Posté par . Évalué à 1.

      J'ai trouvé une faute :-)
      C'est "Cela dit", et non pas "Ceci dit".
      "Ceci" présente, "Cela" résume.
  • # Pourquoi 'inversement'?

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    ...par des geeks dont la qualité de coder est inversement proportionnelle à leur qualité de rédaction,

    Moi, j'aurai enlevé "inversement" de cette phrase : quand c'est mal écrit, il y a de fortes chances que le code ou contenu ne soit pas intéressant non plus.
    • [^] # Re: Pourquoi 'inversement'?

      Posté par . Évalué à 2.

      non justement, il y a beaucoup d'informaticiens qui savent mieux faire des maths ou de la programmation qu'écrire en français.

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

  • # pas geek

    Posté par . Évalué à 2.

    Je suis pas geek, mais je suis dans ce cas là. Je n'ai jamais été très bon en français mais depuis que je travaille quasi-exclusivement sur un ordinateur, c'est devenu cauchemardesque.

    Je subodore que le fait de ne plus écrire à la main, le fait de plus regarder ses doigts que ce que l'on écrit et l'arrêt d'une rédaction quotidienne (et souvent corrigée, je pense aux études) explique cela.
  • # Télé, journaux, cinéma

    Posté par . Évalué à 4.

    Salut,
    ce qui m'horrifie le plus, c'est les films mal traduits (est-ce qu'ils confient ça à des stagiaires ?). Par exemple : "run for life!" -> "courrez pour vos vies !"... Désespérant.
    Et aussi les journaux qui publient des phrases dont la construction n'a ni queue ni tête, voire donnent dans le contresens involontaire...

    Le pire que j'ai rencontré, c'était une gazette communiste distribuée les matins à mon lycée à Limoges, il y a quelques années. Je leur disais régulièrement "comment voulez-vous que je vote pour vous, alors que vous n'avez même pas la rigueur de respecter des règles de base comme l'orthographe ?". Et en général, je leur rendais leur journal corrigé, le soir, couvert de rouge de part en part.

    Même les éditions, les média grand public, etc. ne font plus l'effort de se relire ! Où allons-nous ?

    Par ailleurs, je plussoie sur le fait que si on arrête de lire, ou si on ne lit plus que de l'anglais, ce qui est mon cas depuis plusieurs années maintenant, l'orthographe se perd très vite.
    • [^] # Re: Télé, journaux, cinéma

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      c'était une gazette communiste [...] je leur rendais leur journal [...] couvert de rouge

      Ah ah !
    • [^] # Re: Télé, journaux, cinéma

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Sur Canal Plus dans une émission Cinéma on voyait une entrevue avec un acteur anglophone et celle-ci était sous-titrée :

      "As an american actor, I must...." a été traduit en "En temps qu'acteur, je me dois...".

      Ouch, ça pique les yeux !

      L'association LinuxFr ne saurait être tenue responsable des propos légalement repréhensibles ou faisant allusion à l'évêque de Rome, au chef de l'Église catholique romaine ou au chef temporel de l'État du Vatican et se trouvant dans ce commentaire

      • [^] # Re: Télé, journaux, cinéma

        Posté par . Évalué à 7.

        C'était pour le film la Mouche :

        — En taon qu'acteur...

        ­La faculté de citer est un substitut commode à l'intelligence -- Somerset Maugham

  • # La paille et la poutre/$.

    Posté par . Évalué à 1.

    "de nombreuses fautes d'accords" sans s à accord.
  • # On en tient un !

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Bel effort. Probablement une tentative de record :-)
    http://linuxfr.org/forums/47/25857.html
    Assez horrible à ce stade.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.