Journal 3 postes à pourvoir à l'INRIA pour travailler sur Grid'5000 et Kadeploy

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags : aucun
15
9
juin
2011

Les 3 postes sont des postes d'ingénieur jeune diplômé à pourvoir à Lille et à Nancy (2 postes) à partir du 1/10/2011.

L’INRIA est l’institut de recherche spécialisé dans les sciences de technologie de l’information et de la communication (STIC). 3600 personnes travaillent sur ses centres de recherche implantés sur 8 régions.

Les postes d'ingénieurs jeunes diplômés s'adressent à de jeunes diplômés ne se destinant pas à une carrière de recherche, pour lesquels le séjour à l'INRIA (de un à deux ans) fera à la fois fonction de complément de formation et de première expérience professionnelle.

Dans les deux cas, il s'agit de postes dans un environnement de travail intéressant et stimulant, fortement orienté Linux & logiciel libre, où il est possible d'apprendre énormément de choses.

Il y a plus de détails sur le site du projet Grid'5000.

Si vous avez des questions, vous pouvez aussi les poser dans les commentaires.

Concernant les deux postes d'administrateur système/réseau à Lille et Nancy:

Les ingénieurs recrutés intégreront l'équipe technique d'une dizaine d'ingénieurs du projet Grid'5000, composée soit 1582 noeuds disposant de 6020 coeurs de calculs répartis dans 9 sites en France. Grid'5000 est une plate-forme expérimentale dédiée à la recherche sur les systèmes distribués: nouveaux middlewares de Cloud, systèmes P2P, applications de calcul à hautes performances, etc.

Toute l'infrastructure est basée sur Linux et la grande originalité est de permettre aux utilisateurs d'installer ce qu'ils veulent sur les noeuds de l'infrastructure : leur propre distrib, ou leur propre hyperviseur s'ils préparent des expériences sur la virtualisation. L'infrastructure est administrée en utilisant de nombreux outils modernes d'administration système (Puppet+Git, etc).

Concernant le poste d'ingénieur développement sur Kadeploy à Nancy:
Le logiciel Kadeploy est un outil (libre) de déploiement de clusters : il est utilisé pour installer de manière automatique et scalable l’ensemble des noeuds d’un cluster de calcul avec le système d’exploitation et l’ensemble des logiciels nécessaires. Ainsi, le déploiement d’un cluster de plus de 300 machines peut se faire en quelques minutes, sans intervention de l’administrateur système. Kadeploy est utilisé sur de nombreux clusters, à l’INRIA et ailleurs. En particulier, c’est un logiciel clé sur la plate-forme expérimentale Grid’5000, où il permet aux utilisateurs de déployer leur propre environnement de travail sur les noeuds, leur permettant ainsi de se placer dans l’environnement expérimental requis.

L'ingénieur recruté prendra en charge la suite du développement de Kadeploy. Ses contributions porteront notamment sur l'amélioration des performances du logiciel (déploiement plus rapide), sur la fiabilité du logiciel (moins d'échecs de déploiement, amélioration de la gestion des erreurs), et sur la sécurité du logiciel (infrastructure de communication plus robuste aux attaques). Des fonctionnalités seront également ajoutées au logiciel, notamment pour rendre sa configuration plus facile, ou pour permettre son utilisation dans des contextes plus particuliers. Afin de valider les développements, des tests et expériences seront réalisés sur la plate-forme Grid'5000.

Une bonne connaissance de Ruby et des protocoles réseaux DHCP, PXE, TFTP, DNS, SSH, ... est un avantage, même si ce n'est pas requis pour candidater.

  • # Rohlala Ruby !

    Posté par (page perso) . Évalué à 0.

    Le langage de djeun's (il a à peine 16 ans d'existence)!
    Faudrait passer à Perl, ça au moins c'est un langage qui a fait ses preuves, depuis le temps qu'il existe.
    Et c'est utilisé dans des institutions prestigieuses puisqu'on m'a embauché pour ne faire quasiment que ça.

    Oui, on est que jeudi, je sais, je --->[]

    It's a fez. I wear a fez now. Fezes are cool !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.