Journal Le cycle de Qarnot

Posté par . Licence CC by-sa
Tags : aucun
13
21
jan.
2018

Salut!

Avertissement: ce journal traite en partie des produits de l'entreprise Qarnot. Leurs produits, matériels et logiciels, ne semblent pas être libres. Je n'ai aucun lien avec cette entreprise. L'objectif de ce journal est d'extraire quelques idées intéressantes de ces produits. Et de questionner l'applicabilité de ces idées au libre.

L'idée de base du Q.rad, c'est d'utiliser la chaleur dégagée par un processeur comme source effective de chaleur. Les habitations doivent être chauffées en hiver. On a besoin d'eau chaude toute l'année. Et de nombreuses installations industrielles ont besoin de chaleur en été comme en hiver. Et la puissance thermique dégagée par un processeur peut être contrôlée simplement, donc c'est flexible.

Donc Qarnot, c'est une entreprise. Ils proposent du chauffage gratuit, et ils vendent du temps de calcul. Faut juste que le radiateur / processeur soit connecté à internet pour que le calcul distribué fonctionne. Ils proposent aussi du smart-building, avec des capteurs d'air qui envoient des notifications quand il faut aérer, et des détecteurs de luminosité / bruit qui envoient des notifications en cas d'intrusion. Des utilisations dont la pertinence et l'utilité sont plus ou moins discutable, c'est pas l'objet de ce journal.

L'idée qui me semble formidable, c'est la même chose avec du matériel libre, du logiciel libre, et tout le monde qui héberge tout le monde, avec temps de calcul et stockage partagé. On héberge son propre serveur email, redondant (une habitation typique a plusieurs radiateurs), et on a une sauvegarde chiffrée de ses mails distribuée dans les radiateurs de tous le monde. De manière analogue, on pourrait héberger une instance YaCy et contribuer à un moteur de recherche décentralisé. Pour finir, j'aimerais souligner la possibilité d'héberger une copie de la blockchain et de miner des crypto-monnaies. (Un troll? non, pas vu)

Bien entendu, il est actuellement possible de faire de l'auto-hébergement, avec un NAS, un Raspberry Pi ou un vieux PC. Mais configurer et héberger son serveur email avec de la redondance et des sauvegardes automatisées, c'est pas super simple, en atteste le journal sur le sujet qui est en cours de rédaction depuis 2014 :D. La perspective vraiment intéressante dans ce que fait Qarnot, c'est l'efficacité énergétique.

De nombreux lecteurs de linuxfr pratiquent probablement l'auto-hébergement. Est-il concevable d'utiliser cet auto-hébergement pour chauffer un logement en hiver et produire de l'eau chaude toute l'année?

  • # Métaux lourds

    Posté par (page perso) . Évalué à -3. Dernière modification le 21/01/18 à 10:03.

    Des composants électroniques qui chauffent, ça ne dégage pas des métaux lourds dans l'air ? Il y a toujours une odeur quand on allume un ordinateur, surtout les Apple qui ont une odeur particulière.
    Quand un composant grille, on peut le changer ?
    Par contre, ça m'a l'air d'être un gros mouchard bardé de capteurs ce radiateur.

    • [^] # Re: Métaux lourds

      Posté par . Évalué à 10.

      Ouh lààà, non, pas du tout!

      Faut se rendre compte de plusieurs choses:
      Les composants électroniques voient des températures de 300--400°C facilement pendant leur fabrication, y compris l'encapsulation de la puce dans le plastique. Quand on les soude sur une carte, on y met souvent un "underfill" (désolé je ne connais pas le terme en Français) pour protéger les connexions entre la puce et la carte, également à des températures bien plus élevées que la puce verra jamais en opération (sauf si tu laisses tout cramer, et je ne veux pas dire à 150°C, hein).

      Les métaux diffusent, c'est physique, mais à des taux tellement faible, même à 120°C, que tu ne seras jamais capable
      de les détecter en surface du boîtier (boîtier plastique moulé je veux dire).

      La raison pour laquelle "ça pue", c'est plutôt la poussière:
      La poussière va coller plus facilement sur une surface chaude. En utilisation, le ventilateur ne lui permet pas de se déposer, mais quand tu éteins ta machine, le ventilo s'arrête, mais les surfaces sont encore chaude.
      Ce que tu sens au démarrage, c'est que tu crames cet amas de poussières, et le ventilo expédie ce qui s'en dégage hors de la machine.

      Pour t'en convaincre, trouve n'importe quel système de chauffage qui utilise un élément chauffant et un ventilateur: ça pue au démarrage, pas besoin de composant électronique dedans.

      • [^] # Re: Métaux lourds

        Posté par . Évalué à 4.

        Pour l’odeur je pense qu’il faisait référence à cette odeur « d’électronique neuve ».

        • [^] # Re: Métaux lourds

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Oui, c'est ça, ou peut-être est-ce les plastiques, comme quand on achète une voiture neuve, ça sent terriblement mauvais pendant plusieurs semaines.

    • [^] # Re: Métaux lourds

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      L'odeur de pomme qui chauffe ça n'est pas désagréable et ça ne contient sûrement pas de métaux lourds …

      • [^] # Re: Métaux lourds

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Moi, Adam et Eve, le péché originel, j'y crois plus, parce que je suis pas un idiot : la pomme ça peut pas être mauvais, c'est plein de pectine.

        • [^] # Re: Métaux lourds

          Posté par . Évalué à 3.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Pomme

          Les pépins contiennent de l'amygdaline et des glycosides cyanogènes. Les graines avalées mâchées ou entières en petites quantités sont inoffensives. Un seul cas d'empoisonnement fatal au cyanure a été reporté chez un adulte

          • [^] # Re: Métaux lourds

            Posté par . Évalué à 6.

            Je pense que ce thread est une bonne illustration de pourquoi j'aime tant linuxfr.

  • # Je suis sceptique

    Posté par . Évalué à 10. Dernière modification le 21/01/18 à 10:18.

    Très franchement, je doute de l'efficience énergétique* de cette solution par rapport à celle, centralisée, des data-centers pour les services que tu évoques.

    * sans parler de l'efficience en matière de consommation de matières premières (métaux rares, etc…).

    Le chauffage collectif urbain tel qu'il existe déjà dans ma ville mais "alimenté" par des data-centers est une solution qui me paraît plus convaincante.

    Après l'idée d'un internet décentralisée / auto-hébergé est séduisante pour beaucoup d'entre nous mais c'est un autre sujet qui à mon avis à besoin d'autres arguments pour se justifier.

    • [^] # Re: Je suis sceptique

      Posté par . Évalué à 0.

      C'est certain que l'efficience énergétique et en matières premières n'est pas super. Mais presque tout le monde a un PC à la maison, qui consomme entre 50W (portable) et 300W (jeux). L'idée, c'est de récupérer l'énergie que dissipent ces engins.

      • [^] # Re: Je suis sceptique

        Posté par . Évalué à 10.

        Je ne comprends pas : tu veux récupérer l'énergie des PC "domestiques" existants ? Ça se fait tout seul sans quoi que ce soit d'autre en hiver pour le chauffage. En été, on ne récupère rien mais c'est aussi le cas d'un pc-radiateur.

        Plus je tourne le truc dans tous les sens, moins je comprends l'intérêt.

        • [^] # Re: Je suis sceptique

          Posté par . Évalué à 0.

          L'idée est générale, elle peut être utilisée pour du chauffage collectif à l'échelle d'une ville comme tu l'évoques. Mais également à plus petite échelle, simplement pour avoir de l'eau chaude.

          L'exemple du PC domestique, c'était pour les matières premières: les composants électroniques qui chauffent sont déjà chez nous. Un PC, ça produit de la chaleur mais ce n'est pas un bon radiateur. Les PC classiques ne sont pas conçus pour tourner à fond tout l'hiver. Et ils n'ont aucune inertie thermique. L'idée, c'est qu'on pourrait faire un PC qui est aussi un bon radiateur / chauffe-eau. J'ai jamais dit que c'était une bonne idée :D

          • [^] # Re: Je suis sceptique

            Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 21/01/18 à 13:26.

            Les PC classiques ne sont pas conçus pour tourner à fond tout l'hiver. Et ils n'ont aucune inertie thermique.

            Pas besoin d’inertie thermique si tu les laisses allumés en permanence. D’où la possibilité de récupérer la chaleur des DC pour un chauffage collectif (ça se fait déjà). Pour un seul PC je vois pas trop comment tu peux faire mieux pour récupérer la chaleur quand il s’éteint et tu vas pas chauffer un ballon d’eau chaude avec 300W (alors 30W…) ça serait pas rentable à mon avis vu l’« auto-décharge » du-dit ballon.

      • [^] # Re: Je suis sceptique

        Posté par . Évalué à 3.

        Quand ma CG tourne je récupère la chaleur dans la pièce où je suis et ça ne suffit absolument pas à chauffer réellement quoi que ce soit.

    • [^] # Re: Je suis sceptique

      Posté par . Évalué à 7.

      C'est ce que fait Stimergy : ils installent des datacentre plongé dans de l'huile pour aidée à chauffer de l'eau. Ils ont déjà installer leurs machines dans une piscine (pour aider au chauffage de l'eau de baignade) et dans plusieurs immeubles (pour préchauffer l'eau du chauffe-eau centrale).

      On peut aussi citer l'un des plus gros supercalculateurs européens SuperMUC qui utilise une partie de sa chaleur générée pour aider le chauffage de ville.

    • [^] # Re: Je suis sceptique

      Posté par . Évalué à 4.

      Le chauffage collectif urbain tel qu'il existe déjà dans ma ville mais "alimenté" par des data-centers est une solution qui me paraît plus convaincante.

      Dans un monde idéal, oui.

      Dans un monde non idéal où
      1.La plupart des logements existants n'ont pas prévu le chauffage collectif et les travaux pour l'ajouter seraient astronomiques
      2.Les besoins d'ajout de puissance de calcul sont incessants et l'emplacement des futurs datacenters ne sera pas non plus déterminé par les opportunités en chauffage collectif
      ça ne me paraît pas déconnant du tout!

      Puisque les ordinateurs seront construits, puisqu'il y a de grandes chances que la chaleur dissipée sera perdue, ça me semble être un bon compromis.

      Bon, par contre, que ça "reconnaisse" les gens à la maison et tout le reste, ça me fait plutôt flipper d'un point de vue vie privée…

    • [^] # Re: Je suis sceptique

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Accessoirement, il y a plein de contraintes qui rendent la chose beaucoup moins sexy :
      - hors de question d'avoir la moindre confiance dans l'hébergement chez n'importe qui : dans le meilleur des cas, les données sont publiques et on peut se contenter de refaire plein de fois le même calcul (et on prend le résultat de la majorité, mais là il n'y a rien de neuf vu que SETI@home fait ça depuis 20 ans au moins), dans le pire des cas, … bah on ne veut surtout pas que les données soient en clair, et c'est rare de pouvoir travailler sur des données chiffrées : que fait-on dans ce cas-là ?
      - les data-center, en plus d'apporter plein de puissance de calcul ont d'autres qualités, notamment la bande-passante et la latence : je ne suis pas sûr que ça puisse être remplacé facilement.

      • [^] # Re: Je suis sceptique

        Posté par . Évalué à 1.

        Il ne s'agit pas forcément de remplacer les data-centers (je n'y crois pas moi non plus) mais une (petite ?) partie des tâches qui ne nécessitent pas une grosse bande passante, une faible latence, un haut niveau de sûreté sur les données, etc…

        Dans le principe, ça ne me paraît pas idiot (je reviens sur ma première impression). L'avenir ne repose sans doute pas sur solution miracle mais sur une multitude de solutions qui prises séparément pourraient sembler dérisoires au point qu'on les rejette.

  • # Euhhh...

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Mais configurer et héberger son serveur email avec de la redondance et des sauvegardes automatisées, c'est pas super simple,

    J'aimerais qu'on m'explique en quoi faire tourner postfix dans un radiateur rend la chose plus facile.

    * Ils vendront Usenet^W les boites noires quand on aura fini de les remplir.

    • [^] # Re: Euhhh...

      Posté par . Évalué à 10.

      C'est pas plus facile, mais ça permet de garder tes courriels au chaud.

  • # et en été ?

    Posté par . Évalué à 7.

    En été, on fait quoi ? On met en route la clim pour compenser le chauffage du pc-radiateur ou bien on arrête celui-ci ?

    Si on arrête celui-ci, quid de l'auto-hébergement (dans l'idée de mathrack) ?

    • [^] # Re: et en été ?

      Posté par . Évalué à 0.

      En été, il tourne forcément au ralenti… Mais on a pas forcément d'avoir un robot qui indexe internet à la vitesse maximale tout le temps. Des services "vitaux" fonctionneraient tout le temps, quitte à tourner au ralenti. Et quand les conditions sont bonnes, tu fais tourner les services "bonus". Genre de l'indexation, du calcul scientifique, des rendu 3D, …

      • [^] # Re: et en été ?

        Posté par . Évalué à 2.

        Il n'y a pas d'usage saisonnier de l'informatique, contrairement au chauffage.

    • [^] # Re: et en été ?

      Posté par . Évalué à 4. Dernière modification le 21/01/18 à 13:31.

      Tu peux faire des PC qui ne soient pas de simple radiateurs rayonnants mais des machines thermiques réversibles, en été ça fait climatisation ! :)

      Je pense pas que ce soit valable, pour des histoires de rendement…

  • # ventes saisonnières

    Posté par . Évalué à 2.

    Mais du coup au printemps, quand l'hémisphère nord a déjà éteint ses chauffage et que la sud ne les a pas encore allumés, Qarnot n'aura rien à vendre.

    • [^] # Re: ventes saisonnières

      Posté par . Évalué à 5.

      Je cite leur FAQ:

      Les processeurs sur les Q.rads sont régulés pour atteindre la température choisie par l’utilisateur. Notre capacité de calcul est naturellement impactée par la saisonnalité. En utilisant des processeurs à une fréquence plus basse et en choisissant des sites de déploiement adaptés, Qarnot réussit à garder une capacité minimale de calcul toute l’année. De même, afin de pouvoir calculer toute l’année lorsque la demande est plus haute que la capacité déployée, Qarnot noue aussi des partenariats avec des data centers écologiques et développe des produits pour des sites ayant besoin de chaleur toute l’année (eau, agriculture).

      Qarnot computing noue des partenariats avec des centres de recherche publics et privés qui lancent régulièrement des programmes de recherche incluant du calcul qui peuvent durer jusqu’à plusieurs années, comme les programmes BOINC. Ainsi, les Q.rads auront toujours des calculs utiles à exécuter lorsque les utilisateurs des Q.rads ont besoin de plus de chaleur.

    • [^] # Re: ventes saisonnières

      Posté par . Évalué à 5.

      L'hémisphère nord, ce n'est pas juste la France.
      Viens faire un tour au Québec et essaie donc d'éteindre le chauffage au mois d'avril (un indice: ça fait 3ans que je suis arrivé, et il a toujours neigé au moins une fois en Avril).

      Je suppose qu'il y a des équivalents dans l'hémisphère sud, où au mois d'avril ça commence à refroidir.
      Maintenant, on sait aussi que la différence de développement économique veut dire que la capacité installée ne sera peut-être pas la même, mais si Quarnot vend du temps de calcul à la demande, peut-être qu'ils intègrent aussi dans leur modèle des revenus variables au cours de l'année.

      • [^] # Re: ventes saisonnières

        Posté par . Évalué à 1.

        Même en restant dans l'Hexagone le chauffage reste longtemps en route dans le Centre ou le Nord-Ouest. Bien entendu ça dépend de l'isolation et de la densité de population mais il n'est pas rare de devoir rallumer le chauffage en Septembre, ne serait-ce qu'en appoint pour la nuit ou pour éviter l'installation de l'humidité.

  • # Caves

    Posté par . Évalué à 5.

    Remplacer des chauffages au gaz serait un non-sens d’un point de vue de l'efficacité énergétique et les chauffages électriques sont de plus en plus des chauffages d'appoint allumés par intermittence. Louer des caves d'immeubles pour y installer des mini data-center fédérés me semble plus pertinent techniquement. Reste le problème des saisons et demi-saisons à gérer. Et là on revient au chauffage urbain (eau chaude) qui a besoin de sources d’énergies et qui fonctionne toute l'année.

  • # Ca chauffe mais pas assez...

    Posté par . Évalué à 1.

    Pour moi l'idée d'un internet décentralisé me séduit, et il est certains que récupérer la chaleur des datacenters est une évidence. C'est effectivement ce qui est déjà fait parfois fait pour des réseau de chauffage urbain. Mais la seul chose qui soit utilisé toute l'année c'est le chauffe eau pour l'eau chaude, c'est donc la que c'est le plus intéressant. Un problème interviens à mon sens : une eau chaude doit être au minimum à 60°C et pour obtenir cette température il faut au moins une température possesseur bien supérieur (au moins 20°C pour que la monté en température de l'eau soit assez rapide et le refroidissement du processeur efficace). Mais un processeur ne monte pas toujours a plus de 60°C et sa température maximum idéale de fonctionnement est de l'ordre de 80°C (avec au delà un risque d'usure accéléré) même s"'il peut supporter temporairement plus de 100°C.
    Pour conclure c'est intéressant, mais cela demande en complément un système classique de chauffe pour assurer une bonne température d'où un surcoût qui s'ajoute au surcoût de maintenance en plus de conditions d'accessibilité et d'accès internet…

    • [^] # Re: Ca chauffe mais pas assez...

      Posté par . Évalué à 4.

      (au moins 20°C pour que la monté en température de l'eau soit assez rapide et le refroidissement du processeur efficace).

      La taille du ballon d’eau chaude va jouer aussi ;)

      Donc même avec un PC de gamer en jouant 24h sur 24h au jeu le plus gourmand en CPU/GPU qui existe tu chaufferas pas ton ballon d’eau chaude… Ce qui est bien, puisque en jouant 24/24 tu ne pourras de toute façon pas de te laver !

      Un chauffe-eau qui fait moins de 2000W ça court pas les rues…

      https://chauffe-eau.ooreka.fr/comprendre/puissance-chauffe-eau

      • [^] # Re: Ca chauffe mais pas assez...

        Posté par . Évalué à 2.

        Mais peut-être que ça cours les toits (enfin, si on ne considère que les watts électriques, bien sûr, et que l'on oublie qu'un chauffe-eau n'a pas de jambes ni de pattes)?

        • [^] # Re: Ca chauffe mais pas assez...

          Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 23/01/18 à 00:36.

          Ah oui, un chauffe-eau solaire ça marche très bien. Ça « transforme » je crois 60% de l’énergie solaire, ça fait dans les 600W par m² quand il y a du soleil. Là on peut chauffer de l’eau :) Mais on est plus trop sur la même idée…

          • [^] # Re: Ca chauffe mais pas assez...

            Posté par . Évalué à 4.

            Tiens, j'ai dit une connerie. Les chauffe-eau de moins de 2000W qui courent les rues, ça existe, je crois qu'on appelle ça des joggers, mais je t'avoue que j'ai pas trop envie d'utiliser l'eau chaude qui en résulte :)

            Blague à part, en effet, les chauffe-eau solaire ça marche bien, me souviens être parti au mois d'août en camion faire du parapente avec mon frangin dans son camion, et la douche solaire qu'il avait nous permettais d'avoir de l'eau tiède (en normandie, je précise) au crépuscule quand on rentrait de l'école (de parapente). Plutôt impressionnant, vu que ça se faisait en moins de 2H, l'air de rien.

            Pour ce qui est de l'idée, je vais être honnête: utiliser des CPUs en guise de chauffage, ça me paraît fondamentalement stupide, si c'est vendu comme un usage qui ne nécessite aucune adaptation de l'infra.
            Si faut adapter l'infra, alors, pourquoi pas: j'ai bien l'intention de m'acheter une maison, et de déporter les appareils consommateurs d'énergie «à l'endroit le plus bas et le plus central», même si l'impact sera hyper faible (et si c'est méchamment approximatif d'un truc optimal). Par contre, mettre les radiateurs près des fenêtres comme c'est le cas de nos jours et faire chauffer des CPUs avec du calcul… comment dire… plutôt que faire des calculs à la con «utiles», commençons par réduire le chemin fait par les informations via des caches ou je ne sais quoi… mais dans ce cas on s'expose à d'autres problèmes, le tout étant de toute façon insoluble si on cherche une solution parfaite: il faudra bien un compromis, et celui de chauffer en dispatchant le calcul me paraît pas franchement le plus rentable écologiquement parlant.

      • [^] # Re: Ca chauffe mais pas assez...

        Posté par . Évalué à 0.

        On ne parle pas de ton CPU/GPU mais de 2 ou 3 serveurs utilisé par d'autres entreprises mettraient chez toi pour chauffer ton ballon d'eau chaude.

        • [^] # Re: Ca chauffe mais pas assez...

          Posté par . Évalué à 1.

          Avec les prix de la DDR4 et des cartes graphiques qui ne baissent pas et la lente amélioration des IPC des CPU Intel (plombé par Spectre et Meltdown), beaucoup de joueurs et de créatifs sont encore sur des configurations de type AMD FX ou i7 et Xeon de plus de six ans qui chauffent beaucoup, surtout quand c'est overclocké.
          Pas de quoi tourner à 100% sauf si on fait du rendu 3D, de l'encodage vidéo, du BOINC ou du minage de crypto.

          Dans tous les cas, comme tu l'as dit précédemment c'est pas ça qui va chauffer ton ballon d'eau chaude. Et pour le chauffage il y a des solutions beaucoup plus économes en ressources.

        • [^] # Re: Ca chauffe mais pas assez...

          Posté par . Évalué à 3.

          Du coup, c’est encore plus utopique comme idée :)

  • # Qarnot vous propose un crypto-radiateur!

    Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 09/03/18 à 14:25.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.