Journal Qu'allons nous devenir sans insectes polinisateurs ?

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
15
20
sept.
2008
On en parle comme d"un sujet assez secondaire, mais un grande catastrophe serait bien en passe de se profiler à l'horizon : partout dans le monde on assiste à une surmortalité des abeilles, comme en rend compte Dennis van Engelsdorp[1], chercheur en agronomie à l'université de Pennsylvanie.
On assiste à une surmortalité de 30% par rapport à la normale, chaque années.

Rappelons que 80 % des plantes, et le même pourcentage de plante alimentaires nécessitent des polinisateurs, dont les abeilles fournissent les gros bataillons des 100 000 espèces qui remplissent ce rôle.

J'ai personnellement assisté ces dernières années à des manifestations extrêmement inquiétantes : j'ai vu des jardins fruitiés sans aucun fruit, et de nombreuses ruches que j'ai toujours vu en activité désespérement vide.
Mon grand père, qui fut apiculteur (amateur) pendant très longtemps, m'a affirmé ne jamais avoir vu en 70 ans une situation aussi critiques. Ses ruches qu'il a confié à un apiculteur plus fringant sont quasiment toutes mortes, sans avoir fait faute de les mal surveiller.
Les reproductions deviennent de plus en plus difficile...

Si la situation perdure, les conséquences sur notre société seront extrêmement grave !
Peut-être qu'avec quelques millions de morts, une sous-nutrition chronique, même dans les pays développés, on comprendra qu'il faudrait peut être cesser de mettre des pesticides partout ?

Devra t-on se mettre faire des abeilles OGM résistantes aux pesticides (de Monsanto, évidemment) ?

[1] http://www.lemonde.fr/sciences-et-environnement/article/2008(...)
  • # Lire les articles

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    >>> Peut-être qu'avec quelques millions de morts, une sous-nutrition chronique, même dans les pays développés, on comprendra qu'il faudrait peut être cesser de mettre des pesticides partout ?

    Sauf que tu racontes un peu n'importe quoi. L'article dont tu donnes le lien explique bien que les scientifiques ne savent pas quelle est la cause de la surmortalité des abeilles.
    Je te colle un extrait :

    "Question : Y a-t-il aux Etats-Unis un débat sur les pesticides et leur implication dans le déclin des abeilles ?

    Oui. L'une de nos priorités est d'ailleurs d'analyser les résidus de pesticides dans les ruches. Mais quand nous relevons des échantillons dans les ruches, atteintes ou non par le CCD (Syndrome d'effondrement des colonies) , nous ne trouvons pas de traces conséquentes de résidus chimiques. Cependant, il n'est pas exclu que les pesticides aient des effets sublétaux plusieurs semaines après l'exposition, provoquant par exemple un affaiblissement du système immunitaire des insectes.

    Question : Et les ondes électromagnétiques émises par les antennes-relais ou encore les cultures génétiquement modifiées...

    Réponse : Les auteurs de la seule publication suggérant un lien éventuel avec la téléphonie mobile se sont rétractés. Quant aux endroits aux Etats-Unis où il y a le plus de cultures de maïs Bt, ils ne correspondent pas aux zones où les plus fortes mortalités sont relevées (...) En l'état des connaissances, on ne peut qu'attribuer le déclin des abeilles à un ensemble de causes, et non à une en particulier."

    Donc ta gueulante sur les pesticides est un tantinet bizarre non ?
    • [^] # Re: Lire les articles

      Posté par . Évalué à 3.

      En fait, je me demande si c'est lié (directement ou pas) à l'activité humaine. On a tendance à penser que nous sommes responsables de la plupart des calamités, réchauffement climatique, désertification etc etc ...

      Mais si pour une fois la cause était naturelle ? J'en frémis. Parce que si c'est lié à l'activité humaine, alors on a peut être une chance d'arrêter les frais en stopant/modifiant l'activité responsable, mais dans le cas contraire, on fait quoi ?
      • [^] # Re: Lire les articles

        Posté par . Évalué à -1.

        Si la cause est naturel, c'est qu'on a pas de chance.
        Les abeilles sont là depuis des millions d'années.

        Pour quelque chose qui existe depuis la nuit des temps cesse d'exister en quelques années, c'est quelque chose à changer.

        A part l'action de l'homme je vois pas.
        • [^] # Re: Lire les articles

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Même à -30% par an de perte par an (ce qui est même pas encore clairement vérifié), elles ne seront considérées disparues que dans quelques décénies, et elles peuvent tres bien avoir presque disqparu avec seulement un millions d'individu pour se redeveloper après. C'est ca qui est bien avec la nature, c'est pas monotone, ca change dans tous les sens tout le temps.
        • [^] # Re: Lire les articles

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Et les dinosaures, c'était l'action de l'homme ?

          Et puis de toute façon, l'homme étant naturel, même si l'homme est responsable, la disparition sera quand même naturel.

          Voiloir empêcher l'homme de tuer les abeilles, c'est aller contre la nature.
          • [^] # Re: Lire les articles

            Posté par (page perso) . Évalué à 9.

            L'autre jour, mon voisin faisait trop de bruit. Alors je l'ai tué. Quand les flics sont venus me voir, je leur ai dit qu'il était décédé de mort naturelle.
    • [^] # Re: Lire les articles

      Posté par . Évalué à 10.

      C'est les extra-terrestres qui sont responsables. C'est mon gourou qui me l'a dit.
      Sérieusement, plutôt que de s'envoyer des buissons de ronces, il serait plus judicieux de se demander ce qui peut être la cause (et c'est probablement là que se trouve le problème, car il serait surprenant que la cause soit unique) de ce phénomène. Il n'y a pas que les abeilles, les moineaux aussi entr'autres. Quand on retrouve 8 à 10 résidus de pesticides sur certains légumes de consommation courante au niveau de la distribution on est en droit de se poser des questions sur les méthodes de production actuelles. Et les nouveaux règlements européens, s'ils améliorent la situation des nouveaux entrants, sont une régression pour tous les autres. Un poison reste un poison, et ce n'est pas parce qu'on est gros et que la dose létale est importante que les petites doses sont sans effet.
    • [^] # Re: Lire les articles

      Posté par . Évalué à 6.

      « les scientifiques ne savent pas quelle est la cause de la surmortalité des abeilles. »
      Et au final, je crois qu'on peut tout résumer dans cette phrase pour le moment.
    • [^] # Re: Lire les articles

      Posté par . Évalué à 1.

      personnellement ce que je vois aussi, c'est l'absence de mouche, etant plus jeune c'etait une vrai plaie ! maintenant quand j'en voie une chez moi je la fait sortir gentiment (plutot que la tapette a mouche)

      pareil pour les moustiques, et autre bestioles et surtout les fameux arbre a papillon qui n'ont pas de pappillon. par contre maintenant j'ai des gros scarabé de 8 cm de long 3 de large bien noir avec de grosse antenne, et quand tu les attrape cela fait, grrzzz grzzz grzzzz et tu vois clairement leur cros vouloir te chopper la main. beurk

      la prochaine fois je le film
      • [^] # Re: Lire les articles

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Va faire un tour en Laponie ou en Alaska si les moustiques te manquent, je t'assure qu'ils n'ont pas de problèmes de sous-population dans le coin...
      • [^] # Re: Lire les articles

        Posté par . Évalué à 8.

        8 cm ? Ca ne serait pas un lucane ? [1]

        Et si tu vois des petits crochets, c'est probablement une femelle (mais 8cm, c'est très gros, pour une femelle) ; avec leurs bois, les mâles [2] sont autrement plus impressionnants...

        La première fois que j'en ai vu un, il faisait 11cm de long (donc, parmis les plus gros qu'on puisse trouver)... et ça vole, aussi ; d'ailleurs, j'ai un peu halluciné, sur le coup.

        C'était un soir de canicule, et je n'arrêtais pas d'entendre des insectes se cramer sur le plafonnier... aussi ne me suis-je pas inquiété quand j'ai entendu ds petits coups sourds taper contre les persiennes des volets.

        Jusqu'à ce que j'entende un gros (des ailes en carapaces, ça fait un sacré boucan) BRZRZRZRZRZRZ-CLACLACLAC-BRZRZRZRZRZRZ derrière moi, et me retourne pour voir une espèce de scarabée volant avec des pinces géantes qui claquent... sur le coup, je me suis dit que c'était encore un truc ramené d'on ne sait où dans des cartons de marchandise, et j'ai déclaré la guerre chimique : utilisation massive d'insecticide en bombe.

        Le lendemain, il n'était toujours pas crevé (même s'il n'était plus très vaillant : mais comme ça ne vit pas très longtemps, une fois passé le stade de la larve, pas dit que ce soit à cause de l'insecticide) ; là où j'ai commencé à chercher ce que c'était sur le net, c'est après qu'il soit toujours vivant, même en se faisant couper en deux par quelques coups de tournevis (putain de solide, la carapace).

        En fait, c'est le plus gros coléoptère d'Europe ; et c'est une espèce protégée (promis, je n'ai pas tué les suivants que j'ai vus)...

        Si ils disparaissaient, avant, c'est parce qu'on évacuait les souches mortes des bois, parce que les bobos en goguette trouvent ça sâle... et que c'est ce dont ils se nourissent... mais en effet, on en voit de plus en plus.

        Par contre, gaffe aux crochets de la femelle (ou de la larve [3] ... même s'il y a peu de chance d'en trouver, vu qu'elles sont dans les souches de bois mort, ou sous terre)... il paraît que si elle serrent et que tu les butes, il y a des chances de devoir inciser ta chair pour les enlever (de ce qu'on m'a dit)... pour les mâles, aucun risque : leur bois sont trop lourds pour faire mal. M'enfin, du coup, quand j'en trouve, je les remets délicatement dehors, après les avoir coincés dans un petit carton.

        Si tu en vois près de chez toi, il y a de fortes chances que tu n'habites pas très loin d'un bois où en on trouve, et où on laisse les souches mortes en place, pour les protéger.



        [1] http://www.fond-ecran-image.com/galerie-membre,scarabee,phot(...)
        [2] http://pagesperso-orange.fr/bernard.langellier/invertebres/l(...)
        [3] http://mcburns.chez-alice.fr/geraudot/lucane.htm
    • [^] # Re: Lire les articles

      Posté par . Évalué à 6.

      « Donc ta gueulante sur les pesticides est un tantinet bizarre non ? »

      Ça change des gueulantes sur le Wifi/GSM, ceci dit.

      Même si je suis sûr qu'Ontologia n'a pas besoin qu'on le lui rappelle, étant lui même "du métier", il ne faut pas confondre corrélation et causation. Si on comparait l'augmentation de la copie de musique sur Internet et la diminution de la quantité d'abeilles, on trouverait sans aucun doute une corrélation sur ces vingt dernières années.

      Évidemment, intuitivement les pesticides ont plus de chance d'être la cause, mais l'intuition n'a pas valeur de preuve.
  • # hmmm

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    d'après ce sondage https://linuxfr.org/poll/send,151.html
    nous devrions avoir quelques réponses circonstanciées (j'ai noté au moins 2 intervenants concernés si ce n'est plus, ça fait 102 biologistes au plus)
    • [^] # Re: hmmm

      Posté par . Évalué à 1.

      On m'appelle ? :p
    • [^] # Re: hmmm

      Posté par . Évalué à 1.

      En espérant que les extra-terrestres sus-cités ne les ont pas déjà fait disparaître :/
  • # Pas grave...

    Posté par . Évalué à 7.

    On trouvera bien un moyen de polliniser nous même, et en plus ça fera baisser le chômage en créant de nouveaux emplois !!
    • [^] # Re: Pas grave...

      Posté par . Évalué à 6.

      oui et puis le miel, on s'en moque un peu, du moment qu'on trouve toujours du sucre (de betteraves ou cannes à sucre ogm) pour mettre dans le coca cola...

      désolé, pas le coeur de mettre un smiley souriant :(

      Only wimps use tape backup: real men just upload their important stuff on megaupload, and let the rest of the world ~~mirror~~ link to it

      • [^] # Re: Pas grave...

        Posté par . Évalué à 2.

        Pour le Coca, t'inquiete pas: les americains ont deja trouve un substitut degueu: le sirop de mais! Eh oui, c'est comme ca que le Coca que tu achetes aux Etats-Unis est le plus mauvais du monde... A moins d'en prendre importé du Mexique, avec du sucre de canne dedans !
    • [^] # Re: Pas grave...

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      • [^] # Re: Pas grave...

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Et je ne serais pas étonné d'apprendre qu'ils continuent d'utiliser en masse des pesticides.
      • [^] # Re: Pas grave...

        Posté par . Évalué à 2.

        Ah ben si on le fait bien en Chine…
        (Bientôt Kyo à la défense des pesticides/relais GSM/extraterrestres ?)
        • [^] # Re: Pas grave...

          Posté par . Évalué à 1.

          Mais à la fin du reportage, le chinois explique que si les salaires continuent d'augmenter en Chine, ils ne pourront pas continuer.

          Donc, c'est pas la solution.
  • # Donc en fait..

    Posté par . Évalué à 10.

    Ca va provoquer un trou noir, c'est ça ?
  • # Et en plus on les massacre !

    Posté par . Évalué à 5.

    Le dernier essaim d'abeille "sauvage" que j'ai vu a été massacré à la poudre insecticide :-(

    Les pompier ne se déplacent plus pour des essaim "sauvages" et ne font pas non plus appel à un apiculteur pour lui indiquer un bon plan.
    • [^] # Re: Et en plus on les massacre !

      Posté par . Évalué à 10.

      « Les pompier ne se déplacent plus pour des essaim "sauvages" et ne font pas non plus appel à un apiculteur pour lui indiquer un bon plan. »
      Les apiculteurs professionnels (qui tentent de vivre de l'exploitation de leurs ruchent) refusent en général ce genre de propositions car elles sont en fait tout, sauf un bon plan.
      Pourquoi ? C'est assez simple d'un pur point de vue sanitaire : on ne connaît pas l'état de la colonie, les éventuelles maladies qu'elle trimballe, l'âge de la reine, etc. Et qu'une ruche malade risque de contaminer celles de son propre cheptel, qu'on tente de garder dans un bon état sanitaire. Et si malgré tout on accepte de prendre le risque, cela demande souvent du travail et des précautions supplémentaire qui finissent par rendre l'opération peu rentable.

      Pour un type qui a moins d'une cinquantaine de ruches et fait ça pour son agrément, alors oui, ça peut se faire…

      D'ailleurs, un conseil comme ça, puisque je l'ai déjà vu : si vous demandez à un apiculteur pro de vous débarasser d'un essaim qui traîne chez vous, ne le lui faites pas payer sous prétexte que ça a pour lui une certaine valeur (déjà toute relative, comme expliquée ci-dessus). En effet, les essaims se vendent cher (disons environ 150€), mais à condition de connaître leur état sanitaire, l'âge de la reine, qu'il y ait du couvain, etc. Sinon c'est de la merde.
      C'est au mieux un service rendu qui arrange les deux parties. Et si je peux me faire offrir un pot après ça, ce ne sera pas de refus. ;)
      • [^] # Re: Et en plus on les massacre !

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Par contre, un apiculteur amateur (comme mon père) sera ravi de vous en débarrasser. Les pompiers l'appellent régulièrement et comme l'article le dit, le décès des abeilles étant très courant, il a besoin de remplir ses ruches avec de la chaire fraîche.

        Dans le fond, c'est super inquiétant. Qui peut remplacer le travail de pollinisation effectué par les abeilles ?
    • [^] # Re: Et en plus on les massacre !

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Surtout que dans un essaim, c'est une vieille reine. La jeune reine a chassé la vieille qui est partie avec quelques dizaines de milliers d'abeilles.
      • [^] # Re: Et en plus on les massacre !

        Posté par . Évalué à 4.

        En fait, si ton affirmation est exacte, ce n'est pas toujours totalement vrai.

        En effet, on peut constater dans certaines conditions particulières (miellée, météo, saison, etc.) des séries d'essaims dit « secondaires » qui succèdent à ce phénomène d'essaim primaire. Ainsi, une même année, il peut arriver qu'une même ruche fasse ensuite essaimer une à deux reines jeunes après cette « vieille reine ». Exceptionellement trois ou quatre (jamais vu, mais il paraît).
        Il peut donc, certaines années, y avoir plus d'essaims avec des reines jeunes que d'essaimes avec de vieilles reines. Mais on s'en rend en général compte car ces essaims « secondaires » apparaissent relativement tard en saison.

        Bien entendu, en tant qu'apiculteurs, nous avons tout intérêt à ce que nos ruches n'essaiment pas d'elles même, car ce phénomène implique une perte sèche en abeilles, et donc en production de miel. Une ruche qui essaime ainsi perd en effet environ quinze jours de productivité, ce qui est énorme lorsque le phénomène se produit en période de miellée.
        Diverses techniques existent afin d'éviter ceci, mais la principale consiste à « tirer » artificiellement des essaims avant la grosse période de miellée, ce qui permet par ailleurs de renouveller le cheptel décédé pendant l'hiver.
  • # Bon bon bon…

    Posté par . Évalué à 10.

    En effet, mon truc de base, c'est plutôt les abeilles que les lignes de codes…

    Cela fait bientôt cinq ans que je suis apiculteur à mon compte avec près de trois-cent ruches, et mon père l'a été avant moi pendant près de vingt ans.

    Alors il est un peu tard et j'ai carrément la flemme de faire une réponse complète, circonstancée, toussaaa, et je risque donc de faire des raccourcis rapides et des approximations grossières, mais ça évitera déjà peut-être que quelques grosses bêtises soient dites.


    * Il y a déjà une quarantaine d'années, il a déjà été question, en France, de disparitions de colonies massives et inexpliquées. Le petit nom à la mode actuelle est « syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles », à l'époque, on en parlait sous le nom de « maladie de la disparition ». Deux noms qui veulent bien dire ce qu'ils signifient : on sait comment ça se termine, mais pas d'où ça vient. Au bout de quelques années, plus personne n'en parlait, plus personne ne le constatait. À peu près tout le monde a oublié ces faits. À ce demander même s'ils ont réellement existés.
    * S'il est assez aisé de diagnostiquer un certain nombre d'infections, de maladies, de mycoses, ou d'accidents divers sur les ruches, le fait est que, souvent, on ne sait pas pourquoi une ruche se porte plus ou moins bien.
    * Les agriculteurs se plaignent toujours, et les apiculteurs pas moins que les autres, que ce soit à tort ou à raison.
    * Les apiculteurs plus que d'autres branches de l'agriculture vivent et professent plus le « bio » et ont donc tendance à tomber plus facilement sur tout ce qui semble s'éloigner de la nature, et bien évidemment sur les pesticides en premier. Souvent à raison, certes… Mais comme je l'ai dit plus haut, souvent, on ne sait juste pas quoi accuser. Alors dire « c'est les pesticides », c'est très facile. De manière très parlante, jusqu'à il y a une quinzaine d'années, les dommages aux ruches dus au pesticides étaient remboursés par les assurances. il y a eu tellement d'abus que ce n'est plus le cas.
    * J'ai en effet moi-même constaté une surmortalité ces deux derniers hivers (disons environ plutôt 35% que les 20% habituels). En partie, je sais pourquoi et c'était ma faute (pas bien), mais ça n'explique pas tout.
    * Cela peut mettre un certain nombre d'apiculteurs dans des situations financières difficiles. J'en suis. Dans la mesure où les assurances ne remboursent plus, il est presque plus aisé de faire bouger du média pour faire bouger des administrations pour toucher des indemnités. Mais si on n'en connaît pas les raisons, tout le monde s'en fout. Il faut un bouc émissaire. Entre la mode bio et les penchants apicoles faciles sus-cités, ça va vite : les boucs émissaires sont immédiatement désignés : les pesticides (encore une fois, c'est sûr, c'est mal et c'est en effet souvent source de problèmes… des problèmes qu'on sait cependant en général reconnaître).
    * En France, l'apiculture professionnelle pratiquée pour la polinisation est marginale. Les apiculteurs la pratiquant se regroupent pour éviter les zones à risques et faire des « listes noires » d'agriculteurs abusant des pesticides.
    * Des conditions météorologiques (et pas climatiques, merci de faire la nuance) mauvaises et répétées pendant plusieurs années en particulier sur les zones apicoles sont aussi sources de problèmes, ce qui peut poser des problèmes en apparence inédits, ou en tout cas peu habituels. Mais c'est une cible moins facile que les pesticides.
    * Je ne sais pas du tout comment ça se passe aux USA.
    * Et plein d'autres trucs, mais là je fatigue…
    • [^] # Re: Bon bon bon…

      Posté par . Évalué à -2.

      Je crois que tu as oublié le bourdon tueur d'abeilles importé d'asie par les fabricants de pesticide manipulés par les extraterrestres à coup d'ondes GSM?
      • [^] # Re: Bon bon bon…

        Posté par . Évalué à 8.

        Il y a en effet un « bourdon tueur d'abeilles » qui fait parler de lui, que je n'ai cependant absolument jamais vu, et dont les dommages me semblent a priori (très) fortement exagérés. mais je peux me tromper.
    • [^] # Re: Bon bon bon…

      Posté par . Évalué à 1.

      pout ta deuxieme *, sans vouloir faire de l'Anthropomorphisme, j'emet une hypotese les abeilles vivent en société. si le 'moral' de la ruche baisse ou si les condition de nourriture ne sont pas favorable, les abeilles se sacrifie en ne mangeant pas. ou se laisse mourrir.

      tu peux voir si l'estomac des abeille mortes sont rempli ?

      sinon il y a les ouvrieres et la reine, peut etre que les abeille qui indique les champs de fleurs sont aussi une classe a part, et que si il n'y en a pas impossible pour la ruche de trouver facilement les bons coins. il y aurait une reine, des ouvriere, et des eclaireurs.

      enfin bref :) ce ne sont que des supputations
      • [^] # Re: Bon bon bon…

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        > les abeilles vivent en société. si le 'moral' de la ruche baisse ...

        Tu voudrais attribuer la cause à une famille de petites reines nerveuses et arrivistes qui ne sont attirées que par le brillant ?

        Adhérer à l'April, ça vous tente ?

      • [^] # Re: Bon bon bon…

        Posté par . Évalué à 10.

        Tu devrais écrire des livres, toi. Je peux déjà te proposer des idées pour les trois premiers tomes : Les abeilles, Le jour des abeilles et La révolution des abeilles.
      • [^] # Re: Bon bon bon…

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        > si les condition de nourriture ne sont pas favorable, les abeilles se sacrifie en ne mangeant pas. ou se laisse mourrir.

        Tu sais quoi ? C'est déjà le cas. L'hiver, une bonne partie des abeilles meurt, de froid, de faim... pour sauver le reste de la colonie.

        > sinon il y a les ouvrieres et la reine, peut etre que les abeille qui indique les champs de fleurs sont aussi une classe a part, et que si il n'y en a pas impossible pour la ruche de trouver facilement les bons coins. il y aurait une reine, des ouvriere, et des eclaireurs.

        Ce n'est pas tout à fait comme cela que cela se passe. En fait, la découverte d'un nouveau bon coin est la plupart du temps le fruit du hasard. En fait une ouvrière suit le chemin (direction,distance) décrit par une de ses congénères (dans du huit pour ceux qui connaissent) et tente de trouver le bon coin. Si elle se trompe (mauvaise distance, mauvaise direction), elle peut, par chance, trouver un autre bon coin, qu'elle décrira aux autres, ...

        > enfin bref :) ce ne sont que des supputations

        on va appeler ça comme ça, si tu veux!
    • [^] # Re: Bon bon bon…

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Je suis désolé mais je vais demander que ton compte soit immédiatement banni de ce site, au moins les vendredi.

      Un message d'une personne qui connait bien le milieu, qui est informatif, qui admet sa non-connaissance de certaines choses, qui n'est pas manichéen, désolé, mais ça ne colle pas du tout avec l'esprit du site.

      Normalement, ce thread ne devrait être qu'une suite de messages de geeks pour qui la connaissance = wikipedia et qui assène sa vérité avec force et fracas sans aucune volonté de changer d'avis ni même de lire celui des autres.

      Tu as de la chance qu'on n'est pas vendredi parce que ce genre de message est inacceptable.
      • [^] # Re: Bon bon bon…

        Posté par . Évalué à 4.

        <Appel à l'aide égoiste>
        Au secours !

        J'ai fait l'acquisition de deux ruches en mai, que j'ai mis au fond du jardin de mes parents. Ce sont apparemment des abeilles noires (je suis dans le Var).
        Je les ai visité ce week-end, et c'est pas la fête ! L'une des deux semble à peu près en forme, la ruche est assez lourde, il y a du couvain, un peu de miel et du pollen. Mais j'ai bien peur que la ruche n'ait pas assez de réserves pour passer l'hiver : Un cadre sur les 9 est complètement vide et les autres ne sont que partiellement utilisés.
        La seconde c'est la cata ! : plusieurs cadres vides, la ruche est beaucoup plus légère, encore moins de miel sur les autres cadres.

        Dans les deux cas les abeilles sont très calmes quand je visite, elles restent accrochées sur les cadres et ne piquent pratiquement jamais.
        Les deux reines d'origines sont encore là. (marque rouge, par contre je ne les trouve pas plus grandes que les ouvrières !?)

        On m'avait prévenu que la(les) premières années il ne fallait pas que j'espère récolter grand chose, mais là j'ai très peur de perdre mes ruches et j'y suis attaché à mes petites bêtes.

        Peut être qu'en plus d'un manque de fleurs dans la région je ne les ai pas bien placé (une partie de la journée à l'ombre).

        Âme charitable ayant la connaissance des mouches à miel, je me tourne vers toi et te supplie de m'apporter conseils et solutions ! (ou pas)

        Bonne journée à tous !
        • [^] # Re: Bon bon bon…

          Posté par . Évalué à 10.

          Hihi.

          C'est assez difficile à dire comme ça.

          En tout cas, je vais commencer à te rassurer en partie : tout n'est pas perdu, loin de là.

          J'hivernais moi-même mes ruches dans le Var jusqu'à cette année (entre Cogolin et le Lavandou, essentiellement dans la forêt des Maures).
          Hors, comme tu dois le savoir, l'hiver arrive tard là en bas. C'est d'ailleurs pour ça qu'on les y emmène. ;)

          Bref… Suivant où sont tes ruches, après la période sèche de l'été, d'ici quelques courtes semaines, devraient arriver la miellée de lierre et de bruyère callune, ainsi que d'autres petites fleurs moins attractives. Ensuite, devrait (avec un peu de chance) succéder la miellée d'arbousier. Ces miellées sont normalement suffisantes pour remonter les colonies éprouvées par l'été dans le Var. Avec plus de chance, il est même possible de faire une petite production de callune ou d'arbousier. Chose que je te déconseille d'ailleurs :
          * le miel de callune est dit thixotropique (thixotropie), ce qui le rend difficile à extraire. Par ailleurs, son degré d'humidité est naturellement élevé (environ 21%), ce qui le rend plus fragile à la fermentation et donc moins facilement conservable.
          * le miel de lierre cristallise dans les cadres, ce qui le rend… juste impossible à extraire.
          * le miel d'arbousier pourrait être intérressant. Mais son goût est tellement… particulier que beaucoup de gens n'aiment pas du tout. Donc avant d'en délester ta ruche, assures-toi que tu aimes.
          * et si tu découvres, évite de prendre des « risques » (tous relatifs) cette année en leur piquant d'éventuelles provisions.
          En deux mots : il est normal que tes ruches soient moins jolies en ce moment qu'elles ne l'étaient à a fin du printemps, mais ça s'améliore à l'automne.

          Mais même malgré ça, qu'il y ait plusieurs cadres vides dans ta seconde ruche me paraît en effet un peu inquiétant, même s'il faudrait relativiser ça en fonction du modèle de la ruche, que tu ne me dis pas : Dadant ? Langstroth ? Autre chose ? En apiculture sédentaire, je te conseillerais les Dadant, mais je me doute que tu ne changera pas deux ruches que possèdes déjà.

          En tout état de cause, il m'est impossible de diagnostiquer quoi que ce soit avec ces informations.
          Je ne peux que te conseiller de jeter un coup d'œil sur quelques points de base :
          * le couvain est-il propre ou parsemé de trous ? > Ascosphérose ou autre maladie du couvain.
          * y a-t-il des espèces de petites écailles blanches au fond de cellules de couvain ? > Ascosphérose
          * y a-t-il des abeilles malformées (petite taille, ailes atrophiées) ? > Surinfestation de varroa (avec quoi le traites-tu d'ailleurs ?).
          * combien de cadres de couvain ? > Il se peut que la reine soit en fait trop vieille.
          * et tellement plein d'autres choses que ce serait trop long de les énumérer ainsi.

          Ceci dit, même si ça semble mal parti, il est tout à fait possible qu'elle se remette suffisamment en état pour passer l'hiver. Si jamais ce n'est pas le cas et que tu n'as pas réussi à diagnostiquer le problème, tu pourras toujours tenter de lui mettre un petit sac de candy en nourrissement.


          Sinon, je te conseillerais de monter à au moins cinq ruches si ça t'es possible ; ça te garantira de pouvoir toujours avoir assez de miel, et de renouveller plus facilement ton petit cheptel en cas de problème, d'accident, ou simplement par faute de temps diponible pour s'en occuper avec un maximum de soin.


          Tu as de la chance que tes abeilles soient calmes et qu'elles restent accrochées au cadre ; ce n'est pas la tendance naturelle des noires (pas de racisme là-dedans, c'est juste une race d'abeilles comme on utilise les « caucasiennes », les « italiennes », les « chinoises », les « carnioliennes », etc.). :p
          Tu ne les aurais pas ouvert alors qu'il faisait trop froid ? J'évite toujours d'ouvrir les ruches s'il fait moins de 20°C.


          Et pour répondre à Ploum ; j'ai justement profité de cette réponse pour corriger l'article de Wikipédia sur la thixotropie. Celui-ci affirmait que le miel de Bruyère avait cette propriété là, alors que ce n'est le cas que de celui de bruyère callune, et pas d celui de bruyère blanche.
          • [^] # Re: Bon bon bon…

            Posté par . Évalué à 3.

            Benjamin, un immense merci pour tes conseils et le temps que tu as pris pour répondre à mes questions.

            Je me rend bien compte qu'il est difficile de faire un diagnostique sur les quelques détails que j'ai donné. Mais tu me rassures quand même un peu :)

            Il s'agit de ruche Langstroth dans lequel l'apiculteur qui me les a vendu ne plaçait que 9 cadres (contre 10) pour faciliter les manipulations. Elles sont en ce moment à Rians, dans le Haut Var. J'ai la possibilité de les déplacer vers le Lavandou, mais sur une île : l'Ile du Levant, où se trouve énormément d'arbousier et où l'hiver est souvent plus doux que sur la côte. Comme l'affaire ne serra pas simple, je ne le ferais que si ça augmente sensiblement leurs chance de survie.

            le couvain est-il propre ou parsemé de trous ? : Je ne saurais pas répondre. J'arrive à identifier les cellules operculés de miel, ce que je pense être des cellules de pollen operculés et sur certains cadres je trouve des cellules ouvertes contenants des larves blanches. Mais pas de façon très concentré. Le plus simple serait de prendre en photo, mais je n'y ai pas accès dans les jours qui viennent.
            combien de cadres de couvain ? : Je n'ai pas vu de "cadre de couvain", juste des cellules ouvertes contenants des larves sur quelques cadres. Est ce que les cellules de couvains sont operculés à un moment de la croissance ? Auquel cas, je ne sais pas les reconnaître et je vais regarder sur internet.
            y a-t-il des espèces de petites écailles blanches au fond de cellules de couvain ? : Je n'ai pas regardé assez en détails.
            y a-t-il des abeilles malformées (petite taille, ailes atrophiées) ? : Je n'ai pas vu d'abeilles mal formées.

            J'ai fais plusieurs visite depuis leurs acquisition et les abeilles sont toujours très calmes : je le fais en général en fin de matinée ou en début d'après midi (je peux rarement être là à d'autre moments). Je ne crois pas que la température ait pu être de moins de 20° les jours de mes visites. En 4 ou 5 visites, je ne me suis fait piqué qu'une fois alors que je le fais en bermuda et tongs avec ma vareuse.

            Autre point : elles n'ont subit aucun traitement contre quoi que ce soit depuis juin. Elles ont peut être choppé un rhume.

            J'ai une grosse question pour toi : beaucoup de monde me dit qu'il est important que les ruches soient au soleil. Les miennes sont souvent à l'ombre. Est ce que je peux les déplacer de 3 mètres sans que ce soit le bordel ?

            Encore merci pour tes conseils :)

            Raph
            • [^] # Re: Bon bon bon…

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              > J'ai une grosse question pour toi : beaucoup de monde me dit qu'il est important que les ruches soient au soleil. Les miennes sont souvent à l'ombre. Est ce que je peux les déplacer de 3 mètres sans que ce soit le bordel ?

              ça ne posera pas de problème. Pense, à ceux qui font voyager leurs ruches vers différentes cultures!
              En revanche, pour la question de l'intérêt, je ne sais pas. J'y vois juste un intérêt : la température a l'intérieur de la ruche est plus facile s'il ne fait pas assez chaud!
              Pour le déplacement, fais le en fin de journée, quand le soleil est couché.
              • [^] # Re: Bon bon bon…

                Posté par . Évalué à 1.

                Ce n'est pas aussi simple :)
                D'après ce que d'autres apiculteurs m'ont expliqué, quand tu déplaces une ruche, il faut que ce soit au moins de X km (4 ou 5 je ne sais plus) sinon les abeilles vont chercher à retourner à leur ancien emplacement.
                Dans mon cas, je ne les bouge que de quelques mètres, mais j'ai peur que ça provoque beaucoup de dérive entre mes deux ruches.
                En fait, j'en sais rien :D

                Pour le coup de la température, plus la ruche reçoit de soleil le matin, plus les abeilles sortent tôt. Sinon elles font les feignasses et restent sous la couette. Mais je me demande si ça a vraiment beaucoup d'impact.
                • [^] # Re: Bon bon bon…

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  On (mon père - apiculteur amateur ayant une cinquantaine de ruches - et moi) n'a jamais rencontré le problème pour l'histoire de la recherche de l'ancien emplacement. Je ne dis pas qu'il n'existe pas mais ça me parait bizarre.
                  • [^] # Re: Bon bon bon…

                    Posté par . Évalué à 1.

                    D'accord, j'ai peu être mal compris ce qu'on m'expliquait :)
                  • [^] # Re: Bon bon bon…

                    Posté par . Évalué à 3.

                    Désolé, mais je vais devoir te contredire et aller exactement dans le même sens que Raphaël. :p

                    Une règle de base : une ruche, ça se déplace de plus de trois kilomètres au strict minimum, ou bien de moins de trente centimètres.
                    En dessous des trois kilomètres, toutes les abeilles risquent en effet de retourner à l'emplacement de leur ancienne ruche, et au dessus de trente centimètres, ça risque de créer des conflits et quelques pertes avec les abeilles qui vont tenter de retrouver leurs ruches (et se tromper).

                    Après… En fonction de la saison, de la miellée, du temps, etc., ce problème peut être gommé, mais il existe quand-même.

                    En tout état de cause, il vaut mieux éviter, et en tout cas surtout pas en ce moment où les conditions s'y prêtent mal. Au printemps, ça doit être faisable (moins de deux mètres) si elles sont en bonne santé toutes les deux, mais très franchement, je ne le ferais pas moi-même.


                    Et… sinon oui, l'exposition au soleil peut jouer, surtout aux abords de l'hiver (fin de l'automne, début du printemps). Pas forcément énormément, mais j'ai plusieurs fois pu constater des disparités de production sur un même rucher entre les colonies à l'ombre ou au soleil.
                    Prends aussi garde un peu à l'exposition au vent.

                    Et fait aussi attention à ce que les planchers soient inclinés vers le bas afin que l'eau de pluie ne stagne pas dans le fond de la ruche.

                    Si tu peux les surréveler sur des pneus ou des parpaings, c'est bien aussi. Même si c'est un luxe que je ne peux pas toujours me permettre sur tous les ruchers, en hiver, elles sont systématiquement à une vingtaine de centimètres au dessus du sol.
                    • [^] # Re: Bon bon bon…

                      Posté par . Évalué à 8.

                      Bon, ça suffit, on veut bien être tolérants, mais ce n’est pas apiculturefr.org ici !
                      Est-ce qu’elle sont libres au moins, vos abeilles ?
                      • [^] # Re: Bon bon bon…

                        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

                        Elles sont libres de te piquer, ca compte ?
                      • [^] # Re: Bon bon bon…

                        Posté par . Évalué à 4.

                        Remplacer le troll du déplacement de ruche par le troll de la liberté des abeilles tout en réclamant d'arrêter la discussion, très fort !

                        VIVE LES ABEILLES, VIVE LES ABEILLES LIBRES !
                      • [^] # Re: Bon bon bon…

                        Posté par . Évalué à 7.

                        Les ruches sont toujours ouvertes et leurs formats sont standardisés, en tout cas.
                        • [^] # Re: Bon bon bon…

                          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                          Microsoft devrai s'en inspirer : ouvrir leurs codes, mais faire en sorte que sa pique quand on met la main dedans ! :)
        • [^] # Re: Bon bon bon…

          Posté par . Évalué à 2.

          J'ai entendu dire (par des apiculteurs du nord, pour les parisiens la banlieue sud c'est encore le nord ;-) qu'il était possible de donner du glucose aux abeilles pour les aider à passer l'hiver (cette pratique étant interdite pour produire du miel).

          J'ai aussi entendu dire par ces mêmes personnes que les abeilles raffolent tellement du glucose que cela peut poser des problèmes quand le rucher est mal placé, près d'une décharge par exemple on obtient du miel pollué :-(

          Confirmez vous tout cela ?
          • [^] # Re: Bon bon bon…

            Posté par . Évalué à 6.

            Près d'une décharge, je ne sais pas trop, par contre j'ai entendu parler d'un apiculteur qui avait des ruches du côté d'Uzès (sans y habiter) et qui a mis un petit moment à comprendre pourquoi son miel avait une légère teinte rose : il ne se trouvait pas loin de l'usine Haribo. :D
  • # Hier sur France Info, ils en ont parlé

    Posté par . Évalué à 4.

    Des chercheurs Français ont publié une étude qui indique la diminution des polinisateurs aurait une influence sur les cours des fruits et légumes.

    Que les melons ,par exemple, pourraient voir leurs cours multiplier par 4.

    A part çà, il parle 1/3 de l'aggriculture mondiale est dépendant des polinisateurs.

    Enfin, çà n'améliora pas le combat contre la faim dans le monde dont il annonçait une augmentation à 1 milliard personne souffrant de famine.
  • # une piste

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Je me souviens d'un article lu, il y a moins de 15 jours, je ne sais plus ou : des chercheurs chinois 'auraient' (de ce que je me rappelle d'avoir compris) trouvé une maladie qui 'serait' responsable de cette mortalité. Cette maladie (style un champignon) serait présente à chaque fois qu'il y aurait mortalité de l'essaim. Promis si je retombe sur cet aricle, je le fais suivre.
  • # c'est déprimant, on va tous mourir !

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Je sais pas pour vous, mais moi ça me donne le bourdon.

    Euh, d'accord, je ------> []
  • # Solution simple

    Posté par . Évalué à 9.

    On assiste à une surmortalité de 30% par rapport à la normale, chaque années.
    Pour corriger ce problème, il suffit de recalculer "la normale"...

    Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

  • # Un article en relation: estimation financière du travail des abeilles

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    http://www.ddmagazine.com/20080922693/Actus/Alimentation-le-(...)

    153 milliards d’euros - voir l'article pour plus de détails

    Python 3 - Apprendre à programmer en Python avec PyZo et Jupyter Notebook → https://www.dunod.com/sciences-techniques/python-3

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.