• # Tant qu'à faire un journal public

    Posté par . Évalué à 10.

    Ca nous ferait plaisir si tu nous faisait un petit résumé ainsi que de souligner les points forts et l'intérêt de cette interview, plutôt que juste balancer un lien.
  • # Encore le culte de la personnalité...

    Posté par . Évalué à 10.

    Je n'appelle pas ça une interview, mais de la promo gel douche : ca sent bon pour se faire mousser...

    À peine une demi-douzaine de questions (si on peut appeler cela des questions), un ton élogieux pour flatter l'égo de l'interlocuteur, aucune référence proprement technique ou en référence avec les critiques sur Ubuntu, bref, ça sent bon le culte de la personnalité...

    La question suivante en dit long :

    After selling Thawte, I imagine you had a world of opportunity in front of you. You could have lived in luxury for the rest of your life, multiplying your wealth. Instead, you decided to spend ten months in Russia training as an astronaut and became the first South African civilian in space. I read about it back then, and I remember thinking: my God, that sounds like a hell of a lot of hard work. Then, you decide to create the best GNU/Linux distribution—and again, you succeeded. What drives you towards such challenges, honestly?


    Petite traduction maison :

    Après avoir vendu Thawte, j'imagine qu'un monde d'opportunités s'est ouvert à vous. Vous auriez pu vivre dans la luxure pour le reste de votre vie, accroître votre richesse. Au lieu de cela, vous avez décidé de passer dix mois en Russie pour vous entraîner à devenir cosmonaute, et vous êtes devenu le premier citoyen sud-africain dans l'espace. J'ai relu ceci récemment, et je me souviens avoir pensé : mon Dieu, on dirait un enfer de dure labeur. Ensuite, vous avez décidé de créer la meilleure distribution GNU/Linux -- et vous avez réussi. Qu'est-ce qui vous incite à de tels défis, honnêtement ?


    Je profite de ce petit coup de gueule pour le généraliser aux "interviews" de Jimmy Wales, "lead architect" of Wikipédia :

    1. Bien qu'il ait fondé Wikipédia, c'est désormais la communauté qui est souveraine quand au fonctionnement quotidien de l'encyclopédie, de son élaboration et des règles de fonctionnement à établir. Wikipédia ne fonctionne pas selon le principe d'un gentil dictateur.

    2. Bien qu'il ait fondé WIkipédia, et qu'il continue à financer son fonctionnement technique, le deal a été clairement posé : il n'a pas de droit d'ingérence supérieur à celui de tout contributeur, à savoir une voix parmi des milliers (millions) d'autres.

    3. Jimmy Wales ne peut prétendre parler au nom de la communauté des contributeurs : d'une part, il n'a pas été élu par la communauté pour assumer cette fonction, et d'autre part, il préside la fondation en charge du fonctionnement technique et juridique.

    Je conçois et j'apprécie parfois un modèle de communauté autour d'une personnalité phare (GNU, Slackware, etc.), tout comme j'apprécie un autre modèle d'une communauté souveraine qui décide d'elle-même les règles qu'elle s'impose et qu'elle fait respecter.

    Mais si le modèle de Wikipédia est d'être rédigée par une communauté souveraine, celle-ci n'a pas besoin d'une personnalité "phare" qui parfois devient un espèce de culte...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.