Journal SoftwareRecommendations, le nouveau petit frère de StackOverflow

28
16
avr.
2014

StackOverflow est un site de questions/réponses que les développeurs apprécient pour son système de notation favorisant les réponses de haute qualité.

Son petit frère SoftwareRecommendation vient de sortir en beta publique, pour les gens qui cherche un logiciel faisant ceci et celà. Exemples de questions:

Quand Madame Michu cherche une application/librarie/webapp, Google retourne un mélange de (...)

Commercial Sortie de NemakiWare 1.0, serveur de gestion électronique de documents basé sur NoSQL

Posté par (page perso) . Édité par Davy Defaud, Nÿco, Nils Ratusznik et Xavier Teyssier. Modéré par Christophe Guilloux. Licence CC by-sa
Tags :
19
25
juil.
2013
Commercial

Après deux ans de tests en bêta, NemakiWare 1.0 est sorti ! NemakiWare est un serveur de GED (Gestion électronique de documents) libre développé au Japon. C’est le premier serveur de GED basé sur NoSQL, une technologie permettant de monter en charge plus facilement que les bases de données traditionnelles relationnelles [NdM].

NemakiWare a été conçu dès le départ pour CMIS (Content Management Interoperability Services), l’API standard des serveurs de GED. Passé en version 1.1 le 1er juillet, CMIS est aussi implémenté par tous les concurrents de NemakiWare, tels Alfresco, Nuxeo ou SharePoint.

Pour les entreprises, l’intérêt de développer des applications au‐dessus de CMIS (plutôt qu’au‐dessus d’interfaces logicielles propriétaires) est la facilité des futures migrations logicielles. Par exemple, lorsque SharePoint devient ingérable ou trop coûteux, il suffit de reconfigurer l’adresse URL CMIS vers un Alfresco/Nuxeo/NemakiWare après avoir migré les données.

Quelques précisions :

  • technologies derrière NemakiWare : Java EE pour le serveur, Rails pour l’interface Web optionnelle ;
  • licence : GNU GPL v3 ;
  • le nemaki est une sorte de pyjama japonais, une référence à la base de données utilisée : CouchDB.

Journal Espionnage: la FSF deconseille le cloud public, recommande les clouds privés basés sur le libre

25
11
juin
2013

Le journal The Guardian a révélé que la NSA (Agence de Sécurité Nationale des États-Unis) a un accès direct aux systèmes de Google, Facebook, Apple et autres géants de l'Internet, pour espionner les communications qui passent par les États-Unis. John Sullivan, directeur de la Free Software Foundation, conseille d'utiliser des logiciels libres (en cloud privé) plutôt que le cloud public:

Des intrusions de la vie privée de cette ampleur sont à craindre quand les gens abandonnent leurs (...)

Bureautique CmisSync, synchronisation hors-ligne pour Alfresco/Nuxeo/etc.

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco et NeoX. Modéré par Xavier Claude. Licence CC by-sa
Tags :
24
25
fév.
2013
Bureautique

Dans beaucoup d'entreprises, les employés collaborent sur un serveur de fichiers (Alfresco, Nuxeo, SharePoint, ou autre).

Problème : de plus en plus mobiles, les employés dupliquent les fichiers sur leur ordinateur ou leur Dropbox, pour pouvoir les lire/modifier dans le métro ou l'avion.

Le programme open source CmisSync qui se base sur le protocole CMIS a pour but de résoudre ce problème de duplication.

CMIS est un standard permettant de manipuler les documents de n'importe quel serveur de GED (Gestion Électronique de Documents).
CMIS 1.0 est supporté par quelques dizaines de produits de gestion de contenu, et le brouillon de CMIS 1.1 est public depuis peu.

A l'instar de Dropbox, CmisSync, synchronise un dossier sur votre ordinateur avec un dossier du serveur de fichiers de l'entreprise. Ainsi, un commercial disposera toujours des listes de prix les plus récentes, même chez le client sans connexion Internet.

La version 0.4.3 vient de sortir, supportant Alfresco, Nuxeo, et tout autre serveur compatible CMIS.

Communauté Wikivoyage lancé officiellement

Posté par (page perso) . Édité par Nÿco, baud123 et Nils Ratusznik. Modéré par Nÿco. Licence CC by-sa
38
18
jan.
2013
Communauté

Mardi 15 janvier, la Wikimedia Foundation (qui gère notamment Wikipédia) a lancé un nouveau projet : Wikivoyage. Wikivoyage est un guide touristique collaboratif, qui contient déjà 27000 destinations dans sa version anglaise et 2500 destinations dans sa version française.

Les données existantes proviennent en grande partie de Wikitravel, créé en 2003. Le domaine wikitravel.org a été racheté en 2006 par une entreprise dont la politique n'a pas plu à la communauté : nombreuses publicités, maintenance insuffisante, nomination des administrateurs sans concertation et, même, procès contre deux éditeurs qui menaçaient de forker.

Pour ceux qui voyagent sans Internet, j'ai créé une application Android Open Source « Wikivoyage offline ». Les contributeurs volontaires sont les bienvenus.