Journal LaTeX embarque Python

Posté par .
Tags : aucun
16
10
juil.
2009
Premier journal, j'ai la pression qui monte et en plus c'est vendredi…

Au cours de pérégrinations je suis arrivé sur le blog de TeXample. Ce site, comme son nom l'indique, propose des exemples pour LaTeX et plus précisément sur le package Tikz et PGF le format de fichier qui lui est associé (page wikibook sur Tikz et PGF).

Dans le billet Embedding Python in LaTeX j'ai découvert que l'on pouvait insérer du code Python en utilisant le package python.sty. Le second exemple présenté sur le billet est intéressant parce que ça permettrait de se passer de l'étape « création d'un graphe avec un tableur, copie d'écran et recadrage » qui est assez fastidieuse ; et on découvre que la légende est trop petite sur le document final ce qui oblige à tout recommencer. Surtout on ne profite pas de la fonte de LateX pour les axes. Ceci est une chose mais ça ouvre aussi la possibilité d'utiliser les bibliothèques pour Python et je pense que ça doit pouvoir en intéresser plus d'un. D'autres exemples doivent être trouvable, en voici un qui mélange le français et l'anglais : http://thewikiblog.appspot.com/blog/python-inside-latex .

D'ailleurs une équipe néo-zélandaise développe SympyTeX qui comme son nom l'indique permet d'utiliser sympy et LaTeX en même temps.

Tout ça fait que je vais apprendre à me servir de Python afin de produire de beaux documents et aussi apprendre à traiter mes données avec des scripts par la même occasion.
  • # gnuplot

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Le second exemple présenté sur le billet est intéressant parce que ça permettrait de se passer de l'étape « création d'un graphe avec un tableur, copie d'écran et recadrage » qui est assez fastidieuse ; et on découvre que la légende est trop petite sur le document final ce qui oblige à tout recommencer.

    Avec Gnuplot tu peux sauver le graph pour LaTeX tout en ayant la courbe séparée du texte en utilisant epslatex : http://www.gnuplot.info/docs/node373.html
    Ça te créer un fichier .eps + un fichier .tex qu'il suffit d'inclure dans le document. Ou alors tu peux créer un fichier LaTeX indépendant.
  • # Vive latex

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Pour encore plus de productivité, je propose l'ajout de mono.

    Envoyé depuis mon lapin.

    • [^] # Re: Vive latex

      Posté par . Évalué à 10.

      et h264theora pour la vidéo dans latex
      • [^] # Re: Vive latex

        Posté par . Évalué à 2.

        Est-ce qu'il y a une balise blind dans Latex?
  • # Non sens ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    C'est un tour de force, ok, super.
    Maintenant, je crois qu'ils se sont trompé d'idée dès le départ. C'est pas parcequ'on peut le faire qu'on doit le faire.

    Je reste persuadé que la "bonne" méthode est de générer le latex (avec python, scheme, le shell, etc), pas d'embarquer un truc dans latex.

    Utiliser un langage comme Scheme ou Common Lisp permet d'écrire près de 90% des fichiers tex qu'on doit écrire (les 10% restants étant des astuces obscures utilisant la portée dynamique de latex).

    J'utilise un bon petit truc genre

    `(document
    (meta
    (author "Hamasaki Ayumi")
    (date "today")
    (title "Métaheuristiques multi-modales et facteurs de corrélation des coalgèbres molles"))
    (chapter* "chapitre premier"
    (paragraph
    ,(string-append "lol" "!!")))))

    qui permet de générer ton latex les doigts dans le nez, avec de la vraie évaluation de code dedans.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.