Journal Sans maîtrise, la puissance n'est rien

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
8
13
août
2009

Vous vous rappelez peut être de ce slogan pour une marque de pneumatiques : sans maitrise, la puissance n'est rien ?


Plusieurs évènements récents m'ont remis ce slogan à l'esprit :

  • Récemment, il y a un service de raccourcissement d'url qui a annoncé qu'il allait fermer (tr.im, c'est comme tinyurl d'après ce que j'ai compris). Cela risque de créer d'un coup une pelle de liens morts.
  • Je viens de lire que Yahoo ferme 2 de ses API : Term Extraction et Contextual Web Search, laissant sur le carreau les services qui les utilisent.
  • Il y a quelques jours, les sites à la mode du moment twitter, facebook, ... ont eu des soucis de disponibilités suite à une attaque par Ddos. Abstraction faite des utilisateurs qui semblaient être en manque, les applications qui reposaient sur ces services étaient aussi en carafe ou partiellement amputées.
  • Il y a certainement d'autres exemples que je n'ai pas en tête et/ou dont je n'ai pas connaissance : si vous en avez d'autre, je suis preneur.

Avec cette façon d'avoir des services qui dépendent d'autres services qui eux-même dépendent d'autres services, etc. n'est on pas en train de se préparer une crise des subprimes du web : tant que cela va bien, ça va bien - tout est merveilleux - mais au moindre grain de sable tout est tellement imbriqué et diffusé que ça grippe tout.


Mais cette évolution n'est-elle pas de la faute des consommateurs que nous sommes : à vouloir les services les moins chers - et si possible gratuits - nous poussons à cette centralisation et à cette délégation. A vouloir toujours plus, nous risquons de nous retrouver avec moins. Si ce n'est pas avec rien : dans le cas de tr.im qui ferme, les utilisateurs perdent leurs données et le web s'appauvrit d'autant de liens. Sur d'autres services, les données que nous entrons ne nous appartiennent pas. Impossible de se les re-approprier. Sur d'autres, cela sert à alimenter des bases de données marketings immenses nous transformant en simple panneau publicitaire (cependant il y en a qui aiment cela, allant même jusqu'à coller de la pub sur leur voiture ! ).


On est mal barré quand même, non ? Est ce que des modèles payants et ouverts ne seraient pas l'avenir ? Payant, car si un site me rend service, ne serait-il pas équitable de le rémunérer ? Ouvert, car si le site ferme, il faut que je sois capable de récupérer mes données pour les transférer ailleurs - voir de m'auto-héberger en dernier recourt. Existe-t-il des choses dans ce genre ? Je n'ai rien à l'esprit actuellement. Dans le domaine des blogs peut-être ? ...

  • # tr.im réouvre

    Posté par . Évalué à 7.

    Sur http://mashable.com/ il est dit que le président de tr.im a annoncé que le service allait réouvrir, mais qu'ils souhaitaient revendre. Il est aussi dit que http://bit.ly/ service concurrent et plus populaire s'était porté candidat pour reprendre les liens et assurer leur pérénité (ce que tr.im a refusé, puisque ça leur ferait perdre toute valeur : autant vendre et ne "donner" les liens que si l'on ne trouve pas acheteur.).

    Et bit.ly est plus populaire que tr.im parce qu'il est bien intégré à Twitter. Bref, c'est cet inter-dépendance qui créé les sous, et c'est un point fort autant qu'un point faible.
  • # lilUrl & co

    Posté par . Évalué à 5.

    Pour tout ce qui est "URL shorteners", il y a des choses en libre et auto-hébergeable. J'aime bien lilUrl (la version utilisée par ur1.ca) qui a l'avantage d'être simplissime : quelques minutes suffisent à adapter le code à ses besoins.

    Pour la twitter-mania, une des solutions est de bifurquer vers Laconi.ca/Identi.ca (ou autre plateforme compatible OMB) pendant qu'il en est encore temps.

    Sur tout ce qui est weblog, Wordpress et Dotclear (ainsi que quelques challengers tel Habari) sont à la fois simples à mettre en oeuvre et très puissants.

    Pour les galleries photo, j'ai tendance à me tourner vers Zenphoto pour sa sobriété, mais il y a l'embarras du choix (Gallery, Coppermine, PixelPost, etc.).

    Et un système comme Noserub peut servir à agréger tout cela.

    L'idée, quels que soient les services déployés, c'est d'arriver à créer des liens "forts" entre nos applicatifs auto-hébergés. Ainsi, plutôt que d'avoir des dépendances "risquées" entre notre compte Twitter et notre compte Flickr, on peut se permettre de n'avoir qu'une dépendance relativement saine (puisque si on perd notre instance laconi.ca, il y a de fortes chances que l'instance lilUrl qui va avec se soit cassé la goule aussi) entre nos applications.

    Certes, les applications auto-hébergées risquent davantage que les versions centralisées de disparaître à jamais (perte d'intérêt de l'hébergeur, etc.), mais le risque est mieux réparti.
    • [^] # Re: lilUrl & co

      Posté par . Évalué à 6.

      > Certes, les applications auto-hébergées risquent davantage que les versions centralisées de disparaître à jamais (perte d'intérêt de l'hébergeur, etc.), mais le risque est mieux réparti.

      Pour le moment l'expérience prouve plutôt le contraire. Va faire un tour sur des forums autorisant les images, et regarde le nombre d'image qui ne sont plus disponibles et d'où elles viennent. C'est très compréhensible étant donné que c'est le métier du premier, et ce n'est que le "hobby" de l'autre.

      Si la perte d'un flickr, d'un imageshack ou autre serait un séisme. l'avantage des gros services c'est que tu as tout de même une chance que quelqu'un tente de sauver le tout vu l'importance du bouzin. Mes images que je link vers mon site perso, le jour ou j'ai plus envie de maintenir tout est perdu...

      Pour moi quand on publie du contenu, c'est comme quand on écrit un soft. On le fait pour les lecteurs (les utilisateurs). Un des buts étant qu'une ressource ne change jamais d'adresse et soit accessible pour toujours. Dans les auto hébergés qui se prend la tête à garder les URL à coup de mod_rewrite quand il migre de gallery a zen photo ?
      • [^] # Re: lilUrl & co

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Le commentaire plus bas pointe sur « Cool URIs don't change » [htp://www.w3.org/Provider/Style/URI]. C'est vrai que cela devrait être la cas. J'ai moi même cassé des liens vers certains documents que j'avais publiés (photos, blogs) suite à des migrations. Mais c'était mes documents. Un flickr qui stoppe, un facebook qui capote, c'est des milliers (millions ? dizaines de millions ?) d'utilisateurs qui se retrouvent le bec dans l'eau. Autant de document qui disparaissent sans la volonté de la personne qui les a publiés. Ok, il y a moins de risque de voir fermer un facebook qu'un autre, mais moins de risque ne veut pas dire aucun : il y en a qui disent que l'avion c'est le moyen de transport le moins risqué, pourtant...

        Et puis je n'opposais pas service hébergé et service auto-hébergé. Si il était simple de transférer ses données d'un service à un autre, on serait bien aise. D'où la maitrise. J'ai l'impression qu'on perd de plus en plus la maitrise sur ce qu'on diffuse/publie...
        • [^] # Re: lilUrl & co

          Posté par . Évalué à 3.

          En pratique, comme disais le commentaire auquel tu réponds, sur du contenu auto-hébergé, tu reviens 5 ans après, t'as pas forcément beaucoup de chance que le lien soit toujours valide.

          Faudrait faire des statistiques, mais potentiellement l'addition des changement sur des sites persos peut très bien de ce point de vue foutre autant ou plus de liens en rade qu'un gros site qui ferme d'un seul coup,
          • [^] # Re: lilUrl & co

            Posté par . Évalué à 4.

            Il faudrait aussi voir les raisons de "fermeture" des trucs auto-hébergés. Selon moi, une des _grosses_ raisons serait la perte d'un nom de domaine (parce que le nom "kikoolol" de quand tu es étudiant, ça te fait chier de continuer à le payer toute ta vie juste pour conserver des liens). Pour y pallier, une solution pas trop contraignante serait de réserver "en plus" un nom de domaine pérenne (genre .eu.org, non?) pour générer des "permaliens" vraiment "perma".
  • # Cool URIs don't change

    Posté par . Évalué à 10.

    http://www.w3.org/Provider/Style/URI

    et ça a 11 ans ce texte...
  • # Rien de nouveau sous le soleil

    Posté par . Évalué à 3.

    Oui, internet connait aujourd'hui une évolution à l'envers, d'un système décentralisé et robuste, on se remet à tout centraliser pour soutirer un maximum aux utilisateurs/clients laissant la confidentialité et disponibilité au second plan. Quoi de plus normal avec la vague minitel 2.0?
    • [^] # Re: Rien de nouveau sous le soleil

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Ce n'est pas qu'Internet. Le monde informatique fonctionne cela et par vague, en fonction des techno disponibles et a des échelles différentes.

      Jusque dans les années 80 la norme c'était une machine mainstream et des terminaux (centralisé).
      Puis les années 90 ont vu la généralisation du PC (décentralisé).
      Puis les années 2000 voient la généralisation du mobile (encore plus décentralisé).

      En parallèle les données sont stockés:
      - <80: dans le mainstream (centralisé)
      - 90: disques locaux (décentralisé)
      - 2000: serveurs centraux (centralisés)

      Ça marche aussi pour les processeurs (1 gros, plusieurs petits, 1 gros, ....)
  • # ouvert, fermé

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    « Ouvert, car si le site ferme »
    S'il ferme, c'est forcément qu'il était ouvert :D

    blog.rom1v.com

    • [^] # Re: ouvert, fermé

      Posté par . Évalué à 10.

      Et je te dis pas le bordel quand il a fallu fermer les maisons-closes.
      • [^] # Re: ouvert, fermé

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        define:maison-close

        Établissement ouvert à un public averti, volets fermés, mais jambes ouvertes à toutes heures.
      • [^] # Re: ouvert, fermé

        Posté par . Évalué à 3.

        Joli le double jeu de mot ...

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.