Journal Les Logiciels Libres à l'école du lobbying

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
Tags :
14
13
juin
2013

Lors de la séance de nuit du 3 au 4 juin, les députés ont supprimé en deuxième lecture l'amendement au projet de loi "sur la refondation de l'école de la République", en retirant la priorité donnée aux logiciels libres et aux formats ouverts de documents pour le service public du numérique éducatif. (ZDNet)

Un email a été envoyé aux députés pour les faire changer d'avis. Cet email émane de "Syntec Numérique" qui d'après sa baseline "représente tous les métiers du numérique et aussi bien les éditeurs de logiciels open-source ou libre que les éditeurs de logiciels dits "propriétaires."" (sic)

  • # le député PS Christian Paul râle

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    http://www.christianpaul.fr/Donner-la-priorite-au-logiciel

    Reste à voir si cela va inverser la tendance.
    Pour info, Christian Paul fait partie des rares députés qui savent ce qu'est Internet. Et son sit erest réalisé sous SPIP¨

    :-)

    If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

  • # Et qui c'est qui va participer au lobbying?

    Posté par . Évalué à -6.

    --- " C’est donc apparemment au nom de tous ces acteurs que le message est passé. Il semblerait que les éditeurs de logiciels open source eux-mêmes soient farouchement opposés à ce que la loi fasse état d’une priorité donnée au logiciel libre ! " (…)

    ironise Patrice Bertrand (Smile) du CNLL

    " Le CNLL [les entreprises du Logiciel Libre] croit au contraire que l’article instituant la priorité au Logiciel Libre dans les dispositifs liés à la refondation de l’école est nécessaire " (…)

    Lobbying, mode d'emploi avec le cas du logiciel libre | Le Cercle Les Echos

    Pourquoi je suis à moitié surpris ?

    Parce que le lobbying n'a jamais été pris très au sérieux par le libre.

    Le texte incriminé je l'ai déjà dit est ambiguë, mais pas, contrairement à ce que j'ai pu lire, clairement orienté anti-opensource.
    (il n'y a absolument PAS présomption de culpabilité)

    Après lorsque je vois que le lobbying est fait par de purs informaticiens, c'est sûr que le député il va se demander si on n'essaye pas de l'entuber un peu. Par exemple, si un dentiste parle de l'intérêt d'aller tous les 3 mois chez le dentiste, vous le prenez au sérieux ?

    La personne qui doit parler du libre aux députés doit être une personne qui a le niveau de technicité requis en informatique, or je n'ai pas l'impression que quelqu'un se presse pour trouver cette perle rare.

    Il faut qu'il connaisse bien Windows et MS Office, ensuite qu'il sache expliquer les différences entre les versions libres et propriétaires.
    Parler des problèmes liés à UEFI par exemple (le nouveau BIOS)
    Il faudrait qu'il parle aussi des racketiciels aussi bien sur le plan technique que juridique.
    Il faut ensuite qu'il maîtrise la stratégie de développement de Microsoft et qu'il puisse le comparer à celui des logiciels libres.
    (mode de déploiement du version open source vs Windows/MS Office est un minimum)
    Il est très souhaitable qu'il puisse faire la démonstration de ses dire et répondre à toutes les questions.
    (Pourquoi c'est gratuit, pourquoi libre ne signifie pas gratuit, etc.)

    Il est important qu'il présente l'aspect prospectiviste de sa démarche en parlant de la nécessité de l'indépendance de la France sur le plan technique, et, rappeler que le logiciel libre est le seul rempart contre l'envahisseur.
    Par exemple expliquer que beaucoup d'ingénieurs quittent la France parce qu'ils ne trouvent pas chaussure à leur pied.

    Bref, il faut qu'il soit bon techniquement tout en étant un excellent stratège.

    Ils doivent être deux au minimum: un homme et une femme.
    L'homme que l'on considère comme techniquement bon et la dame qui va montrer que tout le monde peut faire du linux.
    C'est de la communication, ce n'est pas une question de sexe.

    Où ils vont trouver ce type et son assistante ?
    Sincèrement, je m'interroge.

    • [^] # Re: Et qui c'est qui va participer au lobbying?

      Posté par . Évalué à 3.

      Où ils vont trouver ce type et son assistante ?

      Et pourquoi pas l'inverse d'abord ?

      Pourquoi pas cette nana et son assistant ? Les femmes sont aussi compétentes que les hommes scrogneugneuh !

      cd /pub && more beer

    • [^] # Re: Et qui c'est qui va participer au lobbying?

      Posté par . Évalué à 2.

      Parce que le lobbying n'a jamais été pris très au sérieux par le libre.

      Tout de même… Ici encore, un peu de recherche et encore moins de compréhension des acteurs en présence dit exactement tout le contraire.
      Ne te fends pas de ton habituelle diatribe en réponse, ce commentaire est tout sauf dialectique.

      Pour un sextumvirat ! Zenitram, Tanguy Ortolo, Maclag, xaccrocheur, arnaudus et alenvers présidents !

      • [^] # Re: Et qui c'est qui va participer au lobbying?

        Posté par . Évalué à -6.

        --- " Ici encore, un peu de recherche et encore moins de compréhension des acteurs en présence dit exactement tout le contraire. " (…)

        Plus sérieusement, citez les moi ?
        Je commence CNLL, …
        [complétez les points de suspensions]

        --- " Ne te fends pas de ton habituelle diatribe en réponse, ce commentaire est tout sauf dialectique. " (…)

        1/ Ca manque d'argument tout ça.
        Mais encore ?

        2/ Et pour le reste de mon intervention, des commentaires ?
        qu'est-ce qui selon vous est positif, négatif?

        3/ Puisque vous êtes SI douée, alors je donne ma langue au chat: pourriez vous me dire en langage Layman ce qui n'est pas clair pour moi ?
        (J'ai soif de connaissance.)

  • # Compréhension

    Posté par . Évalué à 10.

    Pour ceux qui, comme moi, sont un peu dur à la compréhension, une petite clarification : l'email du Syntec Numérique a été envoyé avant la séance du 3 juin, et va en faveur de la suppression de la priorité donnée aux logiciels libres.

    En bref, la (le ?) Syntec soutient l'amendement 359. Tout est normal.

    • [^] # Re: Compréhension

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Ah merci, je n'y comprenais plus rien.

      J'étais en train de me dire «bin dis donc, ils ont bien changé au Syntec».

  • # de toute façon...

    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 13/06/13 à 14:08.

    ..qu'est ce tu veux faire avec ce genre de phrases.

    Cet amendement a pour objet d’inciter le recours aux logiciels libres et aux documents au format ouvert dans le cadre de la mise en place du service public du numérique éducatif [ndr: quenelle > ] sans pour autant aller jusqu’à en faire une priorité, ce qui pourrait entrainer des difficultés juridiques.

    A partir du moment ou tu confonds prioriser et obliger et que tu considères le libre comme une offre de service.
    Effectivement, fait appel à des sous traitants boites noirs, ils t'éviteront bien des problèmes.

    Le choix du mot préférer dans la proposition initiale me semble hautement merdique.
    Préférer quelque chose dans le cadre d'un choix qui doit être réalisé de manière objective, c'est une ânerie qui ouvre la voie à des problèmes juridiques c'est sûr.

    Dans un bon texte de loi l'état se serait obliger de s'y investir, et non pas préféré de l'exploiter.

    Parler du Libre est un mauvais nom. IRL ce n'est pas Libre d'exploiter, mais Libre de s'investir/, ou non/ dans un projet communautaire.
    Là je croît que je vais carrément arrêter de parler du Libre, avec un grand L, car se nom fausse la compréhension que les gens en ont.
    Je dirais même qu'il permet de maintenir le statut quo.
    Reste que c'est un exploit probablement aussi difficile que d’arrêter la clope..

    Sinon, si on faisait des manifs anti licences propriétaires qui virent au pugilat de rue, peut être qu'ils changeraient d'avis……
    …………………………………………………………………………………………………………………….
    …………………………………………………………………………………………………………………….
    ………….. Combien de morts avant de faire bouger les choses ? Des clous.

    • [^] # Re: de toute façon...

      Posté par . Évalué à -1.

      Que veux tu, que l'on "oblige" à utiliser du logiciel "libre" ? Pas très libriste comme approche…

      • [^] # Re: de toute façon...

        Posté par . Évalué à 5.

        On pourrait dire qu'il s'agit d' interdire pour les grands SI de notre administration nationale d'utiliser des logiciels aux sources fermées (à moins que ce soit absolument nécessaire, on peut discuter, si c'est leurs propres développements pourquoi pas, encore que…) ? On parle du bien commun des français là. Les arguments pour la nécessité de légiférer ainsi ne manquent pas et sont bien connus ici.

        Formulé comme ça t'en penses quoi ?

    • [^] # Re: de toute façon...

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Carrément d'accord, la formulation "préférer les logiciels libres" est un des trucs les plus foireux, juridiquement parlant, qu'il m'ait été donné de lire depuis longtemps.

      Par ailleurs, à ceux qui disent "obliger/imposer c'est pas libre" je répond qu'il faut arrêter les sophismes, on parle de droit, là.

      Il me semblerait donc judicieux, dans ce contexte, de laisser complètement tomber le vocable "libre" pour spécifier à la place les caractéristiques que ça implique :

      • Gratuité du logiciel
      • Disponibilité des sources
      • Possibilité de modifier le logiciel
      • Possibilité de distribuer le logiciel modifié

      Et ça ne s'arrange pas du tout avec la formulation de l'amendement, qui ajoute encore un niveau d'incertitude :

      « Dans le cadre de ce service public, la détermination du choix des ressources utilisées tient compte de l’offre de logiciels libres et de documents au format ouvert, si elle existe. »

      Genre. Non, pas d'accord : Dans le cadre de ce service public, si cette "offre de logiciels libres" (à remplacer par la liste des caractéristiques sus-citées, les juristes sont sensés savoir rédiger) n'existe pas, soit on la développe, soit on n'utilise tout simplement pas la ressource en question.

      • [^] # Re: de toute façon...

        Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 13/06/13 à 22:16.

        suffit d'ajouter une disposition qui définit le logiciel libre dans un article au préalable, actuellement la pratique prends une définition autour des définitions de l'osi / fsf

      • [^] # Re: de toute façon...

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Ce qui compte selon moi, cela serait d'avoir l'obligation d'utiliser des formats ouverts.
        Une administration a besoin de traiter des données diverses et varier et de les archiver pendant longtemps (typiquement la France est dotée d'archives ultras fournis depuis la Révolution et même beaucoup de document avant, ce qui montre le temps de conservation nécessaire). Les formats fermés nuisent à la productivité car les différentes administrations ont des logiciels et des versions différentes ce qui nuit à l'échange d'information et il est probable que d'ici un siècle ou deux la plupart des formats aujourd'hui disparaitront de la nature et si le standard est formé il sera difficile voire impossible de récupérer ces données.

        Des organismes comme la NASA payent le prix aujourd'hui du manque de documentation de certains de leurs formats de données d'il y a un demi-siècle ce qui montre que la problématique est réelle.

        Par effet de bord, le format ouvert favorise également l'adoption de LL car les LL pourraient adopter les formats et le passage d'une solution logicielle à un autre serait plus aisé. La concurrence se fera sur les fonctionnalité, le support, etc. Bref un appel d'offre normal pour tous.

  • # représentativité , base légale ?

    Posté par . Évalué à 2. Dernière modification le 13/06/13 à 22:13.

    "représente tous les métiers du numérique et aussi bien les éditeurs de logiciels open-source ou libre que les éditeurs de logiciels dits "propriétaires."" (sic)"

    d'ou viennent la légitimité de leurs représentation des éditeurs de logiciels open source ? Ont ils eu un mandat pour pouvoir les représenter , et qui sont précisément les acteurs qu'ils prétendent représenter??

    • [^] # Re: représentativité , base légale ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      qui sont précisément les acteurs qu'ils prétendent représenter??

      Ben tous, what else ? Je te prie d'afficher un peu de respect pour "l'ensemble de l'écosystème du numérique" (ouais, carrément.) sinon on va encore être mis en demeure par des pros de l'Internet.

      • [^] # Re: représentativité , base légale ?

        Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 13/06/13 à 22:38.

        Pour la mise en demeure , il faudrait qu'il expose les griefs qui aurait portée atteinte à un droit subjectif, or la question que je pose ne porte pas atteinte à un droit subjectif (faudrait dire quelle droit elle porte atteinte ) , et je pense pas que le cas pourrait resister devant un juge.

        Enfin , des éditeurs open source ou d'autre acteurs pourrait envoyé une lettre pour dire qu'il ne sont pas représenté par le syntec (dans le cas ou ils n'ont pas été syndiqué chez eux bien sur

        • [^] # Re: représentativité , base légale ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          des éditeurs open source ou d'autre acteurs pourrait envoyé une lettre pour dire qu'il ne sont pas représenté par le syntec

          À qui, au juste ? Au Syntec ? C'est un peu comme d'envoyer un unsubscribe à un spammeur, pas sur que ça ait l'effet escompté.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.