Journal openbsd ready for the desktop

Posté par . Licence CC by-sa
31
21
avr.
2011

Voici un témoignage intéressant d'une société, M:tier Ltd, qui déploit des serveurs, mais aussi des desktops sous openbsd pour ses clients :

http://undeadly.org/cgi?action=article&sid=20110420080633

Comme quoi, quelque soit l'OS utilisé, le nerf de la guerre c'est de faire correctement son boulot et de savoir former et communiquer avec ses clients/utilisateurs

  • # maurice...

    Posté par . Évalué à 10.

    Merci de partager ce retour d'expérience qui a le mérite d'apporter des éléments concrets pour le déploiement d'OS dit alternatif sur le poste de travail. Il faut toujours des raiférences pour les daicideurs.

    Par contre la phrase "going from the entry site firewall to the secretary's workstation" m'a fait un peu tiquer. Je pense que dans un SI, un peu de variation dans les OS ne fait pas de mal histoire qu'une seul faille ne permette pas de se balader partout.

    • [^] # Re: maurice...

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Je pense que dans un SI, un peu de variation dans les OS ne fait pas de mal histoire qu'une seul faille ne permette pas de se balader partout.

      Ce point est excellent: dans un groupe, la diversité des profils individuels augmente la résilience de l'ensemble. Pour les systèmes informatiques comme pour les élevages (c'est le blues du H5N1).

  • # Moi, je vote et je dis il bluffe.

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Ils ne bossent que pour des grandes entreprises ("we are working exclusively for Fortune 500 companies", "We are not setting up systems for small geek-friendly-only companies but for huge ones with a long IT history (some of them are present in >100 countries worldwide)."), par contre, ils ne peuvent, évidemment, pas donner de nom ("I cannot reveal any names")..........

    • [^] # Re: Moi, je vote et je dis il bluffe.

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Non, je ne bluffe aucunement. Simplement, le fait de bosser avec des entreprises opérant entre autres dans certains secteurs sensibles nous contraint à signer des accords de confidentialité, c'est tout simplement la raison pour laquelle je ne peux pas donner leur nom, rien d'autre.

      • [^] # Re: Moi, je vote et je dis il bluffe.

        Posté par (page perso) . Évalué à 10.

        En fait, je te crois volontiers.
        Mais tu comprends bien que je pourrais copier/coller tout le retour d'expérience de l'article, remplacer OpenBSD par MultiDeskOS, et le publier sans qu'il ne soit moyen de le juger moins crédible... (J'exagère, mais tu vois ce que je veux dire...)

        Mais n'alimentons pas le troll. Beau boulot :-)

      • [^] # Re: Moi, je vote et je dis il bluffe.

        Posté par (page perso) . Évalué à 7.

        certains secteurs sensibles

        Est-ce que le fait que ces entreprises travaillent dans des secteurs sensibles a orienté leur choix vers OpenBSD ou bien est-ce décorrélé ?

    • [^] # Re: Moi, je vote et je dis il bluffe.

      Posté par . Évalué à 10.

      Antoine est un développeur OpenBSD qui s'occupe activement de rendre une bonne partie des ports desktop-ready (surtout GNOME, qui est quand même tordu à maintenir), donc je pense qu'on peut quand même lui accorder une certaine crédibilité... Et puis il a un certain lien avec Derrick contre Superman, ça force aussi le respect.

      GRUB3 will be Elisp serialized as XML jited to JVM running as Eclipse plugin on a Mac running in a virtual PC in a Xen instance on a 286er.

  • # Balaise

    Posté par . Évalué à 5.

    C'est d'autant plus impressionnant quand on sait que :

    • OpenBSD ne fournit de support que pendant 1 an pour chaque version
    • La gestion du matériel, surtout pour l'utilisation bureautique, n'est pas spécialement très complète
    • On parle ici de déploiement dans de grandes entreprises qui ont un passé Windows, avec tout ce que cela implique

    Ils ont apparemment une gestion centralisée de la configuration via Puppet et un système de patchs binaires pour mettre à niveau l'OS. Niveau déploiement sur des machines de bureau, je me demande comment ils ont géré la matériel incompatible...

    • [^] # Re: Balaise

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      La gestion du matériel se fait en amont. Un client envoie les specs du matériel qu'il souhaite utiliser et nous le validons ou non. Ensuite à lui de prendre la décision.
      Contrairement à ce que la plupart des gens imaginent, OpenBSD supporte un très grand nombre de matériel, le tout est de savoir quels sont les chips/cartes/vendeurs... à éviter.
      Attention, ici je parle de serveurs et stations de travail bureautiques, pas de stations de design graphique en 3D.

      • [^] # Re: Balaise

        Posté par . Évalué à 3.

        Je trouve dommage que l'auteur dudit article soit moinssé, d'autant plus lorsqu'il apporte quelque chose de totalement factuel.

        • [^] # Re: Balaise

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Il ne faut pas autant focaliser sur la note initiale ;-)

          Tout simplement son karma est à 18 et donc, même s'il s'est inscrit depuis longtemps - ça tout le monde peut le voir - il peut poster plus souvent ou régulièrement pour avoir une note initiale plus élevée (ça se régule tout seul en fait). Autant en profiter ponctuellement, ça va monter :)

    • [^] # Re: Balaise

      Posté par . Évalué à 6.

      On parle ici de déploiement dans de grandes entreprises qui ont un passé Windows, avec tout ce que cela implique

      Justement, le choix s'est porté sur OpenBSD pour conserver une pile IP complètement compatible.

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: Balaise

        Posté par . Évalué à 2.

        Tu aurais pu attendre le vendredi pour ce genre de troll ...

        BeOS le faisait il y a 15 ans !

  • # Formation

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Le problème, c'est que les entreprises ne veulent pas payer de formation. Ça fait partie des arguments en faveur de Windows (même si souvent, la formation est autant nécessaire que pour Linux).

    « Rappelez-vous toujours que si la Gestapo avait les moyens de vous faire parler, les politiciens ont, eux, les moyens de vous faire taire. » Coluche

    • [^] # Re: Formation

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      En fait les entreprises misent sur le fait que les gens savent plus ou moins utiliser un windows : que la productivité soit merdique parce que c'est mal utilisé ou avec des outils sub-optimaux ne dérange personne.

      Personne ne se fera engueuler pour un power-point qui merde pendant une présentation ou une machine que plante, mais il suffit qu'un document open-office n'ait pas sa mise en page parfaitement identique ouverte avec un word quelconque ou qu'on soit obligé de redémarrer une session parce que le pilote graphique à freezé et là on nous bassine pendant 6 mois.

      Ca ne dérange personne d'avoir à acheter un nouveau matériel parce qu'il n'y a plus de pilote pour la nouvelle version de winwin, mais que l'on doive regarder si c'est compatible avant d'acheter est une impossibilité majeure.

      On ne parle même pas de formation, on parles de la capacité à cliquer sans trop se poser de question dans un environnement ou on a toujours fait comme ça. Je lisais l'interview du mec de rue du commerce sur pc impact, c'est vrai et affligeant en même temps. Si encore les gens étaient formé à winwin, je comprendrais, mais pas du tout, c'est juste de l'auto-formation avec des trucs piratés chez eux ou sur le temps de travail. C'est plus la force de l'habitude que quoi que ce soit d'autre

      • [^] # Re: Formation

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        Je lisais l'interview du mec de rue du commerce sur pc impact, c'est vrai et affligeant en même temps.

        cela en a parlé dans ce journal sur la vente liée ; en entreprise, cela se "traite", cela s'appelle la "conduite du changement" : j'en parlais avec un pote, en réalité c'est plutôt la "résistance au changement" :/ (et c'est humain, je ne fais pas de jugement de valeur).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.