Journal Une distribution argentine : Huayra

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
14
16
oct.
2013

L'Argentine, déjà amatrice de gnous, a vu son gouvernement créer sa distribution : Huayra.Le nom de la distribution signifie "Vent" et vient du Quechua (oui oui c'est une langue, bande d'incultes! la marque en dérive).

Le projet a eu lieu dans le cadre du programme "Conectar Igualdad" : entendez ministère de l'éducation en gros. Il s'agit de distribuer des ordinateurs à des écoliers pour leur permettre de jouer à wow se former à la haine des USA tout apprendre.

La distrib' est basée sur Debian afin de proposer un max de paquets. Je m'étonne de trouver relativement peu d'infos intelligibles, et vous prie donc de m'excuser de faire si court.

  • # distrib politique

    Posté par . Évalué à 1.

    ca me laisse toujours perplexe les distrib politiques.

    Quelqu'un a des nouvelles de RedFlag Linux ?

    • [^] # Re: distrib politique

      Posté par . Évalué à 10.

      Une distribution gouvernementale, c'est un peu différent d'une distribution politique.

      J'ose croire que si la majorité change, la distribution restera.

      Sauf si comme en France (ou ailleurs), on a des positions dogmatiques d'élus (ou pas) dont le seul job est de tirer dans les pattes de celui qui était là avant, et cela même quand ils ont fait la même chose eux même (par exemple Rachida qui, sans aucune honte ni aucun scrupule, critique le laxisme de la gôche qui ne fait qu'appliquer une loi dite "Dati").

      Après, il faut voir si le gouvernement joue le jeu. Si c'est le cas, les écoliers pourraient réinstaller une debian vanilla et récupérer les diverses contribution du ministère pour reconstruire la distrib eux-même.

      Et franchement, je pense qu'il vaut mieux utiliser une distrib made in Argentina pour distribuer des PC aux étudiants que de distribuer, comme en France, des PC Windows + Office ou bien des iPads, comme l'a fait le conseil régional de la région d'origine de deux de nos présidents (un étant encore en fonction).

      Pour terminer, ça me rappelle la polémique sur les terme vol employé par Vidberg, il y a quelques jours.

      Dans les commentaires, on trouvait l'argumentaire suivant concernant la libre réutilisation et indirectement contre les licences libres : "Oui, mais si c'est utilisé par des gens qu'on aime pas ?" Vidberg parlait des partis politiques, les lecteurs, moins fins, franchissent alègrement le point Godwin.

      Ben avec le logiciel libre, on ne choisit pas. Tout le monde peut réutiliser. Même les nazis, les pédophiles, les gens qui mettent leurs doigts dans leur nez et les gouvernements. C'est aussi ça qui est bien avec le logiciel libre. Tout le monde est égal, et on ne discrimine pas. On accepte les points de vue différents.

      Et même si un groupuscule néo-nazi forke Debian ou utilise une image de Vidberg… et alors ? Au moins ils ne pourront pas dire qu'ils sont stigmatisés et se poser en martyrs. Chacun en fait ce qu'il en veut et on peut tout aussi bien faire une distribution lesbian GNU/Linux que des dizaines de distributions dédiés à une religion donnée.

      [Disclamer, je ne suis pas en train de dire que la possibilité de forker te dérange]

      Le FN est un parti d'extrême droite

    • [^] # Re: distrib politique

      Posté par . Évalué à 4.

      distrib politiques

      J'aurais dit nationale ou étatique ;)
      Pour moi, c'est un peu comme l'Ubuntu des gendarmes français GendBuntu. Je trouve cela plutôt sain.

      • [^] # Re: distrib politique

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Je pense comme hercule_savinien et sifu que l'intérêt de la distribution est plutôt en accompagnement du projet : donner accès au web. Donc un dérivé restant proche de Debian facilitant le travail pédagogique, et pas une distribution par le gouvernement au service du gouvernement.

        Après que le succès de Linux en Argentine puisse avoir une explication politique, nous sommes prêts à l'entendre…

  • # quechua

    Posté par . Évalué à 7.

    vient du Quechua (oui oui c'est une langue, bande d'incultes! la marque en dérive)

    Si tu parles de la langue, tu aurais pu éviter la majuscule. ;)

  • # Une N-ième distrib ..

    Posté par . Évalué à 4.

    • Qui ne sera pas pérenne
    • Dont les efforts ne seront pas reversés upstream / à la communauté, et donc de l'énergie perdue à moyen terme
    • Dont la plupart des efforts seront dus à du travail en double ..
    • Qui ne bénéficiera pas des mises à jour importantes et de sécurité de la distribution amont

    Bref, ça me sidère

    https://linuxfr.org/news/avlinux-6-0-1#comment-1457914
    https://linuxfr.org/forums/linux-general/posts/distribution-avec-kde#comment-1433541

    • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

      Posté par . Évalué à -6.

      Tu as raison : ils auraient mieux fait de basculer sur du "Full Redmond" ! Vachement constructif, le mec…

      • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

        Posté par . Évalué à 3.

        Tu as raison : ils auraient mieux fait de basculer sur du "Full Redmond" ! Vachement constructif, le mec…

        Raisonnement fallacieux détecté !

        Entre "basculer sur du Full Redmond" et l'image ci-dessous montrant la dispersion des efforts incroyables pointées du doigt par le précédent commentateur, n'y aurait-il pas hasard un juste milieu ?

        Linux Distribution TimeLine

        • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          à priori, trop de distribs fragmentent et fragilisent Linux ou du moins dispersent les efforts.

          Cependant, reste à s'interroger au cas par cas. Ici on parle d'une légère adaptation d'une Debian pour coller au projet pédagogique ; à priori les efforts sont concentrés sur des points rentabilisés dans le cadre même du projet. Donc peu importe si la distrib' ne sert qu'à cela - c'est même toute l'idée.

          C'est un niche. On ne parle pas d'une énième "moi je suis enfin la meilleure".

          • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

            Posté par . Évalué à 4.

            Donc peu importe si la distrib' ne sert qu'à cela - c'est même toute l'idée.

            Alors, ce n'était pas du tout ce que je disais..
            Les questions sont:
            * que deviendront ces efforts originaux quand le projet mourra ? malheureusement sans doute perdus, puisque non partagés avec le plus grand nombre
            * pareil pour les correctifs / améliorations que pourraient apporter ce projet: pourquoi insister auprès d'upstream pour inclure les modifs si on peut forker sans vision à moyen terme ?

            • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

              Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 17/10/13 à 00:06.

              D'un autre côté, si ils choisissent une distributions et que celle-ci décide d'une décision non conforme à la mission (par exemple, la distribution veut changer de DE par défaut, alors que ici, le DE doit être "traditionnel" car ils veulent favoriser la transition), je doute qu'ils puissent dire "excusez nous, grande distribution, pouvez vous ne pas faire ça" et que la grande distribution va le faire.

              Ensuite, on peut dire: ils n'ont qu'à faire un gros patch à appliquer sur la distribution principale.
              Mais ça a tout les inconvénients que tu cites (je ne vois pas pourquoi les contributions faites directement au dessus d'une distribution vont être plus pérennes que celles faites sur le fork), avec l'inconvénient d'être en plus plus compliqué pour l'utilisateur (installer + patcher), plus confus (un patch différent qui dépend de la version de la distribution que tu utilises), moins identifiable, …
              Du coup, transformer un patch en vrai distribution, ça coute sans doute que dalle et c'est plus pratique à maintenir.

              Sinon, j'aimerais bien un jour voir un schéma similaire à celui montré par jean-michel.bertrou.eu mais appliqué aux marques de lessives ou aux marques et modèles de voitures (ou plutôt, de véhicule, vu que le schéma ci-dessus reprend aussi bien les distributions grand public que les distributions serveurs, orientées sécurités, orientées bidouilles, …)

              edit: au final, d'accord sur le fait que dissiper les efforts n'est pas une bonne idée, mais dans ce cas-ci, ils ont plus de circonstances atténuantes que dans le cas de elementaryOS ou truc du genre

              • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

                Posté par . Évalué à 2.

                Choisir le DE à l'installation, ce n'est pas un "gros patch", c'est 1 ligne dans le preseed.

                • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

                  Posté par . Évalué à 2.

                  'faudrait savoir: tu disais que c'était dommage de voir des efforts dispersés, et maintenant, tu dis que les efforts sont triviaux ?

                  Mon commentaire était bcp plus cohérent:

                  On a le "nouveau projet": une distribution proposée par un acteur A, et un "ancien projet" une distribution déjà établie par un acteur B.

                  Je répondais d'abord sur ta proposition: A propose la distribution de B déjà existante, en lui demandant d'intégrer ses modifications. Mais dans ce cas, B reste indépendant: il fait ce qu'il veut, il peut refuser les modifications de A, pour des raisons valides (par exemple, la raison "je veux un DE moderne" de B est tout aussi valide que la raison "je ne veux pas que les utilisateurs soient confrontés à qlq chose de nouveau" de A).
                  Mais le choix du DE par défaut c'est juste un exemple parmi des milliers d'autres.

                  Donc, ce serait bien plus malin de la part de A de proposer de gérer lui-même les modifications. Là, deux possibilités:
                  - soit il fait une nouvelle distribution
                  - soit il fait un gros patch (dont le DE par défaut n'est qu'un des éléments)
                  La deuxième solution reprend tout les inconvénients de la première, et apporte d'autres inconvénients en plus sans apporter aucun avantage.

                  • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

                    Posté par . Évalué à 3.

                    'faudrait savoir: tu disais que c'était dommage de voir des efforts dispersés, et maintenant, tu dis que les efforts sont triviaux ?

                    Certains des efforts, bien que triviaux quand on connait bien la distrib, peuvent paraitre à des gens moins habitués comme quelque chose de compliqué, qui constitue alors une raison apparente pour forker.
                    Une fois le fork fait, il faut le maintenir, et ça c'est de la dispersion d'effort.

                    Mais le choix du DE par défaut c'est juste un exemple parmi des milliers d'autres.

                    Oui, le problème c'est que dans la plupart des cas, le fork de distrib n'est pas basé sur des milliers de raisons, mais souvent pour des problèmes auxquels une personnalisation de distrib correspondrait beaucoup plus.

                    • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

                      Posté par . Évalué à 1.

                      Je comprends toujours pas ce que tu recommandes.

                      Soit:
                      1) on conseille une distribution sur laquelle on a un contrôle très très restreint
                      2) on forke la distribution et on y inclut les modifications qu'on souhaite
                      3) on conseille une distribution et un patch à appliquer sur celle-ci pour obtenir les modifications qu'on souhaite

                      Comme je l'ai dit, la solution 1 n'est pas une bonne idée pour une distribution nationale.
                      Et la solution 3 demande au moins autant d'effort que la solution 2, a autant de probabilité de non pérennité et apporte d'autres inconvénients (plus compliqué pour l'utilisateur, confusion entre version, manque de visibilité, …)

                      • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

                        Posté par . Évalué à 2.

                        4) Soit on collabore, comme dans le logiciel libre
                        - on envoie upstream les modifications spécifiques (traductions, bugs dans un logiciel utilisé)
                        - pour les logiciels spécifiques, upload des paquets dans la distribution de choix
                        - enfin, pour que l'install directe soit faite avec le bon jeu de paquet, upload de metapaquet pour la distrib personnalisée, et en revanche, utilisation des outils existants de la distrib pour construire les CD / live CD

                        Avec cette option, le projet peut se concentrer ce qui fait la valeur ajoutée, et bénéficie de la maintenance de tous les autres paquet de la distrib qui ne sont pas au coeur du projet.

                        • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

                          Posté par . Évalué à 1.

                          Ce que tu proposes, c'est exactement l'option 2.

                          En effet, c'est exactement ce qui se passe pour Lubuntu ou Xubuntu ou Ubuntu Satanic Edition, …
                          Et bien ces "trucs" sont appelés des "distributions", forks de Ubuntu (regarde le schema de jean-michel.bertrou.eu, ils y sont repris).

                          Par ailleurs, j'ai du mal à comprendre ton premier tiret. Es-tu en train de dire que chaque distribution corrige elle-même les bugs de chacun des logiciels et écrit elle-même les traductions de chacun de ses logiciels, sans les remonter au logiciel en question ? Ça veut dire que si je veux traduire ou patcher un logiciel, je vais devoir contacter chaque distribution et refaire la même démarche ? Je pensais qu'il me suffisait de patcher ou d'envoyer ma traduction chez le logiciel, qui lui-même proposera ces modifications dans ses sources, qui seront ensuite packagé par chacune des distributions lors de la mise à jour du logiciel.
                          Bref, j'ai du mal à imaginer comment qlq'un chez Huyara peut traduire quelque chose sans que la traduction soit propagée partout ailleurs.

                          Je suis aussi d'accord avec hercule_savinien quand il dit:

                          Je vais même t'avouer un truc qui risque de te choquer : Toutes les entreprises de taille non négligeable dont le nombre de serveur à gérer dépasse quelques dizaines créent leur propre distribution. Il n'y en a pas des centaines, comme tu semble le croire, mais des millions. Quelle perte !
                          En réalité, dans la majorité des cas, comme à BigEvilBank, là où je bosse actuellement, il s'agit juste d'un miroir avec un channel/repo perso pour les outils propres à la boite.

                          Donc non, l'option 2 est totalement compatible avec l'argument: "le projet peut se concentrer ce qui fait la valeur ajoutée, et bénéficie de la maintenance de tous les autres paquet de la distrib qui ne sont pas au coeur du projet."

                          • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

                            Posté par . Évalué à 2.

                            Ce que tu proposes, c'est exactement l'option 2.
                            En effet, c'est exactement ce qui se passe pour Lubuntu ou Xubuntu ou Ubuntu Satanic Edition, …
                            Et bien ces "trucs" sont appelés des "distributions", forks de Ubuntu

                            Ce ne sont pas des forks, mais des personnalisations d'install par défaut, au sens où toute modif faite pour Xubuntu se retrouve dans les paquets ubuntu (et donc lubuntu, ubuntu, kubuntu, etc.).

                            Bref, j'ai du mal à imaginer comment qlq'un chez Huyara peut traduire quelque chose sans que la traduction soit propagée partout ailleurs.

                            En modifiant les fichiers po sans les remonter upstream (soit par impatience, soit par méconnaissance, soit par illusion de difficulté)

                            • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

                              Posté par . Évalué à 0. Dernière modification le 18/10/13 à 14:37.

                              Ce ne sont pas des forks, mais des personnalisations d'install par défaut, au sens où toute modif faite pour Xubuntu se retrouve dans les paquets ubuntu (et donc lubuntu, ubuntu, kubuntu, etc.).

                              Pourtant, toute la documentation sur ces distributions parlent bien de distributions, basées sur Ubuntu.
                              C'est-à-dire exactement le même vocabulaire qui est reprit pour Huayra.

                              Donc, le jour de la sortie de Lubuntu (par exemple), tu aurais dit exactement la même chose de Lubuntu que ce que tu dis aujourd'hui pour Huayra (qui, si ça tombe, va fonctionner sur Debian de la même façon que Lubuntu fonctionne sur Ubuntu).

                              En modifiant les fichiers po sans les remonter upstream (soit par impatience, soit par méconnaissance, soit par illusion de difficulté)

                              C'est comme si tu étais assez bête pour dire: "il ne faut pas créer lubuntu, parce que les gens qui vont faire lubuntu, lorsqu'ils vont corriger un bug sur gimp, vont créer le paquet gimp-lubuntu plutôt que de corriger le paquet gimp utilisé dans universe par ubuntu (soit par impatience, soit par méconnaissance, soit par illusion de difficulté)".
                              Bref, de nouveau, ton argument n'est en rien spécifique à la création d'une nouvelle distribution, il est juste formulé pour correspondre à ce cas.

                              Donc, je reste sur ce que j'ai dit:
                              créer une nouvelle distribution n'a pas plus d'inconvénient qu'autre chose, sauf à vouloir forcément supposer qu'ils vont faire des erreurs spécifiques à cette solution tout en oubliant qu'il y a des erreurs équivalentes pour les autres solutions (donc, de nouveau, si tu supposes qu'ils vont faire l'erreur A avec la solution 2, tu devrais supposer qu'ils feront l'erreur A' avec la solution 4, et au final, la solution 4 n'est pas plus la meilleure qu'avant).

        • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

          Posté par . Évalué à 6.

          Raisonnement fallacieux détecté !

          Entre "basculer sur du Full Redmond" et l'image ci-dessous montrant la dispersion des efforts incroyables pointées du doigt par le précédent commentateur, n'y aurait-il pas hasard un juste milieu ?

          Je suis sidéré qu'on entende (lise en l'occurrence) de telles inepties en 2013.

          Et, franchement, mettre un lien vers l'article Wikipedia du raisonnement fallacieux, c'est vraiment prendre les gens pour des cons. Tout le monde comprend il me semble.

          Pour ce qui est du fond : Tu fois une dispersion, je vois une richesse.

          Qu'est ce qu'une knoppix ? C'est une Debian, rien de plus. Sa seule spécificité, c'est (c'était) de permettre un environement live. Si les devs de knoppix avaient dû apporter toutes ces modifications upstream, au lieu de forker, peut être que ça aurait nécessité 2 ans, 3 ans. En attendant knoppix est sortie. Et ça a servi à beaucoup de monde à l'époque. Aujourd'hui la majorité des distributions majeures savent faire ça.

          Qu'est-ce qu'une kubuntu ? Une Unbuntu avec KDE, xunbuntu, c'est avec xfce. C'est de la dispersion d'effort ? Ça évite juste un apt-get. Pour un débutant complet, c'est toujours ça de gagné. Mais ça ne nécessiste pas non plus un énorme effort de maintenance. Pareil pour skoelinux, edubuntu, c'est des Debian avec des paquets scolaires. Christian Edition/Satanic edition, c'est juste un wallpaper vive Dieu/à bas dieu (je caricature à peine).

          Oracle Enterprise, c'est du red-hat avec un /etc/redhat-release modifié. CenOS c'est la même chose que RedHat, mais communautaire. Fedora, c'est une RedHat en avance. Unbuntu, Debian c'est pareil. Les deux ont quelques spécificités, des repos différents, des politiques différentes mais les paquets sont compatibles, tout est pareil.

          À côté de ça, il y a de vraies différences.

          Slitaz est une distrib qui réussi la prouesse de tenir dans 30Mo de RAM, Firefox compris (si si, je vous jure).

          LFS, c'est pour ceux qui veulent aller au fond.

          Gentoo, Arch, c'est pour ceux qui veulent tout contrôler. etc.

          Bref, chaque distribution est unique (sinon c'est pas la peine). Soit elle est différente de chaque distrib (Gentoo, Debian, RedHat, Slitaz, LFS, Maemo) et il y a une raison pour que ce soit différent (pas le même but). Soit elle n'est pas très différente d'une autre distrib (skolinux, lesbian GNU/Linux, etc.) et alors le coût de la maintenance et la perte d'énergie supposée est minimale.

          Je vais même t'avouer un truc qui risque de te choquer : Toutes les entreprises de taille non négligeable dont le nombre de serveur à gérer dépasse quelques dizaines créent leur propre distribution. Il n'y en a pas des centaines, comme tu semble le croire, mais des millions. Quelle perte !

          En réalité, dans la majorité des cas, comme à BigEvilBank, là où je bosse actuellement, il s'agit juste d'un miroir avec un channel/repo perso pour les outils propres à la boite.

          Le FN est un parti d'extrême droite

          • [^] # Il manque un GPS pour ne pas tourner en rond (Was: Une N-ième distrib ..)

            Posté par . Évalué à -1. Dernière modification le 17/10/13 à 20:06.

            Pour ce qui est du fond : Tu fois une dispersion, je vois une richesse.

            Pour préciser, le gâchis incroyable d'efforts et de talents n'est pas selon moi, uniquement du fait qu'il y autant de distributions alors que RedHat (pour les grosses boites) et des configurations spécialisées de Debian travaillant en lien étroit avec l'upstream suffiraient pour l'essentiel des besoins (libre évidemment ensuite à chacun de faire son truc à base de Linux From Scratch).

            Non, la déperdition d'efforts et de talents est aussi à l'intérieur de chaque distribution.

            Parlons uniquement d'Ubuntu et Mint puisque ce sont les killer-distros du moment
            http://distrowatch.com/dwres.php?resource=popularity

            Et bien ces deux killers-distros du monde GNU/Linux essayent de tout faire et forcément le font mal.
            Combien de projets abscons réinventant les briques techniques sous Ubuntu ?
            Combien de bureaux sous Mint ?
            Est-ce vraiment cela qu'on attend en priorité d'elles ?

            Du coup, 22 ans tout juste après le lancement du noyau linux, la seule distribution Linux qui répond aux besoins des gens normaux (hors embarqué. Android, Tom tom et tout ça marchent impec)
            la seule distribution Linux qui selon moi a focalisé ses efforts là où c'est réellement important, c'est …

            http://en.wikipedia.org/wiki/Chrome_OS

            Libre à toi de ne pas être d'accord avec moi.
            En attendant, je trouve ça énormément dommage.

            Le logiciel libre est un bazar d'une richesse incroyable qui avance très vite… mais il lui manque un GPS pour ne pas tourner en rond

          • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

            Posté par . Évalué à 2.

            Qu'est ce qu'une knoppix ? C'est une Debian, rien de plus. Sa seule spécificité, c'est (c'était) de permettre un environement live. Si les devs de knoppix avaient dû apporter toutes ces modifications upstream, au lieu de forker, peut être que ça aurait nécessité 2 ans, 3 ans

            Tout est dans le peut-être.
            Le problème est là, les gens pensent toujours qu'il est plus facile de forker, alors que non.
            Par exemple, il est tout à fait possible d'inclure des outils de génération d'image live dans une distrib, sans pour autant que cela soit l'outil officiel par exemple.

            Qu'est-ce qu'une kubuntu ? Une Unbuntu avec KDE, xunbuntu, c'est avec xfce. C'est de la dispersion d'effort ?

            C'est juste du branding dans le cas d'ubuntu, les paquets sont issus de la même archive (idem pour les images XFCE, LXDE, GNOME, KDE pour Debian, sauf qu'on en fait pas des caisses en annonçant N distribs).

            Slitaz est une distrib qui réussi la prouesse de tenir dans 30Mo de RAM, Firefox compris (si si, je vous jure).

            Et combien de distrib font la même chose ?
            Combien seront réellement utilisés vu leur faible visibilité ?

            Pour les autres exemples: Arch, Gentoo, LFS, je suis complètement d'accord, les distribs changent totalement des autres et apportent réellement quelque chose du niveau distrib: la manière de gérer les paquets, les dépendances, le cycle de dev.

            Mais forker une distrib car le paquet favori pour l'usage X n'est pas présent / pas à jour / pas compilé comme on voudrait, c'est juste priver la majorité des utilisateurs (des distribs répandues) du bénéfice de son travail.

          • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            Fedora, c'est une RedHat en avance

            La communauté Fedora tient à sa spécificité, elle est très susceptible sur ce point.

      • [^] # Re: Une N-ième distrib ..

        Posté par . Évalué à 3.

        Quel sens de la nuance :)

        Il y a déjà pas mal de choix dans les distribs non ?
        Quand un paquet, traduction te manque à une distrib, tu forkes la distrib toi ?

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.