Journal Spotify, Deezer et petit calcul

Posté par .
Tags : aucun
2
24
nov.
2009
J'ai fait un calcul très simple :

- l'écoute d'une chanson sur Deezer rapporte 0.007€ à l'artiste (au sens large, puisque c'est divisé entre auteur, compositeur, ...) (au passage, c'est 5 fois plus qu'un passage sur une radio)

- j'écoute beaucoup de musique. Selon lastfm, environ 10.000 pistes par an (j'arrondis par excès car je n'envoie pas tout sur lastfm).

Donc si j'écoutais tout via Deezer, cela équivaudrait à 70€ reversés aux sociétés de gestion de droit.... c'est à dire pas grand chose pour 10.000 pistes écoutées.

Mettons cela en perspective : je me considère comme un gros "consommateur" de musique, et j'imagine aisément que peu de gens écoutent 10.000 pistes/an (je me trompe peut-être cependant).
La licence globale avait été proposée à 5€/mois, soit 60€/mois : on est pas loin de l'équivalent reversé par un site comme Deezer pour un "musicophile" comme moi.

D'où ma conclusion : la licence globale serait plus bénéfique aux artistes que les services d'écoute à la demande qui sont en train de remplir le rôle de cette dernière.

Mais mon propos n'est pas là en fait, car la licence globale est morte et enterrée (à mon sens, malheureusement).

Mon propos est surtout de montrer qu'un assez gros consommateur de musique qui se passerait de l'achat de cds, ne génèrerait que 70€/an à destination de l'industrie du disque : on comprend vite que cela ne peut marcher qu'à condition que la part allouée à l'artiste ne se limite pas à 5% de cette somme...

(Note à part : à 5€/mois, je ne me pose plus de questions : je m'abonne à un service de musique à la demande qui me permet d'écouter la musique offline !)
  • # Troll vieux de 2 ans

    Posté par . Évalué à 7.


    (Note à part : à 5€/mois, je ne me pose plus de questions : je m'abonne à un service de musique à la demande qui me permet d'écouter la musique offline !)


    Toi, peut-être, mais le caractère universel et collectiviste qui fut longuement débattu fait qu'heureusement qu'elle est morte et enterré. :)
    • [^] # Re: Troll vieux de 2 ans

      Posté par . Évalué à 2.

      La culture ne devrait elle pas être universelle et collective ?

      Ceci étant, il n'y a pas eu un seul vrai débat concernant les modalités d'application d'une licence globale, donc c'est difficile d'en parler. Ce n'est pas bien différent pour moi des impots que je paye et qui servent à subventionner des concerts pour lesquels je ne vais pas : je trouve pourtant ça normal.
      • [^] # Re: Troll vieux de 2 ans

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Peut-on vraiment assimiler la culture à l'écoute de musique produite par l'industrie du divertissement ? Certes il s'agit d'une culture ; mais très certainement pas de la culture !
        • [^] # Re: Troll vieux de 2 ans

          Posté par . Évalué à 1.

          Justement, comment faire la différence entre ce qui est culture et ce qui n'est pas ? Tu parles d'une culture et de la culture, quelle est la différence entre ces deux dénominations ?
          • [^] # Re: Troll vieux de 2 ans

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            C'est que d'après le TLFI, on utilise aussi le mot « culture » pour désigner un mode de vie, une civilisation par ressemblance à l'allemand « Kultur ». Ce qui n'est pas la même chose que « Qualité, compétence que la possession d'un savoir étendu et fécondé par l'expérience donne à une personne ou à une société dans un domaine de connaissances particulier, à une époque ou dans un lieu déterminé.» (toujours d'après le TLFI).

            Bref, le divertissement n'a rien de culturel dans le sens connaissance. Mais le divertissement fait partie des pratiques culturel dans le sens pratiques d'une civilisation (Kultur).
            • [^] # Re: Troll vieux de 2 ans

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              En fait j'aurais plutôt dû donner la définition suivante :

              Pratique, perfectionnement de certains modes de connaissance ou d'expression.

              Et par métonymie :

              Bien moral, progrès intellectuel, savoir à la possession desquels peuvent accéder les individus et les sociétés grâce à l'éducation, aux divers organes de diffusion des idées, des œuvres, etc.
              • [^] # Re: Troll vieux de 2 ans

                Posté par . Évalué à 1.

                Merci pour ces éclaircissement, c'est vrai que le terme culture est tellement employé qu'on a besoin de recadrer le sens qu'on lui donne en fonction du contexte. Je comprends donc qu'il faut séparer ce qui relève de l'industrie du divertissement de ce qui est connaissance et enrichissement de la société.

                Du coup, cela veut dire que la musique, le cinéma, la littérature romanesque, la peinture, la sculpture ne sont pas de la culture, puisque relevant uniquement du divertissement ou des arts d'agréments…
                • [^] # Re: Troll vieux de 2 ans

                  Posté par (page perso) . Évalué à 3.

                  Non, ils font partis des modes de vie de certaines catégories de personnes. Et de part le mécénat incroyable que pratiquent certains états à leurs égards ils rentrent dans la culture de nombreuses personnes. Ceci dit, ils ne sont qu'un élément de culture. Et surtout il me semble légitime de questionner leur apport à la culture et le bénéfice qu'il y a à les surprotéger et sur-financer encore plus. La société y a t-elle intérêt ? Certains politiciens y trouvent-ils donc leur compte ? Pourquoi vouloir apporter encore plus d'argent facile à un secteur qui depuis des décennies semble avoir du mal à trouver des fenêtres suffisamment grandes pour le jeter ? Ne vaudrait-il pas mieux investir cette argent dans d'autres pans de la culture ? Expression orale, grammaire, orthographe, sciences, histoires, sociologie, éducation à la santé, discipline, pratiques sportives ... j'en passe et des meilleurs.

                  Mon avis personnel, à moi, que je ne défend pas bec et ongle car il est un peu extrême est le suivant : il ne devrait jamais y avoir un sou public investi dans une production de masse ; et ce même indirectement (législation, déploiement de forces de l'ordre, ...). Par exemple, ils ne devraient pas y avoir de loi faisant le jeu des organisateur de grands événements « sportifs », pas plus que de déploiement gratuit de force de l'ordre à ces occasions, ou de sponsorisation de l'industrie du divertissement via les allocations chômage, etc. L'argent public en matière artistique et sportive devrait être entièrement consacré aux pratiques individuelles. Pourquoi :
                  Pour le sport, à mon sens, ce qui importe c'est la pratique individuel pour deux raisons. Elle permet d'améliorer la santé du sportif dans la mesure où elle n'est pas excessive. Et elle permet de développer l'esprit sportif et les valeurs du sport (fair-play, honnêteté, dépassement de soit, etc). Au contraire, le sport spectacle qu'on nous vend à coup de dette public et de coupes du monde promeut massivement la tricherie, le fait du prince vainqueur, le tristement célèbre « pas vu, pas pris » et toutes valeurs extrêmement nauséabondes.
                  Même chose en ce qui concerne les arts. Que cherche la société à travers eux ? Doit-elle viser à une forme d'abrutissement collectif auprès de postes radios, minitels2, télévisions et autres salles obscures ? Ou au contraire, ne devrait-elle pas plutôt rechercher une forme d'épanouissement personnel à travers la pratique et la maîtrise de formes artistiques évoluée par chacun de ses membres ? Qu'est ce qui apporte le plus à chaque individu : la contemplation idolâtre passives ou la maîtrise artistique ? La communication (dans un sens général, depuis celle d'un message jusqu'à l'expression sensible du sentiment) et son art ne doivent-ils être que les apanages d'une élite à destination de la masse ou bien ne les rêverait-on pas comme développés par et entre tous les membres de la société ?
      • [^] # Re: Troll vieux de 2 ans

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        C'est qu'on fait un peu tout passer pour de la culture. Derrière il y a en fait de l'art et du divertissement dans des proportions pas toujours égales d'un « artiste » à l'autre. Payer pour la culture, pourquoi pas, payer pour un divertissement c'est plus contestable. Ce n'est pas toujours facile de déterminer la limite entre les deux donc ça créer forcément des tensions.

        Pour favoriser la culture, il faudrait déjà réduire considérablement la durée du droit d'auteur et que l'État fournisse de quoi stocker tout ça et le rendre accessible facilement. Même les divertissements passés deviendront des objets de culture en donnant une image de la société à un instant donné.
  • # Mélomane

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    On ne dit pas "musicophile", mais "mélomane".
    • [^] # Re: Mélomane

      Posté par (page perso) . Évalué à 10.

      Si si il a raison : le musicophile, il écoute 10000 morceaux sur Deezer alors que le mélomane n'écoute rien d'encodé en dessous de 320kbps.
      • [^] # Re: Mélomane

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Non, le mélomane n'écoute que du flac, car il a le respect de l'artiste !
        • [^] # Re: Mélomane

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Vous confondez mélomane et audiophile.
          • [^] # Re: Mélomane

            Posté par . Évalué à 6.

            Oui ben ! Laisse les Audi tranquille !
            J'ai pas envie de retrouver ma belle voiture noire toute souillée.
          • [^] # Re: Mélomane

            Posté par . Évalué à -1.

            audiophile?
            Tu veux dire les mecs qui payent des cables hdmi plaque or a $40 le metre parce que la qualite est vachement mieux?
            • [^] # Re: Mélomane

              Posté par . Évalué à 1.

              Les câbles plaqué or c'était valable pour les signaux analogiques voyons, le HDMI c'est du numérique, la qualité est incluse d'office dans le signal !
              • [^] # Re: Mélomane

                Posté par . Évalué à 2.

                Je sais bien, mais certains sont persuade qu'un cable hdmi plaque or a 40$ le metre donnera une meilleure image/son qu'un cable hdmi a 50cents.

                J'ai eu la discussion avec mon frangin et des collegues ici qui raillaient mon installation home cinema cablee avec du hdmi a 67 cents et de l'optique a 1.32$ trouve sur amazon.
      • [^] # Re: Mélomane

        Posté par . Évalué à 1.

        En fait, techniquement je n'écoute rien sur deezer, puisque la qualité n'est pas terrible et qu'en plus la diversité n'est pas vraiment suffisante dans le style de musique que j'affectionne.

        Et pour le terme "musicophile" ou "mélomane", je trouvais le terme mélomane trop connoté "musique classique", et wikipedia m'a appris qu'il existait un autre terme, moins connu certes, mais donc moins connoté.
    • [^] # Re: Mélomane

      Posté par . Évalué à 4.

      > On ne dit pas "musicophile", mais "mélomane".

      comme on ne dit pas pédophile mais pètomane ?
  • # par an cher amis

    Posté par . Évalué à 1.

    La licence globale avait été proposée à 5€/mois, soit 60€/mois :



    La licence globale avait été proposée à 5€/mois, soit 60€/an :
  • # Les abonnements

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    J'écoute principalement de la musique venant d'un certain archipel japanophone. Je ne trouve quasiment rien de cela dans les plate-formes comme Deezer et Jiwa (je n'ai jamais essayé Spotify), ni sur les sites de téléchargements payants (Amazon, Virgin, EMusic). Tout ça pour dire qu'à moins d'avoir un dispositif non limité aux catalogues, il n'y aura pas de solution universelle.
    • [^] # Re: Les abonnements

      Posté par . Évalué à 1.

      Il n'y a rien non plus chez Spotify pour info.
    • [^] # Re: Les abonnements

      Posté par . Évalué à 3.

      et comment tu ecoute cette musique ? un truc comme deezer ? des sites spécialisés ? pourrais tu nous faire (enfin surtout moi) partager tes bons plan, voir quelques titre ou auteur.

      j'aime bien leur musique, je ne lis pas du tout le japonais, donc c'est au petit bonheur la chance.

      j'ai découvert par hasard FictionJunction (http://www.4shared.com/file/7478254/7bd45372/FictionJunction(...) )ainsi que d'autre auteur que je connais par l'intermédiaire de manga, mais je me doute que c'est un peu l'iceberg qui cache la foret.
      • [^] # Re: Les abonnements

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Un site de torrent spécialisé là dedans.
        Pour acheter, yesasia.com (les versions destinées à l'export qui sont à moindre prix, c'est à dire une très petite partie de ce qui sort, surtout ce qui ce vend le plus là-bas...).
    • [^] # Re: Les abonnements

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      T'as qu'a écouter de la vrai musique aussi !

      Ecoute de la Star Academy ou du Johnny et arrête de nous faire chier avec cette merde venu des bridé !

      C'est toi qui va tuer la culture Française ! Je vais te couper les oreilles pendant un an (tu pourras les remettes après sauf si tu es condamné par le tribunal à une amande et à de la prison ferme).

      ps : non je ne prend pas de drogue le matin !
      • [^] # Re: Les abonnements

        Posté par . Évalué à 2.


        Ecoute de la Star Academy ou du Johnny et arrête de nous faire chier avec cette merde venu des bridé !

        C'est toi qui va tuer la culture Française ! Je vais te couper les oreilles pendant un an (tu pourras les remettes après sauf si tu es condamné par le tribunal à une amAnde et à de la prison ferme).


        C'est petit, vraiment c'est petit :D
      • [^] # Re: Les abonnements

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Je me sentais un peu triste ce matin, mais ce message plein d'humanité m'a remis du baume au cœur.
    • [^] # Re: Les abonnements

      Posté par . Évalué à 2.

      Ce qu'il faudrait c'est comme le livre : un prix unique pour un master donné que toute le monde peut revendre comme il veut.

      Par contre, il faut que le master sois minimum en 200kbs. On pourrait exiger aussi un master flac, sans perte, cela serait du vrai respect de l'artiste.

      Au moins les catalogues seraient vastes.

      "La première sécurité est la liberté"

  • # Spotify.

    Posté par (page perso) . Évalué à -3.

    Tu mets à moitié la réponse dans ton titre:
    Franchement, quelle différence entre 10€/mois et 5€/mois ? Pour la plupart des personnes qui ont un accès internet, 10€/mois c'est presque négligeable (et pour une certaine majorité ça l'est complétement.). Franchement ceux qui prétendent qu'une licence globale leur conviendrait, mais refusent les offres type (bon je dis type, mais je connais aucune offre équivalente en vrai.) Spotify sous prétexte du prix, je pense qu'ils se foutent de la gueule du monde.
    • [^] # Re: Spotify.

      Posté par (page perso) . Évalué à 6.

      Donc en gros, t'essai de dire qu'entre :
      - payer 5€ par mois pour se procurer à peu prêt tout et n'importe quoi, avec n'importe quelle qualité et sur n'importe quelle support.
      C'est pareil que :
      - payer 10€ par mois pour écouter à l'aide d'un logiciel propriétaire de la musique (mais pas toute), sur plusieurs supports (mais pas tous).
      Moi j'estime que dans ces conditions à 10€ par mois Spotify c'est cher comparé à une licence globale à 5€.
      • [^] # Re: Spotify.

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Moi j'estime que dans ces conditions à 10€ par mois Spotify c'est cher comparé à une licence globale à 5€.

        Quand les autres, même les sourds (puisque ce qui déclencherait le paiement n'est pas le fait de pouvoir écouter de la musique, mais le fait d'avoir un accès Internet), t'aident à payer, forcement ça peut faire moins cher dans ton calcul...

        Vous pouvez pas tout simplement arrêter de parler de cette taxe arbitraire de 5€ pour vous concentrer sur une comparaison de prix ayant un sens? Laissez la mourir cette idée de taxe!
        • [^] # Re: Spotify.

          Posté par . Évalué à 1.

          C'est pas ça le vrai problème.

          Le vrai problème, c'est qu'avec un tel système notre barde ChristopheWilhemix touchera plein de sesterces pour grossir les rangs des malentendants qui aimeraient certainement que tu leur marques un peu de respect ;-)
      • [^] # Re: Spotify.

        Posté par (page perso) . Évalué à -1.

        Absolument pas, relit ce que j'ai écris.
        • [^] # Re: Spotify.

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          Ben tu dis que pour les gens 5 ou 10 €, c'est pareil.
          Moi j'essai de te montrer qu'avec les solutions actuelles à 10€ t'as moins qu'avec les 5€ de la licence globale.
          Les gens réagissent à un prix en fonction de ce que tu leurs vends.
          • [^] # Re: Spotify.

            Posté par (page perso) . Évalué à 0.

            Et bah non c'est pas ce que j'ai dit ...
            Et visiblement vu ma note t'es pas le seul à comprendre de travers, enfin bon sur ce sujet c'est toujours comme ça ici de toutes façons, En fait, je me demande même pourquoi j'ai fait la remarque initiale sachant pertinement que ça aller donner ça en fait.
            • [^] # Re: Spotify.

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Moi ce que j'ai cru comprendre, c'est que tu trouves vraiment navrant ceux qui ne prennent comme prétexte uniquement le prix pour refuser une solution comme Spotify.
              Moi j'essai juste de dire qu'au fond les gens pensent à ce qu'ils ont pour le prix affiché.
              • [^] # Re: Spotify.

                Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                Les gens pensent à ce qu'ils ont pour le prix affiché ?
                On doit pas voir les même gens dit donc.
                Et en l'occurence, l'auteur du journal ne parle que de prix, et d'absoluement rien d'autre. Après s'il pensait à autre chose, je peux pas lire entre les lignes.
                • [^] # Re: Spotify.

                  Posté par (page perso) . Évalué à 2.

                  Ben tu parles de Spotify, qui est gratuit... si les gens paient un compte premium, c'est bien pour la différence : qualité, pas de pub, support iPhone, etc. Bref, ils ne regardent pas que le prix, sinon l'offre premium n'existerait pas !
            • [^] # Re: Spotify.

              Posté par (page perso) . Évalué à 6.

              Plutôt que de te plaindre, tu pourrais réexpliquer différement pour essayer de te faire comprendre, non ?

              Et pour l'histoire, je serais même près à payer 30 ou 40 euros par mois (mon budget CD actuel) pour n'importe quelle solution qui me permette de téléchager en bonne qualité n'importe quel album, dans un format libre et sans restriction d'utilisation.

              J'ai des gouts très éclectiques en musique, une chaine hifi haut-de-gamme, un auto-radio et un baladeur, ainsi que des ordinateurs sous linux et BSD. Actuellement les obstacles pour que j'ai une solution qui me convienne sont :
              - sur les platformes actuelles il manque une gorsse part de ce que j'écoute ;
              - dans beaucoup de cas il faut un logiciel propriétaire qui ne tourne pas sur mes platformes pour téléchargé e lire les morceaux ;
              - je ne peut les transférer sur mon baladeur ou sur un CD pour mon autoradio ;
              - la qualité est si mauvaise que sur ma chaine c'est même pas la peine.

              J'attend toujours une plateforme d'abonnement correcte à ce niveau là. Et même pour la vente en ligne il y a du foutage de gueule. Il y a pas longtemps, j'ai acheter un album de "The free design" sur un site en ligne au format Flac, dès le début du premier morceaux c'était clair que c'était un mauvais mp3 réencoder en Flac. Il a fallut une dizaine de mail et 2h de téléphone pour qu'ils admettent que c'était le cas et accepetent de me rembourser.
              • [^] # Re: Spotify.

                Posté par . Évalué à 4.

                un mauvais mp3 réencoder en Flac.

                Si c'est pas du foutage de gueule... Et après, ils veulent que l'on paye !

                "La première sécurité est la liberté"

    • [^] # Re: Spotify -> 1 million d'écoutes = 113 €

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Je reprends un tweet de Jérémie Zimmermann aujourd'hui sur identi.ca qui rapporte que d'après [http://torrentfreak.com/lady-gaga-earns-slightly-more-from-s(...)] , “Poker Face” de Lady Gaga, un des morceaux les plus écoutés sur Spotify, lui aurait rapporté 167 $, soit 113 €.
      • [^] # Re: Spotify -> 1 million d'écoutes = 113 €

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Et ça lui raporte plus que ça en diffusion sur radio par exemple ?
        Des radios à plus du million d'auditeur ça se trouve facilement, et ça m'étonnerait assez fortement qu'il gagne plus que ça par diffusion.
      • [^] # Re: Spotify -> 1 million d'écoutes = 113 €

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        1 million, ce n'est pas énorme dans ce monde mondialisé.
        Même moi j'arrive à attaquer ce chiffre avec mon petit logiciel que je diffuse, qui est très marché de niche tout rikiki, c'est dire si ce chiffre est petit pour un marché plus "général" qu'est la musique.

        Spotify est un site parmi tant d'autres, il est "hype" en ce moment mais ça reste un petit site aujourd'hui. C'est de l' "achat" à l'écoute, il y a en a des centaines d'autres, il y a l'achat du single, l'achat de l'album, et j'en passe pour la partie chiffre d'affaire. Ensuite, il faut compter que la chanson est protégée pendant 70 ans après la mort de l'auteur, donc c'est un investissement à long terme, l'argent continuera à rentrer alors qu'elle n'investira plus rien.
        Je ne me fais pas de soucis...
      • [^] # Re: Spotify -> 1 million d'écoutes = 113 €

        Posté par . Évalué à 5.

        J'aurais du citer cette info, qui est à l'origine de mes réflexions : cette info est fausse.

        http://www.zdnet.fr/blogs/digital-jukebox/polemique-sur-ce-q(...)
    • [^] # Re: Spotify.

      Posté par . Évalué à 2.

      La différence entre 10 et 5€ ? le double.

      Et sinon, le catalogue de spotify est loin d'être universel. Pour le reste, il prend le bon chemin : écoute offline et encodage à 320kpbs, encore un petit effort et ce sera bon.
  • # Oui, mais non

    Posté par . Évalué à 1.

    Tu pars du principe que la totalité des sommes récoltées par une éventuelle licence globale retournent aux artistes. Je crois que ce ne serait pas le cas si une telle mesure était mise en application. Il faut quand même bien payer les intermédiaires (ou s'en passer, mais ça c'est un autre débat) d'une manière ou d'une autre.
    • [^] # Re: Oui, mais non

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      De toutes façons, si on dégraissait les intermédiaires, je pense que la licence globale n'aurait même plus de sens, vu que les prix redeviendrait "honnêtes".
      Sinon une licence globale à 5€/mois générerait en étant optimiste 2G€/an. Je pense effectivement qu'on serait bien loin de faire vivre toute l'industrie du disque actuelle avec si peu.
      • [^] # Re: Oui, mais non

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        En même temps, on s'en branle de faire vivre toute l'industrie du disque, ce qui compte c'est ceux qui sont nécessaire pour créer le contenu, le disque en soit on s'en branle.
        • [^] # Re: Oui, mais non

          Posté par (page perso) . Évalué à 0.

          Marrant comme quelqu'un qui dit la même chose que moi mais avec un langage familié se fait pertinenter ...
          • [^] # Re: Oui, mais non

            Posté par (page perso) . Évalué à 6.

            C'est surtout que son discours est clair. Tu te dis qu'on ne comprend pas ton message et tu en tires donc la conclusion que tout le monde comprend de travers. J'ai une autre explication : tu ne t'exprimes pas clairement. Et ce n'est pas une question de registre de langage.
    • [^] # Re: Oui, mais non

      Posté par . Évalué à 3.

      Se passer des intermédiaires c'est justement tout le débat:

      Avec les CD, tu as presque absolument besoin des intermédiaires: il faut quelqu'un qui sache où faire presser les CDs et avance l'argent pour ça, il faut un réseau de distribution, et tout le reste.

      Avec de la musique en ligne, tout ce dont tu as besoin pour te lancer, c'est un studio d'enregistrement, qui peut se trouver être dans ta maison (tout dépend du niveau de qualité que tu vises, mais je pense à Didier Super...).

      Du coup, on ne peut pas reprocher à l'industrie du disque de se lancer à reculons sur la musique en ligne tout en fustigeant le piratage: après s'être comportés quasiment comme des parasites pour les artistes, ils refusent qu'on fasse le ménage...
      • [^] # Re: Oui, mais non

        Posté par . Évalué à 2.

        Le problème, c'est que derrière un morceau de musique, il y a tout un écosystème qui est parfois nécessaire. Si on parle juste de l'enregistrement du morceau, il y a toute une palette de possibilités qui vont de l'enregistrement chez soi à l'utilisation d'un studio professionnel avec des musiciens de session. Selon la formule choisie, le résultat et la qualité obtenue peuvent varier drastiquement.

        Un exemple me vient justement à l'esprit, celui des Black Kids, un jeune groupe d'indie rock qui a commencé à percer il y a deux ans. Leur discographie débute par un EP auto produit, enregistré à leurs frais dans un petit studio et sorti en 2007. Ce disque (purement numérique, il n'est jamais sorti sous forme physique) leur a permis de se faire remarquer par une major, qui a pris en charge l'enregistrement d'un album entier, fournissant les ressources pour rémunérer un gros studio et un producteur (en l'occurrence Bernard Butler, ancien guitariste de Suede). Cet album est sorti en 2008.

        Parmi les morceaux de l'album figurent les cinq titres de l'EP, réenregistrés pour l'occasion. Eh bien quand on écoute les deux versions, il est flagrant de constater que les versions de l'album sont bien plaisantes et de bien meilleures qualités que celles de l'EP. Pourtant ce sont les mêmes chansons, les arrangements sont grosso modo identiques, mais le son est bien meilleur sur l'album.

        Tout cela pour souligner que l'artiste seul ne fait pas tout. L'auto production a de nombreuses vertus, mais dès qu'on souhaite faire des choses un peu plus sophistiqués, l'aide financière et logistique d'un label est nécessaire, et il me parait nécessaire que dans ce cas, cette aide soit être rétribuée en retour sur l'exploitation du morceau. Notez que je parle de label de major ou de label indépendant, je ne cherche pas à faire l'apologie des majors, il se trouve que dans l'exemple que j'ai cité c'était le cas.

        Donc je ne suis pas d'accord sur le fait que les maisons de disques sont de simples parasites, elles participent aussi à la création et à la diffusion de la musique. Si elles étaient amenées à disparaître, je ne suis pas sûr que de me retrouver avec juste des productions personnelles téléchargeables sur Internet me contenteraient… Ce serait une grosse régression par rapport à mon paysage musical actuel.
        • [^] # Re: Oui, mais non

          Posté par . Évalué à 2.

          Et bien je comprends très bien ton point de vue, mais maintenant, je persiste: les maisons d'édition telles qu'elles sont vont disparaitre.

          Tout ce que je note dans ce que tu écris, c'est la nécessité de pouvoir s'offrir un studio haut de gamme pour améliorer la qualité du son.

          Je pense que ça peut être réalisé étape par étape. Après tout, avant que les majors ne repèrent le groupe, il existait déjà, et pouvait se faire connaitre, sans ça personne ne l'aurait remarqué.

          Les maisons de disque ne sont pas indispensables, ce qu'il faut, c'est juste un financement initial pour lancer un album complet. Je ne vois pas pourquoi ça implique de céder ses droits sur ses œuvres à une entreprise tierce et laisser la plus grosse part de bénéfice à des rats.
          • [^] # Re: Oui, mais non

            Posté par . Évalué à 2.

            Les patrons ne sont pas indispensables, ce qu'il faut, c'est juste un financement initial pour investir dans les moyens de production. Je ne vois pas pourquoi ça implique de céder ses droits sur le produit de son travail à une entreprise tierce et laisser la plus grosse part de bénéfice à des rats.

            Le communisme et la propriété collective des moyens de production, c'est comme unix, quand on connaît pas, on est condamné à le réinventer (en moins bien?).
            • [^] # Re: Oui, mais non

              Posté par . Évalué à 4.

              Oui, on peut dire tout ça.

              On peut dire aussi qu'une entreprise peut faire un design et le vendre tel quel ou bien faire un design, externaliser les éléments complémentaires et la fabrication, et le vendre pour elle sans céder aucun droit à qui que ce soit.

              Si les artistes doivent devenir des salariés de maison d'édition, alors ils ont droit à un salaire fixe indépendant de leurs objectifs, et un bonus variable au gré des résultats, comme dans toute entreprise.

              Si ton boss te dit "je te paie pas et tout ce que tu fais est à moi, mais si je gagne de la thune dessus c'est promis je t'en rends un peu", tu acceptes? Non, et aucune entreprise n'oserait faire ça (d'ailleurs ça m'a l'air bien illégal). Mais dans l'industrie musicale, il semble que ce soit la règle!

              Je pense que c'est très difficile de comparer le métier d'artiste avec le monde industriel, mais s'il le fallait, je les verrais plutôt comparés au consultants et "freelance" plutôt qu'à des employés. Tu fournis un bien immatériel, et au lieu de te faire payer pour céder les droits, tu demandes des royalties sur les ventes.

              Enfin, je ne suis pas communiste et je pense que c'est un système qui n'encourage pas la performance individuelle. Mais je crois qu'une association d'artistes peut se payer un studio. L'avantage de l'association, c'est qu'il n'y a pas d'actionnaire derrière et que les membres peuvent avoir le dernier mot si le président décide de se payer 10k€/mois sur leur dos.
          • [^] # Re: Oui, mais non

            Posté par . Évalué à 3.

            Justement, je n'ai jamais dit que les maisons de disque étaient indispensables, j'ai juste expliqué qu'elles pouvaient aider grandement les artistes, quoiqu'on pense à leur sujet, par les moyens qu'elles peuvent mettre à leur disposition (moyens de faire de la musique, mais aussi moyens de promotion et de distribution).

            Je suis d'accord qu'un jeune groupe peut faire entendre sa musique sur Internet ; mais est-ce qu'il sera beaucoup écouté, ainsi noyé dans la masse ? C'est une vraie question… Les Black Kids dont je parle plus haut, j'en ai entendu parler début 2008 parce que l'album allait arriver, mais leur EP de 2007, je n'en aurais jamais entendu parler sinon. De même, j'ai connu le groupe MGMT cette même année parce que leur album Oracular Spectacular allait sortir, sur une major. Leurs disques sortis en 2005, je n'en n'avais jamais entendu parler.

            Parmi les moyens qu'un label fournit à ses artistes, il n'y a pas que le studio haut de gamme, il y a la fourniture d'ingénieurs du son, de matériel, d'un producteur renommé… Et qu'on ne me dise pas que ce dernier est accessoire, sinon comment expliquer la relative platitude du premier album des Talking Heads comparé à la trilogie fantastique qui suivit, marquée d'une indéniable créativité et placée sous la production du grand Brian Eno (et à la chute de créativité qui suivit son éviction, certains membres ayant trouvé qu'il cannibalisait un peu trop le groupe…) ? Comment expliquer le fait que l'album de MGMT cité ci-dessus (production Dave Fridmann) sonne tellement bien sur disque alors que les prestations scéniques que j'ai eu l'occasion d'entendre étaient plutôt décevantes ?

            Quand à dire que l'ascension d'un groupe (ou artiste au sens large) doit se faire étape par étape, disons que c'est déjà plus ou moins le cas pour les jeunes artistes signés par un label. Il est rare qu'un jeune groupe nouvellement signé soit mis à pied d'égalité avec un artiste ayant connu un gros succès.

            Un mot sur ton dernier paragraphe, et sur les contrats abusifs pratiqués par certaines maisons de disque ; pour moi il est de la responsabilité de chacun de faire attention à ce qu'il signe, ce qu'il cède et ce à quoi il s'engage. Il y a pléthore d'exemples où des artistes ont cédé des droits sur leur musique en signant leur contrat (au hasard : les Beatles), mais il y a aussi des contre-exemples (Springsteen a gardé ses droits d'édition lorsqu'il a signé avec Columbia, et pourtant quand il a signé au début des années 70 il était agé d'une vingtaine d'années et était totalement inconnu), donc si le contrat est abusif, eh bien il faut aller voir un autre label (oui je sais c'est facile à écrire pour moi, j'imagine bien qu'il y a des histoires de récompenses alléchantes, de couteaux sous la gorge ou de chantage qui entrent en jeu). Bref il faut essayer en toute circonstances d'être libre (c'est le motto de ce site, si je ne m'abuse ?) et en accord avec ses principes.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.