Journal Marre des logiciels propriétaires ...

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
30
5
fév.
2010
... rattachés à une machine.

Je m'explique. Dans la recherche génétique (mais je supposes que c'est similaire ailleurs), il y a plein d'appareils de laboratoire. Tous ces appareils sont généralement vendu avec un ordinateur (d'occasion), un Windows XP et le logiciel spécifique à la machine.

Déjà dans la grande majorité des cas, le système installé a été utilisé par différents laboratoires chez qui la machine a été prêtée pour faire des tests. Donc la première chose à faire est de réinstallé entièrement le système (une fois on l'a pas fait, on a attrapé un bon gros virus informatique).

Ensuite j'en viens au logiciel. Très souvent développé en Java, celui-ci fonctionne uniquement sous Windows. Ce logiciel a généralement son propre système d'utilisateur. On peut pas le rattaché avec l'authentification Windows, rien. C'est indépendant, ça fait des noms d'utilisateur/mots de passe en plus, c'est la chaos.

Dans la majorité des cas, ce logiciel utilise une base de donnée. C'est une base de donnée obscure qui n'existe sûrement plus ou qui est développée en interne. Ces bases de données ne sont pas accessibles par le réseau (ou par un protocole obscure connu que du logiciel fourni). Donc pensez bien que la sauvegarde se fait en ouvrant l'utilitaire de sauvegarde en cliquant sur "backup" et en espérant qu'il fonctionne.

Le dernier truc comme ça c'était avant-hier. Une machine Roche avec un logiciel fantastique (et un super système de gestion des utilisateurs intégrés) et une super base de donnée qui, d'après les mots que j'ai trouvé, semble être une base de donnée XML utilisant, à quelque part, Firebird et qu'il faudrait sauvegarder et vider tous les 6 mois parce que sinon la base elle est trop grande et y'a risque de perdre des données (c'est écrit dans le mode d'emploi (en plus classe et plus "technique")) ... argh !

Donc si par hasard vous travaillez dans ce genre de boîte, utilisez une méthode pour se connecter à une base de données genre MySQL, PostrgeSQL, ... ou même SQLite. Mais un truc ouvert et disponible sur les diverses systèmes d'exploitation de ce monde.
Et tant qu'à faire, ne réinventez pas un système d'authentification (qui n'est pas sécurisé, j'en suis certain) et utilisez ce qui est déjà disponible.
Bref arrêtez de faire ce merdier inutilisable et ingérable (j'ai 5-6 bases de données comme ça actuellement et ça ne cesse de grandir (j'en ai même une on a dû mettre un UPS sur l'ordinateur car s'il y a un arrêt brutal de la machine, la base est corrompue à tous les coups).
  • # La grande époque du propriétaire...

    Posté par . Évalué à 10.

    ...dans le seul but de vendre et de verrouiller.

    Mais bon, des systèmes bancals, c'est pas ce qui manque. Choix technique à l'arrache, outils le plus obscur possible, interfaçage non souhaité, bref, un grand moment de solitude.

    Et le mieux, c'es bien sûr quand le commercial ou la doc te justifie ce choix technique: un grand moment de rire.
    • [^] # Re: La grande époque du propriétaire...

      Posté par (page perso) . Évalué à 9.

      Le commercial ... j'aurais aimé lui poser des questions une fois, mais chez nous les gens commandes une machine, on n'est pas informé de rien et un jour la machine arrive et il faut aller vite mettre tout ça dans le réseau, donner un accès Internet et aider le type qui livre à faire fonctionner le système.
      Et après il y a de tout. L'autre fois on met le SP3 de Windows XP sur toutes les machines, hop y'a un appareil qui fonctionne plus. Mail, téléphone : "ah, mais notre logiciel il fonctionne pas avec SP3". Raaah.
      Y'a l'équipe qui arrive avec un firewall : "ben y'a pas d'anti-virus fourni, il faut mettre le firewall !". Snif.
      Il y a aussi ceux-ci : on a un problème avec le logiciel : "Essayez cette version là.", marche pas, "Essayez cette troisième version là". Marche à moitié : "En fait pour faire ces opérations, il vous faut cette version et pour faire le reste, il vous faut cette autre version". Cool.

      "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

      • [^] # Re: La grande époque du propriétaire...

        Posté par . Évalué à 3.

        Dans le même genre, le labo a reçu une belle machine à 100 000 € et pour faire certaines méthodes faut la créer sur l’ancienne version du logiciel de contrôle et la lancer avec la dernière version du logiciel parce qu’entre temps je ne sais quelle carte a été changée. Pour faire des essais particuliers, il va falloir envoyer la description au fabricant pour avoir le fichier nous permettant de faire ce que l’on veut.

        Dans bien des cas c’est le logiciel de contrôle qui limite les possibilités de la machine.
        • [^] # Re: La grande époque du propriétaire...

          Posté par (page perso) . Évalué à 4.

          Ah oui, la machine a "plusieurs versions de logiciel" est +100'000 CHF. Le logiciel (les logiciels) sont pas gratuits, ils sont à plusieurs milliers de francs (avec dongle USB pour pas que l'on puisse pirater les logiciels).

          "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

          • [^] # Re: La grande époque du propriétaire...

            Posté par . Évalué à 5.

            Et le coup des machines asservie à des ordinateurs sous des windows 3.1, NT ou des MacOS 8/9, il y en a pas mal dans les labo de recherches et les hôpitaux. C'est très pratique pour les récupérer les données (lecteur de disquette uniquement, pas de réseaux, pas de port USB...).
            Tout cela parce qu'il est généralement pas possible de faire évoluer la partie informatique sans avoir à changer le reste de l'appareil qui donne pourtant toute satisfaction.
  • # Oh... My... Dog !

    Posté par . Évalué à 6.

    "Ensuite j'en viens au logiciel. Très souvent développé en Java, celui-ci fonctionne uniquement sous Windows."
    O_o
    • [^] # Re: Oh... My... Dog !

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      C'est facile, il suffit de faire appel à une fonction de system32.dll par exemple. Rien de plus simple, et c'est radical.
    • [^] # Re: Oh... My... Dog !

      Posté par . Évalué à 4.

      Ben oui, si Java était *vraiment* multi-plateforme, ça se saurait !

      Regarde juste le concept de serveur d'application Java et tu vas comprendre.
      L'objectif d'un tel outil est de fournir la bonne version d'un logiciel selon l'environnement cible : version de la JVM, système d'exploitation, navigateur utilisé, etc...

      C'est un raté le Java, très bien sur le principe, mais ça ne tient absolument pas ses promesses !

      Yth.
      • [^] # Re: Oh... My... Dog !

        Posté par (page perso) . Évalué à 5.

        Regarde juste le concept de serveur d'application Java et tu vas comprendre.
        L'objectif d'un tel outil est de fournir la bonne version d'un logiciel selon l'environnement cible : version de la JVM, système d'exploitation, navigateur utilisé, etc...


        Qu'est-ce que c'est que ce grand n'importe quoi que tu nous sors ?! Ta deuxième phrase est tout simplement et tout complètement fausse.
        • [^] # Re: Oh... My... Dog !

          Posté par . Évalué à 4.

          C'est le constat que j'en fais tous les jours : il y a un tas d'applis java qui ne tournent que sur un seul OS, avec une version de JVM précise et un navigateur précis. Parfois a peut tournenr sur plusieurs OS, mais c'est fortement lié au JRE et au navigateur.
      • [^] # Re: Oh... My... Dog !

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Java est vraiment multi-platforme !

        Les serveurs d'applications open source JOnAS, JBss,... fonctionne de la même manière sur Linux, Windows, Unix... Il repose entièrement sur la JVM et sont indépendants de l'OS.

        D'ailleurs beaucoup de développeurs Java travaille sur Windows alors que leurs applications sont déployés sur Linux, Solaris, AIX,...

        On a même des applications Swing sur Windows qui appellent des EJB déployés sur Solaris. Et le contraire marche aussi. Et ce même en utilisant des JVM de différents fournisseurs (Sun, IBM, BEA).

        Les problèmes d'incompatilités concernent souvent les versions de JVM différentes (1.4, 1.5 ou 1.6). J'ai fait l'expérience qu'un appel RMI ne passe par défaut pas entre jvm 1.5 et 1.6.
      • [^] # Re: Oh... My... Dog !

        Posté par . Évalué à 3.

        Ben oui, si Java était *vraiment* multi-plateforme, ça se saurait !
        Une appli client developpee et compilee sous windows et deployee sous solaris, hpux, aix et linux, le tout sans recompiler quoi que ce soit, tu consideres pas ca *vraiment* multiplateforme?

        Regarde juste le concept de serveur d'application Java et tu vas comprendre.
        Ben expliques moi alors. Parce que je prend tomcat, je prend les jar de tomcat (pas de mon appli, hein, ceux de tomcat), je les balance sur linux, et ca marche.
        Je les balance sur AIX, et ca marche.
        je les balance sur solaris/sparc, et ca marche.
        Je les balance sur mon mac ppc et ca marche.
        Le seul truc qui differe d'un os a l'autre, c'est l'installateur, toutes les releases viennent avec les scripts de lancement pour chaque os...

        C'est sur que si t'as un grouik qui code en dur "c:/program files/Apache/Tomcat/" dans le code, ca va pas le faire...
        • [^] # Re: Oh... My... Dog !

          Posté par . Évalué à 2.

          s/ça marche/ça bouffe toute ta ram pour faire 3x rien/
        • [^] # Re: Oh... My... Dog !

          Posté par . Évalué à -1.

          Parce que Tomcat est bien codé pour justement marcher partout ?
          On ne parle pas ici de la qualité des serveurs d'application, mais des divers programmes Java qu'on peut trouver un peu partout...

          Ce n'est pas parce que tu me montres un programme pour lequel Java tient ses promesses que c'est vrai pour tous.

          Je peux te montrer des tas de programmes C qui marchent directement sur bien plus de configuration différente qu'il n'y en a qui ont des JVM, ça ne veut pas dire que le C est portable. Ce n'est d'ailleurs pas dans ses objectifs.
          Il l'est de fait si le programmeur se foule à faire un programme portable.

          Java avait quand même comme objectif une abstraction qui rend les choses automatiquement portables, sauf que de manière générale ça ne marche pas.
          Et au final pas tellement mieux qu'en C qui n'a pas été pensé pour...

          Donc Java est un gros raté sur son objectif majeur. Après ça peut être un très bon langage, moi je n'aime pas mais ça me regarde. Ça n'empêche que ce n'est pas spécialement plus portable que d'autres langages, alors que présenté comme tel...

          Yth.
    • [^] # Re: Oh... My... Dog !

      Posté par . Évalué à 10.

      C'est super facile à faire, j'ai vu ça plein de fois (malheureusement)
      public final static RépertoireTemporaire = "c:\\temp\\" ;
      et hop !
      • [^] # Re: Oh... My... Dog !

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        C'est pour cela qu'on a inventé les fichiers de properties.

        je crois que si on fait des tests avec Findbugs/Pmd, on peut vérifier qu'il y a pas de chemin, d'IP,... en dur dans le code.

        Xavier
        • [^] # Re: Oh... My... Dog !

          Posté par . Évalué à 7.

          Tout ça pour dire que c'est pas parce que c'est en java que tout à été fait pour que ça soit multi-plateforme... et que le langage ne suffit jamais à lui seul à rendre une appli multi-plateforme
  • # Tu as de la chance

    Posté par . Évalué à 5.

    Java + SGBDR Obscur !

    Il y a pire et je pese mes mots : Windev et sa base de données.
    - Très difficile à accéder même par ODBC. Lecture seul uniquement.
    - Corruption régulière des indexes et du contenu.

    Tu as essayé de faire du reverse sur le Java, tu pourrais peut être avoir une bonne surprise ?
    • [^] # Re: Tu as de la chance

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Tu as essayé de faire du reverse sur le Java, tu pourrais peut être avoir une bonne surprise ?

      Non et je ne penses pas le faire pour le moment. J'ai d'autres choses à faire que "corriger" les logiciels propriétaires de grosses entreprises.

      "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

    • [^] # Re: Tu as de la chance

      Posté par . Évalué à 4.

      Les outils ne font pas tout.

      Sur le papier Borland C++Builder + Borland Paradox paraissaient cohérent, mais entre les mains d'une équipe d'incapable c'est redoutable : au bout de 11 mois d'essais la base est devenue instable ( essais non enregistré, essai invalidé, rétrospection lente ..., courbe perdue ).

      Coup de fil à ces incapables d'éditeur de logiciels :
      - upgrader ( €€€ ) en ms-sql server !
      ou
      - partir d'une base vide.

      Sympathique lorsqu'on a déjà bien payé le logiciel, protégé par dongle usb, numéro de série de la machine et avec date d'expiration renouvelable (gratuitement)...

      Merci pxlib qui m'a permis en 2-3 jours de ne garder que les 40 derniers essais de chaque formulation.

      Le point positif de ce genre d'incidents et qu'ils sont parfois solvables avec des outils libres, c'est l'occasion de promouvoir cette informatique de confiance dans mon entreprise : on peut corriger en interne les bugs et trouver une solution fiable et rapide.
      • [^] # Re: Tu as de la chance

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Le point positif de ce genre d'incidents et qu'ils sont parfois solvables avec des outils libres, c'est l'occasion de promouvoir cette informatique de confiance dans mon entreprise : on peut corriger en interne les bugs et trouver une solution fiable et rapide.

        C'est grâce à ça que le directeur est très ouvert aux outils Libres. Malheureusement on peut pas en avoir partout, mais quand on peut, on a toujours le feu vert. Dernièrement (ce matin), on a eu le feu vert pour passer la centrale téléphonique sur Asterisk. Bien que dans un premier temps ça sera moins stable qu'un truc tout prêt (le temps d'apprentissage de la technologie puisque personne n'en a fait avant), mais à court terme on aura un truc de qualité, fiable et ouvert.
        Dans ce cas là, l'élément déclencheur, c'est la facture à 3 zéros parce qu'on a éteint la centrale téléphonique à XXh00 (toutes les heures précises la centrale se synchronise avec la mémoire morte et une interruption de ce processus entraîne de graves problèmes de corruption (ce qui nous a été expliqué)). On doit éteindre la centrale de temps à autre pour contourner un bug du fabricant (c'est la solution du fabricant, éteindre la centrale et la rallumer), mais le fabricant a omis de nous dire "pas le faire à des heures précises".
        Donc deux jours sans téléphone et une facture à 3 zéros, tout ça pour une centrale qu'il faut éteindre de temps à autre pour contourner les bugs du fabricant et qui coûterait une fortune à mettre au niveau technologique d'aujourd'hui (offre à 4 zéros).

        Donc oui, c'est vrai que ce genre de problèmes permettent de faire la promotion d'une informatique ouverte. Et ça on peut vraiment appeler de "l'informatique de confiance".

        "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

  • # Petites anecdotes de machines de labo

    Posté par . Évalué à 4.

    Sur une Calorimétrie_différentielle_à_balayage Perkin Elmer, vu que le logiciel n'aime pas le multi-utilisateur, en quelques jours il a produit un fichier de log de 232 Go suite à un changement de machine. 0_o

    Sur une machine de traction, la carte d'acquisition ne fonctionne qu'avec un pentium 2, du coup on prie pour que rien ne grille dans l'ordi pour ne pas devoir passer par la case « on change tout pour un coquette somme ».
    • [^] # Re: Petites anecdotes de machines de labo

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      On a aussi la machine qui tourne que avec Windows 2000 et la machine qui utilise une carte ISA.

      "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

      • [^] # Re: Petites anecdotes de machines de labo

        Posté par . Évalué à 2.

        faut pas trop vous inquietez, meme si c'est facile a dire il y a des pc dit industriel avec ce genre de connectique.

        Bon c'est dans les 2000€ 3000€ le Pc mais vous avez tous ce que vous voulez. Faut si prendre un petit peu en avance pour ne pas etre stréssé.


        je m'inquieterais plus pour la carte ISA :)
  • # Firebird

    Posté par . Évalué à 3.

    Une machine Roche avec un logiciel fantastique (et un super système de gestion des utilisateurs intégrés) et une super base de donnée qui, d'après les mots que j'ai trouvé, semble être une base de donnée XML utilisant, à quelque part, Firebird et qu'il faudrait sauvegarder et vider tous les 6 mois parce que sinon la base elle est trop grande et y'a risque de perdre des données (c'est écrit dans le mode d'emploi (en plus classe et plus "technique")) ... argh ! Donc si par hasard vous travaillez dans ce genre de boîte, utilisez une méthode pour se connecter à une base de données genre MySQL, PostrgeSQL, ... ou même SQLite. Mais un truc ouvert et disponible sur les diverses systèmes d'exploitation de ce monde.

    FYI, si c'est réellement de Firebird qu'il s'agit (j'en doute un peu d'après ta description), je souhaite rappeler que ce SGBDR est déjà Open-source, portable, etc. :)
    http://www.firebirdsql.org/
    • [^] # Re: Firebird

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      C'est ce que je penses, mais c'est intégré dans un logiciel (Exor 4) qui a l'air de faire quelque chose avec mais je sais pas quoi. En fait il y a juste une DLL Firebird dans le tas de fichiers installés.
      Alors comme j'ai rien trop trouvé sur Exor 4, je sais pas trop.

      "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

  • # Je suis surpris... par le terme recherche

    Posté par . Évalué à 2.

    En fait, je suis étudiant au doc (mais pas dans le même domaine) : ma copine est au doc en biochimie. C'est pas non plus _très_ éloigné de la génétique : dans les labs, on ne trouve que du Linux.

    Alors je suis supri : vos outils sont uniquement sous windows ? Je n'ai que rarement vu des labs de recherche (ok, universités) avec autre chose que des Unices, à part en génie informatique.

    Vos logiciels n'ont pas d'équivalent meilleur ?
    • [^] # Re: Je suis surpris... par le terme recherche

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Il y a d'excellents outils disponible sur Linux, le problème c'est l'abrutissement des utilisateurs à l'interface graphique. Il n'y en a pas un qui arrive à faire quelque chose si c'est pas "click-click". Alors les bons outils Unix, c'est sur un serveur avec une interface Web !
      Ensuite l'autre problème c'est les logiciels d'acquisition des données venant des machines (le sujet de mon journal). C'est généralement du Windows-only.

      "It was a bright cold day in April, and the clocks were striking thirteen" - Georges Orwell

      • [^] # Re: Je suis surpris... par le terme recherche

        Posté par . Évalué à 0.


        Ensuite l'autre problème c'est les logiciels d'acquisition des données venant des machines (le sujet de mon journal). C'est généralement du Windows-only.

        J'ai même déjà vu une carte d'acquisition dont l'API du pilote était écrite en Visual C ! Donc on ne pouvait l'interfacer qu'avec un programme Visual C.
    • [^] # Re: Je suis surpris... par le terme recherche

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Vos logiciels n'ont pas d'équivalent meilleur ?

      En général le problème n'est pas tant les logiciels utilisés pour soi, mais les logiciels liés aux appareils. Quand le logiciel d'acquisition d'un matériel qui t'as coûté une fortune ne tourne que sur une plate-forme précise, tu n'as pas trop le choix. Comme ces logiciels arrivent en plus avec leur lot de dysfonctionnements, tu te retrouve avec le genre de difficultés exposées là :
      https://linuxfr.org/comments/1103749.html#1103749
      https://linuxfr.org/comments/1103654.html#1103654

      Les exemples ne manquent pas, moi c'est avec un granulomètre par diffraction laser que j'ai des soucis.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.