Journal Ouverture de NosSénateur.fr

Posté par .
30
22
sept.
2011

C'est aujourd'hui que le site jumeaux de NosDéputés.fr ouvre ses portes. Pour beaucoup d'entre nous le Sénat est une chambre où de vieux politiciens dorment en paix, un artifice inutile et coûteux pour la République ou une chambre d'enregistrement bis. Que nenni, sauf pour le coût mais cela semble commun à beaucoup d'institutions françaises, les sénateurs sont des rebelles qui causent plus que les députés. Ils font moins de rapports que les députés et déposent moins de proposition de loi, ce qui n'est pas forcément un mal.

Les chiffres de la dépêche AFP :

  • 20 % des amendements sont adoptés contre l'avis du gouvernement;
  • 33 millions de mots depuis 2007 (29 pour les députés);
  • 1.566 rapports rendus (1.714 pour les députés);
  • 703 propositions de loi (1.828 pour les députés).

Et pour finir, l'adresse du site NosSénateurs.fr.

  • # sénat

    Posté par (page perso) . Évalué à  5 .

    Pour beaucoup d'entre nous le Sénat est une chambre où de vieux politiciens dorment en paix, un artifice inutile et coûteux pour la République

    pas seulement ... http://www.editionsdurocher.fr/Le-Senat---Enquete-sur-les-superprivilegies-de-la-Republique_oeuvre_2464.html

  • # Welcome twin!

    Posté par . Évalué à  10 .

    Hello,

    Bravo aux petits gars regards citoyens pour tout ce qu'ils font. Bravo en particulier pour le petit dernier nossenateurs.fr.

    Tout ce qui va dans le sens de la transparence et de l'opendata est bon à prendre.

    Ceci dit, même si c'est intéressant à titre informatif, je pense que ça sera moins utile que nosdeputes.fr.

    De candidats.fr à mémoire politique en passant par nosdeputes, je pense que ces sites auront de plus en plus vocation à être utilisés lors des périodes pré électorales.

    Bien sûr, il n'est pas impossible qu'une partie non négligeable des conseillers communaux l'utilisent. Mais c'est moins simple à utiliser. Du moins pas de la même manière. L'utilité de broadcaster une information intéressante sur tous les réseaux sociaux, sur les sites de news et dans la presse ne sera peut être pas aussi efficace.

    Mais rien n'empêche de cibler le public.

    Mais bon, tout ce blabla mis à part, encore une fois : bravo pour votre travail.

    • [^] # Re: Welcome twin!

      Posté par (page perso) . Évalué à  10 .

      Un truc qui est également très intéressant (et assez nouveau en France je crois) ce sont les initiatives de "fact checking" mises en place par des journaux pour cette campagne.
      Cela se fait régulièrement dans les pays anglo-saxons et chaque déclaration d'un politicien est immédiatement vérifiée pour savoir si ce qu'il a raconté est vrai ou pas.

      Sur le site du Monde c'est la page "Les décodeurs" : http://decodeurs.blog.lemonde.fr/
      Sur le site de Libération c'est la page "Desintox" : http://www.liberation.fr/desintox,99721

      Je ne sais pas si d'autres médias font ça mais c'est très intéressant de voir ainsi des affirmations "décortiquées" par des analyses pointues.

      • [^] # Re: Welcome twin!

        Posté par . Évalué à  2 .

        Et bah, avec ce genre de sites ils ont intérêt à travailler leur langue de bois avec application.

        • [^] # Re: Welcome twin!

          Posté par (page perso) . Évalué à  9 .

          Devraient faire gaffe, avec des trucs pareils Hadopi va leur trouver une collection de téléchargements en cours depuis leurs serveurs web!

          Sérieusement, je n'aurais qu'une chose à dire: ENFIN!!

          Enfin les journalistes recommencent à faire leur boulot, à vérifier ce qu'on leur raconte, à ne pas disparaître complètement pour transformer les médias en estrades pour politiques en quête de voix.

          Espérons que ces sites trouvent l'attention qu'ils méritent auprès du public et qu'on n'ait plus jamais de débat télévisé du niveau Sarko-Royal en 2007... (ou concours de celui qui dit le plus de conneries en un minimum de temps).

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.