Journal I had a dream : des pingouins verts !

Posté par (page perso) . Licence CC by-sa
1
31
déc.
2014

Ayant besoin d'une machine qui tourne H24 ( et oui …. ) et
- étant celui qui paye la facture d'électricité
- essayant de réduire mon emprunte CO2 / nucléaire sur la planète
je me suis tourné vers une raspberry pi, que tous les geekos du coin connaissent !

Du coté des constructeurs, un autre linuxien me parlait il y quelques temps du fait qu'un certain constructeurs prévoit de l'octocore en arm, avec les serveurs qui vont bien… Nice !

Dans les entreprises, il y a
- la virtualisation
- les politiques de mutualisation des ressources entre applications
- j'ai vu une banque décider de chauffer une tour avec 3000 personnes dedans en récupérant la chaleur des machines des data-center en sous-sol : en hiver, refroidir en bas et chauffer en haut ? gaspillage !

A propos de data-center j'en ai déjà déserté un qui affichait des soucis de capacité énergétique, avec des machines arm cela se passerait mieux !

=> Et avez-vous une politique de réduction énergétique concernant votre infrastructure informatique ?

Cela me donne une idée : ajouter une composante "consomation énergétique" dans mon logiciel libre de capacity planning…
C'est complètement dans le délire de gestion de capacité la puissance électrique !
Y a powerstat qui fait un truc à la top, doit bien avoir moyen à récupérer cela en une ligne de commande, et pondre un report journalier…
Dudiou encore un truc à coder !

Ce serait aussi bien de coller un pingouin vert au lieu d'un pingouin noir si les processeurs sont arm.
Genre pingouin label "Ecolo" : un pingouin vert !
Et au moins c'est vite codé….

@+

  • # Amazon, Azure, Google, ...

    Posté par . Évalué à 9.

    T'auras du mal, bcp de mal, à faire mieux que les gros providers de "cloud computing" en terme de fiabilité et étiquette environnement vu qu'ils optimisent un max l'utilisation de leurs ressources (pour raisons monétaires), ce qui permet justement de limiter le nombre de systèmes consommant au maximum en placant de manière optimisée les VMs sur les serveurs, alors que toi, au final ta machine continuera de bouffer de l'énergie alors que tu ne l'utiliseras probablement que très rarement.

    • [^] # Re: Amazon, Azure, Google, ...

      Posté par . Évalué à 10.

      Heu, travaillant un peu dans ce milieu, c'est une vision très optimiste que tu développe. Je vois passer des choses développées sur des usines à gaz java/tomcat/whatelse par des prestataires qui ont juste le temps de livrer le truc avant de faire faillite qui sont pas du tout optimisé. Certes, ça tourne sur des clouds IaaS dans des datacenter en Free Cooling, mais vu comment c'est foutu, faut bien plus de ressources que nécessaire pour faire tourner le bazar. Le problème, comme tu le dit, c'est que c'est optimisé pour des raisons essentiellement monétaires, y compris au niveau du développement des projets. Et cela peut avoir des effet pervers. Étant donné que le coût de déploiement d'une nouvelle plateforme dans un environnement fortement automatisé et hautement disponible est plus bas, il y a aussi une tendance à régler les problèmes de capacité en rajoutant du hardware, plutôt qu'à coup de matière grise.

      Certes, il y a une pression plus forte sur la ressource énergétique qu'il y a quelques dizaines d'années, et d'une certaine façon, ça va dans le bon sens, mais si on creuse, on est encore loin du compte.

      De tout façon, c'est un problème a prendre de façon globale, et si l'utilisateur, comme dans le cas de l'auteur du journal, a déjà conscience du problème de son impact sur l'environnement sans se réfugier derrière l'idée que son fournisseur de services gère cela sûrement mieux que lui et qu'il n'a pas se casser la tête avec ça, c'est déjà très bien, car c'est une pression de plus, et pas des moindres sur les dits fournisseurs, car au final, c'est lui qui les paye, les services.

      Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

      • [^] # Re: Amazon, Azure, Google, ...

        Posté par . Évalué à 7.

        Tu parle des logiciels qui tournent dessus là où pBpG (et le journal) parle de matériel.

        Faire du développement qui consomme peu c'est encore un autre débat (pas forcément plus simple, est-ce que faire de la perf c'est consommer moins ?).

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Amazon, Azure, Google, ...

          Posté par . Évalué à 9. Dernière modification le 31/12/14 à 11:07.

          Oui, ben justement, le problème de l'impact environnemental (qui est au delà du simple problème énergétique) est global. L'idée que la simple pression du coût économique peut régler le problème est utopique. La raison à cela, c'est que le système économique ne prend pas en compte à sa juste valeur cet impact, pour des tas de raisons. C'est ce que les économistes appelle des externalités négatives. Bref, certes, il vaut mieux avoir un hardware optimisé que le contraire, mais si c'est pour l'utiliser cent fois plus que nécessaire parce que ça coute moins cher, c'est retour à la case départ. Mon propos, c'est qu'avec la notion de cloud actuel, il y a aussi cet élément de disponibilité et de scalabilité a bas prix dont les vertus écologiques sont discutables.

          Pour faire une analogie, c'est comme avoir une voiture électrique et l'utiliser à tout bout de champs parce qu'elle est soit-disant écologique. Par exemple, le dernier datacenter de Facebook est une tuerie : https://www.facebook.com/AltoonaDataCenter (je rêve de bosser au réseau chez eux, sniff …), mais pourquoi faire tout ça ? (En fait j'en sais rien, hein, j'ai pas de facebook perso, mais je veux bien qu'on m'explique)

          Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

          • [^] # Re: Amazon, Azure, Google, ...

            Posté par . Évalué à 3.

            Bref, certes, il vaut mieux avoir un hardware optimisé que le contraire, mais si c'est pour l'utiliser cent fois plus que nécessaire parce que ça coute moins cher, c'est retour à la case départ.

            Oui mais comme on a aucune hypothèse sur le software qui doit tourner dessus, il n'y a pas vraiment de discussion possible.

            Mon propos, c'est qu'avec la notion de cloud actuel, il y a aussi cet élément de disponibilité et de scalabilité a bas prix dont les vertus écologiques sont discutables.

            La scalabilité horizontale et les architectures élastiques (c'est ça aussi le cloud actuel) c'est quand même assez formidable pour améliorer la consommation :

            • on utilise un paquet de petites machines plutôt qu'une grosse et on sait mieux gérer la consommation de ses bêtes là que de gros mastodontes ;
            • on peut gérer finement la consommation en allumant ou en éteignant des machines en fonction de la charge (pour éteindre les machines inutilisée et pour limiter la charge sur chaque machine - ne pas pousser le hardware à bout c'est bon pour sa durée de vie -).

            Le cloud actuel c'est aussi strava qui pour mettre en place son service de review de l'année n'a pas à acheter des machines, les mettre en place, les revendre/jeter 2 semaines plus tard, mais à la place utilise amazone.

            Oui il y a du bon et du moins bon, mais affirmer que le cloud d'aujourd'hui est mauvais c'est quand même y aller fort je trouve.

            pourquoi faire tout ça ?

            Je ne suis pas dans les petits papiers de facebook, mais ils doivent prédire l'avenir. Ce n'est pas au moment où ils ont besoin des ressources qu'ils doivent les mettre en place mais bien avant, donc ils se laissent toujours une marge. J'avais lu un interview du premier français employé par facebook, qui disais que pendant des mois/années, ils n'avaient jamais assez de serveur pour gérer la charge. Aujourd'hui je présume qu'ils n'ont pas le taux de croissance d'utilisateurs qu'ils avaient au début, mais ils proposent de plus en plus de services (traitement et création d'image et de vidéo, analyse comportementaux en tout genre,…).

            Après ils ont peut être juste de l'argent à claqué pour le plaisir, mais j'en doute. Facebook est quand même une entreprise qui investi pas mal dans des solutions pour tenter de réduire sa consommation (avec hiphop, hack, cassandra, btrfs,…).

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Amazon, Azure, Google, ...

              Posté par . Évalué à 6. Dernière modification le 31/12/14 à 15:25.

              La scalabilité horizontale et les architectures élastiques (c'est ça aussi le cloud actuel) c'est quand même assez formidable pour améliorer la consommation :
              on utilise un paquet de petites machines plutôt qu'une grosse et on sait mieux gérer la consommation de ses bêtes là que de gros mastodontes ;

              Je suis vraiment pas convaincu pas ça, et j'aimerais bien avoir des références de cas pratiques pour lesquels ça marche vraiment. Genre je voudrais bien voir un passage d'une architecture basée sur du x86 vers une architecture basée sur de l'ARM qui a apporté un gain en consommation et avec des besoins en calcul non triviaux (pour faire du NAS, j'imagine que ça marche bien). "ARM ça consomme moins", ça me paraît être un poncif qu'on répète souvent mais qui ne se vérifie pas dans le contexte du datacenter.

              Certes, je veux bien admettre qu'il soit plus facile de gagner en consommation en éteignant de petites machines ARM inutilisées qu'on downclockant ou jouant avec les sleep states d'un gros processeur x86 (et encore…).

              Reste que faut arrêter d'imaginer que 4 processeurs à 1Ghz en réseau, c'est équivalent à 1 processeur à 4Ghz. Ce n'est pas le cas. Dire ça, c'est oublier l'impact des caches, des latences mémoires et réseaux, des débits mémoire et réseaux et tout un tas d'autres problèmes. Ne serait-ce parce qu'on passe d'un espace mémoire partagé à des espaces mémoires cloisonnées.

              Bref, je pense qu'il faut bien 200 Raspberry Pi pour remplacer un Core i5 chargé à 20%. Pas sur qu'on y gagne en consommation. Sans compter que ça amène à dupliquer les cartes réseaux, les alims et les périphériques de stockage, donc multiplier la consommation des éléments qui ne sont pas des processeurs. Pas sur non plus qu'on arrive à égaler la performance du Core i5. C'est sur que si le Core i5 ne fait rien, on peut aisément le remplacer par un ARM (e.g. NAS, dédibox ou kimsufi de particulier qui dort 90% du temps et qui n'est jamais chargé à plein).

              Pour Facebook, la solution (pour l'instantà c'est d'employer des ingénieurs à optimiser aux petits oignons leur code et faire tourner ça sur trouzemille serveurs x86, pas d'utiliser de l'ARM.

              Bref, non la scalabilité horizontale, c'est pas terrible pour la consommation. Vaut mieux probablement scaler verticalement dans la plupart des cas pour obtenir une conso basse. On fait de la scalabilité horizontale parce qu'on a pas le choix (au bout d'un moment, c'est compliqué de scaler verticalement, j'attends toujours mon Xeon avec 1000 cœurs à 17Ghz :))

              • [^] # Re: Amazon, Azure, Google, ...

                Posté par . Évalué à 3.

                Je pensais à des petites machines x86 (pas des Xeon haut de gamme).

                Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Amazon, Azure, Google, ...

              Posté par . Évalué à 7.

              La scalabilité horizontale et les architectures élastiques (c'est ça aussi le cloud actuel) c'est quand même assez formidable pour améliorer la consommation.

              Mais je ne dit pas le contraire. Bon, je vais essayer de développer ce que je pense sur le fond du problème : l'écologie. Car la discussion porte aussi sur cet aspect du problème. Le problème écologique, il faut le penser comme économique et global, même si on n'agit vraiment qu'au niveau technique et local. C'est pour ça qu'en tant qu'ingénieur, on redoute souvent ce genre de discussion (faire des plans sur la queue de la comète comme on dit)

              Bon, en bref, on peut produire plus à un moindre coût énergétique, certes, au final, on fera donc plus pour le même impact écologique (du moins, du point de vue de notre consommation d'énergie). Mais si cela abouti à une augmentation de la consommation du fait de la chute des coûts de production (ce qui dans notre économie est symbolisé par la sainte croissance), au final, l'impact écologique augmentera et les écosystèmes s'épuiseront quand-même avec les conséquences que l'on connait.

              La notion de durabilité des écosystèmes (et pas forcément de leur conservation) est le fondement de la pensée écologiste moderne. Elle suppose que l'on arrive à internaliser la restauration et la préservation de ces écosystèmes dans l'économie réelle, ce qui dans le modèle ci-dessus modérerait la chute du coût de production (par exemple, plus on pompe sur une ressource, plus son cout augmente et ceci de façon non-linéaire) Ceci provoquerai, aussi une modération de la croissance en fonction de l'utilisation de la ressource. Mais ce n'est pas le cas, car ce coût est malheureusement ignoré et reporté dans le temps, sur les générations futures. Et au lieu d'avoir une côte dont le pourcentage augmenterait au fur à mesure qu'on la monte, on à une pente plus ou moins douce qui se termine dans un mur. (Faire du vélo permet de comprendre pas mal de chose sur l'écologie, mine de rien).

              Je pense donc que le problème écologique n'a pas de solution purement technique. Que prétendre à de telles solutions est utopique. Attention, je ne dit pas pour autant que le progrès ne sert à rien, bien au contraire, je dis juste que ça justification morale "écologiste" du progrès technique est un trompe l'oeil. De mon point de vue, pour être écolo, il faut avant tout se poser la question de l'impact global de nos actes (le coût réel, celui que l'économie à tant de mal à trouver) et le mettre en rapport avec l’utilité de l'acte (ce qu'il nous rapporte). Finalement, dans la balance, on s’aperçoit vite que les aspects techniques sont certes important mais secondaire. Il viennent dans un deuxième temps, si ça en vaut la peine.

              En conclusion, je pense que parler d'écologie n'a de sens que si tu prend le problème globalement, et c'est pour ça que l'on ne s'en sort pas. Certes optimiser les ressources peut paraître vertueux du point de vue écologique, mais sorti de son contexte global, cet arguments est juste un attrape nigaud utilisé à des fins publicitaire. Tout est dans le pourquoi on fait, pas dans le comment on fait.

              Il y a un très bon dessin de Geluck montrant le chat avec une tronçonneuse et qui dit :
              - C'est pas trop tôt.
              - Les types qui déboisent la forêt amazonienne acceptent enfin de faire un geste pour l'environnement.
              - Ils vont mettre de l'essence sans plomb dans leur tronçonneuse.

              J’espère que c'est plus clair comme ça. Note bien que sur le fond, je ne contredit absolument pas ce que tu dis sur les vertus en terme d'économie d'énergie des infrastructures de type cloud, hein, c'est juste pas plus écolo pour autant, tout dépend de ce que l'on en fait, ce dont on ne parle pas. Alors si on n'en parle pas autant ne pas évoquer l'écologie et laisser les pingouins verts tranquille, non ?

              Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

              • [^] # Re: Amazon, Azure, Google, ...

                Posté par . Évalué à 2.

                Je pense donc que le problème écologique n'a pas de solution purement technique.

                On est d'accord, mais tu rend méta la discussion. Si on te parle de matériel, tu parle de logiciel, si on te parle de logiciel tu nous parle de politique.

                Sincèrement la question de savoir pourquoi est-ce qu'on fait quelque chose, ne m'intéresse pas. Je ne suis pas là donner mon avis sur l'intérêt de poster des vidéos sur internet et de me demander si l'intérêt dépend du contenu de la vidéo, etc C'est un problème politique qui fait jouer la morale (est-il écologique d'utiliser de grosses infrastructures polluantes pour parler d'écologie aux gens ?).

                Tout est dans le pourquoi on fait, pas dans le comment on fait.

                Justement si. Toi tu parle de créer une révolution de meurs qui rendraient les actions écolo pendant ce temps, il y a des gens qui bossent depuis 20 pour réduire notre impact sur la planète. A minima ces gens là ont permis de ne pas faire exploser notre impact.

                Il y a un très bon dessin de Geluck montrant le chat avec une tronçonneuse et qui dit :
                - C'est pas trop tôt.
                - Les types qui déboisent la forêt amazonienne acceptent enfin de faire un geste pour l'environnement.
                - Ils vont mettre de l'essence sans plomb dans leur tronçonneuse.

                Donc c'est mal d'avoir une filière du papier qui fais de la valorisation des déchets des industries du bois ? C'est inutile ? Bien sûr que non, c'est bien pour ça qu'on le fait. De même trier ses déchets n'est pas inutile non plus.

                En conclusion, je pense que parler d'écologie n'a de sens que si tu prend le problème globalement, et c'est pour ça que l'on ne s'en sort pas.

                Je ne suis pas d'accord, ça a du sens et c'est pour ça qu'on le fait. Ce n'est pas parce qu'une discussion a plus grande échelle est nécessaire que les actions "locales" (pas forcément géographiquement, mais par exemple technique) n'ont pas de sens. Elles ont juste moins d'impact. Il faut juste à minima étudier ces actions sur l'ensemble de leur cycle de vie.

                Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                • [^] # Re: Amazon, Azure, Google, ...

                  Posté par . Évalué à 4.

                  Tout est dans le pourquoi on fait, pas dans le comment on fait.

                  Justement si. Toi tu parle de créer une révolution de meurs qui rendraient les actions écolo pendant ce temps, il y a des gens qui bossent depuis 20 pour réduire notre impact sur la planète. A minima ces gens là ont permis de ne pas faire exploser notre impact.

                  Ouais, bon, là, j'ai un peu abusé, je le reconnais, cette phrase est beaucoup trop dans le tout ou rien. Au temps pour moi.

                  Mais le problème c'est que les entreprises ne fonctionnent pas comme ça. Elle travaillent à baisser leur coûts de productions avant tout (sinon, elles meurent), qui ne prend pas en compte ou mal le cout écologique non pas parce qu'elle sont immorale, mais simplement, parce qu’il est très complexe a intégrer et que l'on est dans une économie de marché. Le vert qu'elles vendent, c'est avant tout du marketing.

                  (Et puis j'ai horreur des révolutions et je ne prétend pas faire la morale aux autres, juste partager et éclaircir mon point de vue personnel sur la question).

                  Je ne suis pas d'accord, ça a du sens et c'est pour ça qu'on le fait. Ce n'est pas parce qu'une discussion a plus grande échelle est nécessaire que les actions "locales" (pas forcément géographiquement, mais par exemple technique) n'ont pas de sens. Elles ont juste moins d'impact. Il faut juste à minima étudier ces actions sur l'ensemble de leur cycle de vie.

                  Mais, c'est ce que je pense aussi ! Je pense que l'écologie se pense et s'applique globalement, mais que l'action est locale. Parlons d'économie d'énergie, mais découplons ça de l'écologie. Pourquoi économiser de l'énergie serait systématiquement montrer comme écologique si cette énergie est utilisé pour détruire un écosystéme ? Tu vois bien que le pourquoi on agit est à la base du problème, non ?

                  Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

          • [^] # Re: Amazon, Azure, Google, ...

            Posté par . Évalué à 2.

            Mauvaise analogie, une voiture électrique n'est pas écologique … elle se contente de polluer ailleurs.

  • # Non

    Posté par . Évalué à 8.

    Tu te focalise sur la consommation alors qu'il faut s'intéresser au rapport de la consommation sur la puissance. Si tu consomme 2 fois moins avec ton CPU ARM mais que tu met 4 fois plus de temps, ça n'est pas très efficace d'un point de vu énergétique/écolo bobo.

    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

    • [^] # Re: Non

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Autre chose qui serait intéressante à prendre en compte : le reste du cycle de vie du matériel (je ne suis pas sûr que l'électricité consommée, surtout nucléaire, soit la partie la plus polluante).

      • [^] # Re: Non

        Posté par . Évalué à 4.

        La conception d'une puce qu'elle soit ARM, x86 ou PPC par exemple, ne sont pas très différentes. C'est de l'industrie polluante, mais c'est la même pour chaque. Donc à moins que tu parle de la pertinence de renouveler un parc de machine (ce qui n'est pas forcément très pertinent parce que le renouvellement des machines est tout de même assez fréquent), il n'y a pas de différence.

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Non

          Posté par (page perso) . Évalué à 6.

          Potentiellement, il s'agit d'acheter plusieurs ARM pour remplacer un seul Xeon.
          Supposons que deux ARM consomment moins qu'un seul Xeon (et qu'ils soient aussi puissants, ce dont je doute) : ça pourrait être rentable d'un point de vue écolo de remplacer les Xeon, mais ça va dépendre du prix écologique de production des processeurs (et du recyclage des anciens).

          De son point de vue, la meilleure solution est peut-être de sélectionner un hébergeur qui n'a que de vieux processeurs (qui ont été les mieux rentabilisés de ce point de vue).

    • [^] # Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

      Posté par . Évalué à 8.

      Pourquoi associer l'écologie au terme "bobo"? Ce terme a une connotation très péjorative (alors que bon, c'est pas la pire des catégories de personnes pour la vie en société…).

      Le "besoin" initial peut être critiqué. Pour certaines personnes, un serveur qui tourne 24h/24 n'est pas un "besoin". Par contre, si cette décision est actée, je ne vois pas pourquoi critiquer (par l'utilisation d'un terme communément admis comme étant péjoratif) le fait d'essayer de réduire l'impact de cette décision sur l'épuisement des resources de la planète.

      Dans le rendement global, il faut tenir compte de paramètres comme le système de chauffage de l'habitation. Si tu as une habitation chauffée à l'électricité, tu peux considérer que chaque fois que la température extérieure nécessite d'allumer le chauffage, ton Raspberry Pi ne consomme virtuellement plus rien (principe de conservation d'énergie). Dans un datacenter, ce n'est jamais le cas.
      De ce fait, le calcul de l'emprunte écologique n'est pas pour moi d'office en faveur des datacenters.

      "prendre 4 fois plus de temps" n'est pas tellement dans le domaine de l'efficacité énergétique (un Raspberry Pi ne consomme pas beaucoup plus lorsque le CPU est plus solicité).

      • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

        Posté par . Évalué à 5.

        Ce terme a une connotation très péjorative

        Ça tombe bien, c'est pour ça que je l'ai utilisé (faut pas croire je met pas les mots au hasard dans mes commentaires :) )

        Le "besoin" initial peut être critiqué. Pour certaines personnes, un serveur qui tourne 24h/24 n'est pas un "besoin".

        Il fait bien ce qu'il veut, je n'ai absolument pas parlé de ça :)

        J'ai parlé d'écolo bobo pour la manière de succomber à la dernière mode ARM en se disant que c'est surement très écolo parce que "chez moi ça consomme pas et si ça marche chez moi, ça doit être pareil dans un data center" (ben oui).

        L'écologie est une chose sérieuse faire de l'analyse à l'arrache c'est généralement inefficace (en fait c'est même souvent contreproductif). Ceux qui gèrent des data center, ferme de calcul et autre ne consomment pas par plaisir. L'électricité ça coute, le refroidissement (qui est directement lié à la consommation) ça coute aussi donc l'aspect écologique (du moins pour la partie durant l'exploitation) est prise au sérieux.

        Généralement les écologistes qui parlent de "tout " sont à coté de la plaque. C'est en ayant des solutions adaptées que l'on améliore les choses, pour le problème ici, pour une machine qui tourne h24 chez un particulier n'ayant pas de gros besoin de puissance les solutions à base d'ARM sont ce qu'il y a de mieux, pour des data center, il faut plus des CPU qui sont capable de s'endormir très profondément et de se réveiller en un pouillème de seconde pour fournir toute la puissance qu'on leur demande.

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

          Posté par . Évalué à 10.

          En même temps cette manière de tout déléguer sans tenter de s'emparer du problème soit même, à mon avis c'est socialement assez catastrophique et ça donne des gens qui ne maîtrisent rien de leur vie, ou les décisions importantes sont prises ailleurs et qui croient plus en rien.

          Je me réjouis de voir des gens, y compris maladroitement, tenter de s'emparer de problème "sérieux", et de se renseigner dessus.

          • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

            Posté par . Évalué à 1.

            Humf, je n'ai jamais critiqué sa démarche juste le fait de vouloir copier son cas pour d'autres totalement différent. Si je dis que moi je me déplace très bien en vélo, je ne dis pas pour autant que tout le monde devrait se mettre en vélo et aller jeter leur voiture/moto/hélico/jumbo jet/…

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

              Posté par . Évalué à 3.

              OK, alors je vois d'autant moins l'intérêt du écolo/bobo.

              • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

                Posté par . Évalué à 2.

                Les bourgeois bohèmes sont AMHA réputés pour leur manque de perspective. L'aisance d'un bobo fait qu'il perd en recul. Encore une fois c'est une vision que j'ai caractérisée pas une personne.

                Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

                  Posté par . Évalué à 5.

                  Euh, j'aurai sutout dit qu'une personne pas aisée n'a pas de recul parce qu'elle n'a pas les moyens d'en prendre et reste focalisée sur ses problèmes.

                  Au contraire, quelqu'un d'aisé peut plus facilement prendre du recul, en ayant fait des études entre autre. Comme quoi … on peut avoir plusieurs visions. Éventuellement sans vivre au quotidien les problèmes concrêts des plus pauvres, mais ça c'est pas une caractéristique d'un manque de recul au contraire, quand tu prend du recul tu perds un peu certains détails.

                  • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

                    Posté par . Évalué à 1.

                    Euh, j'aurai sutout dit qu'une personne pas aisée n'a pas de recul parce qu'elle n'a pas les moyens d'en prendre et reste focalisée sur ses problèmes.

                    Je n'ai pas dis que c'était le seul.

                    Au contraire, quelqu'un d'aisé peut plus facilement prendre du recul, en ayant fait des études entre autre.

                    Ce n'est pas ce qui AMHA est véhiculer par l'image du bobo. Pour moi le bobo (et c'est bien de l'image dont je parle), c'est la classe moyenne supérieur qui vit facilement et tranquillement, qui se donner tout aussi facilement bonne conscience, qui n'est pas méchant pour un sous mais pas plus impliqué que ça non plus, il est même contre les méchants et pour les gentils, il est écolo, généralement social-démocrate et fait du vélo pour se déplacer en ville (mais garde souvent sa voiture pour faire les courses),…

                    Comprenons nous bien toutes les personnes aisées ne sont pas bobo, ce sont 2 choses différentes. Et entendons-nous bien par bien des aspects j'en suis un.

                    Éventuellement sans vivre au quotidien les problèmes concrêts des plus pauvres, mais ça c'est pas une caractéristique d'un manque de recul au contraire, quand tu prend du recul tu perds un peu certains détails.

                    C'est un peu plus compliqué que ça. Quand tu vis bien, comprendre ce que c'est que vivre dans la pauvreté, les différents niveau de pauvreté et ce que ça entraine de manière globale pas simplement une question financière,… c'est quelque chose de très compliqué. Tu peux essayer de l'imaginer, tu peux écouter et faire ce qu'on te dis pour avoir bonne conscience et espérer améliorer les choses, mais le comprendre c'est autre chose. Ça demande de la remise en cause parfois profonde. Avoir de l'argent et faire des études ce n'est ni nécessaire ni suffisant sinon nous le verrions à travers nos énarques.

                    Donc pour faire simple (AMHA) ça n'est pas impossible mais ça n'est pas simple et ce n'est en tout cas pas le cas des bobo en tant qu'image.

                    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                  • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

                    Posté par . Évalué à 1.

                    L'argent permet d'avoir du recul c'est bien connu.
                    Pourquoi vouloir généralisé, milieu aisé = bobo, un pauvre = quelqu'un qui n'a pas fait d'étude et reste plongé dans ces problèmes quotidien.
                    On peut ne pas être aisé et avoir fait des études (filière bouchée tout ça, tout ça). On peut même être pauvre et être écolo, le monde devient fou.
                    Mais, c'est vrai qu'il est plus facile de s'occuper des problèmes d'écologie quand on a aucun problème de travail ni d'argent.
                    En gros, pour vraiment prendre conscience des problèmes de notre planète il faut être une sorte de BHL de l'écologie.

                    • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

                      Posté par . Évalué à 2.

                      Il n'y a rien dans ton commentaire de contradictoire avec ce que je dis :)

                    • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

                      Posté par . Évalué à 9.

                      Disons, que si on étudie le bobo parisien dans son milieu naturel, (je parle du bobo parisien, car c'est l’espèce que je connais) on s’aperçoit que le vrai problème du parisien (et donc du bobo parisien), c'est pas l'écologie (enfin pas directement) mais la bagnole. Enfin, pour être plus précis et plus juste, la saturation de la la voirie et des transports.

                      Le bobo parisien à la faculté de se soustraire d'une certaine manière à ce problème, d'une part il a les moyen d'avoir un appartement, voir un garage dans Paris, a proximité de son lieu de travail. Il peut donc adapter ses déplacements, prendre un deux roues, car il peut amener ses gosses (si il en a) à l'école à pied. Il fait moins de trajet, sa position est plus centrale et plus proche des gros nœuds du réseau.

                      Le problème se pose quand il commence à donner des leçons de morale en évoquant la sainte écologie a son beau frère banlieusard, qui a moins de moyen mais qui a préférer choisir de vivre en pavillon, et donc n'a pas trop le choix, doit prendre la voiture ou le RER et souffrir (tout en y contribuant) de la saturation des dits transport. Le bobo culpabilise donc le pabopabo, qui du coup à tendance a réagir assez négativement.

                      Si la saturation des transports ne peut pas être directement vu comme un problème écologique (c'est plutôt un problème qui a des conséquences écologiques) il y ressemble d'une certaine manière. On a une ressource (la voirie) et des espèces (bobo,pabopabo, bopabo(*)) en compétition pour l'utilisation d'une ressource vitale, le réseau de transport.

                      Le bobo veux que la voiture quitte la voirie pour laisser la place au vélo.
                      Le pabopabo veux des routes moins encombrés et des transports qui marchent.
                      Le bopabo est plutôt pour que ceux qui utilise la voirie la paye en fonction de sa rareté préféra donc que l'on la privatise que l'on institue des péages.

                      Comment alors réconcilier tout ce beau monde ?

                      Les bouchons illustrent bien le problème des effet de seuil lié à la sur-utilisation d'une ressource. Le réseau fonctionne correctement jusqu’à un seuil ou tout s'écroule et plus personne ne bouge. Cet effet de seuil d'utilisation des ressources est aussi souvent au cœur des problèmes écologiques et c'est ce qui les rend si difficile à réguler.

                      Dans les réseaux informatiques, en particulier avec TCP, on mitige ce problème grâce à un mécanisme assez intelligent de gestion de fenêtre de transmission. Lorsque le réseau sature, le trafic lié à TCP à la capacité de réduire le débit, en détectant les pertes de paquets lié a la saturation de la mémoire tampons des routeurs sur le parcours. ça marche assez bien, mais ce n'est pas parfait, en effet, les pertes de paquet et le remplissage des buffers induisent quand même de la latence, ce qui peut être problématique pour certaines applications.

                      Avec le cloud dans les datacenter, on commence a rencontrer le problème, car l'usage intensif de systèmes virtualisés et distribués utilisent énormément le réseau et d'une façon différente. Avec la scalabilité horizontale, les trafics entre machines (interne ou est-ouest suivant la littérature) explosent alors que traditionnellement on avait plutôt du trafic nord-sud vers des gros routeurs, firewalls et load-balancers puis l’extérieur.

                      La solution à ce problème telle qu'elle se profile actuellement, c'est de virtualisé aussi certaines fonction du réseau, c'est à dire déporté au niveau de chaque hyperviseur, les fonction de routage, de filtrage et de load-balancing. Un controleur central, une sorte de méta-hyperviseur, jouant les chefs d’orchestre et optimisant les ressources. C'est au cœur du SDN, le buzzword cloudesque du moment dans le métier. Je sais que c'est proprio, mais pour ceux que ça intéresse, la documentation de NSX, le NFV de VMWARE est très bien foutue. Mais ce sont les même concepts que l'on retrouve sur les solutions open-source. Personnellement, j'ai encore qu'une vision très littéraire de tout ça, car je n'ai jamais vraiment eu l'occasion d'expérimenter (c'est bien dommage), mais bon, ça viendra.

                      Mais vous allez me dire en quoi ça nous avance pour notre problème de (pas)bo(pas)bo parisiens et de saturation de transport ?

                      Ben c'est assez simple et en même temps compliqué, d'une certaine manière, il faudrait déporter certaines fonctions, qui nécessitent l'utilisation du réseau de transport à coté des parisiens et des banlieusards, c'est à dire, tout ou partie de son travail, du commerce, des loisirs, etc … Par exemple, on peut adapter le télé-travail quand c'est possible, avoir des commerces de proximité capable de concurrencer les grandes surface peut-être en mariant intelligemment le commerce on-line avec le local, idem pour les services-public, etc …

                      Pour en finir, une dernière remarque. Il y a une tendance naturelle chez les ingénieurs a focalisé sur un problème à l'exclusion du reste. Mais si on enlève ses oeilléres d'experts, on s’aperçoit quand s'inspirant de ce qui se passe à coté, on comprend mieux ses propres problèmes. J'ai pas mal compris de chose sur les problème de congestion réseau en allant bosser tout les jours le matin dans les bouchons et en observant comment ça se passe. Manque de pot pour les types dans les bouchons qui me lirait sur leur smartphone au lieu de regarder la route et faire attention aux motards, c'est plus facile de tirer des fibres que construire des routes … et franchement, j'aimerais pas être à la place du type a qui on demanderais de décongestionner le réseau routier d'île de france.

                      (*) Le bourgeois pas bohème est une autre espèce de beau frère parisien. il a généralement plus de moyens que le beau frère bobo, un 4x4 BMW et un grand garage, lit le figaro, vote à droite, à une grande maison en Normandie où il chasse à l'occasion et il méprise aussi le beau frère écolo bobo.

                      Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

        • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

          Posté par . Évalué à 3. Dernière modification le 31/12/14 à 11:28.

          Ça tombe bien, c'est pour ça que je l'ai utilisé (faut pas croire je met pas les mots au hasard dans mes commentaires :) )

          Je comprends, un peu comme quelqu'un aurait pu écrire "Debianneux connard" ou "Libriste merdeux" par exemple.

          Généralement les écologistes qui parlent de "tout " sont à coté de la plaque.

          Ca veut dire quoi, parler de "tout"? Est-ce qu'il y a des écologistes qui ne pensent pas qu'il faut des solutions adaptées?

          Mon commentaire était par rapport au choix entre un Raspberry Pi à la maison ou une VM dans un datacenter x86. Je suis d'accord que les solutions pour datacenter "ARM" sont limitées à des usages spécifiques et ces solutions sont de toutes façons trop récentes pour reprocher aux grands clouds de ne pas encore les proposer (sans même parler de la réelle amélioration de l'efficacité énergétique qui reste encore à vérifier).

          • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

            Posté par . Évalué à 1.

            Je comprends, un peu comme quelqu'un aurait pu écrire "Debianneux connard" ou "Libriste merdeux" par exemple.

            En effet sauf que j'ai critiqué un point de vu et pas une personne (non je n'ai pas critiqué ça démarche juste son point de vu).

            Ca veut dire quoi, parler de "tout"? Est-ce qu'il y a des écologistes qui ne pensent pas qu'il faut des solutions adaptées?

            Il y en a un paquet qui pensent connaître une solution miracle qui convient à tous les cas et qui sur-vendent leur solution. C'est ce que fait le journal en disant que les data center devraient passer à de l'ARM1. Histoire de bien mettre le doit dessus c'est de ça que je parle :

            A propos de data-center j'en ai déjà déserté un qui affichait des soucis de capacité énergétique, avec des machines arm cela se passerait mieux !


            1. libre à toi de ne pas considérer que ce genre de personnes sont des écologistes, mais c'est probablement pas moins offensant que de dire que c'est une vision bobo (=> qui manque de perspective) 

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

              Posté par . Évalué à 4.

              Je ne crois pas que penser qu'un DC ayant des soucis énergétiques devrait passer à l'ARM est dû à un manque de "perspectives" mais plutôt à un manque de connaissances techniques. Au lieu de lui dire "ecolo bobo", tu aurais pu dire que les HP Moonshot avec ARM (la première solution réellement disponible sur le marché que je sache) n'est disponible que depuis environ 2 mois, que tant la "manageabilité" que le réel gain de performance énergétique sont encore à démontrer, que ça ne peut faire tourner en gros qu'une stack LAMP, que c'est du 100% ethernet (pas de FC ou FCoE). Et vu tout ça, c'est normal que ce n'est pas encore disponible chez les hébergeurs.

              • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

                Posté par . Évalué à -1.

                Au lieu de lui dire "ecolo bobo"

                Waow ! Mais c'est vraiment devenu une grosse insulte ? Pour avoir dis que quelqu'un avait une vision écolo bobo, je me fais traiter de merdeux et de connard et cette même personne m'explique ce que je dois dire ou non ? Hé ben…

                Je ne crois pas que penser qu'un DC ayant des soucis énergétiques devrait passer à l'ARM est dû à un manque de "perspectives" mais plutôt à un manque de connaissances techniques.

                Je ne crois pas l'auteur du journal me semble compétant. Je n'ai vraiment rien d'autre à dire que ce qui est dans mon premier commentaire c'est à dire qu'il ne faut pas confondre la consommation et l'efficacité énergétique.

                Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

                • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

                  Posté par . Évalué à 6.

                  Je n'ai vraiment rien d'autre à dire que ce qui est dans mon premier commentaire

                  J'ai envie de dire que tu tends à un rapport signal sur bruit assez extrême alors :)

                  • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

                    Posté par . Évalué à 1. Dernière modification le 31/12/14 à 14:08.

                    J'ai pas l'habitude que les gens lisent les commentaires. Généralement ils cliquent sur répondre à la moitié de la première phrase donc je suis plutôt surpris de me faire reprendre sur les 2 derniers mots de la seconde phrase. Ça doit être différent quand Tom D est dans les parages ;-)

                    Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

        Posté par . Évalué à 4.

        "prendre 4 fois plus de temps" n'est pas tellement dans le domaine de l'efficacité énergétique (un Raspberry Pi ne consomme pas beaucoup plus lorsque le CPU est plus solicité).

        Il vaut mieux une CPU qui consomme 2 Watt 30s ou une CPU qui consomme 4 Watt pendant 8s puis 0.1 Watt pendant 22s ?

        Les CPU ARM ne consomment peut être pas plus à charge, mais les CPU x86 consomment nettement moins quand ils ne sont pas utilisés.

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

          Posté par . Évalué à 4.

          Tes ordres de grandeurs me semblent très exagérés. On peut diminuer un peu la puissance, mais un processeur intel ne viendra jamais a consommer 0,1 watt. Au final, au repos, un proc intel va quand meme consommer beaucoup plus qu'un processeur ARM, même en pleine bourre:

          http://www.tomshardware.fr/articles/comparatif-cpu-amd-intel,2-8-15.html

          Et encore, c'est sans compter sur des consommations annexes, comme l'alimentation par exemple.

          Par contre, je suis d'accord avec toi, on peut s'interroger sur l'efficacité énergétique d'un hébergement arm a la maison VS un hébergement mutualisé en x86. Effectivement, là je veux bien croire que le second consomme moins car mieux réparti entre les utilisateurs qui l'exploitent pleine charge.

          • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

            Posté par . Évalué à 4.

            Tes ordres de grandeurs me semblent très exagérés.

            Pour ça que je n'ai pas donné de nom.

            On peut diminuer un peu la puissance, mais un processeur intel ne viendra jamais a consommer 0,1 watt.

            Par "un peu", il faut comprendre 90%. Ça ne fait pas 0.1W, mais c'est pas négligeable pour autant.

            Et encore, c'est sans compter sur des consommations annexes, comme l'alimentation par exemple.

            En effet je ne sais pas ce que compare ton comparatif (leur protocole de test n'est pas décris), la mémoire fait aussi de l'endormissement sur les archi x86, mais il faut aller plus loin on embarque rarement de bon chipset SATA avec de l'ARM, on embarque pas ou peu d'USB (ça peut être un mieux comme un moins bien),…

            C'est tout l'aspect de mon commentaire au dessus, il faut chercher la plateforme qui convient le mieux à ton usage et pas tenter de faire coïncider la plateforme qui te plaît le plus au reste du monde comme un commercial en manque de prime de Noël.

            Par contre, je suis d'accord avec toi, on peut s'interroger sur l'efficacité énergétique d'un hébergement arm a la maison VS un hébergement mutualisé en x86. Effectivement, là je veux bien croire que le second consomme moins car mieux réparti entre les utilisateurs qui l'exploitent pleine charge.

            Sauf que je n'en ai pas parlé et que je m'en fou. C'est le fait de dire que lui il utilise de l'ARM à la maison et que les data centers devraient faire de même que je critique.

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

      • [^] # Re: Pourquoi ajouter "écolo bobo"?

        Posté par . Évalué à 4.

        Pourquoi associer l'écologie au terme "bobo"? Ce terme a une connotation très péjorative

        Lequel des deux ? /o\

        Tous les nombres premiers sont impairs, sauf un. Tous les nombres premiers sont impairs, sauf deux.

    • [^] # Re: Non

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      Euh….

      Excuse moi mais mon bidule, s'il tourne a 100% de CPU non stop il bouffe 6 Watt…

      Ton serveur, prenons le cas ou il est tellement balaise qu'il fait tous mes jobs super vite…
      Ben il va bien bouffer 500 Watt ton engin…

      Donc NON , je ne vois pas ou je me trompe….
      Y a rien de bobo… c'est juste des watts…

      Fuse : j'en Use et Abuse !

      • [^] # Re: Non

        Posté par . Évalué à 4.

        Ce que tu ne comprend pas, c'est que tout le monde ne garde pas une machine allumé pour faire tourner un nginx basique avec MySQL/Mariadb pour 12Kio de données un utilisateur et demi qui se connecte une fois par jour ou tous les deux jours…

        Demande-toi qu'elle puissance est nécessaire pour faire tourner linuxfr (nombre d'utilisateurs, taille de la base de données,…) et tente de faire la même chose avec des shipset ARM. Il va te falloir bien plus de CPU pour avoir la même puissance et tu va devoir éviter les SoC pas chère pour avoir du réseau et de l'accès disque performant, tu va devoir te payer un très bon routeur,…

        Bref un datacenter ce n'est pas fait pour louer des machines ridiculement faible à des particuliers, du moins pas que. C'est aussi pour des professionnels et potentiellement de gros sites ou de gros services. Pour les utilisations basiques, l'utilisation de serveur mutualisé est tout indiqué (aussi en terme de gestion des ressources).

        Bref, ce que tu fais c'est tenter de donner des leçon en reproduisant ton expérience et en imaginant que c'est la même chose pour tout le monde. Hors tout le monde n'a pas des besoins aussi léger que les tiens.

        Errare humanum est, perseverare diabolicum.

        Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

        • [^] # Re: Non

          Posté par . Évalué à 1.

          "Non licet omnibus adire Corintum"

        • [^] # Re: Non

          Posté par . Évalué à 3.

          Demande-toi qu'elle puissance est nécessaire pour faire tourner linuxfr (nombre d'utilisateurs, taille de la base de données,…) et tente de faire la même chose avec des shipset ARM.

          Forcemment, si c'etait pas ecrit en rails aussi… Et je deconne qu'a moitie.
          Plus serieusement, ce genre d'appli est generalement surtout i/o bound pluto que cpu bound, sorti du rendu des pages et de l'indexation des donnees (et encore, on parle pas d'une quantite phenomenal de contributions par jour).
          deporte le rendu cote client (soit a 100% via une appli native, soit partiellement via une tonne de js pour du web), et je serais pas surpris que ca tourne sur qq a8 tranquilou.
          Reste les data store, et j'imagine que mysql ou elastic search ont des demandes plus elevees que ca, effectivement.

          Personne ne dit qu'on peut remplacer 100% des x86 serveurs par des arms et que ca marche magiquement, mais le haut de gamme arm suffit largement pour enormement de taches serveurs usuelles.

          Linuxfr, le portail francais du logiciel libre et du neo nazisme.

        • [^] # Re: Non

          Posté par (page perso) . Évalué à 1.

          Salut,

          Alors je tiens à ta rappeler le contexte : faire tourner des merdouilles mais en continue….

          Je suis administrateur et architecte unix depuis plus de 10 ans, des applications qui ont besoin de puissance je connais : j'ai même donné dans le Front Bancaire, l'animation en Bourse et ses contraintes proche du temps réel. Les gros calculs, les grilles, les clusters à plus de 200 machines, j'ai donné !

          Je sais aussi parfaitement ce qu'est un data-center je te remercie, ainsi que le FM200 et pourquoi tu cours quand ça bip, et il y a pas si longtemps j'ai eu des migrations de data-center à gérer… ( vers Telehouse et Telecity ). Quand je parlais de de data-center dans mon journal c'était dans le cadre d'un exemple, un data-center parisien qui manque de puissance ( ne stresse même pas un des quatre opérateur GSM majeur qui y est hébergé ) et m'est avis que dedans tous les serveurs ne sont pas dimensionnés en fonction des besoins réels !

          Le sur-dimensionnement, le manque de mutualisation des ressources, et le manque de Capacity Planning voila ce que j'illustrais !

          Je ne donne pas de leçon, c'est toi qui essaie… et je me demande pourquoi !?!

          Relis mon journal STP… calmement…

          J'ai pas un websphere au cul, mais des petits traitements perl, shell à faire tourner en H24, donc j'utilise une petite raspberry pour sa basse consommation énergétique. Pour Eclipse, Android Studio, et autre applications lourdes j'ai mon dual bi-core que j'allume au besoin…

          Résolution 2015 : se calmer…

          Fuse : j'en Use et Abuse !

          • [^] # Re: Non

            Posté par . Évalué à 3.

            Je ne donne pas de leçon, c'est toi qui essaie… et je me demande pourquoi !?!

            C'est toi qui affirme :

            A propos de data-center j'en ai déjà déserté un qui affichait des soucis de capacité énergétique, avec des machines arm cela se passerait mieux !

            Et pour :

            Relis mon journal STP… calmement…

            Alors fais de même avec mes commentaires.

            Ton cas ne m'intéresse pas je n'en ai jamais parlé. Un rPI te convient je n'en ai pas le moindre doute et je te met au défit de trouver un commentaire qui le remet en cause. Pour ce qui est de tes compétence je n'en ai que faire, j'ai déjà mis au clair ce sujet là (comme je te le dis si tu me demande de relire ton journal relis mes commentaires). D'autres l'on fait, mais pas moi.

            Moi j'ai juste dis que les solutions à base d'ARM ne sont pas la solution optimales à tous les besoins.

            Résolution 2015 : se calmer…

            C'est bien que tu prenne de bonnes résolutions, mais ne les oublies pas dans une semaine ou un mois.

            Tous les contenus que j'écris ici sont sous licence CC0 (j'abandonne autant que possible mes droits d'auteur sur mes écrits)

            • [^] # Re: Non

              Posté par (page perso) . Évalué à 2. Dernière modification le 04/01/15 à 23:17.

              Hello,

              Je suis en phase avec toi sur le fait que l'ARM n'est pas la solution ultime !
              Évidemment, surtout pour du calcul brut  !

              Je pense ne pas trop faire polémique en affirmant que la tendance par le passé a été au sur dimensionnement des infra-structures. Franchement, une bonne politique de gestion de ressources j'en ai pas vu souvent !

              Les serveurs de VM ( hyper-machin, ESX et autres ) ont clairement amené la mutualisation des ressources dans un écosystème où la profusion de machines semblait être la réponse à tout. Il était temps.
              Même si cette rationalisation laisse parfois à désirer du fait de son administrateur ( qui met des quad-coeur et autre grosses VM la ou cela n'est pas nécessaire ).

              Personnellement, je pense que pour les "petites applications" en entreprise ( il n'y a pas tant d'usine à gaz que cela ou bien ? ) typiquement du LAMP, site web et autres, une machine tel que l'autre constructeur là va bientôt en sortir, à base de processeur ARM, qui pousse gentiment mais sans prétention, le bilan énergétique peux être intéressant !
              En plus de la mutualisation.

              Fuse : j'en Use et Abuse !

  • # Emprunt

    Posté par (page perso) . Évalué à 7.

    Si tu empruntes du CO2, un conseil : évite de le rendre !

    • [^] # Re: Emprunt

      Posté par . Évalué à 3.

      Arrête d'encourager l'épidémie d'obésité, c'est un problème sérieux qu'il ne faut pas prendre à l'arrache /o\

  • # Le retour du bon sens paysan

    Posté par . Évalué à 10.

    • j'ai vu une banque décider de chauffer une tour avec 3000 personnes dedans en récupérant la chaleur des machines des data-center en sous-sol : en hiver, refroidir en bas et chauffer en haut ? gaspillage !

    Au contraire, c'est assez bien vu, c'est le principe du free cooling. Tu prend l'air frais du dehors, tu le réchauffe en refroidissant les machines et tu le refroidi en réchauffant la ressource humaine. Bon, le problème c'est que ça marche pas dans l'autre sens, si il fait trop chaud, tu peux pas refroidir les machines et les bonhommes. Le corolaire de tout ça, c'est qu'il faut mettre le tout dans un endroit où il fait toujours froid. Pas cool pour le mec qui s'imaginait sysadmin au soleil. Bon on est pas obligé de mettre des types au dessus des datacenter, on peut utilisé l’énergie récupérée par le refroidissement pour chauffer des serres.

    Dans le temps, les anciens dormaient au dessus de leur vaches, ça sentait pas très bon, mais ça faisait des économies de chauffage. Là, c'est le même principe, mais avec un nom qui se la pète et des vaches multicores.

    Faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette.

    • [^] # Re: Le retour du bon sens paysan

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      Au contraire, c'est assez bien vu, c'est le principe du free cooling. Tu prend l'air frais du dehors,

      Utiliser une différence de température, au sens large.
      L'eau au fond de la mer, de partout sur la Terre, est à 3°, alors qu'elle est à plus de 20° en surface sous les Tropiques
      Tu cherches OTEC ou Energie thermique des mers, et tu trouveras plein d'exemples
      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_thermique_des_mers

      ou bien le puits canadien/puits provençal
      http://fr.ekopedia.org/Puits_canadien

      If you choose open source because you don't have to pay, but depend on it anyway, you're part of the problem.evloper) February 17, 2014

    • [^] # Re: Le retour du bon sens paysan

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Quand je disais gaspillage je parlais justement du mode " clim / clim ".
      Le mode pompe en hiver, si je n'ai pas été assez clair devrait être généralisé !

      Exactement comme la géothermie, le sol est chaud dudiou !
      Pourquoi brûler du bois, du pelée, des hydrocarbure, ou fissurer de l'atome quand on peux chercher le chaud dans le sous-sol ( à nouveau ) !

      Fuse : j'en Use et Abuse !

  • # Habitude des utilisateurs

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

    Bonjour,

    de plus en plus d'utilisateurs utilisent des applications web pour presque tout.
    Par exemple des webmail à la place d'une application comme Thunderbird, kmail…

    Côté serveurs, ça nécessite pas mal de ressources (les serveurs gèrent le pop et l'imap, il faut ajouter des ressources pour livrer les pages web).
    Côté client, ça nécessite bien plus de ressources qu'une application spécialisée, à cause du javascript etc.
    Et, le réseau en prends un coup/coût aussi.

    Un simple petit ordinateur avec un petit Arm ferait largement l'affaire dans tous les cas. Il me reste à tester facebook sur une Cubitruck, mais une cubietruck consomme peu, et je m'en suis déjà servi avec Thunderbird sans soucis.
    Les grosses machines de bureau ou les portables surpuissants, c'est pour les jeux (et les montages vidéo, calculs 3D …). C'est totalement inutile pour la plupart des utilisateurs.

    Ensuite, oui, Windows consomme un max… mais ça c'est encore plus difficile de faire changer les mentalités. Sauf que comme les gens utilisent de plus en plus d'applications web, la transition vers Android, FirefoxOS ou Linux est bien plus faisable, et invisible.

    Plein de contradictions…

  • # essayant de réduire mon emprunte CO2 / nucléaire sur la planète

    Posté par . Évalué à 5.

    Pour rappel, l'impact environnemental d'une machine est dominée par sa fabrication (très énergivore, et réalisée dans des pays où l'électricité provient du charbon. En gros: un laptop ~= 1 tonne de CO2, et je ne parle pas des métaux rares et autres ressources non renouvelables que la fabrication nécessite) => la machine la plus "verte" n'est pas celle qui consomme le moins à l'utilisation mais celle qui dure le plus longtemps ! (je pense que c'est une bonne approximation. Après on peut toujours discuter sur le fait qu'un RPi est un tout petit PCB qui nécessite bcp moins de ressources qu'un laptop Intel pour sa fabrication (i.e. s'il faut de toute façon une machine neuve et peu gourmande, un RPi est un bon choix), mais je manque de données pour comparer et je pense que la fabrication des SoC eux-mêmes reste de toute façon très polluante et énergivore même pour un RPi).

    Pour moins de 50 €, tu trouves des machines d'occasions sur leboncoin parfaitement utilisables comme serveur (et même comme desktop: j'ai récemment acheté pour mon père un Lenovo X200 pour 50 €—dalle et batterie HS mais parfaite pour faire un PC fixe branché sur un écran externe). J'ai été très enthousiaste à propos de ARM par le passé et j'en suis un peu revenu : en effet, pas d'ACPI/BIOS => le bootloader et le kernel sont spécifiques à chaque carte-mère. C'est en train de s'améliorer un peu (device-tree) mais néanmoins ça signifie que quelqu'un de pas trop expert qui récupèrerait une carte ARM quelconque dans 5 ou 10 ans aura toutes les peines du monde à la remettre en marche (télécharger le bon firmware/bootloader/kernel, si toujours disponibles. Je suis relativement confiant pour le RPi étant donné la popularité et les volumes mais je m'inquiète davantage pour les cartes chinoises e.g. à base de Allwinner/Rockchip/AmLogic) alors que des PCs de 15 ans d'âge peuvent être retapés sans souci et sont toujours parfaitement utilisables !

    • [^] # Re: essayant de réduire mon emprunte CO2 / nucléaire sur la planète

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Salut,

      Je serais assez tenté de te suivre, c'est pas les vieux coucou qui manquent !!

      Le recyclage de bécanes que les gens jettent car complètement dépassés, ou à moitié déglingué ( 2 ou 3 carcasse pour faire une bécane ) je donne pour équiper les gens qui ont pas de moyens !
      On va débrouille…

      Mais pour les petits traitement que j'ai à faire chez moi, franchement, même les 300 Watts c'est trop cher payé !

      Même en rognant sur les tarifs tu es a 0.137 le Wh ( http://www.jechange.fr/energie/electricite/guides/prix-electricite-kwh-2435 virez le lien les modo si vous trouvez que cela fait pub )

      Donc moi, je fais une économie de 40€, et je peux pratiquement emmener mon petit pingouin et maman pingouin au resto !

      Fuse : j'en Use et Abuse !

      • [^] # Re: essayant de réduire mon emprunte CO2 / nucléaire sur la planète

        Posté par . Évalué à 4.

        Donc moi, je fais une économie de 40€, et je peux pratiquement emmener mon petit pingouin et maman pingouin au resto !

        Le sujet de départ c'était d'éviter de détruire la planète (je suis sûr que ton petit pingoin apprécierait davantage qu'un resto le fait d'avoir encore quelques ressources naturelles et un climat un peu stable—pour rappel, 5°C d'augmentation de température moyenne planétaire, c'est à peu près ce qui nous sépare de l'ère glacière, donc absolument pas un truc mineur…)

        Note qu'un Lenovo x200 (pour reprendre mon exemple) consomme nettement moins que 300 W : ce serait plutôt de l'ordre de 30-50W (donc même si c'est 10x plus qu'un RPi je pense que ça reste de l'ordre de l'acceptable même sur le plan économique !)

  • # Et dans la chaudière !

    Posté par . Évalué à 4.

    Et oui la dernière idée à la mode est d'avoir un datacenter dans une chaudière car à tous les moment de l'année (été comme hiver) il y a besoin d'eau chaude :
    http://www.greenit.fr/article/energie/stimergy-chauffe-leau-des-immeubles-avec-ses-chaudieres-numeriques-5154

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.