À l'approche de l'examen du projet de loi relatif au DADVSI, les webradios se mobilisent

Posté par . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags : aucun
0
24
nov.
2005
Internet
Dans la perspective de l'adoption de la loi sur le Droit d'Auteur et Droits Voisins dans la Société de l'Information (DADVSI) fin décembre 2005, de nombreuses webradios montent au créneau.

Parmi les implications nombreuses à l'application de cette loi, l'obligation d'utiliser des mécanismes de DRM pour la diffusion de leurs programmes inquiètent les webradios. Les coûts de mise en place de tels mécanismes pourraient entraîner la fermeture de plusieurs webradios qui pour la plupart utilisent des solutions libres. Vingt-cinq webradios (pour l'instant) ont décidé de s'unir pour demander l'abandon de ce projet de loi.

Sous la bannière du site webradios-france.com, le mouvement vient d'être lancé. Une pétition en ligne et une sensibilisation par messages à caractère informatifs sur les antennes sont les premières actions mises en place.

Aller plus loin

  • # Quelles webradios ?

    Posté par . Évalué à -4.

    C'est moi ou le site indiqué ne donne ***aucun*** nom de webradio ?

    Ça pue la sale manip à mort ce site...
    • [^] # Re: Quelles webradios ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Si tu avais lu un peu mieux, tu aurais vu que le site est en cours de refonte et qu'il ne dévellope donc pas ses propos.

      Le nom de quelques webradios apparaissent sur le forum[1].

      Personnellement, je suis auditeur fidéle de La Grosse Radio qui diffuse en boucle des jingles[2] et qui n'hésite pas à parler du probléme à l'antenne[3]. Il te suffit d'écouter pour t'en convaincre.

      Les webradios ont décidé de militer pour assurer leur avenir, aussi proche soit-il, et façe à des lobbys comme les majors qui n'hésitent pas à couper les seuls moyens de communication que disposent les artistes indépendants au profits d'artistes commerciaux (non, non, je ne citerais pas de nom), je ne peux que les encourager.

      [1] http://antidrm.free.fr/forum/viewforum.php?f=2&sid=f2eba(...)
      [2] http://www.lagrosseradio.com/son/sos_webradios.mp3
      [3] http://www.lagrosseradio.com/mag/index.php/2005/11/23/97-aff(...)
      • [^] # Re: Quelles webradios ?

        Posté par . Évalué à 7.

        Désolé pour le doublon, mais j'ajoute qu'on parle ici ou là d'une répétition de ce qui s'est passé dans les années 80 avec les petites radios FM considérées à l'époque comme des radios pirates qui ont mis la clé sous la porte pour la plupart (sauf quelques uns tels que... NRJ) et la très célébre radio Caroline qui s'est vu diffuser depuis un bateau dans les eaux internationales...

        Une curieuse impression de déjà vu quoi...
      • [^] # Re: Quelles webradios ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 6.

        Si tu avais lu un peu mieux, tu aurais vu que le site est en cours de refonte

        Ça ne sera pas un mal, parce qu'une fois la page d'accueil passée on se croirait revenu au web de 1997. Ouch le texte de toutes les couleurs sur fond noir illisible !
  • # wouhou

    Posté par . Évalué à 10.

    hehe, le prenez pas mal, mais quand on redige une petition, il est de bon ton de prendre plus de temps que lorsqu'on redige une journal de seconde page sur linuxfr.

    P.S: Cela part d'une bonne intention, mais les doubles signatures sont automatiquement supprimés par le systeme, nous n'y pouvons rien... Et vaut mieux être crédible, mais faites signer votre entourage, le chien du voisin, la tati lol! Non plus serieusement mobilisez-vous!

    Franchement, qui va prendre au serieux une petition de ce genre?
    • [^] # Re: wouhou

      Posté par (page perso) . Évalué à 8.

      Euh... Les propriétaires de skyblogs (et ils sont nombreux) ? lol, ptdr, kikooo !
      • [^] # Re: wouhou

        Posté par . Évalué à -1.

        GCN ta signature ma bien fait rigoler.

        j'ai pas l'habitude d'avoir un humour très geek mais là, ça ma bien fait marrer.

        tu devrais mettre ça dans une boucle "for", bref les possibilités sont énAUrmes :)
  • # Manifestation

    Posté par (page perso) . Évalué à 10.

    Afin de montrer aux députés et aux médias qu'il se trame des choses pas belles sous l'influence de quelques grands groupes financiers, il faut faire une manifestation devant l'Assemblée Nationale.
    Comme les geeks ne sont pas très médiatiques, on sait que ça a peu de chance que ça ait de l'effet, il faut trouver autre chose.
    Alors mobilisons les musiciens libres. Qu'ils aillent faire l'aubade aux députés quand ils entrent ou sortent du Palais Bourbon. Les geeks iront tenir les pancartes.
    Ce type de manifestation pacifiste (la musique adoucit les moeurs) devrait faire se déplacer les journalistes et non les CRS.
    • [^] # Re: Manifestation

      Posté par . Évalué à 5.

      Le problème étant de savoir si c'est vraiment à la communauté du logiciel libre ce genre de choses aux parlementaires : après tout, ils le savent fort bien. Est-ce vraiment servir l'intérêt du public que de lui laisser croire que leurs députés ignorent donc tout de la manière dont se fait, en réalité, la politique et notamment, les lois ?

      Derrière l'idée de logiciel libre, il y a l'enjeu du partage de la connaissance : participer à un jeu de dupes est-il autre chose qu'entretenir une tromperie ?
  • # La question à 1 euro

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Devinez ce qu'on fait quand il n'y a plus de moyen légal et gratuit de faire quelque chose ?
    Soit :
    - on devient riche et on le fait
    - on le fait illégalement

    Voilà comment la loi punit les pauvres. Simple, mais il fallait y penser.

    La loi sur le DRM est l'application d'un autre principe fondamental de gouvernance: la multiplication des lois induit la multiplication des coupables, car à un moment donné, le nombre de lois devient tel qu'il est impossible de les respecter toutes. Or il est plus facile de gouverner des coupables potentiel que des innocents. L'innocent est pénible : il n'a rien à se repprocher, l'insolent. En plus il pourrait même lui venir à l'idée de défendre des coupables ! Autant dire, une menace vivante pour la démocratie et la liberté...
    • [^] # Re: La question à 1 euro

      Posté par . Évalué à 2.

      Je suis bien d'accord d'ailleur une loi dit que nul n'est censé ignorer la loi alors que la loi est incomprehensible par le commun des mortels, de plus même si on la comprend, avec tous les amendements et les jurices prudences, il est totalement impossible de savoir si on est dans son bon droit ou pas. On se fout de notre gueule. Il faut remettre tout a plat en repartant de la constitution des droits de l'homme et du citoyen.
      Aujourd'hui la liberté en France est un Leur (je ne sais pas comment ça s'écrit mais vous me comprenez ?)
      Plus le temps passe et plus c'est pire.
      Vive la révolution :-)
      • [^] # Re: La question à 1 euro

        Posté par . Évalué à 3.

        Aujourd'hui la liberté en France est un Leur


        On va peut être nuancer sur "la liberté en France = leurre". Y a des pays où tu fais de la prison pour dire un truc comme ca.

        Et on dit jurisprudence.
      • [^] # Re: La question à 1 euro

        Posté par . Évalué à 0.

        nul n'est cense ignorer la loi (il me semble qu'il ya d'ailleurs une polemique sur le c ou s a censer, mais vu ton niveau d'ortographe, ca doit te depasser :) no offense), ca veut tout simplement dire que "je savais pas que c'etait interdit" n'est PAS une defense valable devant un tribunal.
        Ni plus ni moins.
        • [^] # Re: La question à 1 euro

          Posté par (page perso) . Évalué à 10.

          Non, d'après ma mémoire (qui vaut ce qu'elle vaut, hélas, donc vérifiez si possible) ignorer n'est pas à prendre dans le sens "ne pas savoir".

          Ignorer quelqu'un, ce n'est pas ne pas le connaitre, c'est passer à côté de lui sans y faire attention. Nul n'est censé ignoré la loi signifie "nul n'est censé ne pas en tenir compte", d'après ce qui précède. Ce qui est beaucoup plus clair.

          Le texte lui même date, et ses formulations en souffrent. Au temps de Dumas, "il paraît" voulait dire : "c'est certain"; aujourdh'ui, cela contient une nuance de doute - genre ma cousine a entendu dire par son grand-père...

          Quand à "si on était dans une dictature, on n'aurait pas le droit de la dire" - cet argument est d'une naïveté touchante. Il existe de nombreuse forme de dictature et n'importe qui ayant croisé un professeur d'histoire sait que les plus violentes des dictatures sont aussi les plus inefficaces, voire les moins durables. Le pouvoir a appris assez rapidement que pour durer, il fallait prendre une forme suffisament subtile pour ne pas être dénoncé. Cela mériterait un exposé plus complet, mais ce ne me semble pas vraiment être l'endroit. Juste un exemple : ceux d'entre vous qui travaillent dans des boîtes auront remarqué que depuis quelques années, on peut tutoyer le patron (grosse généralité très approximative). A la limite, on dirait qu'on pourrait même le traiter d'abruti dans un mail à toute la boite sans guère de conséquence.

          Est-ce pour autant qu'il cesse d'être le patron ? Oh, non ! En plus d'être le patron, il est réputé pour être "vachement cool".
      • [^] # Re: La question à 1 euro

        Posté par . Évalué à 0.

        d'ailleur une loi dit que nul n'est censé ignorer la loi
        Si je me souviens bien ça a été retiré , et elle était la uniquement pour qu'on ne puisse dire "ah ben je le savais pas" quand on commet une infraction.
  • # Hortaugraf

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    Faire une pétition est une bien bonne idée, mais une phrase comme celle-ci, ça ne m'incite pas à signer:

    "Les webradios sont en danger, car ses méthodes liberticides, sont dificiles à mettre en place, et ont un coup financier énorme."

    Bon, ça ne m'empèchera pas de participer à l'effort, DADVSI est décidément une aberration, mais une orthographe correcte est tout de même un prérequis à la crédibilité - là on dirait que c'est mon petit frère qui écrit ;) (sans vouloir être méchant hein)
    • [^] # Re: Hortaugraf

      Posté par . Évalué à 3.

      Pour surenchérir

      Premieèrement merci pour nous avoir....
      radios numeériques (webradios) de diffuser ....
      permettrait de controôler davantage ....
      ....
      Nous reéclamons le retrait pur et....

      Les webradios financées pour la plupart par des passionnée n' arriveraient plus à survivre et couleraient inévitablement. ...
      doubles signatures sont automatiquement supprimées ....
      par le systeème, nous n'y p...
      Et il vaut mieux être crédible
      Non, plus seérieusement mobilisez-vous

      Les publicités sont indeépendantes de notre volonté, nous n'ye gagnonts rien dessus, elles sont dues à l'heébergeur, n'en tenez pas compte....

      pétition aux autorités, et personnes concernées, en...
      des données fournises, ....
  • # Les projets liberticides brouillent l'écoute

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    http://app.legalis.net/paris/ques_candidats/rep_jchirac.htm
    « A l'heure de la circulation et de la reproduction des ½uvres sur les réseaux, la question de la protection des droits des créateurs constitue une priorité à mes yeux. » (J. Chirac)

    ça tombe bien, là on va les censurer

    http://app.legalis.net/paris/ques_candidats/rep_ljospin.htm
    « Je suis aussi opposé aux alternatives proposées par la droite qui met en avant de nouvelles possibilités techniques qui la rendrait désuète. Cette piste est dangereuse pour les créateurs, mais aussi pour les citoyens qui seraient privés du droit de copier légalement des ½uvres à titre privé. Il convient en effet de ne pas créer d'amalgame entre le piratage illicite et la copie privée. » (L. Jospin)

    http://app.legalis.net/paris/ques_candidats/rep_nmamere.htm
    « De plus en plus d'Etats, y compris en Europe, tentent aujourd'hui, sans aucune concertation avec les usagers, de restreindre, les libertés individuelles sur Internet (contrôles des hébergeurs et des fournisseurs d'accès, restrictions intolérables quand à l'usage de la cryptographie, ...). » (N. Mamère)

    Directives brevets logiciels, IPRED, EUCD, IPRED II, ...
    LCEN, LIL, ...
  • # hier le DVD, demain le blu-ray disc

    Posté par . Évalué à 7.

    Je suis qd meme trés surpris qu'il n'y ait pas plus de réactions que cela : tout le monde n'est peut etre pas conscient que c'est parce que ces lois n'existaient pas qu'on a aujourd'hui des lecteurs de qualité sous Linux (MPlayer, Xine, ...) qui nous permettent de lire nos DVD achetés pour lesquels on a acquit des droits de visionnage.

    Avec les lois du projet DADVSI, ecrire de tels logiciels aurait été interdit. Et la, ca serait le comble qu'on se soit acquité des droits de visionnage mais qu'on n'ait pas le droit de le lire (sauf a acheter le logiciel machin).

    Demain, le DVD est mort et ce sera le tour du Blue-ray disc (ou DVD HD). Triple protection machin-crypto-truc, mise a jour des protections. Alors une fois que j'aurai acheter mon film préféré, je ne pourrais pas le lire, et si j'écris un soft pour le lire et profiter de mes droits, je vais en prison.
    C'est quoi cette lois bordel ???

    Demain, c'est lettre au député illico-presto.
    • [^] # Re: hier le DVD, demain le blu-ray disc

      Posté par (page perso) . Évalué à 5.

      > Alors une fois que j'aurai acheter mon film préféré, je ne pourrais pas le lire, et si j'écris un soft pour le lire et profiter de mes droits, je vais en prison.
      >

      Perso, je ferais comme avec le pseudo-CD-AUDIO "copy protection and encryption system anti-31337 \/\/4rR10rZ", j'achèterai pas... Et puis, avec les réseaux P2P il sufiit qu'une personne (et une seule) crack la protection (ça arrivera tôt ou tard) pour que l'oeuvre initialement protégée se répandent sur la planète en quelques heures !

      > C'est quoi cette lois bordel ???
      >

      Une loi qui permet de donner à une bande de *$&@# encore plus de pouvoir et de pognon. Depuis quand les lois protégent-elles les citoyens ?
    • [^] # Re: hier le DVD, demain le blu-ray disc

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      La seule raison qui m'a fait acheter un lecteur DVD à l'époque, c'est que par le plus grand des hasard le Japon a le même code régional que la france, de sorte que le DRM "vérouillage géographique" du DVD n'a pas d'impact.

      Ajouté à ceci que la plupart des lecteurs DVD évitaient les problèmes NTSC/PAL/SECAM, dévérouillant le DRM "format du signal".

      Maintenant, si j'ai un jour un blu ray machin chose ou le truc suivant qu'on aura la bonne idée de pondre, ce sera sur la grande insistance de ma copine (la bonne nouvelle, c'est que j'aurai donc une copine (^^), et j'ai pas encore vu de DRM pour ça )
    • [^] # Re: hier le DVD, demain le blu-ray disc

      Posté par . Évalué à 5.

      Bof,
      Avec un peu de chance, le successeur du DVD sera tellement protégé et assorti de contraintes de visionnage que personne ne va en acheter.
      Ca fera un flop comme la K7 Dat ou le SACD.
      Les majors réviserons alors leur copie ...
      • [^] # Re: hier le DVD, demain le blu-ray disc

        Posté par . Évalué à 10.


        Les majors réviserons alors leur copie ...

        nan, elles accuseront les vils pirates de l'Internet de ce flop et trouveront encore le moyen de faire passer de nouvelles lois ...
        • [^] # Re: hier le DVD, demain le blu-ray disc

          Posté par . Évalué à 3.

          > nan, elles accuseront les vils pirates de l'Internet de ce flop et trouveront encore le moyen de faire passer de nouvelles lois ...

          - Obligation est faite à tout possesseur d'équipement susceptible d'émettre ou de recevoir des informations par le biais d'un médium gazeux d'acheter le dernier disque de Lorie.


          - Sont considérés comme équipements susceptible d'émettre ou de recevoir des informations par le biais d'un médium gazeux les matériels suivants :
          -- chaîne hifi
          -- récepteur de télévision
          -- ordinateur
          -- tympans
          ...


          Vivement que ça soit publié au Journal Officiel ...
    • [^] # Re: hier le DVD, demain le blu-ray disc

      Posté par . Évalué à -3.

      Demain, le DVD est mort et ce sera le tour du Blue-ray disc (ou DVD HD). Triple protection machin-crypto-truc

      Ça tombe bien, le cinéma est mort lui aussi.

      je sais pas vous, mais blu-ray a conotation très homosexuelle je trouve, non? :)

      fiou autant de -->[] à la fois, laquelle choisir?
  • # Des références !

    Posté par . Évalué à 4.

    Bien plus que l'orthographe plus qu'approximative, quelque chose d'autre me tracasse particulièrement dans cette pétition : comment en arrivent-ils à la conclusion que le projet de loi DADVSI implique l'obligation pour les webradios d'utiliser des techniques de GDM ?

    J'ai beau lire et relire le projet de loi, je ne trouve pas.

    Quels articles sont concernés ?
    • [^] # Re: Des références !

      Posté par . Évalué à 6.

      Bon, après être parti à la pèche à l'info, je me réponds à moi-même.
      En effet, le projet de loi présenté à l'époque de Raffarin ne contient pas de telles dispositions.
      C'est le CSPLA qui préconise de telles extrémités dans son récent rapport : http://www.audionautes.net/CSPLA.pdf ou http://eucd.info/documents/rapport-sirinelli.pdf.

      En fait pour être plus précis, il ne préconise pas spécifiquement les GDM : soit ça, soit occultation d'URL (lecture dans un plugin type flash ?). Mais je suis sceptique sur l'efficacité de la 2e solution.

      Dans le même sillage, il y a les amendements proposés par VU/SACEM/BSA :

      Est assimilé à un délit de contrefaçon :

      1° Le fait, en connaissance de cause, d'éditer ou de mettre à la disposition du public, sous quelque forme que ce soit, un logiciel manifestement destiné à la mise à disposition non autorisée au public d'oeuvres ou d'objets protégés par un droit littéraire et artistique qui ne comprend pas les mesures pour, en l'état de la technique, préserver ces oeuvres ou objets protégés contre un usage non autorisé.

      2° Le fait d'éditer ou de mettre à la disposition du public, sous quelque forme que ce soit, un logiciel autre que celui visé au 1° ci-dessus, dès lors que, ayant connaissance de ce que ledit logiciel est manifestement utilisé pour la la mise à disposition non autorisée au public d'oeuvres ou d'objets protégés par un droit littéraire et artistique, l'éditeur n'a pas pris les mesures pour, en l'état de la technique, préserver ces oeuvres ou objets protégés contre un usage non autorisé.

      3° Le fait, en connaissance de cause, de promouvoir directement la mise à disposition du public sous quelque forme que ce soit ou l'utilisation d'un logiciel visé au 1° et 2° ci_dessus.

      4° Les dispositions ci-dessus s'appliquent sans préjudice de l'application des dispositions de l'article L121-7 du Code Pénal et de celles proprres à la loi du 21 juin 2004.


      et celui-ci :

      Hypothèse n° 1 : code de la propriété intellectuelle

      1°) Ajouter l'alinéa suivant après le premier alinéa de l'article L. 214-1 du Code de la propriété intellectuelle :

      « En cas de radiodiffusion numérique et en cas de distribution par câble simultanée et intégrale de cette radiodiffusion, les dispositions du présent article ne s'appliquent que si le radiodiffuseur utilise des mesures techniques visées à l'article L. 331-5 du présent code, conformes à l'état de l'art, visant à empêcher les processus de reproduction du programme radiodiffusé qui segmentent de façon automatisée ledit programme en tout ou partie des phonogrammes publiés à des fins de commerce qui y sont inclus.

      2°) Modifier comme suit le troisième alinéa de l'article L. 214-1 du Code de la propriété intellectuelle :

      « Les utilisations visées au présent article des phonogrammes publiés à des fins de commerce, quel que soit le lieu de fixation de ces phonogrammes, ouvrent droit à rémunération au profit des artistes interprètes et des producteurs. »

      Hypothèse n° 2 : loi de 1986

      1°) Rédiger comme suit le 3° de l'article 28 de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 sur la liberté de communication :

      « 3° La convention décrit les mesures techniques conformes à l'état de l'art qui sont mises en oeuvre par le service de radio pour, lors de la radiodiffusion numérique du programme et de sa reprise intégrale et simultanée sur un réseau n'utilisant pas des fréquences assignées par le CSA, empêcher les processus de reproduction dudit programme qui le segmentent de façon automatisée en tout ou partie des phonogrammes qui y sont inclus. »

      2°) Ajouter l'alinéa suivant après le 4ème alinéa du I. de l'article 33-1 de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 sur la liberté de communication :

      « Pour les services de radio diffusés par satellite, la convention décrit les mesures techniques conformes à l'état de l'art qui sont mises en oeuvre par le service de radio pour, lors de la radiodiffusion numérique du programme et de sa reprise intégrale et simultanée sur un réseau n'utilisant pas des fréquences assignées par le CSA, empêcher les processus de reproduction dudit programme qui le segmentent de façon automatisée en tout ou partie des phonogrammes qui y sont inclus. »


      (source : http://www.eucd.info/index.php?2005/11/14/177-droit-d-auteur(...)
      Maintenant, reste à voir l'influence que tout cela aura sur les "débats" des 22 et 23 décembre.
  • # la FSF en parle aussi :

    Posté par (page perso) . Évalué à 5.

  • # Et pourquoi pas une riposte pour montrer les effets ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 1.

    Je pense qu'un des problèmes actuels est que l'apport de l'informatique libre à l'économie est à la fois très important et relativement invisible.

    Aussi dans quelle mesure l'ensemble des serveurs (web, mail, bases de données...) et produits utilisant de près ou de loin des solutions libres ne pourraient ils pas tous s'arrêter pendant disons 15 jours pour montrer le désastre économique que cela provoquerait ?

    Bien sûr il faudrait une solidarité sans faille de tous les acteurs (informaticiens, administrateurs...) au moins européens et pouvoir résister aux pressions, aux brebis galeuses qui seront dans le lot, et bien sûr aux employeurs (à qui il faudrait expliquer que nos intérêts sont aussi les leurs).

    Parfois, je me dit aussi que c'est peut être un manque des licences libres originelles que de ne pas avoir intégré un germe de résistance aux assauts des ennemis du libre.
    • [^] # Re: Et pourquoi pas une riposte pour montrer les effets ?

      Posté par . Évalué à 2.

      Et demain, il faudra eteindre mon serveur pour protester contre la guerre en Irak, puis, après demain, parce qu'on a osé refuser l'entrée à Richard Stallman au Mac Donald's ...
      Ce qui fait la beauté du libre, c'est aussi la liberté qu'il t'accorde.
      Si tu veux te lancer dans ce genre d'action, c'est un beau geste. Si tu en inclus l'obligation dans la licence, le faire n'a plus aucune signification.
      En plus, je passerai bien vite à un autre logiciel, à la license moins contraignante, et je pense que je ne serai pas le seul.
      • [^] # Re: Et pourquoi pas une riposte pour montrer les effets ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        Je suis d'accord avec toi, cette liberté est belle et essentielle.

        Mais ce qui me chiffonne, c'est le côté trop gentil, par exemple que certains profitent de cette liberté d'un coté (gains économiques) tout en cherchant à nuire de l'autre : il n'y a qu'à voir encore récemment l'affaire du RootKit Sony où ils auraient pompé du code de Lame et de VLC. Ca fait vraiment bonne poire.

        On a affaire à des gens pas très élégants dans leur méthodes. Pour moi ça devrait être donnant donnant : les acteurs économiques profitent du libre, qu'en échange ils nous foutent un peu la paix.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.