AncalagonTotof a écrit 103 commentaires

  • # Une seule transaction ?

    Posté par . En réponse au message coup de gueule contre un marchand en ligne très connu. Évalué à 2 (+1/-0).

    Est-ce que le problème ne serait pas plutôt que ce système de carte (e-carte bleue ?) n'autorise qu'un et un seul usage de la carte temporaire ?
    On est d'accord, celui qui pose le vrai problème, c'est le commerçant.

  • [^] # Re: merci

    Posté par . En réponse au message Je ne comprends pas ce que fait cette fonction. Évalué à 0 (+0/-1).

  • [^] # Re: Problèmes de chemin ou variable d'environnement ?

    Posté par . En réponse au message Problème d'exécution script sur crontab. Évalué à 1 (+0/-0).

    Logiquement, l'utilisateur sous lequel se lancent les scripts (root ici ?) reçoit des mails si ces scripts écrivent sur la sortie standard (stdio, avec echo par exemple) ou d'erreur (stderr, en cas de problème d'exécution).
    Est-ce que root a reçu des mails ?

  • [^] # Re: pas d'extension dans noms de scripts cron

    Posté par . En réponse au message Problème d'exécution script sur crontab. Évalué à 1 (+0/-0).

    Faux ! J'en ai plein en .sh ! Et ça fonctionne très bien !
    Plutôt un problème d'environnement comme évoqué plus haut je pense.

  • # Anecdote vaguement hors sujet, mais pas que

    Posté par . En réponse au message Outil en ligne de commande pour comparer des versions de logiciels. Évalué à 7 (+6/-0).

    Hello,

    C'est l'histoire d'un logiciel de traitement de fichier RAW nommé Nikon Capture NX2 (CNX2) pour Mac dans ce cas précis.

    OK, c'est du soft proprio, mais bon, des fois, faut faire avec. Oui, je connais DarkTable et RawTherapee.

    Tout allait très bien sur mon MacBook Pro de 2013/2014, jusqu'au jour où, à force de faire le con, j'ai pété l'OS. Oui, un Mac OS, c'est fragile. Pas comme un windows, mais ça fini par se déglinguer aussi.
    Donc, j'ai refais une installation. Et là, plus moyen d'installer CNX2. Buh ??? Pourquoi ???

    Hypothèse : c'est à cause des versions de l'OS. Mon Mac m'a été livré en version 10.9.xx.
    CNX2 requiert un Mac OS en 10.411 ou 10.5.7 minimum.

    Donc au début, ça s'installe, normal.

    Ensuite, j'ai fait les mises à jour vers 10.10, 10.11, etc. Et la réinstallation de l'OS s'est faite avec la dernière version dispo.
    L'installation de CNX2 vérifie la version de l'OS avant d'aller plus loin, et donc : 10.10 < 10.5, refus d'installer.

    Si,si.

    Tout simplement parce que ces pignoufs ont codé leur versions en string et pas en numérique !
    Du coup, oui, "10.10" < "10.5" parce que "10.1" < "10.5".

    Ah ben bravo, 20/20 !

    Récemment, j'ai encore réinstallé l'OS, mais après avoir tout rincé de chez rincé. Faut reconnaître, c'est sympa de voir sa machine booter sans rien, et aller cherche le setup de l'OS sur le Net. Ça serait top de voir un PC vierge proposer l'installation de Linux, Windows ou macOS. Voire un triple boot … Mais passons.
    Bonne surprise cette fois, c'est l'OS d'origine qu'il me télécharge, en 10.9 donc.
    Et à nouveau, j'ai pu installer CNX2.

    CQFD ?

    Bref, tout ce blabla inintéressant pour dire : fézé gaffe avec les numéros de version, c'est un sujet qui paraît innocent, mais qui peut foutre une merde noire …

  • # fdisk + mount avec option offset

    Posté par . En réponse au message problème pour monter une image dans un dossier temporaire. Évalué à 3 (+2/-0).

    Exemple avec ce que j'ai sous le coude. Parce que sous UNIX, tout est fichier, fdisk peut prendre directement l'image en paramètre :

    # fdisk -l 2019-07-10-raspbian-buster-lite.img
    Disk 2019-07-10-raspbian-buster-lite.img: 2 GiB, 2197815296 bytes, 4292608 sectors
    Units: sectors of 1 * 512 = 512 bytes
    Sector size (logical/physical): 512 bytes / 512 bytes
    I/O size (minimum/optimal): 512 bytes / 512 bytes
    Disklabel type: dos
    Disk identifier: 0x17869b7d
    
    Device                               Boot  Start     End Sectors  Size Id Type
    2019-07-10-raspbian-buster-lite.img1        8192  532480  524289  256M  c W95 FAT32 (LBA)
    2019-07-10-raspbian-buster-lite.img2      540672 4292607 3751936  1.8G 83 Linux
    

    Comme évoqué plus haut, on voit effectivement les deux partitions d'une image pour Raspberry Pi :

    • une de type FAT32 contenant kernel, modules, configuration, etc
    • une de type Linux avec le root filesystem (/) et l'OS

    mount monter ces partitions, c'est très simple. On commence par créer deux répertoires pour le montage :

    # mkdir p1 p2
    

    Premier montage :

    # mount -o loop,offset=$((8192*512)) 2019-07-10-raspbian-buster-lite.img p1
    

    Vérification :

    # l p1
    total 39510
    -rwxr-xr-x 1 root root   23946 Jul  8 15:02 bcm2708-rpi-b.dtb*
    -rwxr-xr-x 1 root root   24205 Jul  8 15:02 bcm2708-rpi-b-plus.dtb*
    -rwxr-xr-x 1 root root   23723 Jul  8 15:02 bcm2708-rpi-cm.dtb*
    -rwxr-xr-x 1 root root   23671 Jul  8 15:02 bcm2708-rpi-zero.dtb*
    -rwxr-xr-x 1 root root   24407 Jul  8 15:02 bcm2708-rpi-zero-w.dtb*
    -rwxr-xr-x 1 root root   25293 Jul  8 15:02 bcm2709-rpi-2-b.dtb*
    -rwxr-xr-x 1 root root   26463 Jul  8 15:02 bcm2710-rpi-3-b.dtb*
    -rwxr-xr-x 1 root root   27082 Jul  8 15:02 bcm2710-rpi-3-b-plus.dtb*
    -rwxr-xr-x 1 root root   25261 Jul  8 15:02 bcm2710-rpi-cm3.dtb*
    -rwxr-xr-x 1 root root   40284 Jul  8 15:02 bcm2711-rpi-4-b.dtb*
    -rwxr-xr-x 1 root root   52296 Jun 24 17:21 bootcode.bin*
    -rwxr-xr-x 1 root root     190 Jul 10 02:21 cmdline.txt*
    -rwxr-xr-x 1 root root    1735 Jul 10 02:08 config.txt*
    -rwxr-xr-x 1 root root   18693 Jun 24 17:21 COPYING.linux*
    -rwxr-xr-x 1 root root    3030 Jul  9 16:07 fixup4cd.dat*
    -rwxr-xr-x 1 root root    6068 Jul  9 16:07 fixup4.dat*
    -rwxr-xr-x 1 root root    9146 Jul  9 16:07 fixup4db.dat*
    -rwxr-xr-x 1 root root    9148 Jul  9 16:07 fixup4x.dat*
    -rwxr-xr-x 1 root root    2649 Jul  8 15:02 fixup_cd.dat*
    -rwxr-xr-x 1 root root    6724 Jul  8 15:02 fixup.dat*
    -rwxr-xr-x 1 root root    9802 Jul  9 16:07 fixup_db.dat*
    -rwxr-xr-x 1 root root    9798 Jul  9 16:07 fixup_x.dat*
    -rwxr-xr-x 1 root root     145 Jul 10 02:21 issue.txt*
    -rwxr-xr-x 1 root root 5299792 Jul  8 15:02 kernel7.img*
    -rwxr-xr-x 1 root root 5600464 Jul  8 15:02 kernel7l.img*
    -rwxr-xr-x 1 root root 5017104 Jul  8 15:02 kernel.img*
    -rwxr-xr-x 1 root root    1494 Jun 24 17:21 LICENCE.broadcom*
    drwxr-xr-x 2 root root   14848 Jul 10 02:07 overlays/
    -rwxr-xr-x 1 root root  762880 Jul  9 16:07 start4cd.elf*
    -rwxr-xr-x 1 root root 4716552 Jul  9 16:07 start4db.elf*
    -rwxr-xr-x 1 root root 2759172 Jul  9 16:07 start4.elf*
    -rwxr-xr-x 1 root root 3672712 Jul  9 16:07 start4x.elf*
    -rwxr-xr-x 1 root root  685412 Jul  9 16:07 start_cd.elf*
    -rwxr-xr-x 1 root root 4854088 Jul  9 16:07 start_db.elf*
    -rwxr-xr-x 1 root root 2878052 Jul  9 16:07 start.elf*
    -rwxr-xr-x 1 root root 3791560 Jul  9 16:07 start_x.elf*
    

    Seconde partition :

    # mount -o loop,offset=$((540672*512)) 2019-07-10-raspbian-buster-lite.img p2
    

    Vérification :

    # l p2
    total 88
    drwxr-xr-x  2 root root  4096 Jul 10 02:08 bin/
    drwxr-xr-x  2 root root  4096 Jul 10 02:20 boot/
    drwxr-xr-x  4 root root  4096 Jul 10 02:03 dev/
    drwxr-xr-x 80 root root  4096 Jul 10 02:21 etc/
    drwxr-xr-x  3 root root  4096 Jul 10 02:07 home/
    drwxr-xr-x 16 root root  4096 Jul 10 02:09 lib/
    drwx------  2 root root 16384 Jul 10 02:20 lost+found/
    drwxr-xr-x  2 root root  4096 Jul 10 02:03 media/
    drwxr-xr-x  2 root root  4096 Jul 10 02:03 mnt/
    drwxr-xr-x  3 root root  4096 Jul 10 02:07 opt/
    drwxr-xr-x  2 root root  4096 Jun  6 17:42 proc/
    drwx------  2 root root  4096 Jul 10 02:03 root/
    drwxr-xr-x  4 root root  4096 Jul 10 02:03 run/
    drwxr-xr-x  2 root root  4096 Jul 10 02:09 sbin/
    drwxr-xr-x  2 root root  4096 Jul 10 02:03 srv/
    drwxr-xr-x  2 root root  4096 Jun  6 17:42 sys/
    drwxrwxrwt  2 root root  4096 Jul 10 02:21 tmp/
    drwxr-xr-x 10 root root  4096 Jul 10 02:03 usr/
    drwxr-xr-x 11 root root  4096 Jul 10 02:03 var/
    

    Explication :

    L'option loop permet de monter ce genre d'image (ça pourrait être une ISO de CD, DVD ou Bluray aussi).
    L'option offset, comme sa traduction l'indique, permet un décalage d'un certain nombre d'octets. Ici, on sait que les partitions commencent à 8192 et 540672, et que c'est exprimé en secteurs, qu'un secteur fait 512 octets, et donc, on fourni la multiplication grâce à $((<debut> * <nb octets par secteur)).

    NB : je maîtrise mal loop & cie, et j'ai du "démonter" p1 avant de monter p2, suite à ce message d'erreur :

    mount: /home/Misc/RaspberryPi/RaspBian.images/2019-07-10-raspbian-buster-lite.img: overlapping loop device exists
    

    Tout ce que je sais, c'est qu'il existe un nombre limité de device loop possible et que c'est paramétrable (option du module, de mémoire).
    Ici, pour je ne sais quelle raison, j'ai probablement atteint la limite. Limite à 1 semble-t-il …
    Je ne vais pas le montrer ici, mais mount -o loop ... cache en fait un losetup suivit d'un mount. On pourrait décomposer les deux et peut-être éviter ce message d'erreur.

    NB2 : le l de l p1 et l p2 est un alias que je me refais partout :

    alias ls='ls -AF --color=auto'
    alias l='ls -l'
    
  • # Debian 8 ? Pfu ...

    Posté par . En réponse au message Tutorial Sécurité Debian 8 VPS OVH. Évalué à 2 (+1/-0).

    Ptit joueur ! Ça fait un moment que j'ai une 7, à 1133 jours d'uptime, à virer et réinstaller chez eux. Trop vieux pour tenter une upgrade … Mieux vaut repartir sur du neuf !

  • [^] # Re: re : problème supplémentaire

    Posté par . En réponse au message problème find et espaces dans les noms de fichiers. Évalué à 1 (+0/-0).

    Ah OK, j'avais pas vu la feinte !

  • [^] # Re: re : problème supplémentaire

    Posté par . En réponse au message problème find et espaces dans les noms de fichiers. Évalué à 1 (+0/-0). Dernière modification le 06/10/19 à 12:19.

    [oh, ma réponse d'hier n'est pas passée ? Je la refais]

    Oui, c'est tout à fait normal.
    L'expression $(find * -maxdepth 0 -type f) est entre guillemets, et de ce fait, elle constitue un et un seul paramètre du for.
    f prend donc une et une seule valeur, d'où un seul tour de boucle et un seul message "fin de ligne".

    Problème : si tu supprimes les guillemets, tu retombes sur le problèmes espaces dans les noms de fichier. Chaque espace divisera le nom en deux et créera un paramètre supplémentaire au for là où il ne faudrait pas.

    On en revient aux solutions à base de read et de while.

    Pourquoi s'acharner sur le for sinon ? Je ne l'utilise quasiment jamais, cette limitation est trop contraignante.

  • [^] # Re: Autres solutions

    Posté par . En réponse au message problème find et espaces dans les noms de fichiers. Évalué à 1 (+0/-0).

    [Complément 1]
    Toutes ces formes d'écriture pallient au problème du for. Le for reçoit les paramètres après interprétation par le shell, et si ces paramètres comportent des espaces, ils deviennent deux ou plusieurs paramètres du for.

    [Complément 2]
    La version avec fichier temporaire présente l'inconvénient du … fichier temporaire ! Mais, dans certains cas, le résultat du find peut être utile à plusieurs boucle indépendantes, et donc, ce fichier temporaire permet d'exécuter ce find une fois pour toutes

  • # Autres solutions

    Posté par . En réponse au message problème find et espaces dans les noms de fichiers. Évalué à 1 (+0/-0).

    Attention, j'écris ça de tête, sans vérifier.

    D'abord, une solution simple mais bourrin et pas sans poser problème :

    find ... | while read truc1 truc2 ... trucn
    do
        ...
    done
    

    Le problème ? Si une variable est initialisée hors de la boucle, elle ne peut pas être modifiée dans cette boucle :

    v=1
    find ... | while read truc1 truc2 ... trucn
    do
        v=$((v+1))
    done
    echo $v
    

    affichera 1, quelque soit le nombre de tour de boucle, car le while est à droite d'un pipe ('|'), et s'exécute donc dans un shell fils.
    Pour que le while reste dans le même shell, et toujours en étant bourrin :

    v=1
    
    find ... > /tmp/fichierIntermediaire
    
    while read truc1 truc2 ... trucn
    do
        v=$((v+1))
    done < /tmp/fichierIntermediaire
    echo $v
    

    Cette fois, v va changer en fonction du nombre de lignes dans le fichier temporaire.

    Pour éviter ce fichier temporaire, il faut utiliser quelque chose du genre :

    v=1
    
    while read truc1 truc2 ... trucn
    do
        v=$((v+1))
    done < <(find ...)
    echo $v
    

    C'est surtout ici que j'ai un doute sur la syntaxe. Mais si erreur il y a, on a l'idée.

  • [^] # Re: À cause des accès aligné par les instructions en asm

    Posté par . En réponse au message probleme de compréhension sur l'alignement.. Évalué à 2 (+2/-1).

    De mon temps, c'était du 68000 ! Et puis j'ai fait un peu de 8086 … Que c'est moche …

    Bref …

    Pour la petite histoire, en embarqué, quand il s'agit de coller au plus près à l'architecture d'un microcontrôleur (Atmel, STM8 ou 32, Microchip PIC …), il est fréquent de "packer" à 1, histoire que tel champ corresponde à tel registre du CPU (sans trop rentrer dans les détails).

    Et pour revenir au 68000, je me rappelle vaguement que tout était autorisé, y compris utiliser des adresses impaires, voire non multiples de 4, mais avec un surcoût à l'exécution. C'était pas gratuit …
    Ça ne l'est toujours pas je suppose, ça fait des dizaines d'années que j'ai pas ouvert un bouquin d'assembleur de CPU.

    <mode dystopie>Imaginez un peu, si IBM avait choisi Motorola à la place de Intel, fin des 70s, début des 80s … Le premier IBM PC avec un 68000 ! Le beau rôle ! Même pas de EMM386 ! Et le mauvais à Apple avec ses pauvres Apple ][ à base de 8088/8086 !</mode dystopie>
    <mode réaliste>Le 68000 était pas sorti il me semble.</mode réaliste>

  • # Plus d'info

    Posté par . En réponse au message Fail lors du Dual Boot Windows 10/Centos 7. Évalué à 2 (+1/-0).

    Il nous faudrait une "photo" de la "scène du crime" !

    Dans une console, probablement en tant que root pour que ça fonctionne, il nous faudrait au moins ça :

    fdisk -l
    

    pour lister les disques et leurs partitions. Et ensuite :

    df -h /
    

    Pour savoir quelle est la partition '/', le root filesystem.
    Ça permettra de savoir où tu as installé ton Linux déjà.

    Autre possibilité : utiliser un outil graphique comme gparted.

  • [^] # Re: IP fixe ? Full stack ?

    Posté par . En réponse au message [résolu] Problème de routage smtp.free.fr. Évalué à 1 (+0/-0).

    Oui, peu probable qu'ils aient changé ta config.
    Je ne suis pas expert, mais je vois un problème potentiel sur le chemin du retour des paquets. Encore une fois, super pas certain de moi.
    Pour être exact, -T, c'est

    Use TCP SYN for probes
    

    Je pense que c'est un peu plus subtil que juste utiliser TCP. Ça a un rapport avec la façon dont s'établit une connexion TCP (SYN, ACK, etc. Je ne connais pas ça par cœur).

    Un autre test à faire :

    # telnet smtp.free.fr 587
    Trying 212.27.48.4...
    Connected to smtp.free.fr.
    Escape character is '^]'.
    220 smtp6-g21.free.fr ESMTP Postfix
    

    Ça bloque aussi ?

  • # IP fixe ? Full stack ?

    Posté par . En réponse au message [résolu] Problème de routage smtp.free.fr. Évalué à 1 (+0/-0).

    Bon, ça m'étonnerait que ça vienne de là, vu que c'est dans le sens sortant.
    Mais depuis un bon moment, Free triche.

    Encore que je ne connaisse pas bien le mécanisme impliqué par l'option -T. Peut-être que ça vient de là. Tu as essayé sans ?

    En tout cas, si c'est ça, ça peut venir de chez Free. Face à la pénurie d'adresse IPv4, Free "divise" une adresse en 4 blocs de ports. Pour une adresse IP, 4 clients se partagerons une plage de ports, soit 65536 (à un ou deux près, hein, zéro, toussa) divisé par 4 : 0 à 16383.

    Le plus chanceux aura les ports de 0 à 16383.
    Le second client aura les ports de 16384 à 32767, mappés sur 0 à 16383.
    Le troisième de 32768 à 49151 et le dernier de 49152 à 65535, toujours mappés sur 0 à 16383.

    On se fait enfumer des 3/4 des ports !

    La solution : demander (via l'interface Web il me semble) une IP fixe, qui implique ce que Free appelle "IP Full Stack". En clair, une fois l'IP figée, on a droit à la totalité des ports, de 0 à 65535.

    Quoi qu'il en soit, chez moi, ça donne ça :

    # traceroute -p 587 -T  smtp.free.fr
    traceroute to smtp.free.fr (212.27.48.4), 30 hops max, 60 byte packets
     1  192.168.0.254 (192.168.0.254)  0.156 ms  0.288 ms  0.518 ms
     2  194.149.164.60 (194.149.164.60)  6.149 ms  6.504 ms  6.505 ms
     3  bzn-9k-4-be1004.intf.routers.proxad.net (78.254.249.2)  6.870 ms  7.207 ms  7.211 ms
     4  bzn-9k-2-sys-be2000.intf.routers.proxad.net (194.149.161.242)  6.830 ms  6.807 ms  6.818 ms
     5  smtp.free.fr (212.27.48.4)  6.427 ms  6.429 ms  6.428 ms
    

    Un traceroute simple donne :

    # traceroute smtp.free.fr
    traceroute to smtp.free.fr (212.27.48.4), 30 hops max, 60 byte packets
     1  192.168.0.254 (192.168.0.254)  0.213 ms  0.202 ms  0.532 ms
     2  * * *
     3  bzn-9k-4-be1004.intf.routers.proxad.net (78.254.249.2)  6.841 ms  7.300 ms  7.301 ms
     4  bzn-9k-2-sys-be2000.intf.routers.proxad.net (194.149.161.242)  6.555 ms  6.775 ms  6.516 ms
     5  smtp.free.fr (212.27.48.4)  6.152 ms  6.123 ms  6.130 ms
    

    Aucun soucis particulier.

  • # Gain ? Non. Limitation des dégâts, oui.

    Posté par . En réponse au message Porter un casque au travail, un gain de productivité ?. Évalué à 7 (+6/-0).

    Le problème de vient pas du casque, ou du bonhomme, mais de l'open space : c'est une calamité.
    Dans ma boite, la filiale dans laquelle j'étais a réintégré la maison mère. Une petite centaine de personnes ajoutées aux 6 ou 700 déjà présentes, réparties dans un ancien magasin/entrepôt reconverti en open space.
    C'est bruyant en permanence. Y'a des réunions sauvages dans les "couloirs" (comprendre à côtés des bureaux et des gens qui y travaillent).
    Et on nous a vendu l'open space comme étant un "espace d'échange". Tu parles. Je ne sais même pas qui sont les personnes à 3 mètres de moi ni ce qu'elles font …

    Bref. Si il faut parler technique : moi, c'est Sony MDR 1000X, avec et sans musique selon l'humeur. C'est un bon (et cher) modèle, mais on fait mieux de nos jours.

    Enfin, pour rester au courant de ce qui se passe au taff … Je suis mal placé, j'ai le même problème. C'est parce que je ne bois pas de café; c'est beaucoup là où s'échangent les infos. Reste radio-moquette, mais faut une bonne station à capter …

  • [^] # Re: Share ?

    Posté par . En réponse au message audio sur DEUX casques Bluetooth sous "Linux Mint 18 Sarah" ?. Évalué à 2.

    Si elle existe, c'est une fonctionnalité du casque, pas du côté Linux.

    Un module Bluetooth qui permet le Share est capable d'être client d'une source, et en même temps, de se présenter comme source pour un autre appareil client. Le flux A2DP peut être prolongé de proches en proches, mais en ajoutant une latence à chaque nœud.

    Cette méthode, par contre, est transparente et ne nécessite pas d'avoir les mêmes casques sur toute la chaîne.

  • # Share ?

    Posté par . En réponse au message audio sur DEUX casques Bluetooth sous "Linux Mint 18 Sarah" ?. Évalué à 3.

    Hello,

    À ma connaissance, le problème vient plus de la source que des casques. La source doit être capable de gérer plusieurs connections vers plusieurs sink (c'est le terme habituel pour les destinataires des flux). Et c'est super rare. Pour que ça marche bien, il faudrait quasiment un double module (deux fois le même hardware).

    Une première possibilité pourrait venir du BT Broadcast. Mais je ne crois pas que ce soit répandu, et encore moins standardisé.
    La seule info un peu récente que j'ai concerne Microchip et sa solution une source vers multiple sinks. Mais, bien entendu, si la puce source et les puces sink ne sont pas des Microchip avec le bon firmware, c'est mort, vu que le protocole entre les intervenant est propriétaire.

    Peut-être que la solution share conviendrait dans ton cas. L'idée, c'est que tu connectes ton linux au premier casque, et ensuite (ou avant ?) le premier casque au second. Les flux seraient donc PC -A2DP-> Casque 1 -A2DP-> Casque 2. Problèmes :
    - si ça marche, il y a une latence. Le casque 2 sera toujours en retard sur le 1.
    - faut que au moins le casque 1 dispose de la fonctionnalité, forcément

    Sinon, t'as pensé à des liaisons filaires ? ;-)

  • [^] # Re: Bureau « normal »

    Posté par . En réponse à la dépêche Sortie du bureau léger Xfce 4.14. Évalué à 3.

    C'est oublier un peu vite les quelques restrictions aux libertés et les coups de 49.3 !

  • # Hope this helps

    Posté par . En réponse au message question sur la structure du code que fait le compilateur (.text, .bss, .heap ...). Évalué à 2.

    Déjà, je dirais que la taille de la pile, ben ça dépend … Dans un contexte desktop, oui, possible. Mais ça risque fortement de dépendre aussi du langage, du compilateur/linker, et pour finir, des paramètres de ces derniers. La taille de la pile fait partie de ces paramètres, plus ou moins cachés selon l'environnement que tu utilises. Il me semble aussi que le principe le plus courant est d'avoir une pile de taille limitée, ce qui conduit à un stack overflow quand tu essayes de la dépasser. Mais peut-être qu'il existe d'autre contexte où la taille de la pile, c'est la mémoire qui reste ?
    Quant à l'embarqué, quand tu n'as que quelques ko a utiliser méticuleusement …

    Sur le schéma, entre le heap et la stack, c'est du … rien !
    Tu consommes de la stack en faisant des appels de fonction (attention aux appels récursifs) et en déclarant des variables locales.
    Tu consommes du heap en faisant des allocations dynamiques (malloc & cie, new en C++).

    Forcément, trop de l'un et/ou de l'autre, c'est mauvais pour la santé du process …

  • # Cycles ?

    Posté par . En réponse au message question sur le processeur 8086 et les cycles d'horloge. Évalué à 1.

    Est-tu certain déjà qu'un sub, un not, ou autre, s'exécute en un seul cycle ?
    Ça fait longtemps que je n'ai pas mis le nez là-dedans, mais j'en été resté à une instruction = plusieurs cycles.
    Par contre, il existe tout un tas d'optimisations (pipeline, etc) qui permettent de paralléliser plus ou moins, genre, commencer l'exécution de l'instruction suivante alors que celle en cours n'est pas terminée.

    NB: le 8086 est très loin aussi, mais est-ce que l'instruction sub existe vraiment ?… Sinon, c'est normal qu'il traduise par un négation puis une addition.

  • # Je sais qu'il fait chaud, mais faut pas pousser !

    Posté par . En réponse au message Diner des philosophes et jeu des bâtonnets. Évalué à 2.

    Salut, alors, on a la flemme de faire ses exos soit même ?
    Si vraiment tu ne trouves pas, la solution est peut-être là

  • # Genshi

    Posté par . En réponse au journal Générateur de site web statique. Évalué à 1.

    A priori pas cité auparavant, il y a Genshi.
    J'ai fais sa connaissance indirectement par Lazygal : un générateur de galeries photo en HTML "statique" (un zeste de JS, c'est tout. Thèmes personnalisables)

  • # /etc/inittab

    Posté par . En réponse au message Console série. Évalué à 9.

    J'allais suggérer de remplacer/ajouter un *getty dans /etc/inittab, mais je me suis rendu compte que j'allais dire du mal de systemd …

  • # \m/

    Posté par . En réponse au journal [HS pas autour du libre] Le Metal pervertit notre civilisation. Évalué à 3.

    C'est tout ce que j'avais à dire !