• # Les raisons

    Posté par  . Évalué à 1.

    AWS : "It's clear that Parler does not have an effective process to comply with the AWS terms of service. It also seems that Parler is still trying to determine its position on content moderation. You remove some violent content when contacted by us or others, but not always with urgency. Your CEO recently stated publicly that he doesn’t "feel responsible for any of this, and neither should the platform." This morning, you shared that you have a plan to more proactively moderate violent content, but plan to do so manually with volunteers. It’s our view that this nascent plan to use volunteers to promptly identify and remove dangerous content will not work in light of the rapidly growing number of violent posts."

    En gros, Parler n'aurait pas fourni de méthode convaincante pour faire respecter les CGU de AWS : supprimer les contenus violents. L'argument de Parler pour contre-attaquer : Amazon aurait conclut un accord avec Twitter pour faire tomber une plateforme de microblogging concurrente (Parler). Argument qui aurait pu porter si Parler n'était effectivement pas rempli d'appels au meurtre, je l'ai constaté moi même.

    Mais bon internet a été conçu pour empêcher la censure et toutes ces tentatives resteront vaines je pense (enfin à part laver (ou salir c'est selon) l'honneur des sociétés qui essayent de se débarrasser de ces utilisateurs encombrants) Il reste toujours GAB, thedonald .win, le fediverse, le futur réseau promis par DJT lui même, etc.

  • # naïveté

    Posté par  . Évalué à 4.

    Je trouve d'une naïveté crasse de vouloir se poser en lieu d'échange sans filtre dédié à la libre et pire parole et outsourcer son infrastructure, et en plus avec un seul prestataire pour le stockage.

    C'est clairement le type de contenu que tu ne peux faire exister que par du décentralisé, du pair à pair et de la redondance.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n’en sommes pas responsables.