Seizième causerie April sur les RMLL 2009

Posté par (page perso) . Modéré par Mouns.
Tags :
1
27
nov.
2009
Communauté
Les « Causeries April » sont des entretiens ou des discussions organisées régulièrement, d'une durée d'une heure ou plus, sur un sujet donné. Elles sont réalisées techniquement via IRC et/ou Jabber. Les comptes-rendus sont publics ou privés suivant les sujets abordés.

Lors de la causerie April du 17 novembre, Annaïg Denis, présidente des Rencontres Mondiales du Logiciel Libre 2009, David Yoteau et Jean-Michel Boulet, vice-présidents, ont répondu aux multiples questions reçues concernant l'édition 2009 à Nantes. Les sujets abordés couvrent l'organisation avant, pendant et après l'événement, le déroulement, les impressions a posteriori, etc. Le compte-rendu complet est désormais disponible sur le site de l'April.

Merci à Annaïg, David et Jean-Michel d'avoir répondu aux questions. Merci à Yoann Nabat pour la co-modération, et à tous ceux qui ont envoyé des questions par courriel, IRC, Jabber ou via LinuxFr.org et son système de proposition d'entretien.
  • # 10 ans après = 10 fois plus gros

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Les premières RMLL avaient réuni un peu plus de 500 personnes. Maintenant, il faut en attendre plus de 5000.
    Il en résulte que l'organisation a dû considérablement évoluer et que le GULL chargé de l'organisation doit se faire aider par toutes les associations et organisations qu'il est possible de mobiliser.
    Le moyens matériel ont évolué. Lors de la première édition, nous n'avions que très peu utilisé l'informatique pour gérer la manifestation. Maintenant, une infrastructure existe. Elle est réutilisée et améliorée chaque année.

    Il est déjà loin le temps où j'allais subrepticement coller les premières affiches sur les parois libres de Linux-Expo à la porte Maillot ! C'était en 2000.

    Par contre, ce qui n'a pas changé, c'est le dévouement de ceux qui ont chaque fois relevé le défi !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.