Journal Présentation de Gratipay, pour un financement durable du logiciel libre

21
30
août
2014

Gittip vient d'être rebaptisé Gratipay (annonce en anglais), et a été récemment traduit (partiellement) en français, voilà donc une bonne occasion pour moi de vous présenter ce site de financement participatif un peu spécial.

Page d'accueil de Gratipay

Spécificités de Gratipay

Tout d'abord le principe du site est que les dons sont récurrents: ils sont effectués chaque semaine (le jeudi). Les dons ne sont pas liés à une tâche spécifique comme le lancement d'un projet, l'implémentation d'une nouvelle fonctionnalité ou la correction d'un bug ; ils sont anonymes et financent le développement continu des projets d'un individu ou d'une équipe.

Ce modèle a pour but de fournir des revenus stables à long terme, ce dont les biens communs comme le logiciel libre ou la culture libre ont énormément besoin, notamment parce qu'en l'absence d'un revenu de base nous ne sommes pas libres de consacrer beaucoup de temps à des projets qui ne nous fournissent pas de sources de revenus suffisantes pour survivre. Gratipay est un moyen de financer ces projets sans compromettre leurs principes.

Autre point très important: contrairement à la majorité des autres plateformes de crowdfunding, Gratipay ne prend pas de commission sur les dons. Le développement du site est financé sur le site lui-même, par les dons volontaires des utilisateurs à l'équipe Gratipay.

Si vous faites des dons sur Gratipay et que vous utilisez une carte de crédit pour les financer vous paierez des frais de transaction: ce sont ceux des intermédiaires financiers, pas une commission du site.

Enfin, Gratipay est une entreprise ouverte, le code du site est libre, les discussions "internes" se font publiquement sur GitHub ou dans le canal IRC #gratipay, chacun peut donc contribuer. Les contributeurs sont ajoutés aux membres de l'équipe Gratipay, et reçoivent ainsi une partie des dons qui financent le développement du site.

La route est longue, mais la voie est libre…

À l'heure où j'écris ce billet Gratipay a + de 360 rapports de bug ou demandes de nouvelles fonctionnalités. C'est conséquent, et il y a en effet beaucoup de choses à améliorer. Si vous êtes confronté à ces défauts soyez patients, nous travaillons à les régler ; et si vous le pouvez venez nous donner un coup de main, ou un coup de pouce financier.

Bref, rejoignez-nous sur Gratipay ! :-)


Texte originellement publié sur mon blog: Gratipay, un site de crowdfunding pas comme les autres

  • # Et ailleurs qu'aux US ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Je lis sur la FAQ du site:

    I'm not in the U.S., can I still use Gratipay?
    Yes, but moving funds takes more time and the fees are higher.

    L'utiliser hors US, ôterait l'avantage de ne pas payer de commissions à la boite qui l'a créé.

    • [^] # Re: Et ailleurs qu'aux US ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Non, là aussi les frais évoqués sont ceux des intermédiaires financiers, en l'occurrence Paypal qui prend 2% sur chaque transaction. Les transferts directs vers les comptes bancaires en dehors des États-Unis seront disponibles quand le service qu'utilise Gratipay les aura implémenté. Si cela traîne trop longtemps l'alternative envisagée est de créer une structure légale en Europe de façon à pouvoir utiliser un service de paiement européen. Vous pouvez suivre les progrès sur GitHub.

    • [^] # Re: Et ailleurs qu'aux US ?

      Posté par . Évalué à 1.

      Dans le même thème "ailleurs qu'aux US", il me semble que en France le don à une entreprise n'est pas légal ce qui limite donc un petit peu le champ d'action.

      • [^] # Re: Et ailleurs qu'aux US ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 0.

        Ça fait des années qu'on me rétorque ça sans fournir de preuve. Après quelques recherches je n'ai personnellement rien trouvé pour appuyer cette affirmation. Si les entreprises n'ont pas le droit de recevoir des dons manuels alors quelqu'un devrait pouvoir fournir un lien vers l'article de loi idoine sur Legifrance.

        • [^] # Re: Et ailleurs qu'aux US ?

          Posté par (page perso) . Évalué à 6. Dernière modification le 01/09/14 à 11:56.

          Une petite recherche rapide semble indiquer qu'il faudrait utiliser le compte 7713 « libéralités perçues » du plan comptable, que cela nécessiterait un justificatif clair pour la comptabilité (un expert comptable et/ou un notaire sont évoqués), que cela serait exonéré de TVA si aucune vente de bien/service n'est associée, et que la question des taxes/impôts à payer pour le donateur (60% entre non-parents ?) et l'entreprise n'est pas forcément claire. Bref ça reste assez flou et hypothétique, et ça mériterait une question aux impôts.

  • # Quel retour pour les donateurs ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Le concept me plaît beaucoup, ainsi que l'éthique du projet qui se finance avec son propre système et pas avec une commission (c'est beau).

    En naviguant sur le site, je me demandais si un projet pouvais proposer un retour à ses donateurs. Je sais que dans le crowfunding, le côté contrepartie fait débat, surtout quand il s'agit de préventes, mais en même temps je pense que ça fait partie des choses qui motivent aussi certains à payer. Ici, vu que le but est un revenu régulier, on peut difficilement envisager de donner des badges toutes les semaines à qui a donné 3€ ^ mais y'-t-il quand même moyen de voir (même mensuellement, annuellement) qui a donné, combien, et d'envisager suivant la participation/les moyens du projet de remercier les donateurs de façon ciblé ? Genre "les 10 plus gros contributeurs cette semaine sont invités à boire un verre avec l'équipe à tel endroit".

    • [^] # Re: Quel retour pour les donateurs ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Il n'y a pour le moment pas de moyen de contacter ses donateurs (#2521), ni de savoir qui ils sont (#236). Comme je le dis dans le billet le site a de nombreuses lacunes, on a réparé pas mal de problèmes "sous le capot" ces derniers mois. Dans les mois qui viennent il devrait y avoir de grosses améliorations côté utilisateur.

  • # Soupir...

    Posté par . Évalué à 5.

    À première vue, l'initiative semble intéressante.

    Mais par contre, le « Connectez-vous avec Twitter », en gros, pfff…

    Et même les autres, j'ai peut-être un compte OSM, mais je ne vois pas le rapport avec la choucroute…

  • # Dynamique sociale

    Posté par . Évalué à 5.

    Pour l'avoir observé un peu, le problème c'est la dynamique sociale de ce projet (gittip existe depuis un certain temps, donc on peut tirer quelques conclusions AMHA). Grosso modo, à ce que j'en ai vu, les gratifications existantes sont indexées sur la capacité d'une personne à buzzer ; ainsi, dans la communauté Python, ceux que j'ai vu récolter le plus d'argent (en fait les seuls à récolter des sommes non négligeables) sont les personnes très présentes sur Twitter. La plateforme a donc un effet de concours de popularité, et potentiellement un effet boule de neige (car le fait d'être beaucoup gratifié accrédite la popularité d'une personne) ; seule une petite minorité de "happy few" va en bénéficier pour de vrai, à moins ironiquement de s'investir à fond dans une activité d'auto-promotion qui viendra prendre la place des activités "désintéressées" censées être récompensées par Gratipay.

    • [^] # Re: Dynamique sociale

      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

      tu veux dire que @pitrou te ferait moins recevoir que #pitrou ? Tu as des courbes concernant ce fait ?

      • [^] # Re: Dynamique sociale

        Posté par . Évalué à 6.

        Je ne dois pas être à la page… C'est quoi la différence entre "@pitrou" et "#pitrou" ? :-)

    • [^] # Re: Dynamique sociale

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Il y a en effet un problème de difficulté à attirer des dons, mais il n'est pas spécifique à Gratipay. Pour n'importe quelle campagne de crowdfunding il faut savoir communiquer de manière à atteindre et convaincre des donateurs.

      Gratipay a tout de même une lacune qui amplifie ce problème, c'est le manque de discoverability, nous n'affichons pas de suggestions qui permettraient aux donateurs de trouver plus de personnes à qui donner. Là encore patience, on y travaille.

      • [^] # Re: Dynamique sociale

        Posté par . Évalué à 4.

        Je ne comprends pas d'où sort cette histoire de crowdfunding. Gittip a toujours été présenté comme un système de gratification (de petits dons), pas comme un système de financement de projets. D'ailleurs, il n'y a aucun dispositif pour présenter un projet ou le promouvoir.

        (mais comme apparemment il n'est pas possible de changer la langue du site, je me retrouve avec une traduction française qui est peut-être obsolète, qui sait ?)

        • [^] # Re: Dynamique sociale

          Posté par (page perso) . Évalué à 2.

          Gratipay est bien un système de crowdfunding, ce terme n'implique pas le financement d'une tâche spécifique mais seulement le financement de quelque chose par une multitude de particuliers.

          Je comprends ce que tu veux dire par "pas comme un système de financement de projets", mais "projet" est un terme trop vague dans cette phrase, c'est pour ça que je dis plutôt "tâche spécifique". Gratipay est centré autour d'individus (cf mon profil par exemple) et d'équipes (par exemple l'équipe Gratipay que je cite dans le billet), mais à travers les personnes ce sont bien des projets qui sont financés (à moins de donner à quelqu'un pour qu'il ne fasse rien, mais bon…).

          En ce qui concerne la langue, il est vrai que le site lui-même ne fournit pas de moyen de la modifier, bien sûr tu peux toujours le faire dans ton navigateur. La traduction française n'est pas obsolète, elle ne date que d'une semaine.

          • [^] # Re: Dynamique sociale

            Posté par . Évalué à 3.

            Gratipay est centré autour d'individus (cf mon profil par exemple) et d'équipes (par exemple l'équipe Gratipay que je cite dans le billet), mais à travers les personnes ce sont bien des projets qui sont financés (à moins de donner à quelqu'un pour qu'il ne fasse rien, mais bon…)

            Dans Gratipay on donne à quelqu'un point barre, il n'y a pas d'objectifs fixés ni de promesses de tâches effectuées. Donc je ne vois pas comment on peut appeler ça du financement de projets, le terme gratification affiché par Gratipay me semble beaucoup plus approprié : j'aime bien ce que fait machin(e), je lui donne de l'argent. Rien ne me dit que l'argent servira à financer de l'activité sur un projet, ni lequel (plutôt qu'à aller boire des coups, par exemple).

            Ensuite l'idée d'un système de gratification n'est pas mauvaise, c'est l'implémentation que je critique. Un exemple typique, c'est une distribution Linux : il serait raisonnable que je gratifie les auteurs des logiciels que j'utilise (il y en a certainement beaucoup), comment je fais ? Avec Gratipay, je suis conduit à choisir le ou les plus populaires, ceux qui ont pour politique de se mettre en avant.

            Note que le fondateur de Gratipay admet l'existence du problème :

            A couple months later, we kicked off a conversation about Gittip as a popularity contest under the title “make Gittip work for behind-the-sceners,”

            https://medium.com/inside-gratipay/resentment-2c621dbd7541

            • [^] # Re: Dynamique sociale

              Posté par (page perso) . Évalué à -1.

              Dans Gratipay on donne à quelqu'un point barre […] Rien ne me dit que l'argent servira à financer de l'activité sur un projet, ni lequel.

              Comme sur toutes les plateformes de financement participatif! C'est d’ailleurs bien mis en avant dans leurs CGU, par exemple sur MyMajorCompany:

              Du fait de son rôle limité d’intermédiaire […] MMC ne saurait en aucun cas être responsable […] des annulations de Projets par le Porteur de Projet, de sa réalisation ou non, une fois le Projet Financé, de l’attribution ou non, des Contreparties éventuellement proposées par le Porteur de Projet, etc.

              Pour pouvoir offrir ce genre de garantie, il faudrait que les fonds soient bloqué tant que le projet n'est pas achevé et livré.
              Les sites dominant le crowdfunding pourrait le faire, car ils ont les moyens humains pour vérifier chaque projet, mais certainement pas Gratipay, qui est sans frais.

              • [^] # Re: Dynamique sociale

                Posté par . Évalué à 2.

                Je ne parle pas de garanties légales mais de savoir à quoi est censé être destiné l'argent que l'on donne. Sur les plateformes de financement participatif, les porteurs de projet expliquent en détail leurs besoins, donnent un état de l'avancement du projet, etc. Gratipay ne fonctionne pas comme cela.

            • [^] # Re: Dynamique sociale

              Posté par (page perso) . Évalué à 2.

              Dans Gratipay on donne à quelqu'un point barre, il n'y a pas d'objectifs fixés ni de promesses de tâches effectuées. Donc je ne vois pas comment on peut appeler ça du financement de projets, le terme gratification affiché par Gratipay me semble beaucoup plus approprié : j'aime bien ce que fait machin(e), je lui donne de l'argent. Rien ne me dit que l'argent servira à financer de l'activité sur un projet, ni lequel (plutôt qu'à aller boire des coups, par exemple).

              Je suis d'accord avec ce que tu dis, et j'aime bien aussi le terme "gratification", mais je maintiens qu'à travers les individus et les équipes qui reçoivent des dons sur Gratipay ce sont bien des projets qui sont financés, même si les dons eux-mêmes ne sont pas liés à un projet spécifique et qu'ils n'impliquent aucune promesse de la part du gratifié.

              Ensuite l'idée d'un système de gratification n'est pas mauvaise, c'est l'implémentation que je critique.

              Selon toi comment pourrait-on améliorer l'implémentation ?

              Un exemple typique, c'est une distribution Linux : il serait raisonnable que je gratifie les auteurs des logiciels que j'utilise (il y en a certainement beaucoup), comment je fais ?

              Actuellement c'est plutôt difficile, dans le futur tu pourras entrer le nom du logiciel dans la boîte de recherche (#469) et avec un peu de chance trouver les personnes qui y contribuent.

              Avec Gratipay, je suis conduit à choisir le ou les plus populaires, ceux qui ont pour politique de se mettre en avant.

              Conduit par quoi ?

              Note que le fondateur de Gratipay admet l'existence du problème :

              Et il propose une solution: les équipes. Par exemple je reçois actuellement + de 100 $/semaine, et ce n'est pas parce que je suis populaire (mon compte Twitter n'a qu'une centaine de followers), mais parce que je fais partie de l'équipe Gratipay.

              • [^] # Re: Dynamique sociale

                Posté par . Évalué à 2.

                je maintiens qu'à travers les individus et les équipes qui reçoivent des dons sur Gratipay ce sont bien des projets qui sont financés, même si les dons eux-mêmes ne sont pas liés à un projet spécifique et qu'ils n'impliquent aucune promesse de la part du gratifié.

                C'est contradictoire. Si je te dis "donne-moi dix balles", comment peux-tu savoir si ces dix balles vont, par exemple, financer un projet logiciel libre ?

                Selon toi comment pourrait-on améliorer l'implémentation ?

                Je n'en sais rien ! Le gros problème est que des gens qui veulent faire un don monétaire sont, en général, des gens qui n'ont pas envie de s'impliquer plus concrètement : ils n'ont donc pas trop envie de faire les recherches nécessaires pour choisir réellement à qui donner, ils vont juste donner aux causes ou individus les plus populaires.

                Conduit par quoi ?

                Par les mécanismes sociaux. Les êtres humains tendent à imiter le jugement de leurs semblables; Internet nous en fournit les preuves quotidiennes.

                Et il propose une solution: les équipes. Par exemple je reçois actuellement + de 100 $/semaine, et ce n'est pas parce que je suis populaire (mon compte Twitter n'a qu'une centaine de followers), mais parce que je fais partie de l'équipe Gratipay.

                Ça veut dire que tu t'es greffé sur une équipe qui est elle-même populaire.
                (le cas de l'équipe Gratipay est un peu particulier, puisqu'en tant que telle elle est mise en avant auprès des donateurs sur le site Gratipay; tu es donc un privilégié ;-P)

                Ta présentation parle de revenu de base, mais il faut constater que la distribution des revenus générée par Gratipay est ultra-inégalitaire (je ne sais pas s'il y a encore les leaderboard pour comparer, mais c'était brutal : une très petite minorité au top qui reçoit des montants substantiels, et le reste de l'anecdotique).

                • [^] # Re: Dynamique sociale

                  Posté par (page perso) . Évalué à 1.

                  C'est contradictoire. Si je te dis "donne-moi dix balles", comment peux-tu savoir si ces dix balles vont, par exemple, financer un projet logiciel libre ?

                  On ne peut pas vérifier comment l'argent est utilisé, mais à priori si tu reçois des dons importants c'est que tu as réussi à convaincre des donateurs que tu vas faire quelque chose d'utile avec, i.e. que tu as des projets sur lesquels tu vas pouvoir travailler grâce aux dons qui te permettront de (sur)vivre.

                  Je n'en sais rien ! Le gros problème est que des gens qui veulent faire un don monétaire sont, en général, des gens qui n'ont pas envie de s'impliquer plus concrètement : ils n'ont donc pas trop envie de faire les recherches nécessaires pour choisir réellement à qui donner, ils vont juste donner aux causes ou individus les plus populaires.

                  D'où l'intérêt d'afficher des suggestions qui ne se limitent pas aux plus populaires, pour aider et encourager les donateurs.

                  Ça veut dire que tu t'es greffé sur une équipe qui est elle-même populaire.

                  La différence est qu'il est plus simple de faire de la communication pour une équipe que pour tous ses membres individuellement.

                  Ta présentation parle de revenu de base, mais il faut constater que la distribution des revenus générée par Gratipay est ultra-inégalitaire (je ne sais pas s'il y a encore les leaderboard pour comparer, mais c'était brutal : une très petite minorité au top qui reçoit des montants substantiels, et le reste de l'anecdotique).

                  Les leaderboards existent encore sur les pages des communautés, et il est vrai qu'ils amplifient l'effet d'agrégation sur les plus populaires, c'est pourquoi on envisage de les remplacer (#1928).

                  • [^] # Re: Dynamique sociale

                    Posté par . Évalué à 2.

                    La différence est qu'il est plus simple de faire de la communication pour une équipe que pour tous ses membres individuellement.

                    Ça ne fait que déplacer le problème, d'une compétition entre individus à une compétition entre équipes.

                    mais à priori si tu reçois des dons importants c'est que tu as réussi à convaincre des donateurs que tu vas faire quelque chose d'utile avec

                    Pourquoi ? Je ne comprends pas le lien logique. Tu peux très bien donner à quelqu'un pour le remercier ou le récompenser. Si je file une bière pour un service rendu, je ne me pose pas la question de savoir à quoi la bière va être utilisée.

                    Pour gratifier quelqu'un, il n'y a aucun besoin d'imaginer ce qu'il va faire de la gratification, encore moins que ça va servir à financer un projet.

                    Les leaderboards existent encore sur les pages des communautés, et il est vrai qu'ils amplifient l'effet d'agrégation sur les plus populaires, c'est pourquoi on envisage de les remplacer (#1928).

                    Supprimer les leaderboards en tant que symptôme du problème, ce serait dommage. Il vaudrait mieux les anonymiser et les déplacer dans les pages de statistiques, pour que la distribution des revenus reste visible. Sinon, Gratipay deviendra un truc complètement opaque.

                    • [^] # Re: Dynamique sociale

                      Posté par (page perso) . Évalué à 0.

                      Ça ne fait que déplacer le problème, d'une compétition entre individus à une compétition entre équipes.

                      Pas sûr que "compétition" soit le mot le plus adapté. Ce n'est pas comme un match de foot où il y a un vainqueur et un perdant, le nombre de "gagnants" dans Gratipay n'est limité que par la capacité de financement des donateurs. Théoriquement si on trouvait suffisamment de donateurs on pourrait financer tous les créateurs à 100%.

                      Pourquoi ? Je ne comprends pas le lien logique. Tu peux très bien donner à quelqu'un pour le remercier ou le récompenser.

                      Oui tu peux, je dis juste que dans le cas des personnes qui reçoivent des dons importants via Gratipay, c'est en général parce qu'elles travaillent sur des projets que leurs donateurs trouvent utiles.

                      Supprimer les leaderboards en tant que symptôme du problème, ce serait dommage. Il vaudrait mieux les anonymiser et les déplacer dans les pages de statistiques, pour que la distribution des revenus reste visible. Sinon, Gratipay deviendra un truc complètement opaque.

                      Oui il faudrait ajouter des statistiques sur la distribution des revenus, cf #317.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.