Journal Les patates, c'est passé après Blender?

Posté par .
Tags : aucun
6
4
déc.
2009
Hier soir il y avait envoyé spécial, avec un reportage sur les patates; Mais avant les patates il y avait "le cinéma de demain".
http://envoye-special.france2.fr/index-fr.php?page=reportage(...)

On y entendait des français qui bossent chez Pixar (maintenant Disney Pixar je crois), entre autre.

J'ai cru y apercevoir quelques écrans avec blender. A moins que tous les logiciels d'animation 3D ne se ressemblent fortement?

J'ai trouvé e reportage Intéressant, avec une visite en Inde, et puis avec cet infographiste à qui son chef disait d'anoncer un salaire de 1000 € par mois, et qui se tournait vers la caméra en précisant: "en fait je gagne 320 € par mois".

Qui c'est déjà qui voulait faire venir des informaticiens indiens? C'était pas pour faire baisser les salaires dans ce secteur?
  • # Maya ?

    Posté par . Évalué à 2.

    Pour ce que j'en ai vu, j'ai cru reconnaître la barre d'icône bleue de Maya (du moins, il y avait du bleu en haut de l'écran alors qu'il n'y en a pas sous Blender).

    Exemple pris au hasard sur Google :
    http://www.gconsole.com/column/autodesk_maya_screenshot_1.jp(...)
    • [^] # Re: Maya ? ou 3Ds Max

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      J'aurai plutôt cru à 3Ds Max (en plus de loin ca ressemble à Blender) : http://img174.imageshack.us/img174/5562/spacemarine3dsmaxgw4(...)

      « En fait, le monde du libre, c’est souvent un peu comme le parti socialiste en France » Troll

      • [^] # Re: Maya ? ou 3Ds Max

        Posté par . Évalué à 3.

        Humpf! Vous me décevez. Je croyais vraiment que c'était Blender.
        Je suis déçu.

        Ceci dit, n'oubliez pas de déposer votre assiette sur la table avec une carotte pour l'âne de St-Nicolas! Personnellement, à cette carotte, j'adjoins un petit verre pour le Grand Saint car il le mérite.
        Et bonne fête à tous les (grands) enfants.
  • # repotage sur la pomme de terre

    Posté par . Évalué à 6.

    Le reportage sur la pomme de terre vaut aussi son pesant d'or. Ce légume est facile à cultiver et se retrouve industrialisé pour le plus grand bonheur des consommateurs et des industriel.

    Les uns préfèrent la pomme de terre lavée, aux belles formes régulière ; la sélection se faisant au profit de l'aspect extérieur et au détriment du gout.

    Les industriels en compagnie des chercheurs agronomes produisent des variétés brevetés. Sachant que cet aliment occupe une place prépondérante dans le secteur de l'alimentation en France et en Europe, sous forme dérivée bien souvent, les bénéfices liés aux licences s'avèrent importants et courent pendant 30 belles années.

    Pendant ce temps, des originaux collectionnent de multiples variétés anciennes toutes originales. Ces pommes de terres sont parfois cultivées localement de génération en génération dans les terroirs ruraux.

    Le reportage nous fait découvrir le berceau de la pomme de terre, à savoir le Pérou. On y voit des paysans subvenir maigrement à l'alimentation quotidienne en cultivant quelques variétés de pommes de terre.

    Dans ce même pays, un laboratoire protège un grand nombre de variétés de pommes de terre et met à disposition GRATUITEMENT des échantillons pour toute organisation en faisant la demande.
    • [^] # Re: repotage sur la pomme de terre

      Posté par . Évalué à 2.

      > Les industriels en compagnie des chercheurs agronomes produisent des variétés brevetés.

      Certificat d'obtention végétal, pas brevet.

      On peut créer une nouvelle variété à partir d'une variété certifié, sans payer l'ancien certificat quand on la met sur le marché contrairement aux brevets (c'est un cadre juridique qui a des défauts, sur les variétés anciennes en particulier, mais pas les même défauts que les brevets. On peut parler de propriété intellectuelle si on veut un terme englobant plus pratique et qui a l'avantage de faire hurler RMS :p)
      • [^] # Re: repotage sur la pomme de terre

        Posté par . Évalué à 3.

        il se trouve qu'un professionnel qui disposerait de variété originales, comme indiqué plus haut, n'a pas le droit, ni de les commercialiser ni de les céder gratuitement. Le professionnel doit obligatoirement s'appuyer sur un catalogue qui recense toutes les variétés commercialisables, composé de 280 espèces différentes. Le renouvellement porte sur une 10aine de variétés qui seront bien sur celles que les industriels inventent pour le grand bonheur des consommateurs (heu non), investisseurs financiers.
        • [^] # Re: repotage sur la pomme de terre

          Posté par . Évalué à 1.

          Il peut obtenir un certificat (trop cher s'il ne s'est pas investit comme semencier, mais le principe est là).

          N.B. le système permet aussi d'éviter la mise sur le marché de n'importe quoi, trop limitatif peut être, mais je ne suis pas sûr que le consommateurs soit réellement satisfait d'un système plus souple (vu la paranoïa sur l'alimentaire).
          • [^] # Re: repotage sur la pomme de terre

            Posté par . Évalué à 2.

            Euh 500euros pour le catalogue amateur et 5000 + 2000/an pour le pro.

            Si ca c'est assez pour rendre son activite non rentable, je suis pas sur qu'il puisse s'en sortir en tant que pro meme si c'etait gratuit.
            • [^] # Re: repotage sur la pomme de terre

              Posté par . Évalué à 1.

              Bin, pour un agriculteur qui se garde un revenu de moins de 1000 € par mois, ça peut freiner un peu les ambitions pour une activité annexe (développer _sa_ variété de pomme de terre dans le cadre de son activité normale, à force de sélections).

              Le système est bien fichu dans l'ensemble, mais avec quelques frictions aux angles.
  • # Randstaad

    Posté par . Évalué à 1.

    Je n'ai pas vu ce reportage,

    Par contre j'ai vu du blender dans une pub randstaadt (une des première sur canal plus).

    "Gentoo" is an ancient african word, meaning "Read the F*ckin' Manual". "Gentoo" also means "I am what I am because you all are freaky n3rdz"

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.