Journal Émission radio sur la vie privée et Salut à Toi

16
25
juin
2017

Salut à vous,

j'ai été interviewé par Radio Prague il y a quelques temps pour parler de Salut à Toi. L'émission a été mise en ligne récemment, et je suis vraiment content du résultat : la journaliste explique très bien, ça n'est pas trop technique, et le projet a bien été compris.

Vous pouvez écouter/télécharger l'émission et lire la transcription ici: http://www.radio.cz/fr/rubrique/panorama/la-disparition-de-la-vie-privee-nest-pas-inevitable.

Il n'y a pas eu beaucoup de nouvelles écrites ces derniers mois, ni de participation à des événements libristes parce qu'il a été nécessaire de se concentrer sur le développement, et sur de l'administration (informatique), et aussi parce que le temps libre est rare. Par contre le code a bien avancé et les nouveautés sont nombreuses : composants, génération de blog statique, cadriciel(framework) web, événements, et bientôt un gestionnaire de tickets basé sur XMPP, la rentrée s'annonce chaude (sans oublier l'interface Android dont j'ai parlé ici dernièrement. J'essaierai de trouver le temps de détailler ces nouveautés dans les semaines à venir.

J'ai également commencé la rédaction d'un nouvel épisode de parlons XMPP, que j'espère publier cette semaine, là encore si je trouve le temps.

à bientôt !

  • # Impact?

    Posté par . Évalué à 3.

    Je n'ai rien appris vu que tu es déjà actif ici, mais ça m'a semblé clair aussi.

    Ma question serait plutôt si tu as vu un impact à la suite de cette émission? Des créations de compte, des contacts par des organisations ou associations, etc?

    • [^] # Re: Impact?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Non, et je vois très rarement des réactions « directes » (à part des vagues d'inscriptions suite à des versions majeures et des publications ici, ou celles qu'il y a eu sur Framablog ou Reflets, mais qui s’essoufflent vite).

      C'est pareil dans les événements : il y a toujours un enthousiasme certain quand t'es sur place, t'as des tas de gens qui te disent qu'ils vont t'aider, contribuer, ou faire ci ou ça, et au final ça n'arrive jamais ou presque.

      Mais par contre je vois clairement les évolutions avec le temps : à force d'en parler, le projet est connu dans la communauté francophone. À ma première conf aux JDLL il y a 6 ans il y avait 4 ou 5 personnes. À mes dernières confs aux RMLL il y a 2 ans, il y avait salle comble, et les gens disent presque tout le temps avoir entendu parler du projet désormais dans le monde francophone. Par contre j'ai fait une conférence en République Tchèque l'année dernière, il y avait… 4 ou 5 personnes (donc 4 amis :) ).

      Les articles sur XMPP ont été utiles également, il y a notamment eu un regain d'intérêt pour l’authentification XMPP (et le composant de Chteufleur< a été écrit suite à ça), et ça a incité du monde à utiliser XMPP pour des projets (au moins jnanar< qui a fait une interface ad-hoc pour son robot). Et surtout ça permet de voir que XMPP et actif, et à ceux qui s'y intéressent de comprendre un peu mieux comment ça marche, ce qui était le but.

      En ce qui concerne cette émission en particulier, je ne crois pas que l'audience de Radio Prague soit faramineuse, mais elle est très accessible et je m'en servirai comme référence pour expliquer le projet à ceux qui le souhaitent.

      SàT reste encore confidentiel, et à la limite c'est pas plus mal de rester sous les radars tant que la version grand public n'est pas sortie (mais ça cruellement de bras, je suis le seul à développer à l'heure actuelle), par contre une fois celle-ci en place, j'espère et je pense que ça va décoller assez rapidement.

      • [^] # Re: Impact?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        s/donc 4 amis/dont 4 amis/
        s/voir que XMPP et actif/voir que XMPP est actif/
        s/mais ça cruellement de bras/mais ça manque cruellement de bras/

        Et sûrement d'autres que j'ai laissé passé :(

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.