Journal IntraHealth Open

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
5
11
mar.
2009
"IntraHealth OPEN est une initiative globale réunissant la technologie, les responsables sanitaires et les étudiants afin de développer, sur le long terme, des applications logicielles taillées sur mesure et servant à répondre aux besoins sanitaires les plus pressants."[1]

Elle repose sur l'utilisation de logiciels libres.

Youssou N'Dour s'est associé au projet en faisant don de sa musique "Wake up" pour qu'elle puisse être téléchargée gratuitement, les remixes sont disponibles sous licence CC[2].

[1] http://www.intrahealth.org/news/286
[2] http://www.intrahealth.org/open/
  • # répondre aux besoins sanitaires les plus pressants.

    Posté par (page perso) . Évalué à 8.

    par exemple, un détecteur de lunette baissée sans contact de fesses dessus et pourtant augmentation d'urée dans le fond ?

    ou un détecteur deviation de trajectoire du jet hors du fond d'eau ?

    une alarme en cas d'oubli de nettoyage des "gouttelettes eclaboussées" ?

    je suis preneuse et je suis certaine que plein de copines aussi :)
    • [^] # Re: répondre aux besoins sanitaires les plus pressants.

      Posté par . Évalué à 1.

      Avec tant de misandrie, je me sens obligé de rééquilibrer par un peu de misogynie, d'autant que le 8 mars est déjà passé, héhé.

      Il ne faut pas oublier le détecteur d'impuretés après la pratique du téléphone ou de la carte bleue, car ils peuvent se révéler de très importantes sources d'insalubrité, surtout après un usage intensif (très courant).

      (d'ailleurs j'y pense, s'il y a une journée de la femme, c'est que le reste de l'année est consacré aux hommes, non ?)

      Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

    • [^] # Re: répondre aux besoins sanitaires les plus pressants.

      Posté par . Évalué à -1.

      tres facile il suffit de mettre un porte revue dans les toilettes et comme ça nous ferons nos besoins assis et pas debout
      diffilce de lire debout en pissant
    • [^] # Re: répondre aux besoins sanitaires les plus pressants.

      Posté par . Évalué à 2.

      Si les femmes relevaient la lunette après chaque utilisation, il n'y aurait plus de problème.
      Mais j'ai eu vent que le mouvement féministe sanitaire militait pour le fait de laisser la lunette baissée après usage.
      Que de contradiction pour un cerveau masculin, qui parait-il ne peux pas faire deux choses simultanément.
      Je suis déjà parti...
      • [^] # Re: répondre aux besoins sanitaires les plus pressants.

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        pour les 2 comissions, la femme est assise. et pour au moins une des deux, l'homme est lui aussi assis.

        conclusion : la lunette doit restée baissée tout le temps sauf quand un homme décide d'uriner debout ( chose qu'il n'est pas obligé de faire car tout le temps perdu à nettoyer fait que s'assoir reste plus rapide ).

        Sinon, si tu relèves la lunette pendant que tu urines, je ne veux pas savoir dans quel état son tes vêtements après.

        Et apres, on dit que les femmes ne sont pas logiques :D
        • [^] # Re: répondre aux besoins sanitaires les plus pressants.

          Posté par . Évalué à 3.

          Ce qui veut dire que les hommes devront à la fois relever la lunette avant d'aller au petit coin, puis la rebaisser avant de partir. Tout ça parce que les femmes ont décidé que la norme était de laisser la lunette baissée. Ça me semble égoïste et, en pratique, pas faisable (on ne peux pas demander à quelqu'un de ne pas oublier de faire une action qui ne lui profitera pas directement. On a souvent autre chose dans la tête est les actions répétitives sont celles sur lesquelles on se concentre le moins).


          Enfin de toutes façons, je m'en fout de votre débat, chez moi on ferme la lunette ET le battant après chaque utilisation. Chacun relève ce qu'il doit relever pour faire ce qu'il a besoin de faire.
          • [^] # Re: répondre aux besoins sanitaires les plus pressants.

            Posté par (page perso) . Évalué à 2.

            on ne peux pas demander à quelqu'un de ne pas oublier de faire une action qui ne lui profitera pas directement

            même si tu baisses la lunette et le battant, je ne veux pas savoir dans quel état tu laisse l'intérieur de la cuvette ...

            parce que si l'on suit ton raisonnement, il n'y a aucun interet à nettoyer la cuvette apres avoir fait popo.
            • [^] # Re: répondre aux besoins sanitaires les plus pressants.

              Posté par . Évalué à 2.

              même si tu baisses la lunette et le battant, je ne veux pas savoir dans quel état tu laisse l'intérieur de la cuvette ... Hein ?

              parce que si l'on suit ton raisonnement, il n'y a aucun interet à nettoyer la cuvette apres avoir fait popo. Hein ??
        • [^] # Re: répondre aux besoins sanitaires les plus pressants.

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          temps perdu à nettoyer
          Si un homme n'est pas capable d'uriner sans en mettre partout, c'est juste un gros porc. Lunette relevée ou pas, nettoyage ou pas.

          Dans certains bureaux on constate que "certains" hommes sont manifestement de vrais mâles qui marquent leur territoire. Niveau clébar. Je suppose qu'ils arrosent également autour de leur lit pour que leur femelle soit pentelante de désir. Les autres se débrouillent pour que les toilettes restent propres.

          Dictons perso: si uriner proprement tu ne peux, pointer tu vas à l'ANPE.
      • [^] # Re: répondre aux besoins sanitaires les plus pressants.

        Posté par . Évalué à 3.

        un cerveau masculin, qui parait-il ne peux pas faire deux choses simultanément.

        Et c'est là toute la différence entre les hommes et les femmes : l'homme ne peut faire qu'une chose à la fois, mais il la fait bien.

        Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.