Journal Ouverture du code-source de Parsec

Posté par .
Tags : aucun
0
29
jan.
2003
Parsec est un projet de jeu de combat spatial multijoueur, multiplateforme et gratuit.
Initié depuis plusieurs années, et après avoir fourni plusieurs versions de test très prometteuses, l'équipe de Parsec jette le gant: ils décident qu'ils n'ont pas réussi a atteindre leurs objectifs.

En revanche, et afin de ne pas laisser mourir leur produit, ils ont décider d'en ouvrir le code. Ainsi, disent-ils, la communauté Parsec pourra prendre part activement à son développement, au lieu d'attendre éternellement une (tardive) nouvellle version.

Enfin, ils souhaitent garder, si j'ai bien compris, leur site comme moyen d'échange pour le code et la communauté (et donc a priori, ne pas migrer sur un sourceforge-like).
  • # Re: Ouverture du code-source de Parsec

    Posté par . Évalué à 4.

    Une fois encore le logiciel libre est considéré comme la dernière solution ..
    Doit-on s'en réjouir ? J'ai un peu l'impression que le libre est considéré par ces gens comme l'armée du salut à peine mieux qu'une décharge..
    En mettant de suite leur production sous licence libre (là surtout que le but est un jeu GRATUIT) ils auraient surement gagner du temps ..

    OK, je sais que chaque cas est unique .. mais .. StarOffice/OpenOffice, Netscape/Mozilla, blender .. Doit on remercier MS et autres d'avoir écraser leur concurrents pour avoir rendu ses logiciels libres ?
    • [^] # Re: Ouverture du code-source de Parsec

      Posté par . Évalué à 1.

      On peut regretter les raisons qui poussent à la libération. Maintenant, on ne peut que se réjouir de voir un nouveau logiciel passer au libre. Ca n'enleve rien à la communauté, ca lui apporte quelquechose. Si elle estime que ca n'en vaut pas la peine, rien ne bougera et puis c'est tout.
  • # Re: Ouverture du code-source de Parsec

    Posté par . Évalué à 2.

    Avec l'url c'est encore mieux ;-)

    http://www.parsec.org/(...)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.