Journal Formattage bas niveau sur disque TOSHIBA.

Posté par .
Tags : aucun
2
8
juin
2004
Salut à tous !

Bon le problème: Le disque de mon portable "Satellite" (Toshiba) a claqué après seulement 13 mois d'utilisation (1 mois après la fin de la garantie). J'utilise depuis mon portable avec une KNOPPIX (Rulez :-) ). Mon disque n'est pas complètement mort, mais il a du mal à réagir et cela ne s'améliore pas avec la température ...

Cette semaine j'ai voulu tenter un formattage bas-niveau du disque, ayant sauvé le disque IBM d'un autre laptop de cette façon. Or: Pas moyen de mettre la main sur un outil de formattage bas-niveau pour disques Toshiba (MK3018GAS de 30Go).

Le support technique par mail, bien que très cordial, n'a pas l'air d'être plus au fait de ces choses-là.

Mes deux questions sont donc:

1) Quelqu'un a-t-il déjà eu de tels soucis avec ce modèle ? Comment s'en sort-on ? L'utilitaire que je recherche est-il disponible quelque part ? (Pas trouvé sur le site de Toshiba en tous cas).

2) J'ai toujours pensé qu'un formattage bas-niveau sur un disque dur s'effectuait à l'aide d'un outil spécifique à chaque constructeur, puisque le disque embarque sa propre carte contrôleur. Mais étant donné qu'il existe certains (très vieux) outils comme loformat.exe sous DOS, n'existerait-il pas finalement dans la norme ATA un ordre permettant de reformatter une piste et permettant à des outils génériques de voir le jour ?

Merci à tous.


PS: « Formattage » n'est pas dans le dictionnaire du correcteur orthographique de Linuxfr ...
  • # dico...

    Posté par . Évalué à -1.

    peut être parce que :
    s/Formattage/Formatage
    • [^] # Re: dico...

      Posté par . Évalué à 4.

      Oui, mais cela ne marche pas non plus.
  • # Disques : Outils de bas niveau

    Posté par . Évalué à 4.

    Essaie de jeter un oeil du côté des outils fournis par IBM (HITACHI) pour leurs propres disques. storage.ibm.com ?
    Je crois me souvenir que concernant le formattage de bas niveau, ils sont utilisables aussi pour d'autres marques comme Seagate.

    Bonne chance.
    • [^] # Re: Disques : Outils de bas niveau

      Posté par . Évalué à 2.

      je ne sais pas si seagate propose un utilitaire pour faire du bas niveau, mais celui de maxtor fonctionne tres bien sur mon seagate par contre...
      donc pour ton hitachi, ca devrait le faire aussi nan ?
      et puis ca peut pas etre pire j'ai l'impression ;)
  • # P-ATA

    Posté par . Évalué à 4.

    Si dans la norme ATA est prevue un ordre 50hexa pour le formatage d'une piste qui ecris des 00 ou des FFh dans le secteurs.
    En fait la difference (historique) entre formatage bas niveau et haut niveau etait que dans le bas niveau (abus de langage) les pistes etait toute ecrites alors que dans le haut niveau c'est simplement la table de fat qui etait effacer.
    Donc sur les gros disk dur de 400Mo on ecrivait quelques secteurs au lieu de milliers.
    Aujourd'hui en créeant a partir de ta knoppix une partition ext2 ou ext3 sur ton disque dur un formatage 'bas niveau'.
    Mais a mon avis si ca deconne plus avec la chaleur, ouvre ton pc, chasse la poussiere, regarde pour un faux contact sur les nappes ou connecteur autour de ton disque.
    • [^] # Re: P-ATA

      Posté par . Évalué à 4.

      Merci pour ces conseils, mais mon disque est réellement défectueux (son bruit me le rappelle). Pour la poussière et autres, il s'agit d'un portable ! Que j'ai de toutes façon ouvert et qui est très propre.

      n fait la difference (historique) entre formatage bas niveau et haut niveau etait que dans le bas niveau (abus de langage) les pistes etait toute ecrites alors que dans le haut niveau c'est simplement la table de fat qui etait effacer.

      En réalité, le formatage de bas-niveau est encore plus bas: Il s'agit de physiquement réécrire les secteurs et leur structure (pas simplement leur contenu). C'est peu courant sur un disque dur car il est toujours formaté en usine et que ce formatage est différent selon le disque et le constructeur, par contre c'est systématique et obligatoire sur une disquette (à sa première utilisation), quoique la plupart des disquettes sont maintenant préformatées ...
  • # et dédé ....

    Posté par . Évalué à 2.

    Bonjour,

    moi, je fait un truc de ce genre :

    dd if=/dev/zero of=/dev/hda

    c'est pas mal , des fois ça règle quelques problèmes .
    • [^] # dd et clonage...

      Posté par . Évalué à 3.

      Je profite de ton commentaire pour savoir si un dd if=/dev/hda of=/dev/hdc permet de faire une copie conforme disque à disque ou si les premiers secteurs du disque ne sont pas recopiés (MBR)...

      En gros, cette commande permet-elle de faire le clone d'un disque pour booter sur une autre machine (en étant placé sur le controlleur équivalent)
      • [^] # Re: dd et clonage...

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        Ça devrait marcher, mais ce serait encore mieux si les deux disques ont exactement le même nombre de secteurs (et donc, à coup sûr, la même géométrie). Ceci dit, si tout se passe en LBA, y'a des chances que ça marche. Mais attention, c'est le truc que je n'ai jamais osé faire, pour moi un tar bien placé et un coup de lilo/xosl pour restorer les secteurs de boot, y'a que ça de vrai.
        • [^] # Re: dd et clonage...

          Posté par . Évalué à 3.

          Il faut tout de même que je creuse ce clonage car pour ce que je souhaite faire (une distribution "grand public" pré-installée, franchisée, stable...) cela reste la seule alternative à un véritable support de distribution plus souple/auto-configurable mais aussi plus complexe à maintenir...
          En plus, après ~ 2 mois de boulot, j'ai la trouille que mon disque de référence actuel flanche.

          Pour finir, j'ai essayé grub en lieu et place de LILO : je te le conseille définitivement.
          Les + :
          - intéractif à la configuration comme au boot (mini-shell interactif).
          - prise en main "avancée" : ~ 30 mn (recherches et lecture des docs en ligne incluses) + tests (selon complexité)
          - entrées permettant de reconfigurer le secteur de boot
          - moins de limites que LILO pour le champs descriptif
          - un script Debian (grub-update je crois) te crée un menu.lst par défaut (+/- équivalent au lilo.conf)
          - ultra simple pour booter sur du RAID 1/5 en plaçant le secteur de boot sur chaque disque.

          Je n'ai pas essayé de dual boot, encore moins de "complexe" (genre boot sur du SCSI, remapping des disques et boot OS sur de l'IDE) mais je ne suis pas inquiet étant donnée la simplicité du reste.

          Encore une fois, tente l'aventure ;o)
          La seule chose que je conseille est tout de même d'avoir une disquette de boot sous la main ou une Knoppix (NDLR: ma préférence va à la version STD, plus "ancienne sans doute mais plus "légère" - 3.5€ chez ikarios ;o)
      • [^] # Re: dd et clonage...

        Posté par . Évalué à 6.

        Oui, tu clones un disque au secteur près, le problème c'est que la copie risque de poser problème au moindre secteur défectueux ! Par contre, si c'est pour de petites partitions, qu'elles ont exactement le même nombre de secteurs, et que leur qualité est irréprochable (important) cela fonctionne et c'est très rapide !

        En fait, dd sert à cela: dd = « Disk Dub ».
  • # Formatage de bas niveau ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Je ne suis pas sûr que l'on puisse encore parler de formatage de bas niveau. Si je ne m'abuse, un formatage de bas niveau devrait permettre d'altérer l'espacement des pistes et le nombre de secteurs par pistes, et ça fait des années (nombreuses) que l'on ne peut plus faire ça sur disque dur (si ça a jamais été possible). Sur disquette, c'était marrant de faire tenir 225 Ko au lieu de 180 Ko, ou 1800 Ko au lieu de 1440 Ko... Mais bon, c'est du passé.

    Je pense qu'il faut plutôt parler de remise à zéro complète du disque (mais les pistes et secteurs restent au même endroit).
    • [^] # Re: Formatage de bas niveau ?

      Posté par . Évalué à 6.

      En fait si, on peut, et c'est ça qui permet de sauver un disque ayant par exemple des secteurs défectueux à la suite d'un coupure de courant violente ...

      Sur un lecteur de disquette, c'est flagrant car le contrôleur est toujours le même et fait en général partie de la carte mère. Il est certes équipé de « fonctions intelligentes » qui lui permettent d'aller chercher automatiquement un secteur par exemple, mais son utilisation reste quand même délicate, et reste très proche du matériel. Quand au formatage, il se fait toujours en mode polling, et le système écrit un à un les octets qui forment le secteur, non seulement son contenu mais toutes les infos qui le compose, et le padding qui va autour. Cela permet effectivement, encore aujourd'hui, de formater des disquettes dans des modes spéciaux, ce qui est très utile pour faire fonctionner nos vieux 8 bits et pour archiver en lieu sûr les logiciels qui tournaient dessus. Même le bus (sur la nappe) du lecteur de disquette était très rudimentaire: Une ligne dédiée à la selection du lecteur, une ligne dédiée à la commande du moteur (0V: Le moteur était éteint, 5V: le moteur tournait).

      Le bus IDE lui, ne sert qu'à véhiculer un code opération défini par la norme ATA, du style 01: Lit un secteur 02: Ecrit Un secteur, 03: Renvoie l'identifiant et tout cela. Toute la gestion physique du disque dur est prise en charge par la carte contrôleur, qui elle est spécifique à chaque constructeur puisqu'elle est fournie avec le disque. Cette « couche d'abstraction » permet d'ailleurs aux constructeurs de gérer le disque comme ils l'entendent et donc d'atteindre des capacités élevés. Cela veut aussi dire que tous les disques durs sont formatés différement.

      Toutefois, un outil de formatage bas niveau doit exister: D'abord parce qu'il faut bien que le constructeur formate son disque en usine. Ensuite, parce qu'il faut bien pouvoir recréer les secteurs s'ils n'existent plus (si quelqu'un pose un aimant sur le disque par exemple).

      Le fait que ce formatage soit spécifique au disque et agit sous la couche d'abstraction fait que chaque constructeur doit avoir et fournir son propre outil. C'est généralement le cas:
      http://www.ariolic.com/activesmart/low-level-format.html(...)

      Le problème est que j'ai trouvé les outils de tous les constructeurs sauf celui qui m'intéresse.

      Et après tout, la norme ATA pourrait bien spécifier un code standard permettant de reformater une piste, interprété d'un manière différente par chaque contrôleur ... Bon j'm'en va imprimer la norme ATA. Si je trouve la réponse, je refais un journal :-)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.