Forum général.cherche-logiciel Surveiller l'occupation réseau d'un logiciel

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
3
13
avr.
2012

Bonjour,

Ça m'est arrivé plusieurs fois de sortir le Gnome-Monitor et remarquer que j'étais en train de recevoir des paquets, alors que j'avais déjà vérifié les mises à jour et que je ne faisais rien. Pour identifier ce qui se passe, j'aurais aimé avoir un logiciel pour surveiller quel processus utilise le réseau et à quel point. Une sorte de top, mais au lieu d'indiquer l'occupation du CPU, ce serait l'occupation d'une interface réseau.

La plupart des outils que j'ai trouvés sont plutôt capables de détecter les utilisateurs du réseau, ou bien le fait qu'on utilise TCP ou UDP plus intensément l'un que l'autre, mais je ne trouve pas comment mettre en relation un logiciel et son utilisation réseau.

Une idée ?

  • # ntop

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    ntop semble être ce que tu cherches.

    La gelée de coings est une chose à ne pas avaler de travers.

    • [^] # Re: ntop

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      J'avais tenté ntop, j'ai dû rater quelque chose car ntop donne tout plein de graphes et informations sauf les programmes.

      Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

  • # netstat

    Posté par . Évalué à 9.

    netstat -pnW --tcp

    … vas afficher la liste des connexions TCP, et pour chaque connexion, les adresses locale et distante, le port utilisé, et le programme concerné.

    netsat -pnW --udp

    … pareil pour l'UDP.

    Hop,
    Moi.

    • [^] # Re: netstat

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Génial !

      Ça prend un instantané à un instant t plutôt que de voir l'évolution temporelle, mais comme gnome-monitor affiche l'évolution temporelle brute du réseau je n'aurai qu'à dégainer netstat à la moindre activité louche.

      Merci !

      Commentaire sous licence LPRAB - http://sam.zoy.org/lprab/

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.