Forum général.général Agriculteurs / défenseurs du libre, même combat?

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
7
22
avr.
2011

Bonjour,

J'ouvre cette discussion pour m'aider a progresser dans ma réflexion. Il me semble que le libre s'intègre dans une évolution sociale plus large que l'informatique ou même que la technologie.
J'ai vu récemment un film parlant d'agriculture et j'ai pu l'approfondir en particulier sur l'Inde ou j'interviens assez régulièrement.

En quelques mots: L'agriculture moderne se base sur des semences qui ne sont pas réutilisable d'une année sur l'autre. Si on plante les graines récoltées de l'année, les rendements vont s'effondrer. On doit donc racheter des semences chaque années. C'est évidement une évolution récente (environ 1/2 siècle) (récent vis à vis de l'histoire de l'agriculture, pas de l'informatique). Avant, les agriculteurs sélectionnaient les meilleurs plans pour en faire les semences de l'année suivante.
Ainsi les producteur de semence ont, sous couvert d'amélioration de rendement au début, mis les agriculteur en situation de dépendance. Ça ne vous rappel pas une certaine dépendance pour accéder à vos propres données? Les petits agriculteurs sont ainsi dans une situation catastrophique car ils doivent s'endetter pour acheter les semences, et sont ainsi obliger de suivre les instructions des semenciers. Ne risquons nous pas après 50 ans de dépendance informatique une telle dépendance vis-à-vis des logiciel propriétaires? L'expérience des petits agriculteurs nous montre clairement les dangers encourus. Est-ce un outils de sensibilisation aux dangers du logiciel proprietaire?

On peut également aller plus loin. Les semenciers ont, par lobby interposé, limiter le nombre de plantes officiellement autorisé à la culture (Comme par hasard, il s'agit de plante pour lesquels ils proposent des semences qui ont la particularité de ne pas pouvoir être réutilisés d'une année sur l'autre). Cela vous rappel t il les lois sur l'extension du droit d'auteur, et l'écartement des oeuvres "orpheline" pour nous obliger a acheter le dernier film, livre...? Des pistes pour exploiter cette similitude?

  • # Le bien commun l'assaut final

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    • [^] # Re: Le bien commun l'assaut final

      Posté par (page perso) . Évalué à 1.

      Non ce n'était pas lié a celui ci, mais à un film appelé Solutions locales pour un désordre global que j'avais vu il y a quelques temps. Un récent rapport d'audit sur une production en Inde m'y a fait repenser.

      J'ai essayé ton lien sans arriver a atteindre la video. mais je vais chercher...

      • [^] # Solutions locales

        Posté par (page perso) . Évalué à 1.

        J'avais vu ce film au ciné lors de sa sortie… Et outre le sujet passionnant, c'est aussi un très bon documentaire d'un point de vue formel… Du coup je conseille à tous d'aller le voir ^^

  • # jardin et auto-hébergement

    Posté par . Évalué à 2.

    L'analogie avec l'agriculture est effectivement très frappante. Je trouve également que la démarche d'avoir son propre serveur auto-hébergé est très similaire à celle d'avoir son propre jardin ou à défaut d'acheter au producteur local…

  • # absolument

    Posté par . Évalué à 4.

    absolument, le libre est en théorie applicable à tout, partage de connaissance, partage de média, partage des ressources, partage des retour sur investissements etc.... c'est utopique, mais localement ou ponctuellement applicable à tout.

    publications libres, sous forme de fanzines ou même de livres..et des films...
    musique libre....etc...

    il y a même des hardware libres... stéreos on choisis tout, l'ampli, l'antenne, la boite, le lecteur CD, l'alimentation etc... et chaque "blocs de composants" est non-breveté, libre et chacun et en droit d'améliorer et diffuser son plan, voir même de produire son bloc ... et hop on soude les modules entre-eux (ou on les enfiches pour les modèles qui le permettent) on ferme la boite on paye et on a une steréo libre...

    ça prouve que tout domaine industriel à destination du grand public peut vivre sur un modèle libre pour les objets technologiquement simples. et ça pourrait se faire sur tout un tas d'objets simples : téléphones, cibies, radioamateur, robotique grand publique, robotique éducative, domotique, autoradio etc...

    c'est qu'une question de volontés, mais surtout de moyens pour lancer le mouvement... ça frémis depuis longtemps, il y a des expériences courtes qui démontre comme le coup de la radio, que c'est tout à fait réalisable et qu'il y a un petit panel de clients pour ce marché, pas de quoi faire vivre une boutique, mais ça pourrait être des compléments à une activité existante...

    La vraie liberté, elle est surtout dans la tête, accepter de changer ses habitudes, être en permanence à l'écoute, plustot qu'être un mouton.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.