Forum Linux.debian/ubuntu gstreamer et vdpau

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
1
24
jan.
2011
Chers amis, bonjour,

Sur ma petite machine, décoder un fichier hd sans utiliser la carte graphique est une gageure, mais avec vdpau, tout se passe fort bien. Ainsi, mplayer fait du très bon boulot. Malheureusement, j'aime bien totem et miro (et de temps en temps je me dis que je pourrais utiliser moovida) qui utilisent gstreamer et rament comme des sagouins dès que du 720p se pointe (et je ne parle pas de 1080).

Ayant remarqué que le dépôt debian-multimedia proposait un paquet gstreamer0.10-plugins-really-bad contenant des outils pour utiliser vdpau, je me suis pris à rêver. Et j'ai triffouillé du gstreamer jusqu'à réussir à lire une vidéo matroska h264 hd sans faire souffrir mon processeur avec ce pipeline : ! ffdemux_matroska_webm ! vdpauh264dec ! vdpauvideopostprocess ! vdpausink

Tout heureux, je m'empresse de chercher comment convaincre totem et miro d'utiliser vdpausink, mais changer la clef gconftool /system/gstreamer/0.10/default/videosink vers vdpausink fait segfaulter totem et aucune portion du pipeline ne me semble propice. Alors, comment faire pour que les applis qui dépendent de gstreamer utilisent vdpau puisque ça marche ?
  • # convaincre debian ?

    Posté par . Évalué à 2.

    le probleme ne viendrait-il pas de debian ?

    vdpau n'est pas libre puisque ca depend des pilotes non-libres de la carte graphique Nvidia.

    du coup Debian n'active peut-etre pas les options vdpau par defaut
    • [^] # Re: convaincre debian ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 2.

      Justement non. J'ai installé vdpau et les drivers nvidia via les dépôts debian (non-free) et le module gstreamervdpau via le dépôt externe debian-multimedia. Et j'ai réussi à lire une vidéo hd avec gstreamer (et le pipeline susmentionné). C'est juste comment convaincre totem et consorts d'utiliser ce pipeline si possible qui me manque.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.