Alfresco relâche JLAN en version 4.0

Posté par . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags : aucun
1
26
oct.
2007
Java
JLAN est une implémentation serveur des protocoles CIFS, FTP, et NFS, en Java. JLAN est un projet déjà ancien, et son développeur a rejoint Alfresco en 2005. Jusque là le projet était noyé dans Alfresco, et non disponible de façon indépendante (il fallait l'extraire soi-même des sources).
Un gros travail d'amélioration a été fait depuis la version 3.5, en particulier l'ajout du support du protocole NFS, et le moment était donc venu de lui rendre son indépendance. La licence est la GPLv2, comme pour le reste d'Alfresco.
Dans la liste des usages de ces systèmes de fichiers virtuels :
  • Fournir des interfaces vers un outil de gestion documentaire ;
  • Fournir des interfaces vers les BLOB d'un SGBD ;
  • De manière générale permettre à des utilisateurs l'accès aux fichiers de n'importe quel système en utilisant ses outils habituels.
Le but clairement affiché est de permettre à d'autres logiciels libres d'utiliser cette implémentation pour offrir des nouvelles fonctionnalités à leurs utilisateurs. Côté performances, les performances de JLAN sont désormais très proches des implémentations standard des protocoles fournis.
Les authentifications gérées sont NTLM, NTLMSSP, SPNEGO, et Kerberos à travers Active Directory. L'accès se fait en temps réel, sans copie sur le disque local.
JLAN est multiplateforme (Windows, la famille Unix/Linux, et Mac OS X).
Pour information, CIFS (Common Internet File System) est un protocole crée par IBM sous le nom LAN Manager (pour OS/2), puis intégré par Microsoft sous le nom SMB, avant de subir un dernier changement en nom pour devenir CIFS. C'est aussi le protocole géré par SaMBa.
  • # J'oubliais !

    Posté par . Évalué à 3.

    Les guides d'installation et du développeur se trouvent dans l'archive sur Sourceforge, tout comme les ressources javadoc.
  • # Pourquoi GPL ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Pourquoi avoir utilisé GPL et non LGPL si c'est pour une bibliothèque indépendante d'Alfresco ?

    Ca limite son utilisation et c'est un peu dommage ...
    • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

      Posté par (page perso) . Évalué à 3.

      Peut être parce qu'Alfresco ne veut pas que ses technologies soient directement intégrées dans une solution de GED propriétaire ?
    • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

      Posté par . Évalué à 4.

      Il faut voir que le L dans LGPL a été redéfinit de Library à Lesser.

      Ça n'est pas innocent, au niveau com', ça dit qu'une bibliothèque GNU n'a pas a être sous LGPL (et réciproquement, un logiciel complet peut être sous LGPL).

      Au passage, Je note (si je ne me trompe pas) que JLAN n'est pas une bibliothèque de programmation, mais un outil.

      Ensuite histoire de troller un peu (Vendredi!), depuis quand une licence GPL limite l'utilisation, c'est quand même le but de la licence d'assurer que tout le monde puisse utiliser le logiciel.

      Maintenant, exploiter le logiciel (le dériver, ajouter du code sous différentes licence, etc...), c'est autre chose (mais ça concerne les développeurs pas les utilisateurs).

      Alfresco est soutenu par une entreprise commercial, elle doit préfèré s'assurer une contrepartie à l'exploitation de ses logiciels.
      • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 3.

        D'après ce que j'ai compris de la news, JLAN est une implémentation des protocoles cités. Donc une bibliothèque d'API pour accéder à ces services. Pas une implémentation des serveurs en tant que tels (maintenant je me trompe peut-être).

        Dans ce cas, JLAN n'est pas utile pour un utilisateur (enfin pas directement) mais pour les développeurs.

        Maintenant, la GPL est un choix comme un autre, même si ça empêche d'autres projets libres sous BSD par exemple de l'utiliser.
        • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Il est clair que pour un utilisateur Lambda, JLAN n'a aucun intérêt.

          Mais (et je cite la news) "JLAN est une implémentation serveur des protocoles CIFS, FTP, et NFS"

          Donc un outil (j'avoue que j'hésite entre outil et bibliothèque, car c'est un outil, mais pas autonome) qui permet de concevoir une interface "système de fichier" vers tout type de source de données.

          En fait, on devrait pouvoir comparer d'une certaine manière avec FUSE.

          Et (voir plus bas), les projets sous licence BSD sont en mesure de l'utiliser.
    • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

      Posté par . Évalué à 3.

      Quand la question du choix de licence s'est posé pour Alfresco (et donc JLAN), on s'est surtout demandé quelle licence était celle de référence.

      Le choix de la GPL s'est donc imposé et avec le recul c'etait un choix pertinent.

      J'ai toujours du mal à retenir un sourire quand on m'explique que les droits liés à la GPL sont trop restrictifs et donc que, en gros, 75% des logiciels libres restreignent les libertés ;-).

      En plus il y a une exception intéressante à la licence GPL d'Alfresco, appelée "FLOSS", et qui permet à tout projet utilisant une licence libre compatible d'utiliser le code sans être "coincé" même si le projet est sous une licence en théorie incompatible avec la GPL.

      Voir http://www.alfresco.com/legal/licensing/floss_exception/

      On serait tout simplement ravis de voir d'autres logiciels opensource utiliser cette implémentation qui est pourtant l'un des éléments différenciateurs pour Alfresco. Et quand bien même ils seraient exactement sur le même domaine qu'Alfresco !

      La facilité ça aurait été de tout garder pour nous, ou de faire en sorte que ce soit difficile à utiliser (on peut faire du libre et faire en sorte que rien ne soit réutilisable, soyons franc) mais on croit beaucoup à ce partage avec d'autres pour que tout le monde profite des améliorations. Et si j'en crois les premiers retours, on devrait voir JLAN dans d'autres logiciels libres bientôt.

      Après oui, ça limite la récupération (sous entendu prendre sans rien donner) dans le cas d'un logiciel propriétaire, mais rien n'empêche de passer un accord type OEM avec Alfresco, comme l'ont fait des gens comme Veritas, Caringo, Documentum et quelques dizaines d'autres. Pour un éditeur la licence est très secondaire en même temps, il veut juste acheter sur étagère.
      • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

        Posté par . Évalué à 4.

        « J'ai toujours du mal à retenir un sourire quand on m'explique que les droits liés à la GPL sont trop restrictifs et donc que, en gros, 75% des logiciels libres restreignent les libertés ;-). »

        Mmmh. Là c'est moi qui a souri. :-)

        En pratique, certes, Linux est sous GPL, ainsi que les outils de ligne de commande de base (shells, etc). GCC aussi, et, dans une moindre mesure, emacs. Il y a évidemment pléthore de logiciels libres sous GPL -- et c'est très bien.

        Maintenant, prenons d'autres logiciels libres qui sont aussi extrêmement utilisés.

        - OpenSSH (BSD)
        - Perl (Artistic license)
        - Python (licence BSD-isante)
        - Firefox / Thunderbird (MPL)
        - Postfix (IBM Public License)
        - Apache (APL)
        - BIND (licence ISC)
        - Sendmail (BSD jusqu'à la version 8.9 excluse puis, depuis quelques temps, une licence moins libre dans le cas d'un usage à caractère commercial sans redistribution des sources)
        - X11 (MIT)
        - ZFS
        - DTRACE
        - ...

        Entre le nombre de softs sous GPL (indépendemment de la taille du projet), et la fréquence avec laquelle ils sont utilisés, il peut exister un gouffre énorme.

        Évidemment, à mon énumération (non-exhaustive) de logiciels sous licence non-GPL, on peut opposer GIMP, Samba, etc.

        Ce que je veux dire (et ensuite, j'arrête le troll pour 2h au moins), c'est que cette notion que « la licence GPL est la plus commune » est sans doute vraie en termes de quantité de logiciels publiés sur le net, mais pas nécessairement en termes de quantité de logiciels réellement utilisés par un nombre significatif de personnes.

        Ce qui me fait dire que finalement, il n'y a pas tellement de quoi sourire quand on dit que la GPL est par trop restrictive -- en tout cas, pas en « brandissant » l'argument du nombre de softs sous GPL. :-)
        • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Je ne me ferai pas avoir, je sais très bien qu'on est vendredi :)
          • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Mais justement, c'est le jour où on peut se faire plaisir! :p [1]

            Genre, en terme d'utilisation:
            -MySQL (GPL)
            -Joomla! (GPL)
            -Webkit (LGPL)
            -Qt/KDE (GPL)
            -GTK (LGPL)
            -GNUTLS (LGPL?)
            -JBoss (LGPL)

            On trouve aussi des window manager, des serveur web.

            Les projets cité sont des projets historiques (apache, bind) où le "choix" d'une licence n'était pas vraiment possible mais créer systématiquement par l'entité qui libérait le logiciel, et pour permettre une utilisation compatible avec d'autre logiciel, il leur était nécessaire de les diffuser sous une licence facilitant l'exploitation.

            Les juriste de netscape ou des université décidaient de la licence.

            Aujourd'hui, le concept de libre est mieux connu des investisseurs et juriste.

            Donc même si une entité est tenté de créer sa propre licence de la même façon que ces projets historiques. (Zimbra, Alfresco avec la ZPL et l'APL).

            Il devient plus utile, simple et pratique (mutualisation des moyens juridiques, décisionnel, compatibilité pour l'exploitation sans besoin de négocier une licence particulière ou de travailler à sens unique) d'utiliser une (L)GPL (encore Zimbre et Alfresco qui sont passer en GPL).

            [1] genre on peut se permettre une argumentation à sens unique sans contre argument etconclusion/propositon/résultat utile :p
            • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

              Posté par . Évalué à 1.

              Je fais bien la distinction GPL / LGPL, car la GPL seule est la plus restrictive.

              Je ne connaissais pas Joomla. De plus, on peut difficilement taxer ZFS et DTRACE de « projets historiques ». :-)

              Par contre, tu aurais pu parler de Java qui sera vraissemblablement en GPL v3, si j'ai bien compris.
        • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

          Posté par . Évalué à 2.

          "Mmmh. Là c'est moi qui a souri. :-)"
          Là par contre, c'est moi qui ai pleuré :-(
          • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

            Posté par . Évalué à 1.

            Je me suis posé la question. Et en fait, en essayant un raisonnement logique, bien que contredisant mon intuition, je me suis dit que « c'est » était impersonnel, et qu'à aucun moment je n'employais la première personne du singulier. Cela étant, bien que « douloureux » à l'oreille, j'ai choisi « C'est moi qui a » (alors qu'à l'oral, sans me poser de question, j'aurais dit « c'est moi qui ai » .... comme quoi).
            • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

              Posté par . Évalué à 2.

              Le sujet de ta phrase était pourtant "moi" et non "c'est".
              Pour s'en assurer, il suffit de mettre un autre sujet et de voir ce que cela donne :
              "C'est nous qui avons souri, c'est vous qui avez pleuré"
      • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

        Posté par (page perso) . Évalué à 2.

        Attention, ma question n'était pas une critique :-) Je ne savais pas qu'on pouvait ajouter ce genre d'exception à la GPL, ce qui effectivement règle le problème.

        J'aurais juste trouvé dommage que les logiciels sous BSD par exemple ne puisse pas profiter de JLAN.
        • [^] # Re: Pourquoi GPL ?

          Posté par . Évalué à 1.

          Ma réponse était très générale, je ne savais pas trop à quel niveau faire "répondre" (surtout que j'ai tendance à faire un peu long).

          Et quand bien même ça aurait été une critique, on ne poste pas une annonce sur linuxfr sans en attendre ;-)

          Le but c'est aussi d'avoir une chambre d'écho, ce qui me dérangerait serait de ne voir aucun commentaire !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.