Débat sur la propriété intellectuelle à Barbezieux-Saint-Hilaire (16) le 24 mars 2015

Posté par . Édité par Benoît Sibaud, ZeroHeure et palm123. Modéré par Benoît Sibaud. Licence CC by-sa
Tags : aucun
4
22
mar.
2015
Culture

La propriété ("intellectuelle"), un droit « imprescriptible », « inviolable et sacré1 » ?
« La propriété ("intellectuelle"), c'est le vol2 » ?

Qu'est-ce que la propriété intellectuelle ? Qu'est-ce qu'elle engendre dans notre société ? Comment pouvons nous l’appréhender ? Qu'est-ce qu'elle signifie ?

Rencontre organisée par la médiathèque Ernest Labrousse, Culture en 4B et le Groupe Attac16 Barbezieux : quatre points de vue et un débat, mardi 24 mars 2015 à 18h, Médiathèque Ernest Labrousse à Barbezieux-Saint-Hilaire, avec

  • Romain Baudoin, compositeur-musicien
  • Stéphane Moulin, délégué régional de la SACEM
  • Loïc Corneaud, représentant l'association "Logiciels Libres et Linux de Cognac"
  • Yves Manguy, co-fondateur de la Confédération paysanne

  1. articles 2 et 17 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen (1789) 

  2. Proudhon, Qu'est ce que la propriété ? Ou Recherche sur le principe du Droit et du Gouvernement 

  • # Retranscription du débat ?

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    Bonjour,

    Y aura-t-il une retranscription du débat ? (audio ou vidéo)

    Merci !

  • # Il ne faut pas parler de, ni même penser en termes de « propriété intellectuelle »

    Posté par (page perso) . Évalué à 1. Dernière modification le 22/03/15 à 20:47.

    Les éditeurs et les juristes aiment assimiler le copyright à la « propriété intellectuelle » – un terme qui inclut aussi les brevets, les marques déposées et d'autres domaines plus obscurs du droit. Ces lois ont si peu de choses en commun, et diffèrent tant, qu'il serait malavisé de faire des généralisations. Il est beaucoup mieux de parler spécifiquement de « copyright », de « brevets » ou de « marques déposées ».

    Le terme « propriété intellectuelle » contient un postulat caché : que la façon naturelle de penser à ces divers problèmes est basée sur une analogie avec les objets physiques, et avec la façon dont nous envisageons ces derniers comme étant notre propriété.

    Quand il s'agit de copie, cette analogie néglige la différence cruciale entre les objets matériels et l'information : l'information peut être copiée et partagée presque sans effort, alors que ce n'est pas possible avec les objets matériels.

    Pour éviter de propager le parti pris et la confusion, il est préférable d'adopter fermement l'attitude de ne pas parler ni même penser en termes de « propriété intellectuelle ».

    Stéphane Moulin, délégué régional de la SACEM

    Ça sent le conflit d'intérêt quand même.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.