Deuxième conférence-débat sur les logiciels libres à Saint-Paterne-Racan

Posté par . Modéré par tuiu pol.
Tags :
1
14
juin
2010
Communauté
L'association Kaléidoscope, en partenariat avec la salle multimédia de Saint-Paterne-Racan, réitère l'organisation d'une conférence-débat sur l'importance des logiciels libres dans notre vie quotidienne. Après l'enthousiasme suscité par la première conférence, l'association espère toucher un plus vaste public : des néophytes, pour qui le monde du libre est un continent inexploré, aux amateurs voire passionnés, qui souhaiteraient pousser leur expérimentation de ces logiciels et créer des groupes d'échanges, organiser des install-parties ou pourquoi pas, apporter leur contribution à la programmation libre.

Quel avenir et quels enjeux pour le « monde du libre » ? Venez avec vos idées et vos projets le 26 juin à 15 h 00 à l'espace multimédia de Saint-Paterne-Racan. L'entrée est libre. Cette conférence est animée par Jean-Christophe Boggio, développeur indépendant, qui élabore depuis longtemps ce type de programmes, par exemple pour la région Centre ou pour l'éducation nationale. Il parlera de Linux, d'Open Office, d'Internet avec Firefox et Wikipedia, pour expliquer plus en détail les origines de ces logiciels mis au point par des informaticiens passionnés, leurs applications pour tout un chacun mais aussi le risque permanent d'être mis au ban par la logique commerciale, pour qui une communauté de recherche sans but lucratif n'est pas envisageable.

Des logiciels seront mis gratuitement à la disposition du public : n'oubliez pas votre clé USB, voire votre ordinateur pour faire des essais !

Contact : Ludovic 02 47 29 24 01 / Élisabeth 02 47 29 37 03
Site Internet : http://kaleidoscope.stpaterne.over-blog.fr/
  • # Hey!

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    Héhé, j'y croyais pas quand j'ai vu le nom du patelin, et puis après j'ai vu le nom de Jissé :)

    Bonne conf' !

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.