Interview Vincent Massol, créateur du projet Jakarta Cactus

Posté par . Modéré par Jaimé Ragnagna.
Tags :
0
30
sept.
2004
Java
ToutProgrammer.com a rencontré Vincent Massol, un membre actif de la communauté Open Source, créateur du projet Jakarta Cactus (framework de tests unitaires pour J2EE) et contributeur au projet Apache Maven (gestionnaire de projets).

Lors de cette interview, il nous a parlé de son arrivé dans le monde de l'Offshore dans le cadre de son travail, mais aussi des similitudes entre l'Offshore et le développement Open Source avec la mise en oeuvre de projets tels que Maven.

Enfin, en tant que créateur du projet Jakarta Cactus et contributeur du projet Maven, il nous présente les futures évolutions à attendre de ces 2 projets.
  • # maven n'est pas un projet jakarta

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    c'est un projet apache directement, qui n'est pas rataché a jakarta.
    d'ailleurs ca se voit a l'url...
  • # Bravo :)

    Posté par . Évalué à 1.

    Bravo pour ces projets qui nous permettent de batir de meilleurs applications pour un meilleur monde !!

    Et vive les tests unitaires !!

    http://about.me/straumat

    • [^] # Re: Bravo :)

      Posté par . Évalué à 1.

      d'aillleurs, Vincent Massol n'a pas fait la promo de son livre "junit in action" qui est vraiment très bien fait.

      Mon post doit être à -40 et je me suis juré de ne plus contribuer à linuxfr mais bon...
  • # Offshore...

    Posté par . Évalué à 5.

    Je déteste ce genre de discours (comme ça en passant, n'ayant l'air de rien) au sujet de l'offshore.

    Le problème de l'offshore n'a jamais été la compétence des mathématiciens ou informaticiens indiens (J'ai été bluffé par ce que j'ai vu: j'ai trouvé des gens qui étaient très très bons), le gars il devait être un peu inculte pour être surpris des compétences des indiens sur le sujet.

    Le problème de l'offshore reste et demeure le suivant : qu'ils soient payés au minimum le smic. Chez nous nous avons un salaire minimum, aller faire de l'offshore parce que les salaires chez eux sont moins élevés, OK. Après tout, c'est le même problème entre Paris et la province.

    Mais aller payer des gars 100 euros par mois, c'est de l'esclavagisme moderne !
    • [^] # Re: Offshore...

      Posté par . Évalué à 7.

      Le poblème n'est pas la .. ils sont bien payés les développeurs indiens

      Faut pas les comparer avec les petits enfants qui fabriquent nos baskets.

      Il ne s'agit pas du tout d'esclavagisme, ya un turn over important (en inde en tout cas) et leur salaires sont hauts par rapport au niveau de vie de leur pays.

      Le problème c'est que ca remet en cause des emplois chez nous c'est tout.
    • [^] # Re: Offshore...

      Posté par . Évalué à 4.

      Esclavagisme moderne? 100 Euros par mois?

      Non, tout depend du niveau de vie du pays: les ingénieurs Chinois avec lesquels je travaille sont payés beaucoup moins que les Français mais leur salaire est bien supérieur au notre si on le ramène au "SMIC Chinois", et ils sont payés bien plus de 100Euros par mois!

      Ils n'ont aucun problème pour se payer des baby-sitter, femmes de ménages ou ouvriers, eux!

      Quand a leur niveau technique, je dirais qu'il est peut-etre legerement inferieur a celui des Francais, mais c'est uniquement car en moyenne ils sont tres jeunes, et que l'Anglais est plus difficile pour eux que pour nous (et encore je suis probablement partial).

      Donc au moins dans certains cas, les ingénieurs qui bossent à l'export ne souffre pas du tout d'"esclavagisme", la différence est que c'est une petite minorité du pays et que par contre les pauvres de ces pays sont beaucoup plus nombreux..
      • [^] # Re: Offshore...

        Posté par . Évalué à 3.

        Disons que ce qui est dommage, c'est que la conccurence soit déloyale...

        un bon développeur français n'aura pas autant de chance de trouver du taf qu'un bon développeur indien... juste à cause du niveau de vie et des devises

        http://about.me/straumat

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.