Lancement de la campagne Candidats.fr régionales

Posté par . Modéré par baud123.
21
19
fév.
2010
Communauté
L'initiative Candidats.fr reprend du service à l'occasion des élections régionales des 14 et 21 mars prochains. Pour le succès de cette campagne, l'April a besoin de vous ! L'April encourage tous les citoyens attachés au Logiciel Libre à participer à l'initiative et à proposer aux candidats, en particulier aux têtes de listes régionales et départementales, le Pacte du Logiciel Libre.

Une grande nouveauté de cette campagne est la présence de propositions en faveur du Logiciel Libre dans les programmes de certaines listes. Ces propositions viennent confirmer le rôle des Régions dans l'administration électronique et l'enseignement, où le Logiciel Libre a des atouts majeurs à apporter.

Pour participer à la campagne, il vous suffit de proposer le Pacte du Logiciel Libre aux candidats, ainsi que le cahier de sensibilisation qui leur permettra de mesurer tous les enjeux du Logiciel Libre pour les Régions. Pour plus d'informations sur comment participer à la campagne, consultez la FAQ Candidats.fr.

Pour toute information complémentaire, écrivez à contact@candidats.fr .
  • # Très bonne initiative

    Posté par (page perso) . Évalué à 4.

    C'est une très bonne nouvelle. J'encourage tout le monde à remplir les listes de leurs candidats et surtout de les rencontrer sur les marchés.
    • [^] # Re: Très bonne initiative

      Posté par . Évalué à 4.

      .. et surtout à comparer le décalage entre discours et actes.

      Aux dernières nouvelles, le seul site Web d'un parti politique qui n'imposait pas le plugin Flash pour voir les vidéos des discours était... celui du Front National.

      J'ai la flemme de me refaire le tour de tous les sites Web de tous les partis, mais ça m'étonnerait que ça ait changé. Le NPA qui insiste pour faire installer le plugin de la multinationale Adobe, ça en dit long sur le décalage entre le discours et les actes..

      Une fois au pouvoir, c'est le genre de candidats qui continuera à nous imposer une administration hostile au logiciel libre, que ce soit par ignorance, par incompétence ou parce qu'ils estiment que tout le monde s'en fout.

      Ceci dit, si le monde du logiciel libre ne s'intéresse qu'aux déclarations d'intention et autres pactes, sans demander d'action concrète, les candidats ont bien raison de n'en rester qu'aux promesses. Tant que ça marche, hein!

      THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

      • [^] # Re: Très bonne initiative

        Posté par . Évalué à 2.

        Heu, l'utilisation ou non de flash pour afficher des videos sur leur site web, je suis pas sur que ca soit vraiment representatif des actions pour favoriser le logiciel libre.

        Sinon, google propose des videos en flash sur youtube, donc on peut dire qu'ils ne font rien pour le logiciel libre ?
  • # Les actes avant les paroles

    Posté par . Évalué à 5.

    On peut lire ici
    http://www.april.org/fr/node/13494
    Alix Cazenave, chargée des affaires publiques à l'April :
    'Plusieurs Régions ont déjà eu des actions importantes de soutien et de déploiement de logiciels libres. Les propositions faites aujourd'hui par les candidats sont un signe extrêmement positif pour la continuité des actions engagées et une prise en compte plus globale du Logiciel Libre dans les collectivités'
    On aurait bien aimé connaître le nom des régions qui sont déjà passée à l'acte pour pouvoir voter en toute connaissance de cause. Il est très facile de promettre, surtout au cours d'une campagne électorale.

    "L'art est fait pour troubler. La science rassure" (Braque)

    • [^] # Re: Les actes avant les paroles

      Posté par . Évalué à 3.

      ça c'est un petit exemple avec un financement de la région Bretagne
      http://www.bureau-libre-free-eos.info/index.php/Accueil
      • [^] # Re: Les actes avant les paroles

        Posté par . Évalué à 2.

        C'est une illustration typique de l'attitude des pouvoirs publics vis à vis du libre: ils voient ça comme un truc optionnel auquel on peut donner un p'tit coup de pouce de temps en temps, pour se faire bien voir.

        Sauf que les logiciels libres ne sont pas des trucs pour décorer ou pour amuser la galerie: les logiciels libres sont des outils. Que des citoyens utilisent quotidiennement, parce qu'ils l'ont décidé.

        Ce serait infiniment plus constructif, de la part des régions, de se demander "Est-ce que nos services sont accessibles aux utilisateurs de logiciels libres"? Et de faire le tour des interfaces Web de toute l'administration, des logiciels demandés dans les établissements publics, de faire des efforts dans cette direction jusqu'à pouvoir dire "Les citoyens qui utilisent des logiciels libres ne sont en rien pénalisés par ce choix dans leurs rapports aux institutions publiques."

        Pour l'instant on en est encore très loin. Et ce ne sont pas des initiatives isolées dans l'espace et le temps qui y changeront quelque chose. On n'utilise pas des logiciels libres une fois par an le temps de faire une install party. En ce qui me concerne c'est tous les jours, et je ne vois pas pourquoi je devrais laisser tomber le libre pour faire les démarches administratives X ou Y.

        THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

        • [^] # Re: Les actes avant les paroles

          Posté par . Évalué à 4.

          je vais parler de politique des petits pas et prendre d'autres exemples en Bretagne :

          http://www.wiki-brest.net/index.php/Accueil
          (financé sur un appel à projet de la région, usages innovant de l'internet) très important pour accompagner la population participante dans sa compréhension de la problématique de la propriété intellectuelle, des licences libres, logiciel ou non.
          http://applications-internet.brest-metropole-oceane.fr/VIPDU(...)
          couverture photos aériennes financée par Brest-Métropole Océane et sous licence CC-BY-NC contrairement aux photos de l'IGN.
          versement des données du SIG au projet Openstreetmap
          http://www.openstreetmap.org/?lat=48.392&lon=-4.485&(...)
          etc
          Bien sur trop d'applications sont encore propriétaires, mais il ne faut pas sous-estimer les difficultés d'une migration, applications métiers à refaire, résistance au changement des salariés, expertise LL parfois inexistante à la tête des DSI.
          • [^] # Re: Les actes avant les paroles

            Posté par . Évalué à 2.

            Ouais, ben moi je parlais plutôt de ce genre de choses:
            http://www.bretagne.com/fr/les_videos_de_bretagne/faune/chev(...)
            http://www.bretagne.com/meteo

            Ho ben zut, sans le plugin propriétaire de Adobe, pas de vidéo et pas de météo.

            Donc bon, des wiki, des cartes, c'est très bien tout ça. Mais, très concrètement, le portail Web de la Bretagne impose l'utilisation d'un logiciel propriétaire.
            C'est un peu ce que je disais: le logiciel libre est considéré comme une option. Un truc qu'on choisit "en plus", le logiciel propriétaire devant rester la norme, le "par défaut". Commencez par installer un plugin propriétaire, ensuite on pourra vous donner des cacahuètes sous CC-BY-NC, les libristes. C'est juste hypocrite.

            Avant de faire de la publicité ou de jouer la montre pour séduire les libristes, ce serait peut-être bien de commencer par respecter leurs choix. Et pas juste un jour par an, le temps de signer un pacte qui n'engage à rien.

            THIS IS JUST A PLACEHOLDER. YOU SHOULD NEVER SEE THIS STRING.

            • [^] # Re: Les actes avant les paroles

              Posté par (page perso) . Évalué à 1.

              C'est le PS qui est à la tête de la région, et celui-ci n'a pas signé le moindre pacte. Je ne vois donc pas où est la mauvaise surprise.

              Celui qui a actuellement signé, Christian Bucher, est un vrai convaincu. Il côtoie Michel Briand, qui est le principal instigateur des initiatives régionales dans le domaine. Christian a peu de chances d'être placé à un poste dans lequel il aurait les coudées libres, mais si toutefois ça arriverait tout de même, je pourrais le remuer s'il n'agit pas!
    • [^] # Re: Les actes avant les paroles

      Posté par (page perso) . Évalué à 4.

      Quand une migration vers les logiciels libres doit avoir lieu, il vaut mieux la préparer discrètement. Sinon Microsoft prend rendez-vous avec le directeur (ou le ministre) et le plus souvent tout s'arrête.
      Je ne sais pas quels arguments sont utilisés et ceux qui bloquent ne sont pas très bavards... On se demande pourquoi ? Sachons ne pas les réélire quelque soit leur bord politique car leur morale ou leurs compétences laissent à désirer.

      C'est seulement une fois finie que l'on peut parler de la migration vers le libre. Sachons aussi féliciter et remercier ceux qui auront su ne pas succombé aux pressions de Microsoft.
      • [^] # Re: Les actes avant les paroles

        Posté par . Évalué à 1.

        Sachons ne pas les réélire

        1. Faudrait savoir qui ils sont. On ne sait que rarement qui bloque et ils sont toujours très forts pour brouiller les responsabilités et la prise de décision : ça vous plaît ? c’est grâce à moi ! Ça ne vous plaît pas ? C’est la faute à l’opposition, à l’échelon du dessus (jusqu’à l’Europe), au marché, au comptable…

        2. Faudrait qu’ils aient été élus. P.ex. quand c’est le fait d’un directeur, c’est difficile de ne pas réélire quelqu’un qui n’est pas élu. (Et théoriquement, une décision politique ne doit pas être prise, contrée ou modifiée par l’administratif. Mais il faut que ce soit une décision politique…)
  • # Voilà c'est fait

    Posté par . Évalué à 8.

    Ce midi j'ai fait signer l'appel aux quatre têtes de liste Europe Écologie en Franche Comté. Alain Fousseret pour le Territoire de Belfort , Anne Vignot pour le Doubs, Marc Borneck pour le Jura, Michèle Durand-Migeon pour la Haute-Saône.

    Pour les autres listes, je vais essayer dans les jours qui viennent.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.