Revue de presse de l'April pour la semaine 45 de l'année 2014

17
10
nov.
2014
Internet

La revue de presse de l'April est régulièrement éditée par les membres de l'association. Elle couvre l'actualité de la presse en ligne, liée au logiciel libre. Il s'agit donc d'une sélection d'articles de presse et non de prises de position de l'association de promotion et de défense du logiciel libre.

Sommaire

[ZDNet] Créatifs libres et open source: les lauréats étudiants de l'Open World Forum

Par Thierry Noisette, le dimanche 9 novembre 2014. Extrait:

Six projets, nominés à la Student DemoCup, ont été présentés à l'OWF. Les lauréats ont pour objet la mesure de la neutralité du Net, un éditeur visuel pour jeux vidéo 3D et une appli pour les personnes ayant des troubles d’élocution graves.

Lien vers l'article original: http://www.zdnet.fr/actualites/creatifs-libres-et-open-source-les-laureats-etudiants-de-l-open-world-forum-39809259.htm

[Le Monde.fr] Les tablettes au collège, la fausse bonne idée de François Hollande

Par Damien Leloup, le vendredi 7 novembre 2014. Extrait:

«Des cours de codage» et «une tablette et une formation au numérique» pour tous les élèves de cinquième à partir de la rentrée 2016: voilà les deux principaux points du «plan numérique» pour l'école qu'a précisé François Hollande, jeudi 6 novembre sur TF1. Les tablettes au collège, c'est presque une spécialité du président de la République: la Corrèze, son fief, équipe depuis 2010 les collégiens en iPad, la tablette d'Apple, dans le cadre d'un programme pilote qui prévoyait initialement d'équiper les élèves d'ordinateurs portables.

Lien vers l'article original: http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/11/07/les-tablettes-au-college-la-fausse-bonne-idee-de-francois-hollande_4520005_4408996.html

[La Presse] Quand l'austérité est aveugle

Par Mylène Moisan, le vendredi 7 novembre 2014. Extrait:

Miguel Ross était tout content, il avait décroché un super boulot. Il allait aider le gouvernement à économiser de l'argent en trouvant des logiciels libres, donc gratuits, pour remplacer ceux qui coûtent une petite fortune à l'État.

Lien vers l'article original: http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201411/06/01-4816600-quand-lausterite-est-aveugle.php

[Capital.fr] «Demain, presque tout sera gratuit»

Par Gilles Tanguy, le vendredi 7 novembre 2014. Extrait:

Dans son dernier livre «La Nouvelle Société du coût marginal zéro» (Ed. Les Liens qui libèrent), le célèbre économiste américain Jeremy Rifkin, qui a conseillé Angela Merkel, ne pronostique rien de moins que la fin du capitalisme actuel. Grâce à l'explosion des plates-formes de partage.

Lien vers l'article original: http://www.capital.fr/enquetes/economie/demain-presque-tout-sera-gratuit-978272

Et aussi:

[Silicon.fr] L'Open Source gagne du terrain dans l'administration

Par Alain Merle, le jeudi 6 novembre 2014. Extrait:

L’Open Source infuse de plus en plus de couches d’infrastructures au sein de l’administration. Ce mouvement est doublement bénéfique: il limite l’adhérence aux grandes technologies propriétaires et laisse libre court à l’expérimentation, explique la DSI de l’Etat dans cette tribune.

Lien vers l'article original: http://www.silicon.fr/open-source-administration-bases-donnees-cloud-tribune-101296.html

[Challenges] "Open innovation": quand les grands groupes lorgnent les start-up

Par Olivier Ezratty, le jeudi 6 novembre 2014. Extrait:

Olivier Ezratty, consultant high-tech, explique comment les grands groupes lorgnent sur les start-up pour faire éclore l'innovation à bon compte. Opération gagnant-gagnant?

Lien vers l'article original: http://www.challenges.fr/tribunes/20141104.CHA9800/innovation-ouverte-quand-les-grands-groupes-lorgnent-les-start-up.html

[Next INpact] L'Allemagne pourrait forcer les sociétés américaines à dévoiler leurs codes-source

Par Vincent Hermann, le mercredi 5 novembre 2014. Extrait:

L’Allemagne travaille actuellement sur un projet de loi assez radical: l’obligation pour les entreprises américaines de montrer patte blanche si elles veulent fournir du matériel et des services à des secteurs jugés critiques de l’économie. Une décision qui pourrait largement favoriser les sociétés allemandes, en particulier Deutsche Telekom.

Lien vers l'article original: http://www.nextinpact.com/news/90772-l-allemagne-pourrait-forcer-societes-americaines-a-devoiler-leurs-codes-source.htm

Et aussi:

[01netPro.] L'Open source et l'Inria, une relation durable

Par Marie Jung, le mardi 4 novembre 2014. Extrait:

Depuis 30 ans, l'engagement de l'Inria en faveur des logiciels libres ne faiblit pas. Présent à l'Open World Forum, l’institut de recherche a fait le panorama de ses différentes initiatives dans le domaine.

Lien vers l'article original: http://pro.01net.com/editorial/630702/l-open-source-et-l-inria-une-relation-durable

  • # Demain, presque tout sera gratuit

    Posté par (page perso) . Évalué à 2.

    J'ai lu l'interview de Jeremy Rifkin sur Capital.fr…

    De ce que j'ai pu en lire, j'illustrerais volontiers sa théorie par ceci :

    Un de mes amis paysan radin avait décidé de ne plus nourrir son âne. Au bout de trente jours, l'âne est mort. "cré vain nom! Il est mort juste au moment où il commençait à s'habituer!"

    • [^] # Re: Demain, presque tout sera gratuit

      Posté par . Évalué à 3.

      Cette réflexion m'a fait beaucoup rire mais je ne la partage pas. Les réflexions de J. Rifkin sont percluses de bon sens, si j'ose dire.

      En tout cas, ce qu'il raconte ne me paraît ni choquant ni risible. Beaucoup d'entreprises ont jusqu'alors bénéficié de l'avantage de leur expertise et se sont barricadées derrière leur expérience pour justifier des coûts croissants en imposant un renouvellement continu. Aujourd'hui le niveau de vie des pays industrialisés ne justifie plus le monopole de nombre de ces activités et les citoyens ont réalisé qu'ils pouvaient contribuer aussi en tant que fournisseurs directs. C'est ce que j'ai compris des explications J. Rifkin.

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.