Une école d'ingénieurs, l'ESIEA, pérennise les cours de l'AFUL

Posté par (page perso) . Modéré par Nÿco.
Tags : aucun
13
19
sept.
2008
Éducation
L'ESIEA, une école d'ingénieurs vient de pérenniser ses cours relatifs aux logiciels libres. Ils sont maintenant inscrits dans le programme « Architecture et Ingénierie du Logiciel » des élèves de 5ème année.

Le départ est la conférence « Historique, perspectives d'avenir et enjeux de société » que Pierre Jarillon avait eu le plaisir de faire sur invitation de l'ESIEA le 7 avril 2006. C'est ensuite dans le cadre de l'Association Francophone des Utilisateurs de Linux et des Logiciels Libres (AFUL) que Marc-Aurèle Darche a mis en place, à partir de 2007, une série de cours avec la collaboration des membres de l'association. Cette formation fait dorénavant partie du cursus des élèves en informatique de l'ESIEA et les cours sont disponibles sous licence CC by-sa.

L'intérêt de ces cours est d'aborder des aspects que l'enseignement informatique traditionnel ignorait. On peut citer : les licences libres, les méthodes et les outils de développement libres, comment contribuer à un projet existant, comment rechercher un logiciel, de la documentation, de l'aide ? Tous ces points spécifiques sont développés dans des cours et mis en pratique.

C'est grâce à des actions comme celle-ci et à une offre assez riche en formations professionnelles que l'on peut contrer les actions promotionnelles de Microsoft sur l'enseignement. C'est ainsi que 01 a pu titrer : « La France championne occidentale de l'open source ». L'enseignement des logiciels libres en chiffres

Cours en classe (interactions pédagogiques) : 18 heures
Quantité de travail à fournir (cours + réalisation TP + révisions) : 40 heures
Nombre d'élèves : 20-40 élèves par module

Le module est enseigné deux fois par an : une fois à Laval et une fois à Paris. Il est donc suivi par environ 50 à 80 personnes.

Le cours est donné sur 3 jours répartis dans une semaine, avec cours théorique le matin et TP l'après-midi sur un parc de machines équipés de la distribution Debian GNU/Linux et de Eclipse.
  • # Le point de départ... et la suite

    Posté par (page perso) . Évalué à 9.

    Je dois rendre hommage à Dalila Kateb, professeur de mathématiques et coordonnatrice du cycle fondamental qui me semble être l'instigatrice du processus qui va de la sensibilisation à la pérennisation des logiciels libres dans son établissement.

    Je ne sais pas combien il existe de schémas conduisant à la pérennisation de l'enseignement des logiciels libres et ayant abouti. Ce serait intéressant de savoir quels sont ceux qui ont le mieux fonctionné.
    Souvent, c'est une personne seule, parfois un groupe d'élèves ou une association qui démarre le processus . Ce serait intéressant que ceux qui ont vécu l'introduction de l'enseignement des logiciels libres puissent écrire ici comment cela s'est déroulé.

    Plus encore, il est important de décrire les échecs. Un échec est une expérience dont il faut tirer profit. Le faire savoir, c'est éviter à d'autres de tomber dans le même piège.

    Enfin cette nouvelle est plus réjouissante que "Former la jeunesse aux logiciels Microsoft sur un site du service public" http://linuxfr.org/2008/09/18/24495.html publiée il y a quelques jours.
    • [^] # Re: Le point de départ... et la suite

      Posté par . Évalué à 5.

      Ce serait intéressant que ceux qui ont vécu l'introduction de l'enseignement des logiciels libres puissent écrire ici comment cela s'est déroulé.

      Voici des cours en ligne que je trouve très bien fait :
      http://www.linux-france.org/prj/inetdoc/

      Philippe Latu est enseignant en IUP, IUT et il me semble présent également sur de la formation continue, toujours sur Toulouse.
      J'ai suivi ses cours et ce sont exactement ceux disponibles sur son site web. Cours théoriques, des TP, un enseignant passionné par le monde du logiciel libre ... j'ai vraiment accroché. C'est lui (et les 2 "barbus" de mon groupe de travail) qui m'ont fait connaître et aimer le logiciel libre !
  • # Liste des formations diplomantes (les recenser)

    Posté par (page perso) . Évalué à 6.

    À l'occasion de la publication de cette nouvelle, il nous a semblé opportun de commencer à recenser les formations diplomantes existantes. Le but de cette nouvelle base de connaissances est de pouvoir permettre aux élèves de choisir une formation où les logiciels libres sont abordés. Cela devrait également permettre une émulation entre les différents établissements pour mettre en avant la présence des logiciels libres dans leurs formations. Les logiciels libres sont en effet très souvent présents mais pas souvent forcément mis en avant, alors que comme on l'a vu c'est une force pour nos étudiants. La page sur les formations diplomantes existantes est à ses débuts, aussi si vous avez de l'énergie, vous êtes plus que les bienvenus pour nous aider à l'améliorer.
  • # Première éaction à la news

    Posté par (page perso) . Évalué à 3.

    Ma première réaction quand j'ai vu cette news, c'est d'aller télécharger les supports de cours. Je n'ai pas encore eu le temps d'aller les consulter mais je pense que le travail effectué par l'AFUL est de qualité.
  • # A quand un projet Libre d'origine ESIEA

    Posté par . Évalué à 2.

    Certaines écoles d'ingénieurs françaises ont suivi le pas des grandes universités américaines en publiant un projet Libre amélioré par les étudiants dans les projets de fin d'année ou du cursus scolaire .

    On a par exemple le projet VIDEOLAN dont la réputation dépasse maintenant la notoriété de l'école .

    Il existe aussi le projet Openchange qui est proposé par EPITECH .

    Ces projets sont biens plus porteurs que le site institutionnel de ces mêmes écoles et démontre la qualité des études et des étudiants sur un vrai projet connu de tous et pas un bricolo qui fini dans une armoire !

    Attendons de voir si l'ESIEA proposera elle aussi un projet phare qui permet aux étudiant de construire un projet complet de la conception à la communication et qui s'améliore tous les ans .

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.