Journal Internet : enjeux politiques et sociétaux

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
5
29
oct.
2010
Un nourjal Marc Bouc qui se suffit à lui-même pour vous signaler la sortie de la vidéo « Internet, enjeux politiques et sociétaux » [1] ; conférence de Benjamin Bayart qui s'est tenue dans ma fac le mois dernier.

Je ne peux que vous conseiller de la visionner. C'était drôlement chouette, déjà parce que BB King est un homme fort sympathique, et d'autre part parce que cette conf aborde des aspects peu développés (ce sentiment n'engage que moi) et qui le mériteraient pourtant.

Ainsi, on y parle de sujets croustillants tels que la démocratie, la société et les kikoolols.

Édifiant.

[1] http://www.linuxquimper.org/forum/viewtopic.php?pid=11755#p1(...)
  • # Un p'tit lien de download ?

    Posté par . Évalué à 3.

    Salut,

    je pense que un lien de téléchargement serait intéressant.

    À bientôt.

    Systemd, the bright side of linux, toward a better user experience and on the road to massive adoption of linux for the desktop.

  • # pourquoi utiliser des mots compliqués ?

    Posté par . Évalué à 3.

    ici : societal/societaux
    http://www.mediadico.com/dictionnaire/definition/societal/1
    [néol.] Relatif à la société.
    Ex: un phénomène sociétal.


    alors que social/sociaux fonctionnerait aussi bien
    http://www.mediadico.com/dictionnaire/definition/social/1
    Qui concerne la société.[...]
  • # au sujet du contenu de la vidéo

    Posté par . Évalué à 6.

    Merci d'avoir signaler cette vidéo, les interventions de Benjamin Bayard sont toujours très instructives et intéressantes à regarder. Je constate toutefois que pour une fois je ne suis pas entièrement d'accord avec ses propos.
    Dans la partie culture quand il aborde la question de l'Hadopi et de Vivendi il fait un raccourci que je trouve malhonnête et dangereux qui risque d'entretenir l'amalgame libriste, internaute = tous des vilain cracker pirates.

    Il a entièrement raison quand il dit que la culture est se qu'on a en commun (et proviens donc de nos échanges). La où par contre il a tord (où il fait en tout cas un raccourci douteux) c'est quand il dit que Vivendi (avec la loi Hadopi) luttent contre la diffusion de ses œuvres et donc entraine sa mort. Vivendi par cette loi ne lutte pas contre la diffusion de ses œuvres en générale mais contre une diffusion non régulé et illégale de ses œuvres.

    On peut bien entendu par la suite, critiquer et considérer (à juste titre) que la notion de propriété intellectuelle est inadapté à nos sociétés modernes, que ses notions ont divergé de leur concept d'origine etc... (bref j'espère me faire comprendre correctement, je ne suis pas du tout favorable à la loi hadopi mais en temps que "amateur libriste" auto proclamé je suis attaché à la notion de "copyright" puisque que le "copyleft" s'appuie dessus).
    • [^] # Re: au sujet du contenu de la vidéo

      Posté par . Évalué à 1.

      > [...]
      > Il a entièrement raison quand il dit que la culture est se qu'on a
      > en commun (et proviens donc de nos échanges). La où par contre il
      > a tord (où il fait en tout cas un raccourci douteux) c'est quand
      > il dit que Vivendi (avec la loi Hadopi) luttent contre la
      > diffusion de ses œuvres et donc entraine sa mort. Vivendi par
      > cette loi ne lutte pas contre la diffusion de ses œuvres en
      > générale mais contre une diffusion non régulé et illégale de ses
      > œuvres.

      Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi, parce que si ces
      entreprise suivent leur logique actuelle, elles iraient jusqu'à
      interdire le partage d'information sur les oeuvres par toutes
      sources non << controlées >>. Donc en fait, tout en bloquant les
      échanges locaux, elles bloqueraient également les échanges
      d'informations sur ces oeuvres, et donc le seul moyen de les
      connaitre serait les canaux << labellisés >> Vivendi & cie.

      C'est d'ailleurs pour ça que s'ils gagnent, ils perdent.

      De toute façon le problème avec les entreprises comme Vivendi, c'est
      qu'elles veulent continuer à gagner de l'argent en assurant la
      distribution, alors que maintenant la distribution d'oeuvres
      numériques ne coûte rien. Il faut évoluer, soit en gérant
      l'événementiel, soit en apportant une vraie valeur ajoutée par
      rapport aux trackers de torrent classique.


      > [...]

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.