Journal Le projet Debian s’ouvre aux contributeurs qui ne gèrent pas de paquets

Posté par (page perso) .
Tags : aucun
15
22
oct.
2010
Le projet Debian a toujours accueilli chaudement le travail des contributeurs externes au projet. Ce travail peut consister par exemple à écrire de la documentation, à réaliser des traductions, à effectuer le tri et la correction des différents bogues que ce soit sur les paquets ou sur les logiciels de l’infrastructure Debian ou encore à assurer la communication autour du projet.

Toutefois ces contributions n’étaient pas considérées comme essentielles dans le processus permettant de devenir développeur Debian, seul statut donnant les pleins droits à un membre du projet (droit de vote, droit d’envoyer des paquets dans l’archive officielle, accès aux machines du projet).

La capacité à réaliser des paquets et à les faire évoluer était considérée comme primordiale. Cette politique était d’ailleurs ré-affirmée récemment par la règle tacite qu’un prétendant à ce statut devait maintenant passer obligatoirement par le statut de responsable Debian (Debian maintainer) avant de devenir développeur Debian. Pour information le responsable Debian peut envoyer lui-même vers l’archive les paquets dont il a la charge (après qu’un développeur Debian a autorisé cette action).

Il s’agissait donc presque d’une politique du tout ou rien, quoique modérée par le nouveau statut de responsable Debian. Si on peut voir le travail bénévole fournit par les contributeurs au projet et son inclusion dans Debian comme la seule récompense des efforts consentis, on pouvait toutefois légitimement s’interroger sur un moyen de reconnaître plus largement les contributeurs très réguliers au projet Debian qui ne se concentraient pas sur l’empaquetage.

C’est ce qu’a fait l’actuel meneur du projet Stefano Zacchiroli dont l’un des thèmes de campagne était :

"I will push for more gradual and rewarding access paths to Debian."

Ce vote autorisant donc les contributeurs non empaqueteurs reposait sur son initiative personnelle pour intégrer de façon plus large les différents profils de contribution au projet.

Même si le texte de la résolution générale des membres non empaqueteurs ne prévoit pas exactement les différents profils de contribution qui pourront prétendre à ce nouveau statut, il s’agit d’une avancée majeure dans la reconnaissance des différents contributeurs au projet et de leurs capacités respectives.

Les responsables de comptes machines Debian sont invités par ce vote à réfléchir aux différents moyens d‘intégrer ces nouveaux contributeurs au projet. Notons toutefois au passage que ce nouveau statut au contour encore flou n’autorisera pas l’envoi de paquets vers l’archive, ce qui est logique si on considère que le porteur de ce statut n’a pas fait ses preuves dans ce domaine.

C’est en tout cas une direction intéressante que prend aujourd’hui le projet avec un vote quasi-unanime de 285 votes pour et seulement 14 contre.
  • # Commentaire inutile

    Posté par . Évalué à 6.

    Les journaux sont destinés à des informations qui ne sont pas suffisamment intéressantes pour être validées en dépêche (sinon n'hésitez pas à proposer votre information en dépêche), qui sont sans rapport avec Linux ou le libre, ou simplement pour donner votre avis.

    La place de ce journal est donc dans les dépêches.
    • [^] # Re: Commentaire inutile

      Posté par . Évalué à 3.

      Je suppose que l'auteur a dû considérer que cette information n'était "pas suffisamment intéressantes pour être validée[s] en dépêche".

      Et il n'a aucune raison d'en changer si on n'argumente pas pour prouver que ça peut faire une dépêche...
      • [^] # Re: Commentaire inutile

        Posté par . Évalué à 5.

        Par contre, faire une synthèse de tout les derniers journaux de Carl sur Debian pourrait être assez pertinent. Car il retrace une évolution certaine de Debian, et mis bout à bout permettent de mieux appréhender son fonctionnement interne.

        En mode vendredi :
        Debian sort les backports de l'officieux afin que tout ceux ne sachant pas lire la doc de apt puissent installer des softs kikoolol plus récents que leurs trucs antédiluviens.
        Debian tire à tout les niveaux, et permet aux utilisateurs d'avoir du testing vraiment pas testé dans leur stable, toujours grâce aux backports et sans pining.
        Debian va toujours plus loin, après une testing konsedemandeàkoiellesert, après les backports officiels, et toujours sans avoir besoin de lire la doc de apt, on peux avoir le dépôt volatile, permettant d'avoir des softs plus à jour dont la politique plus à jour est pas la même que dans backports \o/
        Debian permet aux blaires qui ont envoyés 3 patchs un jour dans un logiciel obscur de devenir presque-dd. Faut pas charier les paquets c'est plus important.
        Le port de cette saloperie de gnulibc est finie (depuis longtemps) et maintenant on peux même pourrir un joli noyau freebsd avec tout les outils gnu.
        Debian re-accepte Chromium. Comme quoi la MoFo n'a qu'a bien se tenir avec ses histoires de trademark sur nom et logo.
        Debian annonce qu'ils ont crée une superbe solution : shapado. Ha non c'était juste des tournures de phrases qui le laissaient croire. Shapado c'est bon en tout cas.
        Debian renforce sa politique de gestions de clefs pour les dd : maintenant ils sont tenus de les conserver ailleurs que dans ~. Ha non.
        Debian abandonne hppa. De toutes façons on s'en fout y a jamais eu un émulateur capable de faire fonctionner pleinement hppa.


        Bon c'était le mode vendredi, hein :-))
        Et j'en profites pour remercier Carl de ses nouvelles, toujours un plaisir à lire. Et qui m'ont donné envie d'installer une Debian chez moi, sur ma machine de "jeu". Et ce malgrès apt (c'est pas un troll, c'est juste personnel). Oui, oui. Donc doublement merci m'sieur :-)

        bref c'est vrai qu'un beau résumé des évènements ferait une dépêche formidable !
        • [^] # Re: Commentaire inutile

          Posté par . Évalué à 2.

          > Par contre, faire une synthèse de tout les derniers journaux de Carl sur Debian pourrait être assez pertinent.

          +1

          Merci Carl !
        • [^] # Re: Commentaire inutile

          Posté par (page perso) . Évalué à 3.

          A vrai dire, les journaux de Carl se retrouve sur tous les planets ou Carl publie son blog avec un peu de retard car contrairement aux planets, ici ce n'est pas automatique.

          Du coup, pour moi, ce sont des journaux que j'ai déjà lu.

          Je ne sais pas s'il existe des agrégateurs de commentaires comme il y a des agrégateurs de blog (planet). Enfin si, les serveurs de newsgroup interconnectés...

          Bref, merci Carl de communiquer sur le sujet en langue française car tout le monde n'est pas comme moi accro de debian pour aller tous les planets sur debian et faire le trie.

          A noter en ce moment la série de Raphael Hertzog sur la philosophie de l'empaquetage selon debian, un peu comme ceux de Carl mais axés uniquement sur les .deb et dpkg

          http://raphaelhertzog.com/

          C'est technique et c'est à suivre si on souhaite comprendre le boulot que représente la construction d'une distribution aussi complexe que debian.
        • [^] # Re: Commentaire inutile

          Posté par . Évalué à 2.

          bref c'est vrai qu'un beau résumé des évènements ferait une dépêche formidable !

          Désolé David, mais Carl ne peut pas faire ça.

          Article Quarante-Deux : Toute personne dépassant un kilomètre de haut doit quitter le Tribunal. -- Le Roi de Cœur

      • [^] # Re: Commentaire inutile

        Posté par (page perso) . Évalué à 4.

        En fait c'est surtout que c'est une analyse assez personnelle du sujet. J'apporte mon point de vue de contributeur Debian sur la nouvelle en elle-même et je n'ai pas de prétention à être neutre ou impartial, d'où la qualification en journal. Maintenant ça m'est arrivé de faire des dépêches et je pense que j'en referai :)

Suivre le flux des commentaires

Note : les commentaires appartiennent à ceux qui les ont postés. Nous n'en sommes pas responsables.